Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserve naturelle intégrale du mont Nimba

Côte d'Ivoire, Guinée
Facteurs affectant le bien en 1984*
  • Activités illégales
  • Ressources financières
  • Système de gestion/plan de gestion
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1984
Demandes approuvées : 4 (de 1981-1983)
Montant total approuvé : 106 382 dollars E.U.
1983 Financial contribution to a seminar/workshop on the ... (Approuvé)   22 000 dollars E.U.
1983 Consultant services to prepare requests for technical ... (Approuvé)   6 082 dollars E.U.
1982 Financial contribution to a tripartite meeting (Guinea, ... (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1981 Equipment for Mount Nimba (Approuvé)   70 300 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1984**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1984

[Rapport oral]

L'UICN a rappelé que l'atelier soutenu par le Fonds du patrimoine mondial pour établir un programme de recherche et un plan de gestion intégrée pour ce bien avait eu lieu au Mont Nimba en décembre 1983.

Le rapport de cet atelier a souligné que le bien est sous forte pression de braconnage. La situation est encore aggravée par le manque de personnel qualifié et des patrouilles de surveillance.

Un appui considérable a déjà été fourni par le Fonds du patrimoine mondial, y compris une contribution financière pour les coûts de construction des refuges de montagne pour les patrouilles.

Le représentant de la Guinée a convenu que la situation était critique.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1984

Le Comité a prié le Secrétariat et le Président du Comité pour attirer l'attention des autorités guinéennes sur la nécessité d'assurer la protection de ce bien du patrimoine mondial.

Décisions adoptées par le Comité en 1984
8 COM XIII.40
Etat de conservation de quatre biens naturels

40. Le représentant de l'UICN a rappelé qu'à sa septième session le Comité avait incité les organisations non gouvernementales consultatives à recueillir des renseignements par l'intermédiaire de leurs correspondants pour l'informer de l'état de conservation des biens du patrimoine mondial. L'UICN a communiqué au Comité les renseignements ci-après, concernant quatre biens naturels :

a)      Parc national du Simen (Ethiopie)

L'UICN a indiqué que le personnel du Parc national semblait avoir abandonné le parc et que la région était aux mains de groupes armés. Bien que ces groupes lui aient officieusement donné l'assurance que 'Le parc n'a pas subi de dommages, l'UICN ne possède pas de renseignements précis sur l'état actuel de conservation de ce site. Le Comité a prié le Secrétariat d'inviter les autorités éthiopiennes à fournir à ce sujet tous les renseignements possibles.

b)       Mont Nimba (Guinée et Côte d'Ivoire)

L'UICN a rappelé qu'un atelier avait été organisé au Mont Nimba en décembre 1983, avec le soutien du Fonds du patrimoine mondial, pour élaborer un programme de recherche et un plan de gestion intégré concernant ce bien. I1 ressort du rapport de cet atelier que le bien est soumis à un braconnage sévère. La situation est encore aggravée car le manque de personnel qualifié et de patrouilles de surveillance. Le Fonds du patrimoine mondial a déjà apporté un soutien considérable notamment en contribuant au financement de la construction de refuges de montagne cour les patrouilles. Le représentant de la Guinée a reconnu le caractère critique de la situation. Le Comité a prié le Secrétariat et le Président du Comité d'appeler l'attention des autorités guinéennes sur la nécessite d'assurer la protection de ce bien du patrimoine mondial.

c)      Parc national de Taï (Côte d'Ivoire)

L'UICN a indiqué que ce site demeure gravement menacé par l'activité des braconniers et des chercheurs d'or, par les abattages d'arbres et par les empiètements qui en résultent. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) étudie actuellement les moyens d'obtenir un soutien international qui permette de remédier en partie à la situation. L'UICN a indiqué que, si la situation ne s'améliorait pas, il faudrait peut-être recommander l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ce Comité a prié le Secrétariat d'appeler l'attention des autorités ivoiriennes sur la nécessité d'assurer la protection de ce bien du patrimoine mondial. 

d)      Parc national de Durmitor (Yougoslavie)

L'UICN a informé le Comité que trois des républiques de la Yougoslavie projettent de construire pour la production d'énergie hydroélectrique un barrage, ce qui entraînera l'inondation d'une grande partie des gorges de la rivière Tara, dans le Parc national de Durmitor, et que la construction d'une usine de traitement du plomb menace de polluer la région. L'observateur de la Yougoslavie a confirmé la persistance de ces menaces et indiqué que des réunions sont en cours dans son pays pour essayer de résoudre le problème. Le Comité a prié le Secrétariat d'inviter les autorités yougoslaves à le tenir au courant de la situation et de faire rapport au Bureau à sa prochaine session.

Aucun projet de décision

Année du rapport : 1984
Côte d'Ivoire Guinée
Date d'inscription : 1981
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 08COM (1984)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top