Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Vallée de Kathmandu

Népal
Facteurs affectant le bien en 2006*
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Perte du tissu urbain traditionnel

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Urbanisation incontrôlée entraînant la perte du tissu urbain traditionnel, en particulier des maisons du secteur privé ;

b) Absence de mécanisme de gestion coordonné.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Détérioration partielle ou substantielle des éléments traditionnels de patrimoine de six des sept zones de monuments ;
  • Perte générale d'authenticité et d'intégrité.
Mesures correctives pour le bien

Les mesures correctives proposées figurent dans le projet de décision

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Un délai est proposé dans le projet de décision
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2006

Montant total accordé au bien : de 10 à 15 millions de dollars EU dans le cadre de la Campagne internationale pour la sauvegarde de la Vallée de Kathmandu (1979-2001). La campagne s’est achevée officiellement en 2001. Une somme de 45 000 dollars EU a été octroyée en 2005 par le fonds-en-dépôt néerlandais pour établir un plan de gestion du bien. 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2006
Demandes approuvées : 15 (de 1979-2006)
Montant total approuvé : 342 679 dollars E.U.
2006 Completion and Implementation of the Integrated ... (Approuvé)   27 000 dollars E.U.
1998 Preparing a full inventory of 120 buildings within the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1998 On site promotion activity at Kathmandu (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1998 Structural survey of the 55 Windows Palace building in ... (Approuvé)   19 800 dollars E.U.
1997 Joint UNESCO-ICOMOS-Government of Nepal team to conduct ... (Approuvé)   35 000 dollars E.U.
1997 Studies on traditional architecture, construction and ... (Approuvé)   28 000 dollars E.U.
1997 Emergency assistance for Degu Taleju Mandir Monument in ... (Approuvé)   19 969 dollars E.U.
1997 Training Course for the Recording and Documentation of ... (Approuvé)   14 000 dollars E.U.
1994 Costs of a resident International Technical Advisor for ... (Approuvé)   52 000 dollars E.U.
1994 Financial contribution for the restoration of Patukva ... (Approuvé)   20 600 dollars E.U.
1994 Financial contribution for the restoration of Degu ... (Approuvé)   24 310 dollars E.U.
1989 Work and equipment for the restoration of the roof of ... (Approuvé)   14 000 dollars E.U.
1989 Urgent works for the restoration of the roof of the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1980 Additional financial assistance for Swayambhu Temple in ... (Approuvé)   13 000 dollars E.U.
1979 Financial assistance for the consolidation of Swayambhu ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

En réponse aux décisions prises par le Comité à ses 27e (UNESCO, 2003), 28e (Suzhou, 2004) et 29e (Durban, 2005) sessions, l'État partie a soumis le 1er février 2006 une proposition de « modification mineure » des limites des sept zones de monuments et une proposition de modification du nom du site selon la procédure établie aux paragraphes 163, 164 et 167 des Orientations. Ces modifications, qui ont été examinées par l’ICOMOS, sont présentées dans le document WHC-06/30.COM/INF.8B.1. Il n'est pas possible à l'heure actuelle pour l'État partie de redéfinir les limites du bien d’un point de vue juridique en attendant l'approbation du Comité sur ce point. Entre-temps, des dispositions législatives sont prises afin d’en faciliter l’adoption en temps voulu.

Comme l'avait demandé le Comité, l'État partie a examiné la validité des critères existants (iii), (iv), (vi) et a indiqué dans sa proposition que les critères ayant fondé l'inscription de la Vallée de Kathmandu en 1979 restaient encore applicables pour définir la valeur universelle exceptionnelle du site. La proposition de modification des limites du bien a été préparée sans oublier les critères d'inscription, l'intégrité du site et la conservation des attributs qui définissent la valeur universelle exceptionnelle du site.

L'évaluation technique réalisée par l'ICOMOS concernant le nouveau nom de site proposé et la « modification mineure » des limites du bien laisse à penser que le projet de modification avancé par l'État partie est suffisamment important pour constituer un cas de « modification majeure » qui devrait donc suivre les mêmes procédures que les nouvelles propositions d'inscription.

