1.         Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) (N 153)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2007-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/4087 
Révisé (finalisation des indicateurs) en 2015, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6232

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6232 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6232

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/153/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1982-2017)
Montant total approuvé : 206 799 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/153/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 250 000 dollars EU du gouvernement de la Norvège pour la période 2021-2022

Missions de suivi antérieures

2001, 2007 et 2010: missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN ; 2011 : mission UICN ; 2015 : mission de suivi réactif UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/153/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 31 janvier 2020, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/153/documents/, et qui fait état des éléments suivants :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

La poursuite du suivi de l'évolution de certaines populations animales (Bubale, Eland de derby et Lycaon), de leur habitat ainsi que des principales menaces qui affectent le bien est accueillie favorablement. Cependant, le rapport ne fournit aucune indication de l'état de conservation actuel ou de la tendance de ces espèces. De plus, la situation actuelle de plusieurs espèces caractéristiques de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) notamment l’Éléphant, le Chimpanzé, le Lion et le Léopard n’est pas précisée. Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à renforcer son dispositif de suivi écologique afin de fournir des données fiables sur l’évolution des populations de toutes les espèces caractéristiques de la VUE. A cet effet, le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO contribuera, grâce au financement du gouvernement de la Norvège, aux efforts de l’État partie en vue de l’amélioration de l’état de conservation du bien. 

L’estimation à 15 individus de l’effectif de Chimpanzé dans la zone d’impact de PMC est notée, mais les menaces qui pèsent sur cette espèce menacée et son habitat demeurent très préoccupantes. Il est recommandé que le Comité demande le renforcement des mesures entreprises pour atténuer l’impact des principales menaces qui entravent la conservation de l’espèce.

Les exploitations minières semi-mécanisées ont contribué à la dégradation de l’habitat aquatique et à une augmentation significative du niveau de sédiments en suspension du fleuve Gambie. Il est important que l’État partie poursuive les efforts, avec l’appui des autorités préfectorales afin d’éliminer immédiatement les activités extractives illégales à l’intérieur et à proximité du bien et de prendre des mesures urgentes pour la restauration des habitats dégradés et le contrôle de la pollution. 

Les concentrations élevées de Nitrate, Sulfate et Fer dans les eaux souterraines et d’Aluminium dans les eaux du fleuve Gambie demeurent préoccupantes. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de poursuivre le suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface pour détecter les causes de ces perturbations, de faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de prendre des mesures urgentes pour limiter l’impact de ces pollutions.

Il est regrettable que le rapport n’ait fourni aucune information à propos de la lutte contre les espèces envahissantes et il est recommandé que le Comité demande de poursuivre les efforts pour éliminer cette menace.

L’absence de mortalité animale suite au contrôle de la vitesse des véhicules sur la RN7 est positive et le Comité pourrait demander de s’assurer du respect de ces normes de trafic et de sécurité tout en poursuivant la sensibilisation des automobilistes.

La matérialisation de l’ensemble des limites non naturelles du bien est accueillie favorablement. Par contre, l’impact négatif de la carrière de Mansadala sur la VUE du bien est très préoccupante. Considérant la confirmation de l’Etat partie relative à la non-fermeture de cette dernière avant mi-2021 contrairement aux décisions du Comité sur sa fermeture, il est recommandé que le Comité réitère sa demande à cet égard.

La suspension des travaux de construction du barrage de Sambangalou faute de financement est notée, cependant il est important de ne pas entreprendre les travaux sans la réalisation d’une EIES conformément à la Note consultative de l'UICN et sa soumission au Centre du patrimoine mondial.

La soumission de l’EIES réalisée par la société Barrick Gold au Centre du patrimoine mondial afin de s’assurer que la mise en œuvre du projet minier n’impacte pas la VUE du bien est notée. Il est recommandé que l’État partie ne délivre pas de certificat de conformité environnementale à cette société avant l’examen de l’EIES par l’UICN.

Il est enfin recommandé que le Comité maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 44 COM 7A.50

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A,
  2. Rappelant les décisions 42 COM 7A.55 et 43 COM 7A.15, adoptées respectivement lors de ses 42e(Manama, 2018) et 43e (Bakou, 2019) sessions,
  3. Prend note des efforts consentis par l’État partie pour mettre en œuvre certaines mesures correctives, surtout en ce qui concerne le suivi de certaines populations d’espèces menacées et clés pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE), l’amélioration du marquage des limites du bien et la limitation de la vitesse du trafic sur le tronçon de la Route Nationale 7 à l’intérieur du bien ;
  4. Prend également note des résultats du suivi écologique mais regrette l’absence de données sur certaines espèces caractéristiques de la VUE et demande à l’État partie de renforcer son dispositif de suivi écologique afin de fournir des données fiables sur l'état de conservation et les tendances actuelles des populations de toutes les espèces caractéristiques de la VUE ;
  5. Remercie les bailleurs de fonds qui continuent à appuyer la conservation du bien, notamment le gouvernement de la Norvège à travers sa contribution au Fonds du patrimoine mondial ;
  6. Exprime sa vive préoccupation quant à la persistance des menaces qui pèsent sur la population des 15 chimpanzés menacés présents dans la zone d’impact de Petowal Mining Company (PMC) et demande également à l’État partie de poursuivre la mise en œuvre des actions visant à atténuer l’impact des principales menaces qui entravent la conservation de l’espèce ;
  7. Accueille favorablement les avancées effectuées par l’État partie en faveur du contrôle et de l’élimination de l’exploitation minière illégale, mais exprime sa plus vive préoccupation quant à la dégradation de l’habitat aquatique et à l’augmentation significative du niveau de sédiments en suspension du fleuve Gambie suite aux exploitations minières illégales et demande en outre à l’État partie de poursuivre ses efforts afin d’éliminer cette menace au sein du bien, tout en prenant des mesures urgentes pour la restauration des habitats dégradés et le contrôle de la pollution ;
  8. Exprime à nouveau sa plus vive préoccupation quant aux concentrations élevées de Nitrate, de Sulfate et de Fer dans les eaux souterraines et d’Aluminium dans les eaux du fleuve Gambie et demande par ailleurs à l’État partie de poursuivre le suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface pour détecter les causes de ces perturbations, de faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de prendre des mesures urgentes pour limiter l’impact de ces pollutions ;
  9. Regrette également que l’État partie n’ait fourni aucune information à propos de la lutte contre les espèces envahissantes et lui demande de plus de poursuivre les efforts pour éliminer cette menace ;
  10. Regrette en outre le report à mi-2021 de la fermeture de la carrière de Mansadala, reitère sa demande à l’État partie de procéder immédiatement à la fermeture de la carrière étant donné son impact négatif sur la VUE du bien, et prie instamment l’État partie de prendre des mesures urgentes d’atténuation des impacts de cette activité ;
  11. Prend en outre note de la suspension des travaux de construction du barrage de Sambangalou faute de financement et demande aussi à l’État partie de ne pas entreprendre de travaux avant qu'une Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) ait été réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN et soumise au Centre du patrimoine mondial ;
  12. Prend par ailleurs note de la soumission au Centre du patrimoine mondial de l’EIES du projet minier de la société Barrick Gold, et demande d’autre part à l’État partie de ne pas délivrer un certificat de conformité environnementale à cette société avant l’examen de l’EIES par l’UICN ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session ;
  14. Décide de maintenir Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 44 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/21/44.COM/7A, WHC/21/44.COM/7A.Add, WHC/21/44.COM/7A.Add.2, WHC/21/44.COM/7A.Add.2.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :