Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Tourisme Durable

Programme sur le Patrimoine Mondial et le tourisme durable de l’UNESCO

Le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable représente une nouvelle approche fondée sur le dialogue et la coopération des parties prenantes où la planification pour le tourisme et la gestion du patrimoine est intégrée au niveau de la destination, les biens naturels et culturels sont valorisés et protégés, et un tourisme approprié est développé.


Vision

Les parties prenantes du patrimoine mondial et du tourisme partagent la responsabilité d'assurer la conservation de notre patrimoine culturel et naturel commun présentant une valeur universelle exceptionnelle, ainsi qu’un développement durable fondé sur une gestion appropriée du tourisme.


Mission

Faciliter la gestion et le développement d'un tourisme durable sur les sites des biens du patrimoine mondial en sensibilisant davantage toutes les parties prenantes, en renforçant leurs capacités et en favorisant leur participation afin de protéger ces biens et leur valeur universelle exceptionnelle.

Domaines d’action

Politique et
Stratégie

Politique du tourisme durable et développement d’une stratégie
En savoir plus →

Outils et
Orientation

Outils du tourisme durable
En savoir plus →

Renforcement
des capacités

Activités de renforcement des capacités
En savoir plus →

Routes du
patrimoine

Création de routes thématiques visant à favoriser le développement d’un tourisme durable basé sur le patrimoine
En savoir plus →

Politique du tourisme durable et développement d’une stratégie

© Yuri Peshkov

Un objectif clé du Programme PM+TD de l’UNESCO est de renforcer un environnement favorable à travers la promotion de politiques et cadres soutenant le tourisme durable en tant qu’instrument important de la gestion du patrimoine culturel et naturel. Le développement de stratégies à travers une large mobilisation des parties prenantes pour la planification, le développement et la gestion du tourisme durable selon une approche de destination et qui vise à renforcer les communautés locales est au centre de l’approche de l’UNESCO.

Projet des
Routes de la Soie

Développer une Stratégie de Tourisme durable pour les corridors patrimoniaux des Routes de la Soie

Avec un accent mis sur des interventions précoces et des processus en amont, avec le soutien du fonds-en-dépôt UNESCO/Pays-Bas, l’UNESCO et l’OMT lancent un projet majeur en 2013 qui fournira des orientations stratégiques aux destinations et développera une stratégie de tourisme durable commune pour la gestion des visiteurs, la présentation des sites et leur promotion le long de de ces corridors patrimoniaux.

En savoir plus

Orientations
politiques

Définir la relation
entre le patrimoine mondial et le tourisme durable

Fondée sur le rapport concernant l’atelier de formation international « Promouvoir le Tourisme Durable sur les sites du patrimoine naturels et culturels » (Mogao, Chine, septembre 2009), le Comité du Patrimoine mondial a adopté lors de sa 34ème session des orientations politiques qui définissent la relation entre le Patrimoine mondial et le tourisme durable (Decision 34 COM 5F.2).

En savoir plus

Patrimoine mondial et tourisme face au changement climatique

Vue d’ensemble de la vulnérabilité croissante des sites du Patrimoine mondial face aux impacts du changement climatique. Implications potentielles pour le tourisme mondial et celles causées par ce dernier.

En savoir plus

Outils
du Tourisme Durable

Une gestion du tourisme efficace, responsable et durable basée sur le contexte et les besoins locaux

© UNESCO / Peter DeBrine

People Protecting Places est une plate-forme publique d’échanges pour le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, qui fournit une formation et des informations, encourage le soutien, et promeut le dialogue social et communautaire.

En savoir plus

Les guides « How-To » fournissent des orientations et des conseils aux gestionnaires des destinations touristiques inscrites au Patrimoine mondial et autres parties prenantes afin de les aider à identifier les solutions les plus adaptées aux conditions de leur environnement local et dans le développement d’un savoir-faire général.

En savoir plus

Anglais Français Russe

Activités de Renforcement des Capacités

Aider les gestionnaires de sites et les autres parties prenantes du tourisme à gérer le tourisme d’une manière plus durable

© African World Heritage Fund (AWHF)
Renforcement des
capacités dans les
4 Sites Naturels d’Afrique

Une série de formations et d’ateliers est organisée dans les quatre sites naturels du Patrimoine mondial qui sont prioritaires en Afrique (Malawi, Afrique du Sud, Tanzanie et Zambie) dans le but de fournir des outils de renforcement des capacités ainsi que des stratégies aux gestionnaires des sites afin de les aider à gérer le tourisme sur leurs sites d’une manière plus durable.

En savoir plus →

15 sites pilotes
dans la région
nordique/balte

Le projet « Vers une région pilote nordique/balte du Patrimoine mondial et tourisme durable (2012-2014)» a été initié par la Fondation Nordique pour le Patrimoine mondial. Suivant une approche pratique, le projet contribue aux outils d’évaluation et de développement de stratégies pour le tourisme sur les sites du patrimoine mondial avec la participation et la coopération des parties prenantes.

En savoir plus →

Routes du patrimoine

Création de routes thématiques visant à favoriser le développement d’un tourisme durable sur les sites du patrimoine mondial

© UNESCO / Junaid Sorosh-Wali

Le tourisme culturel est l’un des marchés du tourisme mondial les plus importants et les plus dynamiques. Les industries culturelles et créatives sont de plus en plus utilisées pour la promotion des destinations et le renforcement de leur compétitivité et leur attractivité.

De nombreux sites développent activement leurs richesses culturelles comme un moyen de développer des avantages comparatifs sur un marché du tourisme de plus en plus compétitif, mais aussi afin de créer une spécificité locale face à la mondialisation.

L’UNESCO œuvre à la création des réseaux regroupant les principales parties prenantes pour coordonner la gestion des destinations et les stratégies commerciales associées aux différentes routes du patrimoine, dans le but de promouvoir et coordonner des expériences uniques et de haute qualité sur les sites du patrimoine reconnus par l’UNESCO. Le but est de promouvoir un développement durable basé sur des valeurs patrimoniales et de créer une plus-value touristique pour les sites.

Les sites culturels du patrimoine mondial de l'UNESCO en Europe

Créer un tourisme basé sur le patrimoine qui stimule l'investissement dans la culture et les industries créatives centrées sur la communauté et qui offre des produits durables et de haute qualité qui jouent sur les avantages comparatifs de l'Europe et la diversité de ses atouts culturels.

En savoir plus →

Routes du patrimoine mondial des sites du patrimoine bouddhiste

L'UNESCO met actuellement en œuvre un projet visant à développer une Route du patrimoine bouddhiste unique en son genre, pour le développement du tourisme durable en Asie du Sud avec le soutien de l'Agence coréenne de coopération internationale (KOICA). L'Asie du Sud abrite un riche patrimoine bouddhiste dont témoignent les sites du patrimoine mondial de la région.

En savoir plus →

Partenaires

© UNESCO / Peter DeBrine

Informations
sur le Programme

En 2011 l’UNESCO a lancé le développement d’un nouveau Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable.

Le but était de créer un cadre international pour une réalisation coopérative et coordonnée des objectifs partagés et durables liés au tourisme sur les sites du patrimoine mondial.

Le travail préparatoire entrepris pour le développement du Programme a répondu à la décision 34 COM 5F.2 de la 34ème session du Comité du patrimoine mondial tenue à Brasilia en 2010, qui demandait

« au Centre du patrimoine mondial d’organiser un nouveau programme d’ensemble sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, avec un comité directeur comprenant les Etats parties intéressés et autres acteurs concernés, et demande également au Centre du patrimoine mondial de faire ressortir les objectifs et l'approche qui s'appliquent à la mise en œuvre de ce programme »

Le comité directeur était composé des représentants des Etats parties des six Groupes électoraux de l’UNESCO (Allemagne (I), Slovénie (II), Argentine (III), Chine (IV), Tanzanie (V) et Liban (Vb)), du Directeur du Centre du patrimoine mondial, des organes consultatifs (UICN, ICOMOS et ICCROM), de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), ainsi que du gouvernement suisse en sa qualité de bailleur de fonds.

Le gouvernement de la Suisse a apporté un soutien financier aux actions spécifiques devant être menées par le comité directeur. Afin de coordonner et de soutenir le processus, le Centre du patrimoine mondial a constitué un petit Groupe de travail avec le soutien de la Fondation nordique du patrimoine mondial, le gouvernement suisse et la société de conseil externe mandatée, MartinJenkins.

Le Comité du patrimoine mondial a préconisé au Programme de prendre en compte :

  • - Les recommandations de l’evaluation du programme sur le tourisme qui a pris fin (WHC-10/34.COM/INF.5F.3)
  • - L’orientation politique qui définit la relation entre le patrimoine mondial et le tourisme durable qui est ressortie de l’atelier de travail Promotion du tourisme durable sur les sites naturels et culturels du patrimoine mondial (Mogao, Chine, Septembre 2009) (WHC-10/34.COM/INF.5F.1)

Les procédures globales et stratégiques sur lesquelles le nouveau Programme pour le patrimoine mondial et le tourisme durable sera aligné, incluent les Objectifs stratégiques de la Convention du patrimoine mondial (les cinq C) (Déclaration de Budapest 2002), ), les Réflexions en cours sur l’avenir de la Convention du patrimoine mondial (WHC-11/35.COM/12A) ) et le Plan d’action stratégique pour la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial 2012-2022 (WHC-11/18.GA/11), la Relation entre la Convention du patrimoine mondial et le développement durable (WHC-10/34.COM/5D), la Stratégie de renforcement des capacités du patrimoine mondial (WHC-10/34.COM/5D), la Stratégie globale pour une Liste du patrimoine mondial représentative, équilibrée et crédible (1994), ainsi que l’Evaluation de la stratégie globale et l’Initiative PACT (WHC-11/18.GA/8 - 2011).

