Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Îles Galápagos

Équateur
Facteurs affectant le bien en 2008*
  • Activités de gestion
  • Activités illégales
  • Gouvernance
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Ressources humaines
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
  • Autres menaces :

    réforme de l'éducation pas mise en œuvre

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Mise en œuvre inappropriée de la Loi spéciale sur le Galápagos et absence d'application de la loi;

b) piètre gouvernance;

c) mesures de quarantaine inappropriées et inefficaces;

d) pêche illégale;

e) instabilité du poste de Directeur du parc;

f) fort taux d'immigration;

g) développement touristique non durable;

h) réforme de l'éducation pas mise en œuvre.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Mise en oeuvre insatisfaisante de la Loi spéciale sur les Galápagos et absence d'application de la loi;
  • piètre gouvernance;
  • planification régionale inappropriée;
  • mesures de quarantaine inadaptées et inefficaces;
  • pêche illégale;
  • instabilité du poste de directeur;
  • fort taux d'immigration illégale et non régulé, et les impacts associés du developpement sur la biodiversité
  • développement touristique non durable;
  • réforme éducative non mise en œuvre. 
Mesures correctives pour le bien

Un grand nombre d'actions individuelles a été regroupé dans les 15 points suivants:

a) Réduire le nombre de points d'accès aux Iles Galápagos, par voies aérienne et maritime, afin de réduire les risques d'introduction de nouvelles espèces invasives;

b) optimiser les ressources accordées aux différentes agences en charge de la conservation des Galápagos, en particulier pour le GNP (Parc national des Galápagos), l'INGALA (Institut National des Galápagos) et le SESA (Service sanitaire agricole de l'Equateur);

c) renforcer le processus de sélection pour les plus hauts postes de l'INGALA et du SESA;

d) réduire de façon importante le nombre d'immigrants illégaux sur les Iles Galápagos, et ainsi, les impacts d'une croissance de population non contrôlée;

e) réglementer les activités de pêche de loisirs;

f) contrôler le nombre de touristes venant sur les Iles Galápagos;

g) appliquer les règlementations d’inspection et de fumigation des avions ;

h) appliquer des mesures de quarantaine et de protection phytosanitaire aux bateaux de croisière et aux cargos circulant entre les îles et entre le continent et les Iles Galápagos;

i) lutter contre la surexploitation des ressources de poissons et fournir des emplois alternatifs aux petits pêcheurs;

j) lutter contre la dispersion d'espèces invasives, propagée par les mouvements de personnes et de marchandises entre les îles et entre les Iles Galápagos et le continent;

k) accroître le personnel et les infrastructures aux points de départ sur le continent et aux points d'entrée sur les Iles Galápagos afin d'exercer une inspection efficace;

l) s'assurer que les bateaux de cabotage remplissent les conditions requises au transport de marchandises et de nourriture, réduisant ainsi les risques d'introduction d'espèces invasives;

m) prévoir et mettre en œuvre une stratégie de renforcement des capacités pour les résidents locaux afin qu'ils puissent être mieux préparés à assurer des tâches techniques ou des travaux traditionnellement accomplis par les étrangers;

n) mettre en œuvre la Réforme générale de l'éducation qui fait partie de la LOREG (Loi organique sur le régime des espèces et pour la conservation et le développement durable des Galápagos) depuis 1998 et qui est toujours à l'état de projet;

o) renforcer les capacités dans la détection précoce et l'éradication des espèces invasives provenant du continent ou des autres îles.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Le calendrier pour la mise en oeuvre des différentes étapes du plan d'actions court de 2007 à 2012.
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2008

