English Français

Patrimoine mondial
et biodiversité

Conservation de l’intégrité et de la biodiversité de l’écosystème

© 

La diversité biologique soutient le fonctionnement des écosystèmes et fournit des services écosystémiques essentiels au bien-être humain. Les biens du patrimoine mondial sont les lieux les plus remarquables de la planète et constituent un sous-ensemble important du système d’aire protégée, essentiel pour la conservation de l’intégrité et de la biodiversité de l’écosystème.. La Convention du patrimoine mondial garantit un engagement mondial pour la conservation de ces lieux exceptionnels tout en respectant leurs liens culturels et locaux.
La Convention du patrimoine mondial reconnaît certains biens du patrimoine mondial spécifiquement pour leurs valeurs exceptionnelles de biodiversité, en protégeant plusieurs des écosystèmes les plus importants et des zones de haute biodiversité de la planète, comme suit:
être « des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d'animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins » (critère ix);
• Ou contenant « les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation » (critère x).

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a élaboré des études thématiques globales sur la biodiversité terrestre et le patrimoine naturel marin afin d'identifier les lacunes sur la Liste du patrimoine mondial et les sites potentiellement candidats.

Bien que certains sites soient reconnus spécifiquement pour leurs valeurs de biodiversité, il existe d'importantes possibilités de renforcer la conservation de la biodiversité et l'utilisation durable de la biodiversité sur tous les sites du patrimoine mondial. Par exemple, de nombreux paysages culturels sauvegardent des valeurs importantes de la biodiversité, souvent basées sur des liens entre la diversité culturelle et la diversité biologique. Le patrimoine bio-culturel a été promu par l'UNESCO et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB) par le biais de leur Programme conjoint sur la diversité biologique et culturelle depuis 2010.

Le Fonds de Réponse rapide (RRF), géré par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, la Fondation des Nations Unies, Fauna & Flora International, a été créé afin de fournir des ressources rapidement pour faire face aux menaces et aux situations d’urgence affectant les biens du patrimoine mondial naturel ou des hauts lieux de la   biodiversité.

L'Initiative de l'UNESCO sur la biodiversité  a été développée pour assurer la contribution de l’UNESCO dans la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies pour la biodiversité, afin de sensibiliser les États membres sur la biodiversité et les services écosystémiques, de cristalliser l’action de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation, de la science et de la culture pour la préservation holistique de la biodiversité et pour renforcer l’interface science/politique de la biodiversité.

Plan stratégique 2011-2020

et les Objectifs d'Aichi

© 

Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique, et les Objectifs d'Aichi pour la biodiversité La Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, qui s'est tenue au Japon en octobre 2010, a adopté le Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 et les objectifs d'Aichi comme base pour stopper et éventuellement d’inverser le processus de perte de biodiversité de la planète. À sa 65e session en 2011, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2011-2020 la Décennie des Nations Unies sur la biodiversité, en vue de contribuer à la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 (>Résolution 65/161).>

La stratégie et plan d'action nationaux en matière de biodiversité (SPANB) sont un instrument politique requis par la Convention sur la diversité biologique (CDB) pour orienter les travaux sur les objectifs d'Aichi et renforcer la coopération entre toutes les conventions relatives à la diversité biologique. À sa 37e session (Phnom Penh, 2013), le Comité du patrimoine mondial a demandé aux États parties à la Convention du patrimoine mondial de veiller à ce que leurs stratégies et plans d'action nationaux pour la diversité biologique prennent pleinement compte de l'importance de la Convention du patrimoine mondial pour atteindre les objectifs d'Aichi pour la biodiversité (décision 37 COM 5A). L'intégration du patrimoine mondial dans les SPANB aide à reconnaître les contributions de la Convention du patrimoine mondial à la conservation et à l'utilisation durable de la biodiversité, à renforcer la mise en œuvre nationale de la Convention tout en contribuant aux objectifs de la CDB.

Les mesures proposées pour intégrer la Convention relative à la diversité biologique, y compris la Convention du patrimoine mondial, dans les SPANB sont fournies dans la présente publication du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE).

Avec le soutien du Fonds en dépôt des Pays-Bas (NFiT), le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO a coopéré avec ses partenaires mondiaux pour développer des ressources communes et des conseils sur les synergies, y compris par le biais des SPANB, pour renforcer la coopération et les synergies au niveau national.

Donateurs