De plus, le processus de développement du programme a bénéficié de la sensibilisation des representants des principaux groupes de parties prenantes tels que le secteur touristique, les gouvernments nationaux et locaux, les gestionnaires de sites et les communautés locales. La conception du programme a été développée lors d’une Réunion d’experts à Sils/Engadine (Suisse) en octobre 2011. A cette réunion, plus de 40 experts de 23 pays, représentants les groupes pertinents des parties prenantes, ont travaillé ensemble à l’identification d’une approche stratégique globale et d’un ensemble prioritaire d’objectifs et d’activités clés. Le Programme proposé a été adopté par le Comité du patrimoine mondiale en 2012 lors de sa 36ème session à Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie) ..

Instruments internationaux

Instruments internationaux relatifs aux développement durable et le tourisme.

Résolutions adoptées par les Nations Unies, chartes adoptées par ICOMOS, décisions adoptées par le Comité du patrimoine mondial, instruments juridiques adoptés par l’UNESCO sur la préservation du patrimoine.

Résolutions adoptées par les Nations Unies
Chartes adoptées par l’ICOMOS
Décisions adoptées par le Comité du patrimoine mondial
Instruments juridiques adoptées par l’UNESCO sur la préservation du patrimoine, classés par ordre chronologique
Autres instruments
Actualités (40)
Événements (20)
Les paysages culturels vivants au défi du tourisme
15 December 2015 - 15 December 2015
Décisions / Résolutions (5)
Code : 42COM 5A

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/5A,
  2. Rappelant la décision 41 COM 5A adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017) et la décision 40 COM 5D adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
    Questions générales :
  3. Prend note avec satisfaction des activités menées à bien par le Centre du patrimoine mondial au cours de l’année écoulée pour atteindre le résultat escompté, à savoir l’« identification, la protection, le suivi et la gestion durable du patrimoine matériel par les États membres, notamment par la mise en œuvre effective de la Convention de 1972 », et les cinq objectifs stratégiques présentés dans le document WHC/18/42.COM/5A ;
  4. Accueille le rôle proactif du Secrétariat pour renforcer les synergies entre la Convention du patrimoine mondial et les autres conventions ayant trait à la culture et à la biodiversité, notamment l'intégration de ces aspects dans le nouveau format de présentation des rapports périodiques et le lancement d'une page Web consacrée à ces synergies sur le site Internet du Centre ;
  5. Accueille également le renforcement de la collaboration entre les conventions ayant trait à la biodiversité, par l'intermédiaire du Groupe de liaison sur la biodiversité et d'activités ciblées comme des ateliers, des déclarations communes et des actions de sensibilisation ;
  6. Prend note des études thématiques sur la reconnaissance des valeurs associatives au moyen du critère (vi) du patrimoine mondial et sur l'interprétation des sites de mémoire, financées respectivement par l'Allemagne et la République de Corée, et encourage tous les États parties à tenir compte de leurs résultats et recommandations lors de l'identification des sites ainsi que lors de la gestion et de l'interprétation des biens du patrimoine mondial ;
  7. Prenant note du document de réflexion de l'ICOMOS sur les Évaluations de propositions d'inscription au patrimoine mondial concernant des sites associés aux mémoires de conflits récents, décide de convoquer une réunion d'experts consacrée aux sites associés aux mémoires de conflits récents afin de mener des réflexions philosophiques et pratiques quant à la nature de la commémoration, à la valeur des mémoires évolutives, à l'interdépendance des attributs matériels et immatériels relatifs à la mémoire et à la question de la consultation des parties prenantes; et d'élaborer des lignes directrices pour déterminer si ces sites peuvent s'inscrire dans l'objectif et la portée de la Convention du patrimoine mondial et de quelle manière, sous réserve de disposer d'un financement extrabudgétaire, et invite les États parties à verser des contributions financières dans ce but ;
  8. Invite également les États parties à soutenir les activités menées à bien par le Centre du patrimoine mondial pour la mise en œuvre de la Convention;
  9. Demande au Centre du patrimoine mondial de présenter, à sa 43e session, un rapport sur ses activités.
    Programmes thématiques :
  10. Accueille le rapport d'avancement sur la mise en œuvre des Initiatives et Programmes thématiques du patrimoine mondial, note leur contribution importante à la mise en œuvre d'une Stratégie globale pour une Liste du patrimoine mondial représentative, et remercie tous les États parties, donateurs et autres organisations de leur contribution à la réalisation des objectifs de ces Initiatives et Programmes thématiques ;
  11. Prend note des résultats obtenus par le Programme des villes du patrimoine mondial et appelle les États parties et les autres parties prenantes à fournir des ressources humaines et financières permettant de poursuivre ce Programme, compte tenu de son importance cruciale pour la conservation du patrimoine urbain inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, pour l'application de la Recommandation sur le paysage urbain historique et sa contribution à la réalisation des Objectifs de développement durable pour 2030 concernant les villes, ainsi que pour sa contribution à la préparation du Nouvel agenda urbain, et remercie par ailleurs la Chine et la Croatie pour leur soutien à la mise en œuvre de ce Programme ;
  12. Prend également note des résultats obtenus par le Programme marin du patrimoine mondial, remercie la Flandre, la France et la Fondation Annenberg pour leur soutien, note l'accent mis par le Programme sur la constitution d'un réseau mondial de gestionnaires, sur les stratégies d'adaptation au changement climatique et sur la pêche durable, et invite les États parties, le Centre du patrimoine mondial et les autres parties prenantes à continuer de fournir des ressources humaines et financières pour la mise en œuvre de ce Programme ;
  13. Prend note par ailleurs des résultats obtenus avec la mise en œuvre du Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, en particulier de l'élaboration de l'outil d'évaluation du tourisme durable et de la gestion des visiteurs, et encourage les États parties à participer à l'expérimentation de cet outil, se félicite du financement accordé par la Commission européenne et remercie par ailleurs la République de Corée, la Norvège et la compagnie Seabourn pour leur soutien à la réalisation des activités du Programme ;
  14. Note en outre les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme sur les petits États insulaires en développement, son importance pour une Liste du patrimoine mondial équilibrée, représentative et crédible, et le renforcement des capacités des gestionnaires de sites et des parties prenantes afin de mettre en œuvre la Convention du patrimoine mondial, remercie par ailleurs le Japon et les Pays-Bas pour leur soutien ainsi que le Centre international sur les technologies spatiales au service du patrimoine culturel et naturel (HIST) et l'Institut de formation et de recherche sur le patrimoine mondial pour la région Asie-Pacifique (WHITRAP), en tant que centres de catégorie 2, pour leur appui technique et financier, et demande également aux États parties et aux autres parties prenantes de continuer à fournir des ressources humaines, financières et techniques pour la mise en œuvre du Programme ;
  15. Prend note des activités mises en œuvre conjointement par l'Union astronomique internationale (IAU) et l'ICOMOS sous la supervision institutionnelle du Centre du patrimoine mondial conformément à sa Décision 40 COM 5D, demande en outre au Centre du patrimoine mondial de transmettre aux États parties le deuxième volume de l'étude thématique IAU/ICOMOS sur le patrimoine astronomique et renomme cette initiative « Initiative sur le patrimoine de l'astronomie, science et technologie » ;
  16. Prend note également du rapport d'avancement concernant l'Initiative sur le patrimoine d'intérêt religieux, approuve les recommandations des réunions de consultation thématique d'experts concentrées sur l'Europe méditerranéenne et du Sud-Est (UNESCO, 2016), la région Asie-Pacifique (Thaïlande, 2017) et l'Europe de l'Est (Arménie, 2018), remercie les États parties de leur généreuse contribution, et invite à nouveau les États parties et les autres parties prenantes à continuer de soutenir cette Initiative ainsi que les projets associés élaborés par le Centre du patrimoine mondial ;
  17. Prends note des activités mises en œuvre par CRATerre dans le cadre Programme du patrimoine mondial pour l’architecture en terre, sous la supervision générale institutionnelle du Centre du patrimoine mondial et ces lignes d’actions proposées pour l’avenir, sous réserve de financement ;
  18. Invite les États parties, les organisations internationales et les donateurs à apporter une contribution financière aux Initiatives et Programmes thématiques étant donné que la mise en œuvre des priorités thématiques ne pourra se poursuivre sans financement extrabudgétaire ;
  19. Demande par ailleurs au Centre du patrimoine mondial de présenter un rapport actualisé sur les résultats des Initiatives et Programmes thématiques, sous le point 5A (Rapport du Centre du patrimoine mondial sur ses activités), pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.