Montant total accordé au bien: 3,5 millions de dollars EU

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2008
Demandes approuvées : 25 (de 1979-2001)
Montant total approuvé : 567 850 dollars E.U.
2001 Emergency assistance request for Galapagos Islands ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1998 Ecological Monitoring in the Galapagos Archipelago - ... (Approuvé)   92 500 dollars E.U.
1998 Urgent development of ecological monitoring through a ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1996 Preparation of Interpretation Materials for the ... (Non approuvé)   0 dollars E.U.
1994 Fire figthing equipment for Galapagos (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1992 Revision of the management plan for Galapagos Islands (Approuvé)   29 000 dollars E.U.
1992 One fellowship for an officer from the Galapagos ... (Approuvé)   3 100 dollars E.U.
1992 Support to 3 resource persons and organization of a ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1992 Financial contribution to a training course organized ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1990 Training in Costa Rica of one specialist from the ... (Approuvé)   2 000 dollars E.U.
1990 Study to investigate the impacts of tourism on ... (Approuvé)   14 000 dollars E.U.
1989 Purchase of 2 motor-boats and spare parts, as well as ... (Approuvé)   59 500 dollars E.U.
1989 Financial contribution to the Charles Darwin Foundation ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1989 One study grant enabling the superintendent of ... (Approuvé)   4 000 dollars E.U.
1988 Purchase of 4 boats for strengthening the protection of ... (Approuvé)   54 000 dollars E.U.
1988 Consultancy services for reviewing and preparing a ... (Approuvé)   4 250 dollars E.U.
1987 1.5 month consultancy mission to follow-up the zoning ... (Approuvé)   2 500 dollars E.U.
1987 Contribution to consultancy mission for the development ... (Approuvé)   2 000 dollars E.U.
1987 Provision of 2 experts for 3.5 months to advise on the ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1986 Financial support to the environmental education and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1985 Contribution to the training of an environmental ... (Approuvé)   2 500 dollars E.U.
1985 4-month training in management of protected areas ... (Approuvé)   6 000 dollars E.U.
1985 Contribution to purchase of equipment for Galapagos ... (Approuvé)   10 500 dollars E.U.
1982 Financial contribution to a training course organised ... (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
1979 Purchase of equipment to eliminate invasive species in ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1979 Training seminar in the Galapagos (Approuvé)   12 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2008**

Juin 1996: mission conjointe UNESCO / UICN (en présence du Président), juin 2003: mission de l'UNESCO, avril 2005: visite informelle de l'UNESCO, février/mars 2006: mission conjointe UNESCO / UICN, avril 2007: mission conjointe UNESCO / UICN (en présence du Président).

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Au cours de l'année passée, l'Etat partie a remis deux rapports au Centre du patrimoine mondial. Un premier rapport (en espagnol) a été reçu en novembre 2007. Il inclut 31 annexes et fait état des progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives du plan d'action élaboré en réponse au décret présidentiel No 270. En février 2008, l'Etat partie a remis un rapport complémentaire sur l'état de conservation du bien du patrimoine mondial (une nouvelle fois en espagnol) comprenant des informations mises à jour sur la mise en œuvre du plan d'action. Le rapport de février 2008 inclut 9 annexes sur les différents accords, résolutions et nouvelles réglementations qui ont été récemment approuvés et qui soutiennent plusieurs actions fondamentales. Cela inclut:

a) La prise de décision pour les problèmes majeurs de planification et de gestion a été transférée aux organismes locaux. Dans ce but, diverses institutions comme le Conseil de l'INGALA et ses Comités techniques respectifs et l'Autorité de gestion inter institutionnelle (AIM en espagnol) ont été réactivées. Ces institutions et d'autres organismes ont adopté des résolutions, des projets et des règlementations qui visent à résoudre les problèmes mentionnés ci-dessus. Elles ont, entre autre, adopté le plan pour le contrôle total des espèces introduites, les règlementations sur le contrôle migratoire, un moratoire sur l'importation de véhicules, l'interdiction d'atterrissage d'avions en provenance d'autres aéroports que ceux de Quito ou Guayaquil.

b) au niveau national, des instruments de planification intégrée ont été élaborés, dont le plan national de développement pour 2007 – 2010, qui inclut un plan spécifique pour les Iles Galápagos.

c) d'importants résultats ont été obtenus dans le contrôle et l'éradication d'espèces introduites. Le rapport fait état de 2.936 chèvres, 45 cochons, 135 ânes, et 56 vaches expulsés des îles entre décembre 2007 et janvier 2008. Une campagne d'éradication des rats noirs a été initiée, la phase pilote est en cours sur l'île de Seymour Norte, et, le rapport fait état d'une campagne d'éradication du poisson tilapia dans les eaux du lac El Junco début 2008 – en février 40.000 poissons avaient été retirés de ce très petit lac et le suivi se poursuit. La présence de chèvres sur des îles où elles étaient jusqu'alors inconnues est une source d'inquiétude croissante car cette présence pourrait compromettre le travail d'élimination des chèvres réalisé au prix d'investissements massifs. En janvier 2008, 53 otaries ont été mystérieusement tuées sans raison apparente, c'est là encore une autre raison d'inquiétude.

d) Depuis septembre 2007, le Fonds des Galápagos pour les espèces invasives (GISF) a commencé sa collecte de fonds avec 1 million de dollars EU reçu du Gouvernement équatorien et 2,19 millions de dollars EU collectés sous les auspices du Centre du patrimoine mondial aidé par la Fondation des Nations Unies (UNF), le Fonds de conservation mondiale, émanation de Conservation International, et par le Conservatoire des Galápagos. L'objectif fixé par le GISF est d'atteindre une capitalisation de 15 millions de dollars EU.

e) Des travaux complémentaires de restauration des écosystèmes et de populations d'espèces essentielles menacées ont été réalisés, entre autres, la tortue géante sur l'île d'Isabela. Un plan de restauration écologique de l'île de Pinta a été préparé et sa mise en œuvre a commencé en mars 2008.

f) En ce qui concerne l'industrie de la pêche, les actions se sont concentrées sur l'élaboration d'un projet de chapitre sur la gestion de l'industrie de la pêche, à inclure dans le plan de gestion de la réserve marine des Galápagos. Ce projet de chapitre est en cours de discussion avec les coopératives de pêche dans l'espoir qu'elles l'approuvent avant d'être soumis à ratification. Le projet du Centre du patrimoine mondial "Paysage marin de l'est du Pacifique tropical" (ETPS) a soutenu des travaux entrepris avec des pêcheurs en définissant de petites zones où la pêche est interdite et en étudiant la faisabilité d'un renoncement aux droits de pêche dans des zones sensibles avec en contrepartie un accès facilité au crédit permettant de se réorienter vers des activités non extractives.

g) Les mesures concernant le tourisme se sont concentrées sur a) le développement de réglementations pour des activités touristiques spécifiques; b) une étude sur la capacité d'accueil de l'écotourisme qui a débuté en septembre 2007 et qui vise à définir un nombre optimal d'activités touristiques sur chaque île; c) une évaluation des besoins en renforcement des capacités qui a été menée afin de mettre en place une structure de formation continue pour les écoguides travaillant dans le Parc national des Iles Galápagos; d) un suivi satellitaire des bateaux de croisières est mis en œuvre, il facilitera le contrôle des mouvements de ces bateaux en s'assurant qu'ils suivent bien des itinéraires préétablis ; e) des ancres flottantes sont mises en place afin de remédier à de nouveaux dommages causés aux fonds marins sensibles par des ancres de fond; f) la direction du Parc national des Iles Galápagos a entamé un processus de concertation participative pour établir un nouveau schéma touristique pour l'archipel et un système de concessions d'activités touristiques. Avec l'aide internationale de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), un atelier sur la gestion touristique a été mis en place en octobre 2007 afin d'examiner et de prévoir un nouveau système de concessions des activités touristiques. Le Centre du patrimoine mondial a aidé cette action par l'octroi d'une bourse de 40.000 dollars EU en décembre 2007.

h) Un contrôle de l'immigration a été mis en vigueur avec l'application de la Réglementation spéciale de qualification et de contrôle de la résidence, depuis septembre 2007, et la mise en place d'une "Carte personnelle pour le contrôle des déplacements" qui permettra d'identifier les gens qui essayent de rester sur les îles au-delà du temps maximum autorisé par la loi (90 jours).

i) Le 20 décembre 2007, le Ministère de l'éducation a signé un accord avec le Bureau de l'UNESCO de Quito pour réformer les système éducatif sur les Iles Galápagos. Un financement est en cours de recherche pour cette initiative.

Le Centre du patrimoine mondial et l'UICN prennent note avec satisfaction du très grand développement au cours des dernières années de la capacité technique du Service du Parc national des Iles Galápagos et de la Fondation Charles Darwin, développement accompagné des ressources nécessaires. Ces deux organismes semblent avoir la capacité de relever bien des défis liés aux espèces introduites et à la restauration écologique. Cependant, les contextes socioéconomiques et politiques sous-jacents restent difficiles et encourager des actions positives dans ces domaines requerra des agences gouvernementales et de la société civile en présence une approche beaucoup plus globale et durable. A ce propos, il reste un grand nombre de problèmes qui doivent être traités:

a) Alors que le rapport de l'Etat partie fait état de progrès accomplis dans la résolution des problèmes mentionnés ci-dessus, il n'est pas évident que les actions entreprises mènent à des changements réels dans les domaines concernés. La plupart des actions mises en œuvre jusqu'alors sont axées sur leur propre processus et la plupart d'entre elles sont encore dans l'attente d'une autorisation officielle. Le rapport ne fait état d'aucune échéance. Il n'apporte aucune preuve de la mise en œuvre des actions ou de témoignage sur la façon dont elles sont réalisées. La nécessité pour l'Etat partie de passer rapidement de l'étape actuelle du projet à celles futures de l'autorisation officielle puis de la mise en œuvre de ces actions doit être accentuée.

b) Alors que le rapport signale que 2000 personnes ont régularisé leur statut de résident dans le cadre de la Réglementation spéciale de qualification et de contrôle de la résidence, le rapport ne fournit aucun chiffre concernant le nombre d’immigrants illégaux qui ont été recensés et quelle sera la politique à leur égard, rendant ainsi difficile l’évaluation des impacts réels de cette réglementation visant à limiter une croissance de la population provoquée par l’afflux d’immigrants.

c) En mars 2008, la Directrice du Parc national des Iles Galápagos a été révoquée et un Directeur intérimaire a été nommé. L’instabilité du poste de Directeur du Parc et la rapide succession de 12 Directeurs et Directeurs intérimaires en 3 ans (2002-2006) ont été un grand problème et un problème majeur de gestion lié à une piètre gouvernance et à une mise en œuvre inappropriée des programmes de conservation et de gestion.

