Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Niokolo-Koba

Sénégal
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités illégales
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Espèces transportées
  • Exploitation minière
  • Infrastructures de transport de surface
  • Infrastructures hydrauliques
  • Sécheresses
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Braconnage, capture et déplacement de faune
  • Assèchement de mares et espèces envahissantes
  • Exploitation forestière illégale
  • Pâturage du bétail
  • Projet de construction d’une route
  • Construction éventuelle d'un barrage
  • Exploration et exploitation minières potentielles
  • Perte d’habitat des chimpanzés
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Braconnage
  • Pâturage du bétail
  • Projet de construction du barrage de Sambangalou
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/4087 
Révisé (finalisation des indicateurs) en 2015, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6232

Mesures correctives pour le bien
Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé : 250 000 dollars EU du gouvernement de la Norvège pour la période 2021-2022

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 9 (de 1982-2017)
Montant total approuvé : 206 799 dollars E.U.
2017 Mise à jour du plan de gestion du Parc national de ... (Approuvé)   29 674 dollars E.U.
2015 Dénombrement de la grande et moyenne faune mammalienne, ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2004 Extension du Site du PM du Niokolo Koba (Senegal) à la ... (Approuvé)   9 984 dollars E.U.
2002 Derby Eland Monitoring Programme (Approuvé)   29 296 dollars E.U.
1991 Purchase of 2 all-terrain vehicles to improve ... (Approuvé)   45 000 dollars E.U.
1990 Consultancy services for environmental and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1986 Additional cost of radios ordered in 1985 for ... (Approuvé)   6 196 dollars E.U.
1985 Purchase of 4 portable radios for protection programme ... (Approuvé)   9 618 dollars E.U.
1982 Vehicles, camping equipment and radio communication ... (Approuvé)   27 031 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 31 janvier 2020, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/153/documents/, et qui fait état des éléments suivants :

  • Le suivi écologique réalisé de 2016 à 2019 a permis d’améliorer l’état des connaissances sur la dynamique temporelle et la distribution spatiale des espèces suivantes: Bubale (Alcelaphus buselaphus major), Eland de derby (Tragelaphus derbianus derbianus) et Lycaon (Lycaon pictus) ;
  • Les études de Petowal Mining Company (PMC) indiquent la présence d’un groupe d’environ 15 chimpanzés au niveau de la concession. Des actions sont entreprises pour atténuer l’impact des menaces qui entravent la conservation de l’espèce ;
  • Le contrôle mensuel de la qualité des eaux souterraines en aval de la mine de Mako a permis d’évaluer le niveau de pollution. Globalement, la qualité des eaux souterraines est conforme aux normes applicables en 2019 à l’exception du Manganèse dont l’augmentation ne serait pas liée au projet. Aussi, des concentrations élevées de Nitrate, Sulfate et Fer ont été enregistrées dans certains échantillons et des études sont en cours pour identifier l’origine de ces dépassements. ;
  • Le suivi des eaux du fleuve Gambie révèle qu’à l'exception de l’Aluminium, tous les paramètres chimiques répondent aux critères de normes ambiantes de la qualité de l'eau ;
  • Faute de financement, les travaux de construction du barrage de Sambangalou n’ont pas débuté même si l’Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) et le Plan de gestion environnemental ont déjà été réalisés ;
  • Aucune mortalité animale due aux véhicules n’a été enregistrée depuis juin 2019 suite à l’installation des ralentisseurs, des panneaux d’information et de signalisation sur le tronçon de la route nationale n°7 qui traverse le bien ;
  • En collaboration avec les autorités administratives de la région de Kédougou, des opérations de lutte contre l’exploitation minière illégale ont permis l’arrestation d’une vingtaine de personnes et la fermeture de plusieurs sites clandestins situés à proximité ou dans le bien ;
  • La société Barrick Gold est en phase exploratoire. L’EIES du projet aurifère Massawa a été soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN ;
  • La fermeture de la carrière de Mansadala est reportée à mi-2021 pour finaliser les travaux de réhabilitation des routes nationales n°1 et n°7 ;
  • Les limites non naturelles du bien ont bien été matérialisées sur la base du décret 2002-271 du 7 mars 2002 ;
  • Une réunion d’information entre les représentants de l'État partie, de l’UNESCO, de l’UICN et de PMC a eu lieu en mars 2020 permettant d’échanger sur les activités opérationnelles de la Mine d’or de Mako.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

La poursuite du suivi de l'évolution de certaines populations animales (Bubale, Eland de derby et Lycaon), de leur habitat ainsi que des principales menaces qui affectent le bien est accueillie favorablement. Cependant, le rapport ne fournit aucune indication de l'état de conservation actuel ou de la tendance de ces espèces. De plus, la situation actuelle de plusieurs espèces caractéristiques de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) notamment l’Éléphant, le Chimpanzé, le Lion et le Léopard n’est pas précisée. Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à renforcer son dispositif de suivi écologique afin de fournir des données fiables sur l’évolution des populations de toutes les espèces caractéristiques de la VUE. A cet effet, le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO contribuera, grâce au financement du gouvernement de la Norvège, aux efforts de l’État partie en vue de l’amélioration de l’état de conservation du bien. 