En savoir plus sur la décision
Code : 36COM 5E

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/5E,

2.  Rappelant la décision 34 COM 5F.2 adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010), 

3.  Se félicite de la finalisation du nouveau programme d’ensemble sur le patrimoine mondial et le tourisme durable et prend note avec satisfaction du processus de consultation élargie mené pour l'élaboration du programme, la formulation de ses objectifs et l’approche de sa mise en œuvre ;

4.  Se félicite également de la contribution du Comité directeur comprenant les États parties qui représentent les groupes électoraux de l'UNESCO, le Centre du patrimoine mondial, les Organisations consultatives (UICN, ICOMOS, ICCROM), la Suisse et l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations Unies au processus d'élaboration du Programme ;

5.  Remercie le gouvernement de la Suisse, la Fondation des Nations Unies ainsi que la Fondation nordique du patrimoine mondial pour leur soutien technique et financier apporté à l’élaboration du Programme ;

6.  Prend note avec satisfaction de l'apport fourni par les États parties et les autres acteurs consultés lors de la phase consultative du Programme ;

7.   Prend note des résultats de la réunion d'experts tenue à Sils/Engadine (Suisse) du 18 au 22 octobre 2011 contribuant à ce programme et remercie également le gouvernement de la Suisse d'avoir accueilli la réunion d'experts ;

8.   Adopte le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable ;

9.  Demande au Centre du patrimoine mondial d'affiner le projet de Plan d'action 2013-2015 figurant en annexe de ce document et de mettre en œuvre le Programme avec un Comité directeur comprenant les représentants des groupes électoraux de l'UNESCO, des agences de donateurs, les Organisations consultatives, l’OMT et en collaboration avec des acteurs intéressés ;

10. Note l’absence de ressources financières nécessaires à la coordination et à la mise en œuvre du Programme, et demande également aux États parties de soutenir la mise en œuvre du Programme sur le patrimoine mondial et tourisme durable ;

11.  Demande en outre au Centre du patrimoine mondial de faire un rapport tous les deux ans sur l’état d’avancement du Programme ;

12. Note avec satisfaction le lancement officiel du Programme prévu dans le cadre de la célébration du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial à Kyoto (Japon) en novembre 2012.

