Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Niokolo-Koba

Sénégal
Facteurs affectant le bien en 1993*
  • Activités illégales
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Projet de route; Braconnage; Problèmes de gestion

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1993
Demandes approuvées : 5 (de 1982-1991)
Montant total approuvé : 107 845 dollars E.U.
1991 Purchase of 2 all-terrain vehicles to improve ... (Approuvé)   45 000 dollars E.U.
1990 Consultancy services for environmental and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1986 Additional cost of radios ordered in 1985 for ... (Approuvé)   6 196 dollars E.U.
1985 Purchase of 4 portable radios for protection programme ... (Approuvé)   9 618 dollars E.U.
1982 Vehicles, camping equipment and radio communication ... (Approuvé)   27 031 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1993

Le Bureau a rappelé qu'à sa seizième session, en juillet 1992, il avait demandé à l'UICN de fournir un rapport sur l'avancement de la mise en oeuvre de mesures destinées à atténuer les impacts sur l'environnement d'un projet de construction de route à travers le Parc. Le représentant de l'UICN a informé le Bureau que l'Université de Dakar (Sénégal) avait entrepris une évaluation indépendante de la mise en oeuvre des mesures prises pour minimiser ces impacts et que les conclusions de cette étude avaient été cautionnées par le représentant régional de l'UICN en Afrique de l'Ouest. Le Bureau a noté avec satisfaction que les conclusions de l'étude montraient que les mesures prises pour minimiser les impacts de la route se révélaient efficaces et que les nuisances causées au Parc étaient minimes. Néanmoins, le Bureau a noté que la mise en oeuvre de ce projet de construction de route avait causé des inquiétudes, notamment par suite des conséquences importantes dues à la présence d'un nouveau couloir de transport traversant la région et que ces impacts n'avaient pas été initialement prévus. Le Bureau a félicité les responsables sénégalais du Parc national qui avaient préparé un rapport sur l'avenir à long terme du Parc et avaient élaboré des stratégies qui seraient incorporées à un grand projet destiné à assurer l'avenir à long terme de ce site. Une réunion de bailleurs de fonds, parrainée conjointement par les responsables sénagalais du Parc national et le Bureau régional de l'UICN pour l'Afrique de l'Ouest était prévue pour le 28 juin 1993.

Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas reçu de rapport sur les résultats de cette réunion. L'UICN va fournir un rapport sur l'état de conservation et la mise en oeuvre de projets concernant le Parc national de Niokolo-Koba.

Décisions adoptées par le Comité en 1993
17 BUR VIII.2
Parc national de Niokolo-Koba (Sénégal)

Le Bureau a rappelé que lors de sa dernière session en juillet 1992, il avait demandé à l'UICN de fournir un rapport sur la mise en oeuvre de mesures destinées à atténuer les impacts sur l'environnement d'un projet de construction de route à travers le parc. Le représentant de l'UICN a informé le Bureau que l'Université de Dakar (Sénégal) avait entrepris une évaluation indépendante de la mise en oeuvre des mesures prises pour minimiser ces impacts et que les conclusions de cette étude avaient été cautionnées par le représentant régional de l'UICN en Afrique de l'Ouest. Le Bureau a noté avec satisfaction que les conclusions de l'étude montraient que les mesures prises pour minimiser les impacts de la route se révélaient efficaces et que les nuisances causées au parc étaient minimes. Néanmoins, le Bureau a noté que la mise en oeuvre de ce projet de construction de route avait causé des inquiétudes, notamment par suite des conséquences importantes dues à la présence d'un nouveau couloir de transport traversant la région et que ces impacts n'avaient pas été initialement prévus. Le Bureau a félicité les responsables sénégalais du parc national qui avaient coopéré avec l'UICN pour préparer un "livre blanc" traitant de ces conséquences imprévues et de l'avenir à long terme du parc et avaient élaboré trois stratégies qui seraient incorporées à un grand projet destiné à assurer l'avenir à long terme du parc. Le Comité a noté que ces stratégies seront discutées au cours d'une réunion de bailleurs de fonds, parrainée conjointement par les responsables sénagalais du parc national et le Bureau régional de l'UICN pour l'Afrique de l'Ouest et prévue le 28 juin 1993 ; il a demandé que les conclusions de la réunion de bailleurs de fonds soient communiquées au Centre pour soumission à la prochaine session du Comité. Le Bureau a demandé au Centre de distribuer des copies du "livre blanc" à tout État partie intéressé.

17 COM X
SOC : Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal)

Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal)

Le représentant de l'UICN a informé le Comité que le projet de construction de route était en voie d'achèvement et que l'Université de Dakar avait terminé l'évaluation des impacts de cet aménagement routier sur l'environnement. Une réunion des bailleurs de fonds a eu lieu en juin 1993 et a abouti à la création d'un projet, appuyé par le gouvernement français, concernant la gestion future du Parc. Le Centre a été chargé de transmettre les intentions du Comité aux autorités sénégalaises compétentes et de continuer à se tenir informé des effets à long terme sur le Parc de l'amélioration de l'accès routier. Le quarantième anniversaire du Parc sera célébré en 1994 et il a été demandé au Centre de collaborer avec les responsables du Parc pour marquer cet événement.

Pas de projet de décision

Année du rapport : 1993
Sénégal
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (x)
Liste en péril (dates) : 2007-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 17COM (1993)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top