Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserve de la biosphère Río Plátano

Honduras
Facteurs affectant le bien en 1998*
  • Activités illégales
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Infrastructures hydrauliques
  • Modification du régime des sols
  • Tempêtes
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pression importante due à l'invasion de réfugiés et colons dans la réserve;
  • Abattage illégal d'arbres;
  • Braconnage;
  • Projet de route
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1998
Demandes approuvées : 7 (de 1982-1996)
Montant total approuvé : 198 000 dollars E.U.
1996 Conservation strategy and preparation of a management ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1988 Equipment for Rio Platano Biosphere Reserve (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1987 Consultant services, training and equipment for ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1985 Strengthen protection and management of Rio Platano ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1983 Implementation of protective measures, of training ... (Approuvé)   26 000 dollars E.U.
1982 Financial contribution towards ecodevelopment ... (Approuvé)   67 025 dollars E.U.
1982 Rio Platano Biosphere Reserve (Approuvé)   4 975 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Comité a inclus ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1996 et a prié l'Etat partie de mettre en œuvre le plan de mesures correctives en onze points entériné par le ministre hondurien de l'Environnement. L'élaboration d'un plan de gestion est considérée comme activité prioritaire et menée avec le soutien du Fonds du patrimoine mondial (30.000 dollars EU) et d'un projet de grande envergure GTZ-KFW (Allemagne) pour renforcer la préservation de Rio Platano. A sa dernière session, (Naples, 1997), le Comité a demandé au Centre et à l'UICN de planifier une visite du site en 1999 afin de passer en revue son état de conservation.

L'UICN a été informée d'un projet d'aménagement hydroélectrique, (Patuca II), près de la Réserve. Un projet de mandat de déclaration d'impact environnemental a été préparé. Les impacts potentiels du projet incluraient l'ouverture de nouvelles routes d'accès, une réduction de l'écoulement et de la qualité de l'eau en aval et une perte de valeurs liées au paysage et à la biodiversité. L'UICN et le Centre cherchent actuellement à obtenir des détails supplémentaires.

Action requise
Le Bureau recommande au Comité de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en attendant une étude de l'état de conservation du site prévue en 1999.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Comité pourrait rappeler qu'il a inscrit ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1996 et prié l'Etat partie d'appliquer le plan d'action correctif en onze points qui avait été approuvé par le Ministre de l'Environnement du Honduras. Un plan de gestion pour Rio Plátano est en cours d'élaboration grâce à une contribution d'un montant de 30 000 dollars des E.-U. du Fonds du patrimoine mondial, dans le cadre d'un projet à grande échelle visant à renforcer les activités de conservation de Rio Plátano financé par GTZ-KFW (Allemagne). Le Bureau, à sa vingt-deuxième session ordinaire (juin 1998), a été informé par l'UICN qu'il avait été proposé d'entreprendre un projet de mise en valeur hydroélectrique (Patuca II) à proximité de la Réserve. Un cahier des charges a été rédigé en vue de la réalisation d'un projet d'évaluation d'impact écologique ; entre autres impacts potentiels, le projet entraînerait l'ouverture de nouvelles routes d'accès à la Réserve, une réduction du débit de l'eau en aval et la dégradation de sa qualité, et la perte des valeurs du site du point de vue du panorama et de la biodiversité. Le Bureau a prié instamment l'UICN et le Centre de chercher à obtenir des informations plus détaillées concernant le projet de centrale hydroélectrique et de faire rapport à la vingt-deuxième session du Comité. Il a recommandé que le Comité maintienne l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en attendant l'examen de son état de conservation prévu en 1999.

L'UICN a informé le Centre qu'elle avait reçu un grand nombre d'informations sur le projet de mise en valeur hydroélectrique (Patuca II) signalant la préoccupation et le désagrément d'un certain nombre d'autochtones vivant dans la zone qui sera affectée par le projet et à proximité. Selon ces rapports, le gouvernement encourage la mise en œuvre rapide du projet et le processus de préparation d'une étude d'impact environnemental, actuellement en cours, manque de consultation et de transparence. Les rapports reçus font également état d'un plan d'ouverture d'une nouvelle route. L'UICN a insisté sur la nécessité d'obtenir des informations détaillées sur ce projet afin d'entreprendre une étude approfondie de ses menaces potentielles pour l'intégrité du site.

