Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Vallée de Kathmandu

Népal
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Développement urbain incontrôlé avec perte du tissu urbain traditionnel, notamment des habitations privées ;

b) Absence de mécanisme de gestion coordonné.

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2012

Montant total accordé au bien : 10 millions de dollars EU (1979-2001) – Campagne de sauvegarde internationale ; 45 000 dollars EU (2005) – Fonds-en-dépôt néerlandais

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 15 (de 1979-2006)
Montant total approuvé : 342 679 dollars E.U.
2006 Completion and Implementation of the Integrated ... (Approuvé)   27 000 dollars E.U.
1998 Preparing a full inventory of 120 buildings within the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1998 On site promotion activity at Kathmandu (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1998 Structural survey of the 55 Windows Palace building in ... (Approuvé)   19 800 dollars E.U.
1997 Joint UNESCO-ICOMOS-Government of Nepal team to conduct ... (Approuvé)   35 000 dollars E.U.
1997 Studies on traditional architecture, construction and ... (Approuvé)   28 000 dollars E.U.
1997 Emergency assistance for Degu Taleju Mandir Monument in ... (Approuvé)   19 969 dollars E.U.
1997 Training Course for the Recording and Documentation of ... (Approuvé)   14 000 dollars E.U.
1994 Costs of a resident International Technical Advisor for ... (Approuvé)   52 000 dollars E.U.
1994 Financial contribution for the restoration of Patukva ... (Approuvé)   20 600 dollars E.U.
1994 Financial contribution for the restoration of Degu ... (Approuvé)   24 310 dollars E.U.
1989 Work and equipment for the restoration of the roof of ... (Approuvé)   14 000 dollars E.U.
1989 Urgent works for the restoration of the roof of the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1980 Additional financial assistance for Swayambhu Temple in ... (Approuvé)   13 000 dollars E.U.
1979 Financial assistance for the consolidation of Swayambhu ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**

Février 2003 : mission de haut niveau, Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; avril 2007 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mars 2011 : mission de conseil d’un expert international de l’UNESCO ; novembre 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Une mission commune de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS a été entreprise du 23 au 28 novembre 2011 sur le bien pour en évaluer l’état de conservation et étudier les projets routiers et d’extension de l’aéroport.

Le 30 janvier 2012, l’État partie a soumis un bref rapport sur l’état de conservation du bien.

a)  Projet de construction d’un tunnel routier dans la zone de monuments de Pashupati

L’État partie fait part de l’abandon du projet de construction d’un tunnel routier qui aurait traversé la zone de monuments de Pashupati, comme l’avait demandé le Comité. Cette route, dont la construction avait démarré en 2007, aurait divisé en deux la zone de monuments. Les travaux commencés ont été stoppés après que la menace que cela constituait pour le bien ait été reconnue. Des mesures d’atténuation visant à restaurer l’apparence de la zone avant 2007 ont été demandées dans la décision du Comité du patrimoine mondial. L’État partie fait savoir que ces mesures d’atténuation ont été débattues avec la mission de novembre 2011, mais il ne fournit aucun détail complémentaire sur leur mise en œuvre.

La mission commune de novembre 2011 Centre du patrimoine mondial/ICOMOS a précisé dans ses recommandations que les travaux d’atténuation des impacts de la construction du tunnel routier déjà entrepris dans la zone de monuments de Pashupati Monument Zone étaient essentiels car les travaux de construction avaient été stoppés et qu’il convenait donc d’entreprendre immédiatement une restauration écologique pour redonner à cette zone son apparence d’avant 2007. La résolution de la question d’une infrastructure de transport, en particulier d’une nouvelle route, devient une exigence. Il convient à cet égard d’établir et de respecter des procédures clairement définies pour guider à l’avenir la planification de la circulation et la construction de la route.

La mission a également recommandé que le Comité passe en revue l’avancement concernant la question d’une autre route qui longerait la limite du bien.

La mission a estimé que la présence de l’armée dans le périmètre du bien devait être réduite au minimum et qu’elle ne devait plus utiliser une partie du bien comme Club de golf. Il convient d’autre part d’établir et d’adopter une stratégie de transport et d’urbanisme pour l’ensemble de la ville, et d’évaluer l’impact du projet d’extension de l’aéroport, de l’élargissement du périphérique et de nouveaux aménagements au nord de la zone de monuments de Pashupati. Il ne faudra inclure dans la stratégie susmentionnée que des projets jugés sans impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle du bien.

b)  Mise en œuvre du plan de gestion intégrée (PGI)

L’État partie indique que l’actuel plan de gestion intégrée du bien date de cinq ans et devra donc être revu et actualisé.

La mission de novembre 2011 a considéré qu’il convenait de féliciter les agences gouvernementales népalaises de leurs efforts pour la mise en œuvre du plan de gestion intégrée (PGI) de 2007 du bien.