En savoir plus sur la décision
Code : 34COM 5F.2

Le Comité du patrimoine mondial, 

1. Ayant examiné les documents WHC-10/34.COM/INF.5F.1 et WHC-10/34.COM/INF.5F.3 ;

2. Soulignant le fait que le secteur du tourisme global est important et se développe rapidement et qu'il est divers et dynamique dans ses modèles et ses structures économiques, et que la relation entre le patrimoine et le tourisme est à double sens : le tourisme, s'il est bien géré, offre des avantages aux biens du patrimoine mondial et peut contribuer à un échange interculturel, mais s'il est mal géré, il pose des défis pour ces biens et, reconnaissant les défis croissants et les opportunités liés au tourisme;

3. Remercie les États parties de l'Australie, la Chine, la France, l'Inde, la Suède, la Suisse et du Royaume-Uni, ainsi que la Fondation des Nations Unies et la Fondation nordique du patrimoine mondial pour le soutien financier et technique au Programme de tourisme du patrimoine mondial depuis sa création en 2001 ;

4. Accueille favorablement le rapport de l'atelier international sur 'L'avancement d'un tourisme durable sur les sites du patrimoine culturels et naturels' (Mogao, Chine, septembre 2009) et adopte les orientations générales définissant la relation entre patrimoine mondial et tourisme durable (annexe A) ;

5. Prend note de l'évaluation du   Programme de tourisme du patrimoine mondial par la Fondation des Nations Unies et encourage le Centre du patrimoine mondial à prendre pleinement  en compte les huit éléments de programme recommandées dans le projet de rapport final dans tous les futurs travaux sur le tourisme (Annexe B) ;

6. Décide de conclure le Programme de tourisme du patrimoine mondial et demande au Centre du patrimoine mondial d'organiser un nouveau programme d'ensemble sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, avec un comité directeur comprenant les États parties intéressés et autres acteurs concernés, et demande également au Centre du patrimoine mondial de faire ressortir les objectifs et l'approche qui s'appliquent à la mise en œuvre de ce programme, en s'appuyant sur les orientations définies dans les rapports identifiés aux paragraphes 4 et 5 ci-dessus, pour considération à la 35e session du Comité du patrimoine mondial (2011) ;

7. Se félicite de l'offre du Gouvernement suisse d'accorder un soutien financier et technique à des activités spécifiques au service du comité directeur ; accueille aussi favorablement l'offre des Gouvernements de la Suède, de la Norvège et du Danemark d'organiser un atelier régional nordique-balte à Visby, Gotland, Suède, en octobre 2010 sur le patrimoine mondial et le tourisme durable ; et encourage également les États parties à soutenir le nouveau programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, y compris à travers des manifestations régionales et la publication de matériels identifiant de bonnes pratiques ;

8. Sur la base de l'expérience acquise dans le cadre de la Convention du patrimoine mondial sur les questions relatives au tourisme, invite la Directrice générale de l'UNESCO à envisager la faisabilité d'une recommandation sur la relation entre la conservation du patrimoine et le tourisme durable.

Annexe A 

Recommandations de l'atelier international sur

L'avancement d'un tourisme durable sur les sites du patrimoine naturels et culturels

Orientations générales : définir la relation entre patrimoine mondial et tourisme

1 Le secteur du tourisme

Le tourisme mondial est un secteur important qui connaît une croissance rapide, est diversifié et dynamique dans ses modèles et structures commerciales.

Les touristes/visiteurs présentent une grande diversité en termes de bagage culturel, d'intérêts, de comportement, d'économie, d'impact, de sensibilisation et d'attentes à l'égard du patrimoine mondial.

Pour la Convention du patrimoine mondial ou les biens du patrimoine mondial, il n'y a pas une seule et unique manière de s'engager vis-à-vis du secteur du tourisme ou des touristes/visiteurs.

2. La relation entre patrimoine mondial et tourisme

La relation entre patrimoine mondial et tourisme joue dans les deux sens :

a. le patrimoine mondial offre des touristes/visiteurs et le secteur du tourisme des destinations

b. le tourisme offre au patrimoine mondial la capacité de répondre à l'exigence de la Convention de "présenter" des biens du patrimoine mondial et, également, un moyen de réaliser des profits communautaires et économiques grâce à une utilisation durable.

