Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Lac Baïkal

Fédération de Russie
Facteurs affectant le bien en 2000*
  • Activités illégales
  • Cadre juridique
  • Exploitation forestière/production de bois
  • Habitat
  • Pollution des eaux de surface
  • Ressources financières
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pollution du lac
  • Questions relatives au statut légal de certaines parties situées le long de la limite du site (problème résolu)
  • Manque de ressources
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2000
Demandes approuvées : 2 (de 1990-2000)
Montant total approuvé : 33 200 dollars E.U.
2000 International Bakail seminar on law projects dealing ... (Approuvé)   18 200 dollars E.U.
1990 Technical experts meeting for discussing conservation ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2000**

juillet 1997: mission du Centre du patrimoine mondial 

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Précédents débats :
Vingt-troisième session du Comité –  Paragraphe X.28 et l'Annexe VIII.
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.38.

Nouvelles informations : Le Centre a reçu le 2 mai 2000 une demande pour un atelier de formation sur l'application effective de la loi fédérale sur le Lac Baïkal, comme l'avait suggéré la vingt-troisième session extraordinaire du Bureau du patrimoine mondial. L'Etat partie n'a adressé aucune information concernant le rapport sur l'état de conservation du site attendu pour le 15 avril 2000. Le Centre a été informé par le Directeur du Bureau de l’UNESCO à Moscou que le Premier ministre avait signé le 31 décembre 1999 un décret interdisant toute vente des 49% d'actions des usines de pâte à papier de Baïkalsk appartenant au gouvernement fédéral.

L'UICN a noté que les lois fédérales russes relatives au Lac Baïkal ne sont pas effectivement appliquées. Plusieurs points sont particulièrement préoccupants :

  • La poursuite du déversement d'eaux usées dans le Lac Baïkal, provenant en particulier des usines de pâte à papier de Baïkalsk. Ces déversements sont, selon les rapports, bien supérieurs aux niveaux autorisés par les normes fédérales ;
  • Les impacts de la chasse et de la pêche non contrôlés ;
  • Le suivi environnemental insuffisant de l'écosystème du Lac Baïkal.

L'UICN réaffirme qu'étant donné les difficultés économiques de la région, il faut définir et étudier des options et des solutions innovantes pour cette question, en particulier en ce qui concerne les conditions juridiques, financières et autres associées au réaménagement des usines de pâte à papier de Baïkalsk. Les débats sur ces options et solutions doivent aborder les problèmes environnementaux, sociaux et économiques et faire participer des bailleurs de fonds et cela, si possible, sous l'égide de la Commission pour le Lac Baïkal.

Action requise

Le Bureau constate avec préoccupation que la réglementation fédérale concernant la Loi sur le Lac Baïkal n'est pas effectivement appliquée. Il invite l'Etat partie à prendre des mesures immédiates pour remédier à cette situation. Le Bureau demande de nouveau que l'Etat partie fournisse un rapport à jour, avant le 15 septembre 2000, traitant en particulier des questions soulevées par l'UICN sur l'état de conservation du site. Ce rapport devra être soumis à la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

Un représentant du Centre du patrimoine mondial a participé à l'atelier international sur "Le développement durable du site du patrimoine mondial du Lac Baïkal – Rédaction de recommandations pour la législation subordonnée à la Loi fédérale sur la protection du Lac Baïkal" tenu à Irkoutsk et Baikalsk du 10 au 12 juillet 2000. L'atelier était organisé et financé par Greenpeace-Russie et il a réuni plusieurs institutions gouvernementales, ONG et agences internationales de bailleurs de fonds. La nécessité d'un organisme unique pour l'ensemble de la région a été reconnue, bien que l'on se soit demandé si la Commission Baïkal pouvait remplir ce rôle. Les recommandations finales n'ont pas encore été reçues et les informations sur l'état de conservation du site reçues par l'Etat partie portent la date de "fin 1999". L'UICN a noté qu'un atelier sur le Lac Baïkal s'était tenu en juillet 2000 et que cette réunion et d'autres rapports signalaient :

·         Des motifs permanents de préoccupation causés par les eaux usées provenant du lac Baïkal et en particulier des papeteries de Baïkalsk ; on a pu noter que cela entraîne un développement de composés organiques chlorés nettement supérieurs aux normes fédérales.

·         Un retard dans la préparation d'un plan détaillé pour la reconversion de la papeterie. La réunion n'a pas fourni de clarifications sur une éventuelle mise en œuvre du plan. La réunion a également signalé qu'un réaménagement de l'usine ne résoudra pas le problème actuel des égouts et des boues.

·         Des doutes concernant la pertinence et l'efficacité de la Loi Fédérale sur le Lac Baïkal.

·         L'ignorance locale et régionale des demandes du Bureau du patrimoine mondial concernant un rapport sur l'état de conservation de ce site, ainsi qu'une ignorance des implications de l'inclusion sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

·         D'autres graves menaces à l'intégrité du site, dont des impacts dus à la chasse et à la pêche non réglementées et des impacts associés à un important développement de la construction.

L'UICN a également noté l'abolition du Comité d'Etat pour la Protection de l'Environnement. Les implications précises pour les sites du patrimoine mondial de la Fédération de Russie ne sont pas claires.

Décisions adoptées par le Comité en 2000
24 BUR IV.B.37
Lac Baïkal (Fédération de Russie)

Le Centre a informé le Bureau qu’aucune information n’avait été reçue de l’État partie malgré un certain nombre de lettres envoyées concernant le site. Le Directeur du Bureau de l’UNESCO à Moscou avait assisté à la dernière session de la Commission Baïkal et avait constaté que les progrès étaient très lents.

L’UICN a entièrement approuvé la Loi fédérale sur le lac Baïkal, mais elle s’est déclarée préoccupée par l’efficacité de son application, compte tenu notamment du déversement dans le lac d’eaux usées provenant des usines de pâte à papier de Baïkalsk. L’UICN a estimé qu’il fallait rechercher des mécanismes innovants pour traiter cette question qui nécessitait un investissement substantiel pour réaménager l’usine actuelle de pâte à papier. L’UICN a également noté qu’une réunion de Greenpeace prévue en juillet 2000 sur la Loi fédérale sur le lac Baïkal pourrait donner des recommandations et des mesures utiles.

Le Bureau a constaté avec préoccupation que la réglementation fédérale concernant la Loi sur le lac Baïkal n’était pas effectivement appliquée et a invité l’État partie à prendre des mesures immédiates pour remédier à cette situation. Le Bureau a redemandé à l’État partie de fournir un rapport à jour avant le 15 septembre 2000, notamment sur les questions soulevées par l’UICN sur l’état de conservation du site, et que le rapport soit soumis à la vingt-quatrième session extraordinaire du Bureau.

24 COM VIII.iii
Rapports sur l’état de conservation de biens naturels dont le Comité a pris note

Rapports sur l'état de conservation de biens naturels dont le Comité a pris note:

La forêt de Belovezhskaya Pushcha/Bialowieza (Bélarus/Pologne)

Parc national de Pirin (Bulgarie)

Réserve de faune du Dja (Cameroun)

Parc national du Gros Morne (Canada)

Parcs des Rocheuses canadiennes (Canada) 

Parc national de la Comoé (Côte d'Ivoire)

Iles Galapagos (Equateur)

Parc national de Komodo (Indonésie)

Parc national de Lorentz (Indonésie)

Parc national /Forêt naturelle du Mont Kenya (Kenya)

Te Wahipounamu - Zone sud-ouest de la Nouvelle-Zélande (Nouvelle-Zélande)

Sanctuaire de l'oryx arabe (Oman)

Parc national de Huascaran (Pérou)

Delta du Danube (Roumanie)

Lac Baïkal (Fédération de Russie)

Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal)

Parc national de Doñana (Espagne)

Réserve forestière de Sinharaja (Sri Lanka)

Forêt impénétrable de Bwindi (Ouganda)

Ile de Gough (Royaume-Uni)

Zone de conservation de Ngorongoro et Parc national de Serengeti (République-Unie de Tanzanie)

Baie d'Ha-Long (Viet Nam)

Mosi-oa-Tunya/Chutes Victoria (Zambie/Zimbabwe)

Le Bureau pourrait souhaiter adopter la décision suivante et la transmettre au Comité pour en prendre note:

"Le Bureau se déclare préoccupé qu'aucune information à jour sur ce bien n'ait été reçue de l'Etat partie, que d'autres rapports récents signalent de sérieuses menaces sur ce site et qu'il puisse y avoir lieu de l'inscrire sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau demande à l'Etat partie d'inviter une mission sur ce site en 2001 pour établir s'il faut l'inscrire sur la Liste du patrimoine mondial en péril."

Année du rapport : 2000
Fédération de Russie
Date d'inscription : 1996
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)(ix)(x)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top