La mission a recommandé que l’établissement réussi du PGI soit suivi de la formation d’une structure de coopération entre services gouvernementaux, autres organismes et communautés pour en soutenir la mise en œuvre, et par des mécanismes permettant d’entreprendre des évaluations d’impact sur les projets d’aménagements. Il conviendra de mettre au point des régimes spécifiques de gestion du bien et une réglementation de la construction pour chacune des sept zones du bien. Le Département de l’Archéologie devra également mieux faire connaître la valeur universelle exceptionnelle du bien à tous les intervenants concernés. Par ailleurs, la mission a considéré qu’il faudrait disposer d’un complément de ressources pour aider le Comité de coordination des travaux à appliquer le PGI. Il faudra également établir un plan de gestion des risques.

c)  Conservation

La mission a noté qu’il fallait éviter tout aménagement inapproprié, comme ceux qui ont été réalisés près du sanctuaire de Pashupati et sur le site d’Hanuman Dhoka. Il faudra s’efforcer de préserver les monuments historiques essentiels dans toutes les zones de monuments. Qui plus est, les projets de conservation devront faire l’objet d’une évaluation d’impact et d’un suivi sur le patrimoine et d’un suivi pour s’assurer de la bonne application des normes de conservation, car la mission a constaté qu’elles pouvaient varier. Il faudra disposer d’une aide sous forme de subventions pour conserver certains bâtiments privés dans le périmètre du bien.

S’agissant de la conservation du bien, la mission précise dans sa recommandation que la nouvelle construction adjacente au Pujari Math sur le site de Bhaktapur a un impact négatif sur le caractère historique et le cadre du lieu et devrait être démolie. Par contre, la réutilisation d’un monument historique pour abriter le Musée de Patan est exemplaire et cet exemple mérite d’être suivi pour d’autres bâtiments. Il convient d’encourager les techniques de construction artisanales et d’améliorer la communication avec le public pour faire mieux comprendre et apprécier la valeur universelle exceptionnelle du bien.

d)  Évaluation d’impact sur le patrimoine

Une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) pour les aménagements proposés a été demandée par le Comité dans la décision 35 COM 7B.75, pourexamen par les Organisations consultatives. La décision impliquait que cela soit effectué pour deux aménagements mentionnés dans la décision : le projet routier et le projet d’extension de l’aéroport. Cette décision demandait également un rapport sur la mise en œuvre des recommandations de la mission consultative de mars 2011 qui ont étudié le projet de nouvelle route, les réparations nécessaires du réseau de drainage naturel, la restauration des zones forestières endommagées, les contrôles d’accès des piétons et des véhicules, et la nécessité de fixer des limites précises au bien.

L’État partie n’a fourni d’EIP officielle pour aucun des projets et le rapport indique simplement qu’une évaluation sera fournie pour le projet routier une fois que l’on aura atteint un consensus à cet égard. Les recommandations de la mission consultative de mars 2011 ne sont pas traitées dans le rapport de l’État partie.

e)  Projet de reconstruction du temple de Bhaidegah, place Durbar à Patan

La mission a pris note d’un avant-projet de reconstruction. L’État partie devra fournir une justification complète pour la reconstruction, ainsi que des plans d’architecte détaillés incluant des informations sur les matériaux et l’ornementation, pour permettre à l’ICOMOS d’effectuer un examen complet. Un rapport établi par l’ICOMOS évaluant les projets de reconstruction de la place Durbar à Patan par l’État partie accompagne le rapport de mission.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent les progrès accomplis dans la mise en œuvre du plan de gestion intégrée. Ils sont d’accord avec les conclusions et recommandations de la mission de novembre 2011. Ils considèrent toutefois que plusieurs questions soulevées dans la décision 35 COM 7B.75 ne sont toujours pas résolues. La confirmation de l’abandon du nouveau tunnel routier est accueillie avec satisfaction.

La résolution des questions d’infrastructure de transport, d’un nouveau tracé routier et de l’atténuation des travaux déjà entrepris est requise d’urgence. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent l’importance d’une mise en œuvre des recommandations de la mission concernant l’établissement d’une stratégie de transport urbain, la suppression de constructions inappropriées, le respect de l’aménagement du territoire, la mise en place de mesures de contrôle du développement, y compris une réglementation sur les évaluations d’impact sur le patrimoine, la mise en place d’un plan de gestion des risques de catastrophe, l’incitation à sélectionner de meilleurs projets de conservation bien financés, et l’amélioration de la coordination et de la communication entre les services gouvernementaux compétents et avec le public. 