Le tourisme est essentiel pour le patrimoine mondial :

a. pour les États parties et leurs biens individuels,

i. afin qu'ils répondent à l'exigence de la Convention de "mettre en valeur" le patrimoine mondial

ii. afin qu'ils réalisent des profits communautaires et économiques

b. pour la Convention du patrimoine mondial dans son ensemble, en tant que moyen par lequel des visiteurs faisant des voyages nationaux ou internationaux font l'expérience de biens du patrimoine mondial

c. en tant que principal moyen permettant de juger la présentation des biens du patrimoine mondial et, par conséquent, le prestige de la Convention,

i. de nombreux biens du patrimoine mondial ne s'identifient pas eux-mêmes en tant que tels ou ne présentent pas leur valeur universelle exceptionnelle de manière appropriée

ii. il serait avantageux de créer des indicateurs de la qualité de présentation et de développer la représentation de l'emblème du patrimoine mondial

d. en tant que problème de crédibilité par rapport:

i. au potentiel de l'infrastructure touristique de porter atteinte à la valeur universelle exceptionnelle

ii. à la menace pesant sur les biens du patrimoine mondial d'être gérés d'une manière non durable à l'égard des communautés voisines

iii. au soutien des objectifs de conservation fixés par la Convention alors qu'un développement économique est engagé

iv. aux aspirations réalistes selon lesquelles le patrimoine mondial peut attirer le tourisme.

Le patrimoine mondial est une ressource majeure pour le secteur du tourisme :

a. presque tous les biens du patrimoine mondial sont d'importantes destinations touristiques

b. l'emblème du patrimoine mondial peut attirer des touristes/visiteurs,

i. l'emblème du patrimoine mondial a plus d'impact sur le tourisme pour l'attirer vers des biens moins connus que vers des biens à valeur symbolique.

Le tourisme, lorsqu'il est bien géré, offre des avantages aux biens du patrimoine mondial en leur permettant :

a. de répondre à l'exigence de l'article 4 de la Convention de présenter le patrimoine mondial aux générations actuelles et futures

b. de réaliser des profits économiques.

Le tourisme, lorsqu'il est mal géré, fait peser des menaces sur des biens du patrimoine mondial.

3. Les réponses du patrimoine mondial au tourisme

L'impact du tourisme et la réponse que lui apporte la gestion sont différents pour chaque bien du patrimoine mondial : les biens du patrimoine mondial disposent de nombreuses options pour gérer les impacts du tourisme.

Pour apporter des réponses, la gestion des biens du patrimoine mondial doit :

a. travailler étroitement avec le secteur du tourisme

b. être informée par les expériences des touristes/visiteurs se rendant sur le bien

c. intégrer les communautés locales dans la planification et la gestion de tous les aspects des biens, y compris le tourisme.

Alors qu'il existe de nombreux exemples de biens du patrimoine mondial ayant réussi à bien gérer leur relation avec le tourisme, il est également clair qu'un grand nombre de biens pourraient améliorer :

a. la prévention et la gestion des menaces et impacts du tourisme

b. leur relation avec le secteur du tourisme à l'intérieur et à l'extérieur du bien

c. leur interaction avec des communautés locales à l'intérieur et à l'extérieur du bien

d. leur présentation de la valeur universelle exceptionnelle et leur politique centrée sur l'expérience des touristes/visiteurs.

Pour apporter des réponses, la gestion des biens du patrimoine mondial doit :

a. être basée sur la protection et la conservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien, et sur sa présentation effective et authentique

b. travailler étroitement avec le secteur du tourisme

c. être informée par les expériences des touristes/visiteurs se rendant sur le bien

d. intégrer des communautés locales dans la planification et la gestion de tous les aspects du bien, y compris le tourisme.

4. Responsabilités des divers acteurs vis-à-vis du patrimoine mondial et du tourisme

La Convention du patrimoine mondial (Comité du patrimoine mondial, Centre du patrimoine mondial, Organisations consultatives) :

a. définit des cadres et des approches

b. confirme que les biens disposent de mécanismes adéquats pour traiter le tourisme avant leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial

c. élabore un guide sur les attentes à inclure dans les plans de gestion

d. contrôle l'impact sur la valeur universelle exceptionnelle des activités touristiques dans des sites inscrits, y compris au travers d'indicateurs utilisés dans les rapports sur l'État de conservation

e. coopère avec d'autres organisations internationales pour permettre à:

i. d'autres organisations internationales d'intégrer des considérations relevant du patrimoine mondial dans leurs programmes

ii. toutes les parties impliquées dans le patrimoine mondial de tirer des leçons des activités d'autres organisations internationales

f. aide les États parties et les sites à pouvoir bénéficier d'un appui et de conseils sur les bonnes pratiques

g. récompense les exemples de bonnes pratiques concernant des biens du patrimoine mondial et des activités commerciales dans le secteur des touristes/visiteurs

h. élabore des principes directeurs sur l'utilisation de l'emblème du patrimoine mondial en tant qu'élément faisant partie de la désignation du site.

Les États parties individuels :

a. fixent des politiques nationales pour la protection

b. fixent des politiques nationales pour la promotion

c. s'engagent avec leurs sites à fournir et permettre le soutien, et à assurer que les objectifs de la promotion et du tourisme respectent la valeur universelle exceptionnelle et sont appropriés et durables.

d. garantissent que la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial situés sur leur territoire n'est pas affectée négativement par le tourisme.