L’ICOMOS considère que la révision des limites du bien et le développement d’une déclaration de valeur universelle exceptionnelle doivent correspondre à la fois aux ensembles monumentaux et aux bâtiments traditionnels vernaculaires, qui ont été inscrits en 1979 et ont conservé leur valeur universelle exceptionnelle.

L'État partie a suggéré de changer le nom de « Vallée de Kathmandu » en « Sept ensembles monumentaux de la Vallée de Kathmandu », tandis que l'ICOMOS recommande « Sept ensembles historiques de la Vallée de Kathmandu ».

Le rapport d'avancement complet sur l'état de conservation du bien, reçu le 6 février 2006, donne une description détaillée des principaux chantiers de restauration de monuments qui ont été exécutés sous le contrôle des unités nationales et municipales du patrimoine. Selon les informations obtenues, l'État partie n’a pas entièrement terminé l’inventaire en cours des bâtiments par catégorie des sept zones monumentales. Le Département d'Archéologie, avec le concours des municipalités, continue également d’entreprendre des activités de conservation de ces bâtiments inventoriés au patrimoine, en particulier des ensembles monumentaux.

Le plan de gestion intégré (IMP) du site du patrimoine mondial de la Vallée de Kathmandu est actuellement préparé par le Département d'Archéologie, en étroite collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et le Bureau de l'UNESCO à Kathmandu, avec l’aide financière du gouvernement néerlandais. La gestion complexe de ce bien du patrimoine mondial est due à la nature différente et à l’étendue des sept zones monumentales réparties dans trois municipalités et un village, avec un « royal Trust » (organe public de gestion) chargé de l’administration du site dans l’une des zones. L’IMP gère la situation en appelant chaque municipalité et chaque agence à prendre les décisions adaptées aux priorités en matière de conservation et à donner des conseils techniques cohérents à la population locale. Les efforts remarquables auxquels ont consenti les autorités népalaises pour établir l’IMP sont jugés très satisfaisants. Bien qu’initialement prévu pour l'été 2006 et compte tenu du caractère complexe du plan de gestion qui vient d’être évoqué, il semble important d'accorder une année supplémentaire, jusqu'à l'été 2007, pour en assurer le bouclage effectif. Faute de disposer de ce délai supplémentaire pour garantir l'accord des parties prenantes et le soutien des résultats, l'ICOMOS et le Centre du patrimoine mondial estiment que l’IMP ne pourra bénéficier ni du soutien local suffisant, ni de la crédibilité requise pour sa mise en œuvre intégrale.

L’ICOMOS et le Centre du patrimoine mondial souhaitent faire remarquer que, même si l'évaluation technique réalisée par l'ICOMOS dans le document WHC-06/30.COM/INF.8B.1 recommande de reporter l'approbation du projet de redéfinition des limites du site et engage à rédiger un document complet en vue d’une nouvelle proposition d'inscription du bien, il est important que ces efforts ne retardent pas le travail en cours concernant le plan de gestion intégré du bien.

Dans le cadre de l’IMP, l'État partie a adopté une politique de révision des règles du bâtiment afin d'assurer l'intégrité des zones patrimoniales. Les nouvelles règles de construction prendront en considération la spécificité des zones monumentales et accorderont la priorité à la restauration sur la reconstruction. Cela est censé être une mesure corrective pour lutter contre les activités de construction illicites. Par ailleurs, des mesures de surveillance sont actuellement mises au point en vue d’améliorer la mise en œuvre des programmes et des règlements en matière de conservation, en faisant de la zone de monuments de Bhaktapur une zone pilote.

