1.         Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (N 76)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1993-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Dans sa décision 28 COM 15A.11, le Comité a invité le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, en coopération avec l’État partie, à définir les repères destinés à guider le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Un processus de consultation pour définir ces repères (comme la réduction de la concentration de l’eau en phosphore, la finalisation d’un plan structurel et opérationnel pour le projet Modified Water Deliveries, etc.)en vue de mesures correctives est en cours. Une réunion entre l’État partie et l’UICN pour discuter de ces repères s’est déroulée du 25 au 27 avril 2006.

Mesures correctives identifiées

Dans sa décision 28 COM 15A.11, le Comité a invité le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, en coopération avec l’État partie, à définir les repères destinés à guider le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Un processus de consultation pour définir ces repères (comme la réduction de la concentration de l’eau en phosphore, la finalisation d’un plan structurel et opérationnel pour le projet Modified Water Deliveries, etc.)en vue de mesures correctives est en cours. Une réunion entre l’État partie et l’UICN pour discuter de ces repères s’est déroulée du 25 au 27 avril 2006.

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

L’État partie continue à mettre en œuvre le projet Modified Water Deliveries, le projet C-111 et le Comprehensive Everglades Restoration Plan (CERP) adopté en 2000. Le CERP est le projet de restauration environnementale le plus important jamais engagé dans le monde ; il a pour but de rétablir les flux d’eau naturels qui alimentent l’ensemble de l’écosystème des Everglades. Sa mise en œuvre prendra 30 à 40 ans et son coût est actuellement estimé à 10,5 milliards de dollars EU. A ce chiffre s’ajoute un montant de 1,1 milliard de dollars EU pour les mesures de dépollution des Everglades.

Le 3 février 2006, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ont reçu de l’État partie un rapport actualisé sur les progrès accomplis dans la restauration et la conservation du Parc national des Everglades, ainsi qu’une proposition d’actions et de repères. Les principaux éléments du rapport de l’État partie sont :

Expansion urbaine :

L’empiètement urbain à la limite est du parc a été restreint aux limites actuelles d’urbanisation. Mais les urbanistes prévoient l’installation de 30 000 nouveaux résidents par an dans le comté de South Miami-Dade, chiffre qui devrait atteindre 0,6 million en 2025 et 1,2 million en 2050. Le parc a continué à travailler avec les urbanistes pour que les limites d’urbanisation ne soient pas étendues 1) jusqu’à ce que le rapport de la South Miami-Dade Water Study soit finalisé et 2) jusqu’à ce qu’on en sache plus sur les exigences des principaux projets de restauration des écosystèmes.

Quantité d’eau :

L’État partie signale que les dotations budgétaires fédérales ont considérablement augmenté entre 2005 et 2006 et totalisent maintenant 221 millions de dollars EU pour les principaux projets de restauration des écosystèmes des Everglades, dont 60 millions de dollars EU pour le projet Modified Water Deliveries (projet Mod/Water). En 2005-2006, quelques éléments mineurs du projet Mod/Water ont été menés à bien, améliorant la gestion de l’eau pour la conservation des moineaux du Cap Sable et augmentant les flux d’eau dans le parc. Mais les éléments majeurs du projet, comme les projets 8.5 Square Mile Area et Tamiami Trail, n’ont pas encore été mis en œuvre. Toutes les terres qui doivent être rachetées ont été identifiées et les opérations de rachat prévues ont été en grande partie menées à bien ; elles devraient être totalement achevées d’ici le 31 décembre 2006. Le projet C-111, qui concerne le rétablissement du régime hydrologique le long de la limite orientale du parc, prévoit l’aménagement de zones de retenue d’eau (422 ha) à l’intérieur du parc. Pour atteindre l’objectif de zéro perte nette de territoire pour le parc, un échange de parcelles avec le comté de Miami-Dade a été effectué.

Qualité de l’eau :

L’État partie indique que grâce aux efforts considérables déployés on observe une baisse continue des seuils de concentration en phosphore des eaux en provenance des zones agricoles et urbaines qui pénètrent dans le parc. Pour les secteurs de Taylor Slough/Coastal Basin, le seuill à long terme a été respecté pour l’année hydrologique écoulée. Pour Shark River Slough, le seuil intermédiaire a été respecté, mais il reste encore à respecter les seuils à long terme. L’État partie espère cependant que les activités en cours ainsi que la construction et la mise en service des aménagements prévus dans la partie nord de l’écosystème permettront de respecter le seuil à long terme d’ici le 30 septembre 2008.

Baie de Floride :

Les projets mentionnés ci-dessus devraient permettre de restaurer et de maintenir l’équilibre écologique de la baie de Floride. En attendant, la planification actuelle de la gestion générale du parc se préoccupe du nombre de plaisanciers dans la baie et de leurs impacts. Le parc a intensifié ses efforts pour éduquer les plaisanciers, les surveiller et leur faire respecter la loi, efforts qui semblent être bénéfiques également pour la population de lamantins.