Les gestionnaires individuels de biens :

a. gèrent l'impact du tourisme sur la valeur universelle exceptionnelle des biens

i. les instruments couramment utilisés sur les biens incluent les droits d'entrée, charges, horaires d'ouverture et restrictions concernant l'accès

b. dirigent la présentation sur le site et fournissent des expériences de visiteurs significatives

c. travaillent avec le secteur touristes/visiteurs et sont informés des besoins et des expériences des touristes/visiteurs, afin de mieux protéger le bien

i. le meilleur point de contact entre la Convention du patrimoine mondial et le secteur touristique dans son ensemble est situé au niveau direct du site ou à l'intérieur des pays

d. s'engagent avec les communautés et le monde des affaires dans la conservation et le développement.

Le secteur du tourisme :

a. travaille avec les gestionnaires des biens du patrimoine mondial pour aider à en protéger la valeur universelle exceptionnelle

b. reconnaît les biens du patrimoine mondial et s'engage, sur la base d'une responsabilité partagée, à les soutenir en tant que ressources touristiques

c. travaille sur la présentation authentique et sur des expériences de qualité.

Les touristes/visiteurs, avec l'aide de gestionnaires de biens du patrimoine mondial et du secteur du tourisme, peuvent recevoir une aide pour apprécier et protéger la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial.

Annexe B 

Eléments de programme recommandés dans le projet de rapport final sur l'évaluation du Programme de tourisme du patrimoine mondial par la Fondation des Nations Unies

1. Adopter et diffuser les normes et principes afférents au tourisme durable sur les sites du patrimoine mondial ;

2. Soutenir l'intégration d'une gestion du tourisme appropriée dans les travaux de la Convention ;

3. Compilation des données pour permettre l'élaboration d'un programme de tourisme durable et soutenir le choix des objectifs ;

4. Contribution d'une perspective du patrimoine mondial qui recoupe les initiatives des agences pour une politique de tourisme durable ;

5. Soutien stratégique à la diffusion des leçons apprises ;

6. Soutien stratégique au développement de matériels de référence et de formation pour les agences de politique nationale et les gestionnaires de site ;

7. Fourniture d'avis sur l'impact coûts-avantages de l'inscription au patrimoine mondial ;

8. Fourniture d'avis sur la stratégie de marque du patrimoine mondial de l'UNESCO .

En savoir plus sur la décision
Code : 33COM 5A

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-09/33.COM/5A, WHC-09/33.COM/INF.5A.1, WHC-09/33.COM/INF.5A.2 et WHC-09/33.COM/INF.5A.3,

2. Rappelant la décision 32 COM 5 adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend note avec satisfaction des activités réalisées par le Centre du patrimoine mondial depuis l'année passée dans le cadre de la poursuite des cinq objectifs stratégiques du Comité ;

4. Prend également note des résultats de l'étude réalisée par le Service d'évaluation et d'audit de l'UNESCO concernant l'évaluation de la charge de travail du Centre du patrimoine mondial présentée dans le document WHC-09/33.COM/INF.5A.3 ;

5. Note avec satisfaction le fait que le Centre du patrimoine mondial travaille avec les secrétariats des comités intergouvernementaux des conventions appropriées telles que la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et de la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique-2001,et recommande que cette coopération soit encouragée dans la mesure où cela renforcerait encore les activités du Centre ;

6. Demande au Centre du patrimoine mondial de bien vouloir préparer un document sur la Convention du patrimoine mondial et sur sa coopération et ses échanges avec d'autres conventions et d'autres programmes dans le domaine du patrimoine culturel, document qui sera débattu lors de la 34e session du Comité du patrimoine mondial (2010) ;

7. Demande aussi au Centre du patrimoine mondial de produire, dans les rapports futurs sur les activités entreprises, de renforcer encore les informations et les analyses accessibles aux États parties en :

a) conservant le format actuel pour faire rapport sur les activités et notamment une actualisation sur l'avancement de la mise en oeuvre des décisions du Comité ;

b) en décrivant les critères qui guident le Centre du patrimoine mondial dans ses décisions et concernant les activités relevant de la Convention qui sont entreprises par le Centre du patrimoine mondial ;

c) et notamment, de façon discrétionnaire, des analyses des questions stratégiques et des nouvelles orientations ;

8. Demande en outre au Centre du patrimoine mondial de produire, à titre expérimental, et en l'assortissant d'un index, un enregistrement audio verbatim des procès-verbaux de la 33e session en supplément du résumé habituel des interventions (tel qu'il est élaboré depuis la 26e session du Comité du patrimoine mondial) ;

9. Note la façon dont le Centre du patrimoine mondial voit ses rôles et les rôles des Organisations consultatives et est d'accord pour que ce sujet soit débattu plus avant lors de la 34e session du Comité en 2010 dans le cadre d'un point séparé de l'ordre du jour ;

