Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserve de la biosphère Río Plátano

Honduras
Facteurs affectant le bien en 2001*
  • Activités illégales
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pression importante due à l'invasion de réfugiés et colons dans la réserve;
  • Abattage illégal d'arbres;
  • Braconnage;
  • Projet de route;
  • Projet hydroélectrique Patuca II
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2001
Demandes approuvées : 7 (de 1982-1996)
Montant total approuvé : 198 000 dollars E.U.
1996 Conservation strategy and preparation of a management ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1988 Equipment for Rio Platano Biosphere Reserve (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1987 Consultant services, training and equipment for ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1985 Strengthen protection and management of Rio Platano ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1983 Implementation of protective measures, of training ... (Approuvé)   26 000 dollars E.U.
1982 Financial contribution towards ecodevelopment ... (Approuvé)   67 025 dollars E.U.
1982 Rio Platano Biosphere Reserve (Approuvé)   4 975 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001

Précédents débats :
Vingt-quatrième session du Comité – paragraphe VIII.10
Vingt-quatrième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.9

Nouvelles informations :   Conformément à la demande de la dernière session du Comité (Cairns, Australie, novembre-décembre 2000), le Centre a transmis à l’Etat partie le rapport de la mission UNESCO/UICN organisée sur le site en octobre 2000. Il n'y a toujours pas de réponse de l'Etat partie sur les conclusions et recommandations de la mission.

Rio Platano figure en tant que site pilote dans deux projets approuvés par la Fondation des Nations Unies en juillet 2000 pour exécution par le Centre : le projet UNESCO/PNUE/RARE (Center for Tropical Conservation) intitulé "Associer la conservation de la diversité biologique à l'aménagement du tourisme durable sur les sites du patrimoine mondial" ; et le projet UNESCO/UICN intitulé "Mise en valeur de notre patrimoine : vers la réussite du suivi et de la gestion des sites du patrimoine mondial naturel". Ces deux projets sur quatre ans devraient fournir de nouvelles informations qui contribueront à établir un suivi systématique de l'état de conservation du site tout en favorisant la mise en œuvre des recommandations de la mission UNESCO/UICN de 2000. Le projet visant à associer la conservation de la biodiversité et l'aménagement du tourisme durable devrait également générer des revenus et favoriser la création d'emplois pour les communautés locales résidant près du site.

Action requise
Le Bureau invite de nouveau l'Etat partie à présenter ses réponses aux conclusions et recommandations de la mission UNESCO/UICN sur le site en octobre 2000. Le Bureau engage le Centre, l'UICN et les autres partenaires à assurer une exécution effective des deux projets financés par l'UNF dans lesquels Rio Platano et d'autres sites figurent en tant que sites pilotes et à présenter une brève mise à jour sur le démarrage des activités du projet à Rio Platano lors de la vingt-cinquième session du Comité qui doit se réunir à Helsinki, Finlande, en décembre 2001.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

Questions essentielles :

Déforestation, projets d’aménagement d’une zone tampon en faveur des communautés locales et limitation de l’expansion agricole.

Nouvelles informations :

L’Administration publique des Forêts a informé le Centre en août 2001 des mesures prises suite aux recommandations de la mission de l’UICN sur le site en octobre 2000. Les principaux éléments du rapport des autorités honduriennes sont les suivants :

·       L’indemnisation des populations vivant à l’intérieur de la zone centrale de Rio Platano a commencé et les 52 premières familles sur 152 ont déménagé de leur plein gré après avoir reçu 3,7 millions de lempiras du Gouvernement hondurien. Le Ministère des Finances a mis des fonds à disposition pour la deuxième phase d’indemnisation ;

·       Le marquage du périmètre de la zone centrale a commencé et les 26 km les plus critiques ont été délimités en coopération avec les communautés locales. La démarcation du périmètre des parties Sud et Ouest de la zone tampon a commencé ;

·       Un bureau a été ouvert sur le site en réponse aux besoins administratifs et d’infrastructure liés à la protection du site du patrimoine mondial dans la région. Deux autres bureaux seront créés sur place d’ici peu ;

·       Une analyse pluritemporelle a été réalisée concernant la couverture végétale et l’expansion de la zone agricole dans l’enceinte de la réserve. Cette analyse permet un suivi systématique de l’état de conservation de l’écosystème. Les premiers résultats révèlent une diminution du taux de dégradation de la végétation comparé aux résultats d’une étude semblable réalisée entre 1997 et 1999 ;

·       Le Programme régional des réserves de biosphère (PRRB), l’Universidad Nacional Autonoma de Honduras et des ONG élaborent une étude des menaces qui pèsent sur la RB de Rio Platano. L’atelier national prévu dans le cadre du projet financé par la Fondation des Nations Unies, "Mise en valeur de notre patrimoine : vers la réussite du suivi et de la gestion des sites du patrimoine mondial naturel" se tiendra bientôt et étudiera les menaces et les problèmes liés à l’état de conservation du site. Ces initiatives contribueront à améliorer le suivi de son état de conservation ;

·       Le personnel du PRRB a élaboré le premier plan de gestion des forêts suite à l’approche Transforma développée par le CATIE (Institut régional de recherche et de formation au Costa Rica). Un autre plan relatif aux aspects organisationnels et productifs de huit coopératives agro-forestières implantées dans des zones spécifiques de la partie sud de la Réserve, ainsi que neuf plans de développement communautaire coordonnés à l’échelon local, sont en cours de préparation. Ces plans détermineront les mesures prioritaires concernant les infrastructures sociales et communautaires et les initiatives qui faciliteront la cogestion et la protection de la réserve. La création d’une commission technique chargée de mettre au point un instrument juridique pour définir la reconnaissance des droits d’utilisation des terres dans l’enceinte de la Réserve a été proposée ;

·       Des mesures ont été prises pour renforcer le personnel chargé de la gestion du site. Un technicien forestier et trois gardiens ont été recrutés. La coordination avec les autres partenaires comme TNC (The Nature Conservancy) et WWF, le Mesoamerican Biological Corridor Project, la Coopération  technique allemande et les ONG locales a été renforcée ;

·       Un plan de travail triennal composé de mesures spécifiques associant la conservation de la biodiversité au développement d’un tourisme durable à l’intérieur et autour de Rio Platano devrait être finalisé avant la fin de 2001 ; ce plan de travail a été élaboré dans le cadre de l’exécution d’une autre initiative globale financée par la Fondation des Nations Unies, qui tente de conjuguer la conservation de la biodiversité et le développement d’un tourisme durable sur les sites du patrimoine mondial.

Décisions adoptées par le Comité en 2001
25 BUR V.36-37
Réserve de la biosphère Rio Platano (Honduras)

V.36       Le Bureau a été informé que l’État partie n’avait toujours pas répondu aux conclusions et recommandations de la mission UNESCO-UICN entreprise sur le site en octobre 2000. Le Bureau a noté que Rio Platano figure en tant que site pilote dans deux projets approuvés par la Fondation des Nations Unies pour exécution par le Centre en juillet 2000 : le projet UNESCO/PNUE/RARE (Center for Tropical Conservation) intitulé « Associer la conservation de la diversité biologique à l'aménagement du tourisme durable sur les sites du patrimoine mondial » ; et le projet UNESCO/UICN intitulé « Mise en valeur de notre patrimoine : vers la réussite du suivi et de la gestion des sites du patrimoine mondial naturel ». Ces deux projets sur quatre ans devraient fournir de nouvelles informations qui contribueront à établir un suivi systématique de l'état de conservation du site tout en favorisant la mise en œuvre des recommandations de la mission UNESCO/UICN de 2000. Le projet visant à associer la conservation de la biodiversité et l'aménagement du tourisme durable devrait également générer des revenus et favoriser la création d'emplois pour les communautés locales résidant près du site.

V.37       Le Bureau  a de nouveau invité l’État partie à présenter ses réponses aux conclusions et recommandations de la mission UICN/Centre sur le site en octobre 2000. Le Bureau a engagé le Centre, l'UICN et les autres partenaires à assurer une exécution effective des deux projets financés par l'UNF dans lesquels Rio Platano et d'autres sites figurent en tant que sites pilotes et à présenter une brève mise à jour sur le démarrage des activités du projet à Rio Platano lors de la vingt-cinquième session du Comité qui doit se réunir en décembre 2001.

Le Comité pourrait souhaiter adopter le texte suivant :

 

"Le Comité se félicite des diverses initiatives lancées par l’Etat partie et les autres partenaires, y compris celles entreprises dans le cadre des deux projets financés par la Fondation des Nations Unies, qui contribuent à la mise en œuvre des recommandations de la mission de l’UICN effectuée sur le site en octobre 2000. Ces dernières ont reçu l’avis favorable du Comité à sa dernière session à Cairns (Australie). Le Comité engage le Centre et l’UICN à poursuivre sa collaboration avec l’Etat partie et les partenaires concernés pour maintenir l’élan. Il recommande qu’une évaluation détaillée de l’état de conservation du site, y compris les observations sur le retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril, soit préparée pour être soumise à l’examen de la vingt-septième session du Comité en juin 2003. Le Comité décide de retenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril".

Année du rapport : 2001
Honduras
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2007, 2011-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top