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7B.66
Vallée de Kathmandu (Népal) (C 121)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7B.75, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Prend note des résultats de la mission commune de suivi réactif de novembre 2011 Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien ;

4.   Constate avec satisfaction l’annulation de la construction du tunnel routier ;

5.   Prie instamment l’État partie de proposer un nouveau tracé routier alternatif qui passerait le long et à l’extérieur de la limite du bien, et d’atténuer d’urgence les travaux de construction d’une route dans la zone de monuments de Pashupati par un programme de restauration écologique ;

6.   Demande à l’État partie de mettre en œuvre les recommandations de la mission de novembre 2011 concernant l’établissement d’une stratégie de transport urbain, un renforcement du contrôle du développement, y compris une réglementation sur les évaluations d’impact sur le patrimoine, un plan de gestion des risques de catastrophe et une amélioration des systèmes de coordination et de communication entre les services gouvernementaux et les autres intervenants concernés ;

7.   Engage État partie à prendre des mesures pour assurer la conformité aux normes internationales de conservation pour les grands travaux de conservation, et à mobiliser un financement et des aides sous forme de subventions pour ces projets ;

8.   Demande également à l’État partie d’étudier tous les moyens d’atténuer l’impact de la nouvelle construction inappropriée adjacente au Pujari Math sur le site de Bhaktapur, et de réduire la présence de l’armée au minimum nécessaire pour assurer la sécurité dans le périmètre du bien ;

9.   Considère que la décision de l’État partie de revoir le plan de gestion intégrée offre une occasion de mettre en œuvre les recommandations de la mission de 2011 ;

10. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial des informations détaillées – notamment qu’un organisme indépendant évalue l’impact sur le patrimoine du nouveau tracé routier révisé, de l’extension de l’aéroport ou tout autre grand programme d’aménagement, de conservation ou de reconstruction, en particulier pour le temple de Bhaidegah, conformément au paragraphe 172 des Orientations, pour examen par les Organisations consultatives ;

11.  Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien, et sur la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013. 

36 COM 8E
Adoption des Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/8E,

2.    Félicite les États Parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;

3.    Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle,  telles que présentées dans l’Annexe I du Document WHC-12/36.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

    • Australie : La Grande Barrière ; Îles Lord Howe ; Forêts humides Gondwana de l’Australie ; Tropiques humides de Queensland ; Île Fraser ; Sites fossilifères de mammifères d’Australie (Riversleigh / Naracoorte); Îles Heard et McDonald ; Île Macquarie ; Parc national de Purnululu ;
    • Bangladesh : Ville-mosquée historique de Bagerhat ;
    • Cambodge : Angkor ;
    • Chine : Mont Taishan ; La Grande Muraille ; Palais impériaux des dynasties Ming et Qing à Beijing et à Shenyang ; Grottes de Mogao ; Site de l’homme de Pékin à Zhoukoudian ; Région d’intérêt panoramique et historique de la vallée de Jiuzhaigou ; Temple et cimetière de Confucius et résidence de la famille Kong à Qufu ; Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang ; Ensemble historique du palais du Potala, Lhasa ; Parc national de Lushan ; Paysage panoramique du Mont Emei, incluant le paysage panoramique du Grand Bouddha de Leshan ; Vieille ville de Lijiang ; Temple du Ciel, autel sacrificiel impérial à Beijing ; Mont Wuyi ; Sculptures rupestres de Dazu ; Mont Qincheng et système d’irrigation de Dujiangyan ; Capitales et tombes de l’ancien royaume de Koguryo ; Sanctuaires du grand panda de Sichuan – Wolong, Mont Siguniang et Montagnes de Jiajin ;
    • Côte d’Ivoire et Guinée : Réserve naturelle intégrale du Mont Nimba;
    • Egypte : Wadi Al-Hitan (La vallée des Baleines) ;
    • Estonie : Centre historique (vieille ville) de Tallinn ;
    • Ethiopie : Eglises creusées dans le roc de Lalibela ; Basse vallée de l’Aouache ; Basse vallée de l’Omo ; Harar Jugol, la ville historique fortifiée ;
    • Gambie : Île Kunta Kinteh et sites associés;
    • Gambie et Sénégal : Cercles mégalithiques de Sénégambie;
    • Ghana : Forts et châteaux de Volta, d’Accra et ses environs et des régions centrale et ouest ; Bâtiments traditionnels ashanti ;
    • Iles Salomon : Rennell Est ;
    • Inde : Le Taj Mahal ; Parc national de Keoladeo ; Parc national des Sundarbans ; Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs ;
    • Indonésie : Ensemble de Borobudur ; Ensemble de Prambanan ;
    • Kazakhstan : Mausolée de Khoja Ahmad Yasawi ; Pétroglyphes du paysage archéologique de Tamgaly ;
    • Madagascar : Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha ; Colline royale d’Ambohimanga ;
    • Malaisie : Parc national du Gunung Mulu ;
    • Mali : Tombouctou ; Falaises de Bandiagara (pays dogon) ; Tombeau des Askia ;
    • Mongolie : Paysage culturel de la vallée de l’Orkhon ;
    • Népal : Parc national de Sagarmatha ; Vallée de Kathmandu ; Parc national de Chitwan ; Lumbini, lieu de naissance du Bouddha ;
    • Nigéria : Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo ;
    • Nouvelle-Zélande : Te Wahipounamu – zone sud-ouest de la Nouvelle-Zélande ; Iles subantarctiques de Nouvelle-Zélande ;
    • Ouzbékistan : Centre historique de Boukhara ; Centre historique de Shakhrisyabz ; Samarkand – carrefour de cultures ;
    • Pakistan : Ruines archéologiques de Mohenjo Daro ;
    • Philippines : Eglises baroques des Philippines ; Parc national de la rivière souterraine de Puerto Princesa ;
    • République de Corée : Grotte de Seokguram et temple Bulguksa ; Temple d’Haeinsa Janggyeong Panjeon, les dépôts des tablettes du Tripitaka Koreana ; Sanctuaire de Jongmyo ; Ensemble du palais de Changdeokgung ; Forteresse de Hwaseong ; Zones historiques de Gyeongju ; Sites de dolmens de Gochang, Hwasun et Ganghwa ;
    • République démocratique du Congo : Parc national des Virunga ; Parc national de la Garamba ; Parc national de Kahuzi-Biega ; Parc national de la Salonga ;
    • République islamique d’Iran : Bam et son paysage culturel ;
    • République populaire démocratique de Corée : Ensemble des tombes de Koguryo ;
    • République-unie de Tanzanie : Parc national de Serengeti; Sites d’art rupestre de Kondoa ;
    • Thaïlande : Ville historique d’Ayutthaya ;
    • Turkménistan : Parc national historique et culturel de l’ « Ancienne Merv »; Kunya-Urgench ;
    • Viet Nam : Baie d’Ha Long ; Sanctuaire de Mi-sön ; Parc national de Phong Nha-Ke Bang ;
    • Zambie et Zimbabwe : Mosi-oa-Tunya / Chutes Victoria ;
    • Zimbabwe : Monument national du Grand Zimbabwe ; Ruines de Khami ; Monts Matobo ;