Espèces clés :

La population de moineaux du Cap Sable a été estimée à 3 104 oiseaux au cours de la saison de reproduction 2005 (3 584 en 2004 ; 3 216 en 2003 et 2 704 en 2002). Les fortes pluies de mars et d’avril sont considérées comme étant la cause de la chute de 41 % des populations d’échasses blanches nicheuses entre 2004 et 2005. La situation de la population de tantales est particulièrement préoccupante. La population de lamantins dans le sud de la Floride a été estimée à 3 142 animaux (2 520 en 2004), mais ces estimations pourraient ne pas être des indicateurs fiables d’une réelle dynamique des populations.

A la suite de premières consultations et de la mission effectuée en avril avec l’UICN, l’État partie propose les repères suivants, liés aux quatre mesures décrites en détail dans son rapport, pour améliorer la quantité, la qualité ainsi que la répartition dans l’espace et dans le temps des eaux qui pénètrent dans le Parc national des Everglades :

Repère 1 : Projet Modified Water Deliveries

1.1) Mener à bien toutes les opérations de rachat de terres dans l’est des Everglades (environ 44 000 hectares)

1.2) Mener à bien le Water Control Plan (CSOP Final EIS) et le projet 8.5 Square Mile Area

1.3) Tous les projets de construction des structures d’adduction L-67A et C et L-29, des ponts de Tamiami Trail et de modification de routes sont en cours

Repère 2 : Projet C-111

2.1) Mener à bien l’échange de parcelles du projet C-111 entre le South Florida Water Management District et le gouvernement des États-Unis

2.2) Mener à bien le Water Control Plan (CSOP Final EIS)

2.3) Mener à bien l’aménagement des zones de retenue du projet C-111 entre 8.5 Square Mile Area et Frog Pond

Repère 3 : Seuils de concentration en phosphore des eaux de ruissellement agricoles et urbaines

3.1) Ne pas dépasser, voire rester en deçà des seuils de réduction intermédiaires et à long terme de la concentration en phosphore des eaux qui se déversent dans Shark River Slough et des seuils de réduction à long terme de la concentration en phosphore des eaux se déversant dans les secteurs Taylor Slough/Coastal Basin du Parc national des Everglades.

Repère 4 : Protection et gestion de la baie de Floride

4.1) Mener à bien la construction des zones de retenue du projet C-111 entre 8.5 Square Mile Area et Frog Pond et mettre en œuvre les activités du CSOP

4.2) Achever le projet C-111N Spreader Canal et les activités révisées

L’UICN note que ces repères reposent sur des données écologiques et sont explicités dans un rapport détaillé de l’État partie (mai 2006). L’UICN pense que ces repères devraient permettre au Comité d’évaluer clairement les progrès de l’état écologique et de l’évolution de la restauration du bien du patrimoine mondial.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent que le rapport de l’État partie apporte la preuve des efforts et investissements considérables et soutenus entrepris pour restaurer et conserver le bien du patrimoine mondial.

Diverses sources insistent sur le fait que la restauration progresse très lentement. Depuis l’adoption du CERP en 2000, la majeure partie du temps a été consacrée à l’élaboration des projets plutôt qu’à leur mise en œuvre, ce qui n’est guère surprenant pour un plan qui s’étend sur 30-40 ans. Toutefois, l’achèvement du projet Modified Water Deliveries permettra la mise en place d’infrastructures qui faciliteront la mise en œuvre du CERP à plus long terme.

Du 26 au 29 janvier 2006, une alliance de 45 ONG de conservation et de protection de l’environnement, Everglades Coalition, a fait le point sur les progrès de la restauration lors de sa 21e conférence annuelle. Elle a félicité l’État partie pour les actions entreprises, mais a insisté sur l’importance critique d’acquérir les terres indispensables pour la restauration, lesquelles sont menacées par l’urbanisation. La Coalition a donc demandé aux autorités locales et à l’État de Floride de protéger la limite d’urbanisation dans le comté de Miami-Dade et de résister aux pressions de l’expansion urbaine dans le sud-ouest de la Floride. Elle a également demandé au Congrès d’entretenir la dynamique de restauration en autorisant en 2006 deux projets prioritaires de restauration concernant l’écosystème général des Everglades : Indian River Lagoon-South et Picayune Strand, afin de restaurer plus de 60 000 ha de zones humides.

Les autres recommandations de la Coalition correspondent aux mesures et repères proposés par l’État partie. Enfin, la Coalition souligne que les projets Modified Water Deliveries et Kissimmee River, qui sont prévus depuis longtemps, pourront être achevés d’ici 2010, à condition qu’ils soient financés dans leur intégralité au cours des trois prochaines années.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN restent préoccupés par 1) la quantité et la qualité de l’eau qui pénètre dans le parc par le nord et 2) l’expansion urbaine permanente à la limite est du parc et l’extension possible de la limite d’urbanisation. Si des efforts considérables sont faits pour régler le premier de ces problèmes et si des améliorations sont prévues à la longue, ces deux problèmes n’en restent pas moins une menace sérieuse.