Décisions adoptées par le Comité en 2008
32 COM 7A.13
Îles Galápagos (Équateur) (N 1bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7A,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.35, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Rappelle à l'État partie que le rapport sur l'état de conservation doit être soumis dans l'une des deux langues de travail de la Convention du patrimoine mondial (français ou anglais) ;

4. Félicite l'État partie des progrès accomplis dans la mise en oeuvre de certaines des principales mesures correctives du plan d'action élaboré en réponse au Décret présidentiel No 270, de ses succès ininterrompus dans le contrôle et l'éradication des espèces introduites et des progrès accomplis dans la création et le financement du fonds-en-dépôt pour la lutte contre les espèces invasives des Îles Galápagos, et prie instamment l'État partie de poursuivre la mise en oeuvre de ces mesures correctives ;

5. Prie aussi instamment l'État partie de mettre en place une procédure rigoureuse et transparente de nomination sans délai d'un Directeur du parc national des Îles Galápagos et souligne l'importance d'un engagement politique et institutionnel afin d'éviter toute instabilité de ce poste ;

6. Demande que l'État partie communique suffisamment d'informations chiffrées dans les rapports à venir pour faire une évaluation objective dans le domaine des activités mises en oeuvre afin de traiter les problèmes sociaux, de conservation et de développement qui affectent le bien, et de fournir un calendrier précis pour son achèvement ;

7. Note avec inquiétude que les problèmes fondamentaux de conservation et les conflits liés aux menaces principales qui ont justifié l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril, demeurent ;

8. Réitère sa demande à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et une proposition d'État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

9. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport complet sur l'état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009, qui insiste particulièrement sur les mesures correctives définies dans son plan d'action en 15 points. Le rapport devrait aussi répondre aux inquiétudes exprimées ci-dessus et faire le point sur les progrès accomplis dans les différentes actions requises par le Décret présidentiel No 270 ;

10. Décide de maintenir les Îles Galápagos (Équateur) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Projet de décision: 32 COM 7A.13

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7A,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.35, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Rappelle à l’Etat partie que le rapport sur l’état de conservation doit être soumis dans l’une des deux langues de travail de la Convention du patrimoine mondial (français ou anglais) ;

4. Félicite l’Etat partie d’Equateur des progrès accomplis dans la mise en œuvre de certaines des principales mesures correctives du plan d’action élaboré en réponse au Décret présidentiel No 270, de ses succès ininterrompus dans le contrôle et l’éradication des espèces introduites et des progrès accomplis dans la création et le financement du Fonds en dépôt pour la lutte contre les espèces invasives des Iles Galápagos, et prie instamment l’Etat partie de poursuivre la mise en œuvre de ces mesures correctives;

5. Prie également instamment l’Etat partie de mettre en place une procédure rigoureuse et transparente de nomination sans délai d’un Directeur du parc national des Iles Galápagos et souligne l’importance d’un engagement politique et institutionnel afin d’éviter toute instabilité de ce poste ;

6. Regrette que le rapport de l’Etat partie ne fournisse pas suffisamment d’informations chiffrées pour évaluer avec objectivité les impacts véritables des actions mises en œuvre afin de résoudre les problèmes sociaux, de conservation et de développement du bien, et ce, dans le cadre d’un calendrier défini ;

7. Prend note avec inquiétude que les problèmes fondamentaux de conservation et les conflits liés aux menaces principales qui ont justifié l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril demeurent ;

8. Réitère sa demandeà l’Etat partie de développer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, incluant les conditions d’intégrité, ainsi qu’une proposition d’Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009;

9. Demande à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2009, un rapport approfondi sur l’état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009, en insistant particulièrement sur les mesures correctives identifiées dans son plan d’action en 15 points. Le rapport devra aussi répondre aux inquiétudes exprimées ci-dessus et faire le point des progrès accomplis dans les différentes actions requises par le Décret présidentiel No 270 ;

10. Décide de maintenir les Iles Galapagos (Equateur) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Année du rapport : 2008
Équateur
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 2007-2010
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 32COM (2008)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top