L’estimation à 15 individus de l’effectif de Chimpanzé dans la zone d’impact de PMC est notée, mais les menaces qui pèsent sur cette espèce menacée et son habitat demeurent très préoccupantes. Il est recommandé que le Comité demande le renforcement des mesures entreprises pour atténuer l’impact des principales menaces qui entravent la conservation de l’espèce.

Les exploitations minières semi-mécanisées ont contribué à la dégradation de l’habitat aquatique et à une augmentation significative du niveau de sédiments en suspension du fleuve Gambie. Il est important que l’État partie poursuive les efforts, avec l’appui des autorités préfectorales afin d’éliminer immédiatement les activités extractives illégales à l’intérieur et à proximité du bien et de prendre des mesures urgentes pour la restauration des habitats dégradés et le contrôle de la pollution. 

Les concentrations élevées de Nitrate, Sulfate et Fer dans les eaux souterraines et d’Aluminium dans les eaux du fleuve Gambie demeurent préoccupantes. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de poursuivre le suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface pour détecter les causes de ces perturbations, de faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de prendre des mesures urgentes pour limiter l’impact de ces pollutions.

Il est regrettable que le rapport n’ait fourni aucune information à propos de la lutte contre les espèces envahissantes et il est recommandé que le Comité demande de poursuivre les efforts pour éliminer cette menace.

L’absence de mortalité animale suite au contrôle de la vitesse des véhicules sur la RN7 est positive et le Comité pourrait demander de s’assurer du respect de ces normes de trafic et de sécurité tout en poursuivant la sensibilisation des automobilistes.

La matérialisation de l’ensemble des limites non naturelles du bien est accueillie favorablement. Par contre, l’impact négatif de la carrière de Mansadala sur la VUE du bien est très préoccupante. Considérant la confirmation de l’Etat partie relative à la non-fermeture de cette dernière avant mi-2021 contrairement aux décisions du Comité sur sa fermeture, il est recommandé que le Comité réitère sa demande à cet égard.

La suspension des travaux de construction du barrage de Sambangalou faute de financement est notée, cependant il est important de ne pas entreprendre les travaux sans la réalisation d’une EIES conformément à la Note consultative de l'UICN et sa soumission au Centre du patrimoine mondial.

La soumission de l’EIES réalisée par la société Barrick Gold au Centre du patrimoine mondial afin de s’assurer que la mise en œuvre du projet minier n’impacte pas la VUE du bien est notée. Il est recommandé que l’État partie ne délivre pas de certificat de conformité environnementale à cette société avant l’examen de l’EIES par l’UICN.

Il est enfin recommandé que le Comité maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7A.50
Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) (N 153)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A,
  2. Rappelant les décisions 42 COM 7A.55 et 43 COM 7A.15, adoptées respectivement lors de ses 42e(Manama, 2018) et 43e (Bakou, 2019) sessions,
  3. Prend note des efforts consentis par l’État partie pour mettre en œuvre certaines mesures correctives, surtout en ce qui concerne le suivi de certaines populations d’espèces menacées et clés pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE), l’amélioration du marquage des limites du bien et la limitation de la vitesse du trafic sur le tronçon de la Route Nationale 7 à l’intérieur du bien ;
  4. Prend également note des résultats du suivi écologique mais regrette l’absence de données sur certaines espèces caractéristiques de la VUE et demande à l’État partie de renforcer son dispositif de suivi écologique afin de fournir des données fiables sur l'état de conservation et les tendances actuelles des populations de toutes les espèces caractéristiques de la VUE ;
  5. Remercie les bailleurs de fonds qui continuent à appuyer la conservation du bien, notamment le gouvernement de la Norvège à travers sa contribution au Fonds du patrimoine mondial ;
  6. Exprime sa vive préoccupation quant à la persistance des menaces qui pèsent sur la population des 15 chimpanzés menacés présents dans la zone d’impact de Petowal Mining Company (PMC) et demande également à l’État partie de poursuivre la mise en œuvre des actions visant à atténuer l’impact des principales menaces qui entravent la conservation de l’espèce ;
  7. Accueille favorablement les avancées effectuées par l’État partie en faveur du contrôle et de l’élimination de l’exploitation minière illégale, mais exprime sa plus vive préoccupation quant à la dégradation de l’habitat aquatique et à l’augmentation significative du niveau de sédiments en suspension du fleuve Gambie suite aux exploitations minières illégales et demande en outre à l’État partie de poursuivre ses efforts afin d’éliminer cette menace au sein du bien, tout en prenant des mesures urgentes pour la restauration des habitats dégradés et le contrôle de la pollution ;
  8. Exprime à nouveau sa plus vive préoccupation quant aux concentrations élevées de Nitrate, de Sulfate et de Fer dans les eaux souterraines et d’Aluminium dans les eaux du fleuve Gambie et demande par ailleurs à l’État partie de poursuivre le suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface pour détecter les causes de ces perturbations, de faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de prendre des mesures urgentes pour limiter l’impact de ces pollutions ;
  9. Regrette également que l’État partie n’ait fourni aucune information à propos de la lutte contre les espèces envahissantes et lui demande de plus de poursuivre les efforts pour éliminer cette menace ;
  10. Regrette en outre le report à mi-2021 de la fermeture de la carrière de Mansadala, reitère sa demande à l’État partie de procéder immédiatement à la fermeture de la carrière étant donné son impact négatif sur la VUE du bien, et prie instamment l’État partie de prendre des mesures urgentes d’atténuation des impacts de cette activité ;
  11. Prend en outre note de la suspension des travaux de construction du barrage de Sambangalou faute de financement et demande aussi à l’État partie de ne pas entreprendre de travaux avant qu'une Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) ait été réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN et soumise au Centre du patrimoine mondial ;
  12. Prend par ailleurs note de la soumission au Centre du patrimoine mondial de l’EIES du projet minier de la société Barrick Gold, et demande d’autre part à l’État partie de ne pas délivrer un certificat de conformité environnementale à cette société avant l’examen de l’EIES par l’UICN ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session ;
  14. Décide de maintenir Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
44 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/21/44.COM/7A, WHC/21/44.COM/7A.Add, WHC/21/44.COM/7A.Add.2, WHC/21/44.COM/7A.Add.2.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 44 COM 7A.28)
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 44 COM 7A.29)
  • Autriche, Centre historique de Vienne, (décision 44 COM 7A.32)
  • Bolivie (État plurinational de), Ville de Potosí (décision 44 COM 7A.35)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 44 COM 7A.40)
  • Égypte, Abou Mena (décision 44 COM 7A.5)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 44 COM 7A.54)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 44 COM 7A.55)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 44 COM 7A.53)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 44 COM 7A.52)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 44 COM 7A.6)
  • Iraq, Hatra (décision 44 COM 7A.7)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 44 COM 7A.8)
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (site proposé par la Jordanie) (décision 44 COM 7A.10)
  • Kenya, Parcs nationaux du Lac Turkana (décision 44 COM 7A.47)
  • Libye, Ancienne ville de Ghadamès (décision 44 COM 7A.14)
  • Libye, Site archéologique de Cyrène (décision 44 COM 7A.11)
  • Libye, Site archéologique de Leptis Magna (décision 44 COM 7A.12)
  • Libye, Site archéologique de Sabratha (décision 44 COM 7A.13)
  • Libye, Sites rupestres du Tadrart Acacus (décision 44 COM 7A.15)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 44 COM 7A.48)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 44 COM 7A.3)
  • Mali, Tombouctou (décision 44 COM 7A.2)
  • Mali, Villes anciennes de Djenné (décision 44 COM 7A.1)
  • Mexique, Îles et aires protégées du Golfe de Californie (décision 44 COM 7B.56)
  • Micronésie (États fédérés de), Nan Madol : centre cérémoniel de la Micronésie orientale (décision 44 COM 7A.30)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 44 COM 7A.49)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 44 COM 7A.4)
  • Ouzbékistan, Centre historique de Shakhrisyabz (décision 44 COM 7A.31)
  • Palestine, Palestine : pays d’olives et de vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (décision 44 COM 7A.17)
  • Palestine, Vieille ville d’Hébron/Al-Khalil (décision 44 COM 7A.16)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (décision 44 COM 7A.36)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 44 COM 7A.37)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 44 COM 7A.18)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 44 COM 7A.19)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 44 COM 7A.20)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 44 COM 7A.21)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 44 COM 7A.22)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 44 COM 7A.23)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 44 COM 7A.39)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 44 COM 7A.41)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 44 COM 7A.42)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 44 COM 7A.43)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 44 COM 7A.45)
  • République-Unie de Tanzanie, Réserve de gibier de Selous (décision 44 COM 7A.51)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 44 COM 7A.50)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 44 COM 7A.33)
  • Venezuela (République bolivarienne du), Coro et son port (décision 44 COM 7A.38)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 44 COM 7A.25)
  • Yémen, Vieille ville de Sana’a (décision 44 COM 7A.26)
  • Yémen, Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte (décision 44 COM 7A.27)
Projet de décision : 44 COM 7A.50