 

****************************************************

Le Secrétariat a rappelé que l'ouragan Mitch avait balayé l'Amérique centrale à la fin du mois d'octobre, provoquant de très fortes pluies, des tempêtes et des inondations dans des parties importantes du Nicaragua, du Honduras et du Salvador. La région possède plusieurs sites du patrimoine mondial, tels que :

El Salvador :  Site archéologique de Joya de Ceren

Guatemala :   Parc national de Tikal

                        Antigua Guatemala

                        Parc archéologique et ruines de Quirigua

Honduras :     Site maya de Copan

                        Réserve de la biosphère Rio Platano (site en péril)

Nicaragua :      Le site de Leon Viejo, reconnu par le Bureau comme possédant des valeurs de patrimoine mondial, mais non encore inscrit.

Le Secrétariat a indiqué que de fortes pluies et des tempêtes ont causé de graves inondations dans les parties creusées du site extrêmement fragile de Joya de Ceren au Salvador, ainsi que des dégâts aux toits qui protègent les parties excavées. Une demande d'assistance d'urgence d'un montant de 35.000 dollars a été présentée à l'examen du Président.

Des dégâts importants ont également été signalés à Leon Viejo au Nicaragua. Aucune information n'a encore été obtenue sur les biens situés au Honduras et au Guatemala.

Décisions adoptées par le Comité en 1998
22 BUR V.A.8
Réserve de la biosphère Rio Platano (Honduras)

Le Bureau a rappelé que le Comité avait inscrit ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1996 et prié l'État partie d'appliquer le plan d'action correctif en onze points qui avait été approuvé par le Ministre de l'environnement du Honduras. Le Bureau a noté qu'un plan de gestion est en cours d'élaboration grâce à une contribution d'un montant de 30 000 dollars des E.-U. du Fonds du patrimoine mondial, dans le cadre d'un projet à grande échelle visant à renforcer les activités de conservation de Rio Platano financé par GTZ-KFW (Allemagne). En outre, l'UICN a informé le Bureau qu'il avait été proposé d'entreprendre un projet de mise en valeur hydro-électrique (Patuca II) à proximité de la Réserve. Un cahier des charges a été rédigé en vue de la réalisation d'un projet d'évaluation d'impact écologique ; entre autres impacts potentiels, le projet entraînerait l'ouverture de nouvelles routes d'accès, une réduction du débit de l'eau en aval et la dégradation de sa qualité, et la perte des valeurs du site du point de vue du panorama et de la biodiversité. 

Le Bureau a prié instamment l'UICN et le Centre de chercher à obtenir des informations plus détaillées concernant le projet de centrale hydro-électrique et de faire rapport au Comité à sa vingt-deuxième session. Il a recommandé que le Comité maintienne l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en attendant l'examen de son état de conservation prévu pour l'année 1999.

22 COM VII.42
SOC : Sites du patrimoine mondial d'Amérique centrale

VII .42 Sites du patrimoine mondial d'Amérique centrale

Le Secrétariat a rappelé que l'ouragan Mitch avait balayé l'Amérique centrale à la fin du mois d'octobre, provoquant de très fortes pluies, des tempêtes et des inondations dans une grande partie du Nicaragua, du Honduras et du Salvador. La région possède plusieurs sites du patrimoine mondial :

El Salvador : Site archéologique de Joya de Ceren

Guatemala : Parc national de Tikal

Antigua Guatemala

Parc archéologique et ruines de Quirigua

Honduras : Site maya de Copan

Réserve de la biosphère Rio Platano (site en péril)

Nicaragua : Le site de Leon Viejo, reconnu par le Bureau comme possédant des valeurs de patrimoine mondial, mais non encore inscrit.

Le Secrétariat a indiqué que de graves inondations avaient endommagé les parties creusées du site extrêmement fragile de Joya de Ceren au Salvador, ainsi que les toitures qui protègent les parties excavées. Une demande d'assistance d'urgence d'un montant de 35.000 dollars a été présentée à l'examen du Président. Des dégâts importants ont également été signalés à Leon Viejo au Nicaragua. Au cours de la session, l'observateur du Guatemala a précisé qu'il n'y avait pas de gros dégâts aux monuments de Tikal et Quirigua, mais que les inondations avaient détruit l'infrastructure à Quirigua et provoqué le dépôt d'une épaisse couche de boue à Quirigua et Antigua Guatemala. Certaines églises d'Antigua Guatemala ont également été touchées. Aucune information n'a été obtenue sur les biens du Honduras.

Le Comité a exprimé ses regrets sincères et sa sérieuse préoccupation concernant les pertes en vies humaines et les destructions causées par l'ouragan Mitch dans les pays d'Amérique centrale. Il s'est dit prêt à collaborer avec les autorités des États parties concernés pour évaluer les dommages éventuels qui auraient pu affecter le patrimoine mondial de la région et à prendre des mesures palliatives qui pourraient s'avérer nécessaires pour sa préservation ou sa restauration.