Une base de documentation numérique sur la Vallée de Kathmandu, qui centralise toutes les informations disponibles sur ce site du patrimoine mondial, est actuellement en préparation pour servir de base à la création d'un centre de documentation du patrimoine pour la Vallée de Kathmandu, qui sera ouvert au public. La troisième et dernière mission de l'Université de Venise (IUAV), qui s’est déroulée durant l'été 2005, a terminé l'inventaire et la catégorisation des bâtiments privés à l'intérieur du site. Les conclusions des trois études de l'IUAV réalisées en 2003, 2004 et 2005 ont été transmises à l'État partie, notamment aux municipalités qui peuvent maintenant exploiter ces données pour le suivi. L'ICOMOS souligne qu'une mission de spécialistes en conservation, effectuée en août 2005, a constaté que l'État partie n'était pas en possession de l'importante documentation provenant des nombreuses missions effectuées sur le site dans les années 1990 avec le soutien du Fonds du patrimoine mondial. L'ICOMOS recommande d’entamer le processus de création d'une base de données consultable en cherchant d’abord à récupérer, cataloguer et numériser tous les projets de documentation antérieurs sur ce bien du patrimoine mondial.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS considèrent, à la lumière des progrès accomplis dans la mise en œuvre des décisions du Comité, qu’un mode de gestion du site pleinement opérationnel incluant une garantie de mise en œuvre des directives en matière de conservation et des réglementations sur la construction dans le cadre de l’IMP, ainsi qu’une protection juridique appropriée afin de sauvegarder ce qu’il reste d’intégrité du bien sur le site, constitueraient des conditions favorables au retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. De plus, ces critères pourraient être remplis dans le cadre de la nouvelle procédure de proposition d'inscription qui a été requise suite à l'évaluation présentée dans le document WHC-06/30.COM/INF.8B.1. Étant donné la complexité des questions soulevées et la difficulté de la situation politique au Népal, ces conditions pourraient être atteintes d'ici le 1er février 2009 à temps pour la 33e session du Comité.

Une mission d'évaluation est prévue fin juin 2006 en vue de donner des conseils sur la finalisation de l’IMP. 

Décisions adoptées par le Comité en 2006
30 COM 7A.26
Vallée de Katmandu (Népal) (C 121)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.24, adoptée lors de sa 29e session (Durban, 2005),

3. Notant les informations actualisées fournies par la mission de l'UNESCO en juin 2006,

4. Félicite l'État partie pour les efforts coordonnés qui ont été consentis, malgré la situation difficile dans un contexte de transformations politiques, pour améliorer la conservation du bien ainsi que les progrès accomplis pour redéfinir les limites du bien, et reconnaît la grande qualité du processus participatif employé pour l'établissement du plan de gestion intégré ;

5. Note qu'une année supplémentaire sera probablement nécessaire pour finaliser et adopter le plan de gestion intégrée, compte tenu du degré d'adhésion au processus participatif et de l'évolution de la situation politique ;

6. Demande à l'État partie de poursuivre la mise en place d'un système intégré de gestion de la conservation :

a) En achevant et adoptant le plan de gestion intégrée d'ici le 1 juin 2007 ;

b) En assurant la mise en place et la diffusion d'orientations concrètes en matière de conservation ;

c) En achevant les inventaires catégoriels des sept zones monumentales afin de les relier dans les faits aux orientations relatives à la conservation ;

d) En mettant en place des règles de construction appropriées pour contrôler la transformation des bâtiments classés à l'intérieur des limites du bien et dans la zone tampon ;

e) En prenant des mesures de suivi efficaces pour évaluer la mise en œuvre du plan de gestion en documentant et en évaluant régulièrement la transformation physique des bâtiments classés ;

7. Encourage l'État partie à faire une demande d'assistance technique auprès du Fonds du patrimoine mondial afin de mettre en œuvre ce système intégré de gestion de la conservation à travers l'adoption du plan de gestion, en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

8. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport d'avancement concernant notamment le stade de mise en œuvre de toutes les actions recommandées ci-dessus, pour examen par le Comité lors de sa 31e session en 2007 ;

9. Demande en outre à l'État partie d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le site en 2007 pour déterminer si le système de gestion intégrée de la conservation est en place ;

10. Décide d'envisager le retrait éventuel du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril lors de sa 31e session en 2007, sur la base de l'examen du rapport d'avancement et du rapport de la mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ;

11. Décide de maintenir la Vallée de Katmandu (Népal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

30 COM 8B.42
Modifications mineures des limites (Vallée de Kathmandu)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-06/30.COM/8B et WHC-06/30.COM/INF.8B.1 ;

2. Notant les éléments d'information fournis par la mission de l'UNESCO en juin 2006 et, en particulier, la proposition actualisée soumise par l'État partie pour la modification des limites ;

3. Considère que cette proposition actualisée de modification des limites des sept zones de monuments du bien reflète la Valeur universelle exceptionnelle restante justifiée pour les critères (iii) (iv) (vi) depuis le moment de son inscription ;

4. Approuve la modification proposée pour les limites de la Vallée de Kathmandu,  Népal, comme une modification mineure ;

5. Demande à l'État partie de poursuivre l'instauration et la mise en oeuvre du plan de gestion intégrée, qui s'articule autour du concept de valeur universelle exceptionnelle du bien, pour la conservation à long terme du bien.

30 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (Biens maintenus sur la Liste)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Maintient les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 30 COM 7A.22)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 30 COM 7A.23)
  • Azerbaïdjan, Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (décision 30 COM 7A.29)
  • Bénin, Palais royaux d'Abomey (décision 30 COM 7A.16)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 30 COM 7A.31)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 30 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 30 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena (décision 30 COM 7A.19)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 30 COM 7A.14)
  • Ethiopie, Parc national du Simien (décision 30 COM 7A.9)
  • Honduras, Réserve de la biosphère Río Plátano (décision 30 COM 7A.15)
  • Inde, Sanctuaire de faune de Manas (décision 30 COM 7A.13)
  • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision 30 COM 7A.25)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 30 COM 7A.20)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 30 COM 7A.34)
  • Népal, Vallée de Kathmandu (décision 30 COM 7A.26)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 30 COM 7A.10)
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore (décision 30 COM 7A.27)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 30 COM 7A.32)
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (décision 30 COM 7A.28)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris (décision 30 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 30 COM 7A.8)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 30 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 30 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 30 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 30 COM 7A.5)
  • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 30 COM 7A.17)
  • Venezuela, Coro et son port (décision 30 COM 7A.33)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 30 COM 7A.21)
Projet de décision : 30 COM 7A.26

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.24, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Félicite l'État partie pour les efforts coordonnés qui ont été consentis en faveur d’une meilleure conservation du bien et les progrès accomplis pour en redéfinir les limites ; 

4. Encourage l'État partie à achever les inventaires par catégorie des sept zones monumentales ;

5. Reconnaît qu’il faudra un certain temps pour achever et adopter le plan de gestion intégré ;

6. Demande à l'État partie de préparer un nouveau dossier complet de proposition d'inscription, en référence au paragraphe 165 des Orientations basé sur les limites modifiées, avec une déclaration de valeur universelle exceptionnelle, le plan de gestion intégré et la protection juridique appropriée, et de le présenter dès que possible selon la procédure indiquée au paragraphe 168 des Orientations, de préférence avant le 1er février 2008 ;

7. Demande à l'État partie de poursuivre la mise en place d’un système intégré de gestion de la conservation: 

a) en achevant et en adoptant le plan de gestion intégré d'ici à l'été 2007 ;

b) en assurant l’établissement et la diffusion d’orientations concrètes en matière de conservation ;

c) en adoptant des règles de construction appropriées pour contrôler la transformation des bâtiments classés à l'intérieur du périmètre du bien et dans les zones tampons ;

d) en prenant les mesures de contrôle appropriées pour évaluer la mise en œuvre du système de gestion en documentant et en analysant régulièrement tous les changements physiques (y compris les modifications et les démolitions) ;

8. Encourage l'État partie à faire une demande d'Assistance technique auprès du Fonds du patrimoine mondial pour mettre en œuvre les mesures correctives précitées , en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ; 

9. Invite la communauté internationale à procurer une assistance technique et financière permettant la mise en application des mesures correctives précitées ;

10. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2007 un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des dites recommandations, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007 ;

11. Décide d’envisager le retrait éventuel du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril après avoir examiné le nouveau document de proposition d'inscription présenté, ainsi que l'efficacité du système de gestion de la conservation mis en place ; et

12. Décide de maintenir la Vallée de Kathmandu (Népal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2006
Népal
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2003-2007
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 30COM (2006)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top