10. Demande par ailleurs au Centre du patrimoine mondial de définir les orientations des programmes thématiques et initiatives afin de permettre une compréhension des liens entre ces thèmes et leur intégration dans les programmes généraux, et d'identifier les ressources de nature à les financer ;

11. Note que le Centre fait déjà participer les femmes de manière active à ses programmes relatifs au patrimoine en Asie, en Afrique et dans les Caraïbes dans le cadre de ses politiques d'égalité entre les genres et celle des chances pour tous et recommande que l'égalité entre les genres et la participation des communautés deviennent une priorité dans les programmes du Centre ;

12. Adopte le Programme thématique du patrimoine mondial sur la préhistoire présenté à l'Annexe 1 du document WHC-09/33.COM/5A ;

13. Demande au Centre du patrimoine mondial de reconsidérer le terme « préhistoire » pour mieux reconnaître les cultures permanentes des communautés autochtones, assurer la représentation globale dans l'identification et la conservation des biens qui y sont associés et présenter un rapport d'avancement dans l'élaboration d'un Plan d'action sur la préhistoire et le patrimoine mondial à sa 34e session en 2010 ;

14. Note avec inquiétude la destruction en cours de certains de ces sites fragiles, telle la récente destruction des biens d'art rupestre du Tadrart Acacus en Libye, et demande à l'État partie de prendre des mesures immédiates et, si besoin, d'autres mesures pour régler le problème, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial, ainsi que d'inviter une mission conjointe du Centre du patrimoine mondial/ICOMOS;

15. Exprime sa gratitude aux gouvernements de l'Afrique du Sud, du Bahreïn et de l'Espagne pour leur appui financier et technique lors des diverses rencontres scientifiques internationales et apprécie la proposition du gouvernement espagnol de créer un centre de recherche sur la préhistoire ;

16. Rappelant la décision du Comité du patrimoine mondial 31 COM.21C de mettre en oeuvre un programme de développement durable en matière de conservation de l'architecture en terre, remercie les gouvernements de l'Italie et de la France pour leur soutien au programme d'architecture en terre en Afrique et dans les États arabes en particulier, demande aux bailleurs potentiels et aux États parties de soutenir la mise en oeuvre d'activités et demande en outre au Centre du patrimoine mondial de présenter un rapport d'avancement à sa 35e session en 2011 ;

17. Prend note du rapport d'avancement sur le Programme de tourisme du patrimoine mondial ;

18. Remercie les gouvernements de l'Australie, de la Chine, de la France, de l'Inde, du Royaume Uni et de la Suisse, qui ont travaillé en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, l'Organisation mondiale du tourisme et les autres partenaires, en contribuant à l'Initiative du tourisme durable ;

19. Exprime sa gratitude aux gouvernements de l'Australie et de la Chine pour l'organisation d'un atelier sur le tourisme durable sur le site du patrimoine mondial des grottes de Mogao en Chine en septembre-octobre 2009 et demande que les éléments suivants soient soumis au Comité pour examen à sa 34e session en 2010 :

a) Un rapport sur l'atelier,

b) Des recommandations émanant de l'atelier concernant l'adoption d'orientations relatives aux bonnes pratiques et les changements apportés aux Orientations pour la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial,

c) Un document concernant l'avancement du programme du tourisme du patrimoine mondial ;

20. Demande enfin au Directeur du Centre du patrimoine mondial d'identifier des sources de financement supplémentaire pour mettre en place du personnel en nombre suffisant et des ressources en quantité suffisante tant dans le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives pour qu'elles puissent continuer de contribuer efficacement à la résolution des problèmes relatifs à la conservation du patrimoine mondial.

En savoir plus sur la décision
Code : 25COM XVII10

XVII.8 Le Secrétariat a fourni les justifications suivantes pour la sélection :

  • Tourisme - menaces grandissantes sur les sites du patrimoine mondial dues au tourisme qui, géré de façon durable, pourrait offrir des occasions de développement socio-économique ;
  • Forêts - près de 60 des sites naturels sur la Liste du patrimoine mondial sont des forêts et que les leçons apprises à partir des projets à grande échelle UNESCO-Fondation des Nations Unies dans les sites de forêts tropicales de la République démocratique du Congo peuvent servir d'études de cas pour enrichir le programme ;
  • Villes - près de 200 des sites culturels sur la Liste sont des centres historiques ou des villes entières, et parce que 20 % de l'assistance internationale du Fonds a servi à relever le défi de la conservation du patrimoine urbain ;
  • Constructions en terre - 30 des sites culturels sur la Liste sont inclus dans cette catégorie, et vu les particularités de la conservation du patrimoine en terre et les menaces auxquelles elle doit faire face.

XVII.10 Le Comité s'est déclaré satisfait de la clarté de la présentation et des justifications apportées. En affirmant le ferme soutien de l'approche programmatique globale, il a cependant observé que le programme doit répondre aux priorités établies par le Comité et créer des liens solides avec les résultats des actions de la Stratégie globale et de l'exercice de rapport périodique. Le Comité a approuvé les quatre thèmes des programmes proposés dans cette première série d'initiatives et a autorisé le Centre à les développer.

En savoir plus sur la décision
top