Le Comité a demandé au Secrétariat de transmettre ce qui précède aux États parties concernés et de fournir, en concertation avec les organismes consultatifs, un rapport complet sur l'état du patrimoine mondial de la région à la vingt-troisième session du Bureau.

En étudiant cette question, l'ICOMOS a insisté sur la nécessité d'inclure des programmes de planification préventive des risques dans les activités de planification globale. Il a attiré l'attention du Comité sur le manuel de planification préventive des risques pour les biens culturels qui a été publié récemment en collaboration avec l'ICCROM, et dont le financement provient du Fonds du patrimoine mondial.

22 COM VII.8
SOC : Réserve de la biosphère Rio Platano (Honduras)

VII.8 Réserve de la biosphère Rio Platano (Honduras)

Le Comité a rappelé le fait qu'il a inscrit ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1996 et il a prié l'État partie d'appliquer le plan d'action correctif en onze points qui avait été approuvé par le Ministre hondurien de l'Environnement. Un plan de gestion pour Rio Platano est en cours d'élaboration grâce à une contribution d'un montant de 30 000 dollars du Fonds du patrimoine mondial, dans le cadre d'un projet à grande échelle visant à renforcer les activités de conservation de Rio Platano financé par GTZ-KFW (Allemagne). Le Comité a été informé d'un projet de construction hydroélectrique (Patuca II) à proximité de la Réserve. Un cahier des charges a été rédigé en vue de la réalisation d'un projet d'évaluation d'impact écologique ; entre autres impacts potentiels, le projet entraînerait l'ouverture de nouvelles routes d'accès à la Réserve, une réduction du débit de l'eau en aval et la dégradation de sa qualité, et la perte des valeurs du site du point de vue du panorama et de la biodiversité.

Le Comité a noté que l'UICN avait reçu un grand nombre de rapports sur le projet de construction hydroélectrique, signalant en particulier la préoccupation et le désagrément d'un certain nombre d'autochtones vivant dans la zone qui sera affectée par le projet et à proximité. Selon ces rapports, le gouvernement encourage la mise en oeuvre rapide du projet et le processus de préparation d'une étude d'impact environnemental, actuellement en cours, manque de consultation et de transparence. Les rapports reçus font également état de l'ouverture d'une nouvelle route. De plus, le Comité a noté que les communications avec les autorités concernées sont devenues difficiles à la suite des récents dégâts causés dans le pays par l'ouragan Mitch et qu'il fallait d'urgence obtenir des informations sur les dégâts de l'ouragan sur ce site. Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il a demandé au Centre de prendre contact avec l'État partie pour obtenir des informations détaillées sur le projet de construction hydroélectrique, y compris sur l'évaluation d'impact environnemental qui est actuellement en préparation, ainsi que sur l'impact de l'ouragan Mitch sur Rio Platano. De plus, le Comité a demandé à l'État partie d'inviter le Centre et l'UICN à entreprendre une visite sur site afin de présenter un rapport détaillé sur l'état de conservation de Rio Platano à la vingt-troisième session du Comité en 1999.

Le Comité pourrait souhaiter adopter le texte suivant :

"Le Comité de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Comité demande au Centre de prendre contact avec l'Etat partie pour obtenir des informations détaillées sur le projet de mise en valeur hydroélectrique, y compris sur l'évaluation d'impact environnemental qui est actuellement en préparation, et de faire rapport à la prochaine session du Bureau. En outre, le Comité demande à l'Etat partie d'inviter le Centre et l'UICN à entreprendre une visite sur site afin de présenter un rapport détaillé sur l'état de conservation de Rio Plátano à la vingt-troisième session du Comité en 1999."

 

***********************************

Le Bureau a recommandé au Comité d'adopter le texte suivant :     

                   "Le Comité exprime ses regrets sincères et sa sérieuse préoccupation concernant les pertes en vies humaines et les destructions causées par l'ouragan Mitch dans les pays d'Amérique centrale. Il se déclare prêt à collaborer avec les autorités des Etats parties concernés pour évaluer les dégâts qui pourraient avoir été causés au patrimoine mondial de la région et à prendre des mesures palliatives qui pourraient s'avérer nécessaires pour sa préservation ou sa restauration.

                   Le Comité demande au Secrétariat de transmettre ce qui précède aux Etats parties concernés et de fournir, en concertation avec les organes consultatifs, un rapport complet sur l'état du patrimoine mondial de la région à la vingt-troisième session du Bureau."

Année du rapport : 1998
Honduras
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2007, 2011-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top