L’État partie est vivement encouragé à poursuivre sa formidable mobilisation pour mettre pleinement en œuvre le CERP et d’autres activités importantes, à prendre des mesures pour que l’empiètement urbain n’ait pas d’impact négatif sur la restauration de l’écosystème des Everglades ou ne dégrade pas les ressources du parc, et à continuer de fournir les ressources financières requises pour la restauration et la conservation du Parc national des Everglades. Une surveillance permanente et la production régulière de rapports aideront à créer un lien entre d’une part l’intensification des efforts et l’augmentation des ressources financière accordées, et d’autre part les améliorations écologiques attendues.

L’UICN a rencontré l’État partie sur le site du 25 au 27 avril 2006. Au vu des résultats de cette réunion et des projets menés à bien, en cours et programmés, l’UICN est d’accord avec l’État partie que les repères définis constituent des jalons du processus général de planification et d’approbation de la restauration. Ils permettront des améliorations concrètes majeures de l’état écologique et hydrologique des Everglades. L’UICN concède que la réalisation de ces repères ne signifie pas la restauration de l’écosystème. Mais elle est un signe de l’engagement et de la volonté de l’État partie et devrait être considérée comme un indicateur clé par le Comité pour faciliter le retrait des Everglades de la Liste du patrimoine mondial en péril.  

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 30 COM 11B

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/11B,

2. Rappelant les décisions 29 COM 11 A.4 et 29 COM 11 A.5 adoptées lors de sa 29e session (Durban, 2005),

3. Notant les propositions de modifications aux dossiers d'inscription pour certains biens du patrimoine mondial en Amérique du Nord,

4. Approuve les Déclarations de valeur pour les biens du patrimoine mondial en Amérique du Nord telles qu'inclues dans l'Annexe I du documentWHC-06/30.COM/11B;

5. Note les modifications de noms indiquées dans le document WHC-06/30.COM/8B, note en outre les ajustements des critères du patrimoine naturel concernant les valeurs géologiques indiquées dans le document WHC-06/30.COM/8D et décide de modifier également le nom du Parc national Redwood en Parcs d'État et national Redwood;

6. Encourage l'État partie du Canada à procéder aux extensions des Parcs des montagnes Rocheuses canadiennes et du Parc national Wood Buffalo, conformément à la liste indicative du Canada pour les sites du patrimoine mondial (2004);

7. Encourage le Canada et les États-Unis d'Amérique à soumettre toute la documentation existante relative aux biens du patrimoine mondial dans les meilleurs délais;

8. Recommande au Canada et aux États-Unis d'Amérique de continuer, en coopération avec les autres membres du Comité, les États parties, les Organisations consultatives et le Centre du patrimoine mondial à explorer de façon appropriée le potentiel pour développer des orientations pour les plans de gestion et des principes d'évaluation de l'impact visuel d'activités effectuées à l'intérieur ou aux environs des biens du patrimoine mondial;

9. Encourage le Canada et les États-Unis d'Amérique à poursuivre leur étroite collaboration et à considérer le moyen de renforcer leur coopération avec l'État partie du Mexique dans le cadre de leurs intérêts communs pour le patrimoine naturel et culturel.

 

Décision adoptée: 30 COM 7A.14

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15A.11 et 29 COM 7A.10, adoptées à ses 28e (Suzhou, 2004) et 29e (Durban, 2005) sessionsrespectivement,

3. Félicite l'État partie pour ses efforts considérables et ses énormes investissements en faveur de la restauration et de la conservation du Parc national des Everglades, ainsi que pour le rapport d'avancement actualisé soumis;

4. Note que l'État partie fait des efforts louables pour répondre aux inquiétudes du Comité à propos de la quantité et de la qualité des eaux qui pénètrent dans le parc par le nord et que des améliorations sont prévues dans le temps;

5. Exprime de nouveau son inquiétude à propos de la quantité et de la qualité des eaux qui pénètrent dans le parc par le nord, de l'expansion urbaine constante à la limite est du parc et de l'expansion possible de l'aménagement urbain;

6. Encourage l'État partie à poursuivre ses efforts considérables de mobilisation pour la restauration et la conservation du bien en faisant le nécessaire pour mener à bien le projet Modified Water Deliveries, le projet C-111, le CERP (Comprehensive Everglades Restoration Plan) et d'autres activités importantes, ainsi qu'en contrôlant l'urbanisation;

7. Décide que les repères définis par l'État partie après consultation de l'UICN serviront de guide pour le Comité et faciliteront le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Les progrès dans cette direction devront être évalués à intervalles réguliers;

8. Demande en outre à l'État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport actualisé sur les progrès accomplis dans la restauration et la conservation du bien, notamment les progrès dans la réalisation des repères, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007;

9. Décide de maintenir le Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 30 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Maintient les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :