English Français
Veuillez noter qu'en raison des circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de Coronavirus (COVID-19), le courrier régulier envoyé au Centre du patrimoine mondial à Paris ne peut être traité normalement pour le moment. Pour éviter tout retard dans le traitement de la correspondance statutaire et/ou générale, veuillez envoyer systématiquement au destinataire concerné au sein du Centre du patrimoine mondial une copie électronique de toute correspondance que vous souhaitez transmettre. Nous vous remercions de votre compréhension.

Patrimoine mondial et populations autochtones

© OUR PLACE The World Heritage Collection / Chris Morton / Ngorongoro Conservation Area (United Republic of Tanzania)

Beaucoup de peuples autochtones habitent au sein des biens culturels et naturels du Patrimoine mondial. Comme le reconnaît la Politique de l'UNESCO sur l'engagement auprès des peuples autochtones, les biens du patrimoine mondial sont souvent situés sur des terres gérées par des peuples autochtones dont l'utilisation des terres, les connaissances et les valeurs et pratiques culturelles et spirituelles sont liées au patrimoine. Inspirée par la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), la politique de l'UNESCO englobe le droit des peuples autochtones à leurs terres et territoires traditionnels et reconnaît les systèmes de gestion traditionnels dans le cadre de nouvelles approches de gestion. Elle décrit les peuples autochtones comme les gardiens d'une part importante de la diversité biologique, culturelle et linguistique du monde et comme des partenaires dans les activités de conservation et de protection des sites.

Conformément à la DNUDPA et à la politique de l'UNESCO, les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial reconnaissent le rôle des peuples autochtones dans l'identification, la gestion, la protection et la présentation du patrimoine mondial. Dans cet esprit, le Forum international des peuples autochtones pour le patrimoine mondial fonctionne comme une plate-forme de réflexion sur la participation des peuples autochtones à l'identification, la conservation et la gestion des biens du patrimoine mondial, comme l'a noté le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session (Cracovie, 2017).

 

En particulier, les Orientations reconnaissent

  • Les peuples autochtones en tant que parties prenantes et détenteurs de droits dans les processus d'identification, de proposition d'inscription, de gestion et de protection des biens du patrimoine mondial ainsi que dans la mise en valeur du patrimoine, conformément à une approche fondée sur les droits humains (paragraphes 12 et 211d) ;
  • La Participation pleine et effective des peuples autochtones à la préparation des Listes indicatives, c’est-à-dire des inventaires des sites, que les États parties ont l'intention de proposer l'inscription. Avant d'inscrire des sites sur leur liste indicative, « les États parties consultent et coopèrent de bonne foi avec les peuples autochtones concernés par l'intermédiaire de leurs propres institutions représentatives afin d'obtenir leur consentement libre, préalable et informé » (paragraphe 64) ;
  • que la diversité biologique et la diversité culturelle sont étroitement liées et interdépendantes. Les activités humaines peuvent être compatibles avec la Valeur universelle exceptionnelle de la zone où elles sont écologiquement durables (paragraphe 90) ;
  • Une compréhension approfondie et partagée du bien, de ses valeurs universelles, nationales et locales et de son contexte socio-écologique par toutes les parties prenantes, y compris les peuples autochtones, comme élément commun possible d’un système de gestion efficace (paragraphes 111 et 117) ;
  • La promotion d'une participation effective, inclusive et équitable des communautés, des peuples autochtones et des autres parties prenantes concernées par le bien, par le biais de législations, de politiques et de stratégies en tant que conditions nécessaires à la protection, la conservation, la gestion et la mise en valeur durables des biens du patrimoine mondial (paragraphe 119) ;
  • La participation effective et inclusive des peuples autochtones au processus de proposition d’inscription pour démontrer que leur consentement libre, préalable et éclairé a été obtenu et pour leur permettre d'avoir une responsabilité partagée avec l'Etat partie dans l'entretien du bien (paragraphe 123) ;
  • Les Programmes d'éducation et de renforcement des capacités qui favorisent des bénéfices économiques durables et inclusifs pour les communautés locales et les peuples autochtones, y compris la promotion de l'utilisation des ressources et des matériaux locaux et des industries culturelles et créatives locales et la sauvegarde du patrimoine immatériel associé aux biens du patrimoine mondial (paragraphe 214bis) ;
  • Les savoirs traditionnels et autochtones détenus par les communautés locales et les peuples autochtones, avec tous les consentements nécessaires, visant à démontrer la contribution que la conservation et la gestion des biens du patrimoine mondial, de leurs zones tampons et de leur cadre élargi apportent au développement durable (paragraphe 215) ;
  • Les Demandes d'assistance internationale à caractère inclusif, y compris la participation des communautés locales et des peuples autochtones (paragraphe 239 j).

 

 