4.    Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue par les Organisations consultatives en priorité ;

5.    Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l’ordre dans lequel elles seront passées en revue par les Organisations consultatives suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que :

    • biens du patrimoine mondial dans les États arabes ;
    • biens du patrimoine mondial en Afrique ;
    • biens du patrimoine mondial en Asie et Pacifique ;
    • biens du patrimoine mondial en Amérique latine et aux Caraïbes ;
    • biens du patrimoine mondial en Europe et Amérique du Nord. 
Projet de décision : 36 COM 7B.66

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 35 COM 7B.75, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Prend note des résultats de la mission commune de suivi réactif de novembre 2011 Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien ;

4. Constate avec satisfaction l’annulation de la construction du tunnel routier ;

5. Prie instamment l’État partie de proposer un nouveau tracé routier alternatif qui passerait le long et à l’extérieur de la limite du bien, et d’atténuer d’urgence les travaux de construction d’une route dans la zone de monuments de Pashupati par un programme de restauration écologique ;

6. Demande à l’État partie de mettre en œuvre les recommandations de la mission de novembre 2011 concernant l’établissement d’une stratégie de transport urbain, un renforcement du contrôle du développement, y compris une réglementation sur les évaluations d’impact sur le patrimoine, un plan de gestion des risques de catastrophe et une amélioration des systèmes de coordination et de communication entre les services gouvernementaux et les autres intervenants concernés ;

7. Engage État partie à prendre des mesures pour assurer la conformité aux normes internationales de conservation pour les grands travaux de conservation, et à mobiliser un financement et des aides sous forme de subventions pour ces projets ;

8. Demande également à l’État partie d’étudier tous les moyens d’atténuer l’impact de la nouvelle construction inappropriée adjacente au Pujari Math sur le site de Bhaktapur, et de réduire la présence de l’armée au minimum nécessaire pour assurer la sécurité dans le périmètre du bien ;

9. Considère que la décision de l’État partie de revoir le plan de gestion intégrée offre une occasion de mettre en œuvre les recommandations de la mission de 2011 ;

10. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial des informations détaillées – notamment qu’un organisme indépendant évalue l’impact sur le patrimoine du nouveau tracé routier révisé, de l’extension de l’aéroport ou tout autre grand programme d’aménagement, de conservation ou de reconstruction, en particulier pour le temple de Bhaidegah, conformément au paragraphe 172 des Orientations, pour examen par les Organisations consultatives ;

11. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien, et sur la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013. 

Année du rapport : 2012
Népal
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2003-2007
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top