Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserve naturelle intégrale du mont Nimba

Côte d'Ivoire, Guinée
Facteurs affectant le bien en 2000*
  • Activités illégales
  • Exploitation minière
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Ressources financières
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Absence de Plan de gestion;
  • Financements insuffisants;
  • Braconnage;
  • Nouvelle voie ferrée;
  • Exploitation minière;
  • Projet de réduction de la superficie de la zone protégée; 
  • Afflux de réfugiés venant du Liberia
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2000
Demandes approuvées : 15 (de 1981-2000)
Montant total approuvé : 375 222 dollars E.U.
2000 Evaluation mission to mount Nimba World Heritage site ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1997 Purchase of hydrological and meteorological equipment ... (Approuvé)   19 840 dollars E.U.
1995 Establishment of an administrative centre for Mount ... (Approuvé)   18 000 dollars E.U.
1993 Equipment and experts service for Mount Nimba (Approuvé)   45 000 dollars E.U.
1993 Financial contribution for consultancies and other ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1993 Consultancies and other services necessary for setting ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1992 Organization of an interdisciplinary mission to ... (Approuvé)   35 000 dollars E.U.
1992 Organization of a technical meeting for authorities of ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1989 Purchase of an all terrain vehicle for Mount Nimba (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1988 Consultancy mission and meeting for preparing ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1986 Equipment for Mount Nimba Reserve (Approuvé)   6 500 dollars E.U.
1983 Financial contribution to a seminar/workshop on the ... (Approuvé)   22 000 dollars E.U.
1983 Consultant services to prepare requests for technical ... (Approuvé)   6 082 dollars E.U.
1982 Financial contribution to a tripartite meeting (Guinea, ... (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1981 Equipment for Mount Nimba (Approuvé)   70 300 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2000**

novembre 1988: juin-juillet 1992: visite de terrain par l'UNESCO; mai 1993: mission conjointe UNESCO/PNUD/UICN; 1994: 2nde mission d'expert; août-septembre 2000: mission d'expert avec le PNUD

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Résumé des précédents débats :
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.7
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.6

Nouvelles informations : Un représentant du CEGEN (Centre de gestion de l'environnement du Mont Nimba) a visité le Centre du 17 au 21 avril 2000 et a débattu de plusieurs initiatives en cours pour relancer la coopération internationale en faveur de la protection du Mont Nimba. La phase d'étude de faisabilité d'un projet du FEM a déjà commencé et doit être suivie d'une subvention moyenne du FEM. Des négociations sont en cours entre le FEM et d'autres bailleurs de fonds potentiels afin de mobiliser des ressources complémentaires pour la conservation à long terme du Mont Nimba. Le Centre a discuté avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) d'une collaboration possible pour mettre au point un concept de projet destiné à traiter les impacts et pressions causés par les réfugiés qui résident sur ce site et aux alentours, des deux côtés de la frontière entre la Guinée et la Côte d'Ivoire. Le représentant du CEGEN a informé le personnel du Centre que, dans le cadre du projet du FEM, il est probable que se tienne bientôt une réunion sous-régionale regroupant la Guinée, la Côte d'Ivoire et le Liberia (qui possède également des parties de l'écosystème du Mont Nimba), ainsi que tous les partenaires concernés. Le CEGEN invitera le Centre et l'UICN à y participer. Cette réunion sera une occasion d'appliquer la recommandation du Comité, faite à ses vingt-deuxième et vingt-troisième sessions (Kyoto, 1998 et Marrakech , 1999), selon laquelle le Bureau de l'UICN en Afrique de l'Ouest devrait entreprendre une mission sur le site et préparer un rapport détaillé sur son état de conservation.

Action requise

Le Bureau note avec satisfaction que de nouvelles occasions de renforcer la conservation de cette aire transfrontalière de patrimoine mondial se font jour dans le cadre du projet du FEM. Le Bureau demande au Centre de coopérer avec le CEGEN et le FEM pour accélérer l'organisation d'une mission de l'UICN sur le site et la préparation d'un rapport détaillé sur son état de conservation. De plus, le Bureau recommande que l'UICN et le Centre coopèrent avec l'Etat partie et des bailleurs de fonds potentiels pour mettre au point un mécanisme financier à long terme, comme la création d'une Fondation pour le Mont Nimba, selon la suggestion des précédentes sessions du Bureau et du Comité, en faveur de la conservation du Mont Nimba. Le Bureau recommande que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

A sa vingt-quatrième session ordinaire (26 juin-1er juillet 2000, Paris) le Bureau a approuvé l'octroi d'une somme de 30.000 dollars pour renforcer la capacité institutionnelle du Mont Nimba (CEGEN) et financer la mission d'un consultant sur place afin d'étudier l'état de conservation du site. La mission devait aussi étudier avec le PNUD le rôle du CEGEN dans la mise en œuvre du projet du FEM pour la gestion du Mont Nimba et l'aménagement participatif des terrains adjacents au site. La mission de trois semaines du consultant a commencé le 24 août 2000 ; des informations préliminaires du consultant révèlent que le site est sérieusement dégradé. Depuis 1996, des colons installés dans la zone tampon exploitent les forêts. On attend prochainement un rapport plus détaillé de la mission du consultant.

Lors d'un atelier sur le patrimoine mondial et l'exploitation minière tenu au Siège de l'UICN du 20 au 23 septembre 2000, on a discuté du cas du Mont Nimba et les participants ont noté que les questions essentielles qui se posent sur ce site sont : (a) la nécessité d'une démarcation précise des limites, en tenant compte des limites proposées lors de l'inscription et des modifications proposées par la suite ; (b) la nécessité d'une coopération transfrontalière effective entre les deux Etats parties (Guinée et Côte d'ivoire) et avec le Libéria qui n'a pas encore ratifié la Convention ; et (c) la nécessité de stimuler les efforts de collecte de fonds pour ce site, en se basant sur de précédentes propositions et recommandations, y compris celles du Comité concernant la création d'un fonds ou d'une fondation pour la conservation du Mont Nimba.

Le Directeur général du CEGEN doit faire un exposé sur le cas du Mont Nimba à l'atelier Centre/UICN sur "Le rôle du classement sur la Liste du patrimoine mondial en péril pour promouvoir la coopération internationale pour la conservation du patrimoine naturel mondial" à Amman, Jordanie, les 6-7 octobre 2000. 

Décisions adoptées par le Comité en 2000
24 BUR IV.A.8
Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (Guinée et Côte d'Ivoire)

Le Bureau a été informé d'une réunion entre un représentant du CEGEN (Centre de gestion de l'environnement du Mont Nimba) et le personnel du Centre au cours de la visite du représentant au Centre du 17 au 21 avril 2000. Le Bureau a noté avec satisfaction que) plusieurs initiatives étaient en cours pour relancer la coopération internationale en faveur de la protection du Mont Nimba. La phase d'étude de faisabilité d'un projet du FEM a déjà commencé et doit être suivie d'une subvention moyenne (300.000 dollars des États-Unis) ou plus importante du FEM. Des négociations sont en cours entre le FEM et d'autres bailleurs de fonds potentiels afin de mobiliser des ressources complémentaires pour la conservation à long terme du Mont Nimba. Le Centre a discuté avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) d'une collaboration possible pour mettre au point un concept de projet destiné à traiter les impacts et pressions causés par les réfugiés qui résident sur ce site et aux alentours, des deux côtés de la frontière entre la Guinée et la Côte d'Ivoire. Le représentant du CEGEN a informé le Centre que, dans le cadre du projet du FEM, il est probable que se tienne bientôt une réunion sous-régionale regroupant la Guinée, la Côte d'Ivoire et le Liberia (qui possède également des parties de l'écosystème du Mont Nimba), ainsi que tous les partenaires concernés. Le CEGEN invitera le Centre et l'UICN à y participer. Cette réunion fournira l'occasion d'appliquer la recommandation du Comité, faite à ses vingt-deuxième et vingt-troisième sessions (Kyoto, 1998 et Marrakech, 1999), selon laquelle le Bureau de l'UICN en Afrique de l'Ouest devrait entreprendre une mission sur le site et préparer un rapport détaillé sur son état de conservation. De plus, le Bureau a noté que le Centre a établi des contacts avec Birdlife International et Fauna and Flora International (FFI) qui met au point des initiatives pour la conservation de l'écosystème du Mont Nimba en Côte d'Ivoire. Il a engagé le Centre à profiter réellement de ces occasions pour mettre au point une approche transfrontalière harmonisée pour la conservation de l'écosystème du Mont Nimba.

Le Bureau a noté avec satisfaction que de nouvelles occasions de renforcer la conservation de cette aire transfrontalière de patrimoine mondial se font jour dans le cadre du projet du FEM. Le Bureau a demandé au Centre de coopérer avec le CEGEN et le FEM ainsi qu’avec les autorités concernées en Guinée ainsi qu'en Côte d’Ivoire pour accélérer l'organisation d'une mission de l'UICN sur le site et la préparation d'un rapport détaillé sur son état de conservation. De plus, le Bureau a recommandé que l'UICN et le Centre coopèrent avec les États parties et des bailleurs de fonds potentiels pour réétudier les possibilités d'établissement d'un mécanisme financier à long terme, comme la création d'une Fondation pour le Mont Nimba en faveur de la conservation du site, selon la suggestion des précédentes sessions du Bureau et du Comité. Le Bureau a recommandé que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

24 COM VIII.9
Réserve naturelle du mont Nimba (Guinée/Côte d'Ivoire)

VIII.9 Réserve naturelle du mont Nimba (Guinée/Côte d'Ivoire)

Le Comité a noté que lors d'un atelier technique sur le patrimoine mondial et l'exploitation minière, tenu au Siège de l'UICN du 20 au 23 septembre 2000, on avait discuté du cas du Mont Nimba et que les participants avaient noté que les questions essentielles qui se posent sur ce site incluent : (a) la nécessité d'une démarcation précise des limites, en tenant compte des limites proposées lors de l'inscription et des modifications proposées par la suite ; (b) la nécessité d'une coopération transfrontalière effective entre les deux États parties (Guinée et Côte d'ivoire) et avec le Libéria qui n'a pas encore ratifié la Convention ; et (c) la nécessité de stimuler les efforts de collecte de fonds pour ce site, en se basant sur de précédentes propositions et recommandations, y compris celles du Comité concernant la création d'un fonds ou d'une fondation pour la conservation du Mont Nimba. Le Directeur général du CEGEN (Centre de gestion de l'environnement du Mont Nimba) a présenté à l'atelier d'Amman un exposé qui reprenait les conclusions communiquées à l'atelier sur le patrimoine mondial et l'exploitation minière mentionné ci-dessus. Dans ce contexte, le Comité a recommandé que le Centre et l'UICN coopèrent avec le CEGEN et les autorités compétentes de Côte d'Ivoire et du Liberia pour traiter les points (a), (b) et (c) décrits ci-dessus et préparer un plan d'action définissant des mesures précises à prendre dans une période de temps définie. Le Comité a maintenu le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Comité pourrait souhaiter étudier les nouvelles informations qui pourraient être disponibles lors de sa session, prendre les décisions nécessaires et recommander des mesures appropriées pour examen par l'Etat partie, les organismes consultatifs et le Centre. 

Année du rapport : 2000
Côte d'Ivoire Guinée
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top