Etapes majeures

  1. L’implication des autorités locales et des populations autochtones dans le processus de prise de décisions, de suivi et d'évaluation de l'état de conservation des biens a été encouragée par le Comité du patrimoine mondial en 2011.
  2. En 2012, la Convention du patrimoine mondial a célébré son 40è anniversaire. Il était essentiel que cet événement inclue l’ensemble de la communauté du patrimoine mondial, y compris les populations locales. Ainsi, le thème de l’anniversaire était « Patrimoine mondial et développement durable: Le rôle des collectivités locales dans la gestion des sites désignés de l'UNESCO ». Pendant cette année,  des événements ont été organisés partout dans le monde pour fêter cet anniversaire. L’un d’entre eux était le Séminaire international d’experts sur la Convention du patrimoine mondial et les peuples autochtones organisé à Copenhague en septembre 2012. L’idée était de créer un dialogue constructif afin de proposer des recommandations appropriées, au regard des procédures et des principes des Orientations, au Comité du patrimoine mondial.
  3. Par conséquent, les paragraphes 40 et 123 des Orientations ont été amendés en 2015 pour inclure des références spécifiques aux populations autochtones.
  4. En 2015, le Comité du patrimoine mondial a également soutenu la Politique du développement durable adoptée par la 20ème session de l’Assemblée Générale des Etats Parties (Paris, 2015), visant à intégrer le développement durable dans les procédures de la Convention. Cette politique fait spécifiquement référence au « respect, à la consultation et à l’implication des populations autochtones et des communautés locales », soulignant ainsi, conformément aux standards internationaux, que la pleine intégration et la reconnaissance des droits des peuples autochtones et des communautés locales se trouvent au cœur du développement durable.
  5. Le Comité du patrimoine mondial a créé, lors de sa 41ème session (Cracovie, 2017), un Forum international des peuples autochtones sur le patrimoine mondial. L’objectif de ce forum est d'élever le rôle des communautés autochtones dans « l'identification, la conservation et la gestion des biens du patrimoine mondial », comme décrit dans la Décision du Comité 41 COM 7. Le lancement officiel du forum a eu lieu en 2018 lors de la 42ème session du Comité du patrimoine mondial (Manama, Bahreïn). La page web officielle du Forum international des peuples autochtones sur le patrimoine mondial peut être consultée à l'adresse https://iipfwh.org/.
  6. Lors de la 202e session du Conseil exécutif (novembre 2017), la Directrice générale a présenté le projet de document sur les peuples autochtones, qui inclut le rôle des peuples autochtones dans la conservation du patrimoine naturel et culturel, notamment en ce qui concerne les propriétés. Le Conseil d'administration a pris note de ce document en tant que Politique de l'UNESCO sur l'engagement auprès des peuples autochtones.
  7. 2019 marque l'Année internationale des langues autochtones. L'UNESCO dirige l'organisation de l'Année internationale, à l'invitation de l'Assemblée générale des Nations Unies à sa 65e séance plénière, le 19 décembre 2016. Le Conseil exécutif de l'UNESCO a ajouté à sa session de 2018 que la participation des peuples autochtones servirait de point de départ à de nouvelles consultations avec les États membres. Pour la première fois lors d'une session du Comité du patrimoine mondial, l'événement « Les langues autochtones pour la conservation du patrimoine mondial » (5 juillet 2019), généreusement soutenu par le Gouvernement du Canada, a souligné l'importance des langues autochtones pour la sauvegarde du patrimoine mondial. Les panélistes ont souligné que sans les langues, il n’y a pas de transmission des valeurs et des histoires communautaires, et donc pas de transmission du patrimoine.
  8. La même session du Comité, les Orientations ont été mises à jour et harmonisées avec la politique de l'UNESCO concernant l'engagement avec les peuples autochtones.
  9. En 2015, le Comité du patrimoine mondial a également soutenu la Politique du développement durable adoptée par la 20ème session de l’Assemblée Générale des Etats Parties (Paris, 2015), visant à intégrer le développement durable dans les procédures de la Convention. Cette politique fait spécifiquement référence au « respect, à la consultation et à l’implication des populations autochtones et des communautés locales », soulignant ainsi, conformément aux standards internationaux, que la pleine intégration et la reconnaissance des droits des peuples autochtones et des communautés locales se trouvent au cœur du développement durable.
  10. Le Comité du patrimoine mondial a créé, lors de sa 41ème session (Cracovie, 2017), un Forum international des peuples autochtones sur le patrimoine mondial. L’objectif de ce forum est d'élever le rôle des communautés autochtones dans « l'identification, la conservation et la gestion des biens du patrimoine mondial », comme décrit dans la Décision du Comité 41 COM 7. Le lancement officiel du forum a eu lieu en 2018 lors de la 42ème session du Comité du patrimoine mondial (Manama, Bahreïn). La page web officielle du Forum international des peuples autochtones sur le patrimoine mondial peut être consultée à l'adresse https://iipfwh.org/.
  11. Lors de la 202e session du Conseil exécutif (novembre 2017), la Directrice générale a présenté le projet de document sur les peuples autochtones, qui inclut le rôle des peuples autochtones dans la conservation du patrimoine naturel et culturel, notamment en ce qui concerne les propriétés. Le Conseil d'administration a pris note de ce document en tant que Politique de l'UNESCO sur l'engagement auprès des peuples autochtones.
  12. 2019 marque l'Année internationale des langues autochtones. L'UNESCO dirige l'organisation de l'Année internationale, à l'invitation de l'Assemblée générale des Nations Unies à sa 65e séance plénière, le 19 décembre 2016. Le Conseil exécutif de l'UNESCO a ajouté à sa session de 2018 que la participation des peuples autochtones servirait de point de départ à de nouvelles consultations avec les États membres. Pour la première fois lors d'une session du Comité du patrimoine mondial, l'événement « Les langues autochtones pour la conservation du patrimoine mondial » (5 juillet 2019), généreusement soutenu par le Gouvernement du Canada, a souligné l'importance des langues autochtones pour la sauvegarde du patrimoine mondial. Les panélistes ont souligné que sans les langues, il n’y a pas de transmission des valeurs et des histoires communautaires, et donc pas de transmission du patrimoine.La même session du Comité, les Orientations ont été mises à jour et harmonisées avec la politique de l'UNESCO concernant l'engagement avec les peuples autochtones.
  13. La même session du Comité, les Orientations ont été mises à jour et harmonisées avec la politique de l'UNESCO concernant l'engagement avec les peuples autochtones.

     

 

 

Documents

Décisions (1)
Show 41COM 7