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A,
  2. Rappelant les décisions 42 COM 7A.55 et 43 COM 7A.15, adoptées respectivement lors de ses 42e(Manama, 2018) et 43e (Bakou, 2019) sessions,
  3. Prend note des efforts consentis par l’Etat partie pour mettre en œuvre certaines mesures correctives, surtout en ce qui concerne le suivi de certaines populations d’espèces menacées et clés pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE), l’amélioration du marquage des limites du bien et la limitation de la vitesse du trafic sur le tronçon de la Route Nationale 7 à l’intérieur du bien ;
  4. Prend également note des résultats du suivi écologique mais regrette l’absence de données sur certaines espèces caractéristiques de la VUE et demande à l’État partie de renforcer son dispositif de suivi écologique afin de fournir des données fiables sur l'état de conservation et les tendances actuelles des populations de toutes les espèces caractéristiques de la VUE ;
  5. Remercie les bailleurs de fonds qui continuent à appuyer la conservation du bien, notamment le gouvernement de la Norvège à travers sa contribution au Fonds du patrimoine mondial ;
  6. Exprime sa vive préoccupation quant à la persistance des menaces qui pèsent sur la population des 15 chimpanzés menacés présents dans la zone d’impact de Petowal Mining Company (PMC) et demande également à l’État partie de poursuivre la mise en œuvre des actions visant à atténuer l’impact des principales menaces qui entravent la conservation de l’espèce ;
  7. Accueille favorablement les avancées effectuées par l’État partie en faveur du contrôle et de l’élimination de l’exploitation minière illégale, mais exprime sa plus vive préoccupation quant à la dégradation de l’habitat aquatique et à l’augmentation significative du niveau de sédiments en suspension du fleuve Gambie suite aux exploitations minières illégales et demande en outre à l’État partie de poursuivre ses efforts afin d’éliminer cette menace au sein du bien, tout en prenant des mesures urgentes pour la restauration des habitats dégradés et le contrôle de la pollution ;
  8. Exprime à nouveau sa plus vive préoccupation quant aux concentrations élevées de Nitrate, de Sulfate et de Fer dans les eaux souterraines et d’Aluminium dans les eaux du fleuve Gambie et demande par ailleurs à l’État partie de poursuivre le suivi de la qualité des eaux souterraines et de surface pour détecter les causes de ces perturbations, de faire des analyses microbiologiques pour les cours d’eau susceptibles d’être affectés par le projet et de prendre des mesures urgentes pour limiter l’impact de ces pollutions ;
  9. Regrette également que l’État partie n’ait fourni aucune information à propos de la lutte contre les espèces envahissantes et lui demande de plus de poursuivre les efforts pour éliminer cette menace ;
  10. Regrette en outre le report à mi-2021 de la fermeture de la carrière de Mansadala, reitère sa demande à l’État partie de procéder immédiatement à la fermeture de la carrière étant donné son impact négatif sur la VUE du bien, et prie instamment l’État partie de prendre des mesures urgentes d’atténuation des impacts de cette activité ;
  11. Prend en outre note de la suspension des travaux de construction du barrage de Sambangalou faute de financement et demande aussi à l’État partie de ne pas entreprendre de travaux avant qu'une Evaluation d’impact environnemental et social (EIES) ait été réalisée conformément à la Note consultative de l'UICN et soumise au Centre du patrimoine mondial ;
  12. Prend par ailleurs note de la soumission au Centre du patrimoine mondial de l’EIES du projet minier de la société Barrick Gold, et demande d’autre part à l’État partie de ne pas délivrer un certificat de conformité environnementale à cette société avant l’examen de l’EIES par l’UICN ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2022 ;
  14. Décide de maintenir Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2021
Sénégal
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (x)
Liste en péril (dates) : 2007-présent
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2020) .pdf
Proposé initialement pour examen en 2020
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top