Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national des Everglades

États-Unis d'Amérique
Facteurs affectant le bien en 1998*
  • Habitat
  • Infrastructures hydrauliques
  • Pollution des eaux de surface
  • Production de semences
  • Tempêtes
  • Zones industrielles
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Développement agricoles, industriels et urbains affectant les systèmes naturels;
  • Pollution des eaux (engrais et mercure);
  • Ouragan en août 1992
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1998
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1998**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

conservation de ce site à la suite de la dotation généreuse de ressources financières et humaines de l'Etat comme du gouvernement fédéral. Le Comité a toutefois noté que l'Etat partie estimait que le site restait menacé et a donc décidé de maintenir le Parc national des Everglades sur la Liste du patrimoine mondial en péril. L'Etat partie a informé le Centre qu'il fournirait un rapport actualisé sur l'état de conservation des Everglades à temps pour la vingt-deuxième session du Comité.

Décisions adoptées par le Comité en 1998
22 BUR V.A.1
Etat de conservation

Le Bureau a étudié des rapports sur l'état de conservation de treize des quinze biens naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il a été informé qu’aucune nouvelle information n’avait été reçue sur les deux sites naturels du patrimoine mondial des États-Unis d’Amérique – les Parcs nationaux des Everglades et de Yellowstone. Des informations actualisées sur l’état de conservation de ces deux sites, fondées sur les rapports demandés à l’État partie pour le 15 septembre 1998 et qui devraient être reçus avant cette date, seront soumises à la vingt-deuxième session du Comité à Kyoto, Japon, du 30 novembre au 5 décembre 1998.

22 COM VII.12/4
SOC : Parc national des Everglades (Etats-Unis d'Amérique)

VII.4 Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique)

A sa dernière session (Naples, 1997), le Comité a noté un progrès sensible de l'état de conservation de ce site à la suite de la dotation généreuse de ressources financières et humaines de l'Etat comme du gouvernement fédéral. Un représentant de la délégation des États-Unis a fourni un rapport détaillé sur l'état de conservation de ce site qui faisait état d'importantes mesures entreprises pour assurer l'avancement continu de sa restauration. Le Comité a noté particulièrement ce qui suit :

(i) Des achats de terres d'un montant de 26 millions de dollars ont été achevés dans la partie est de la zone d'expansion des Everglades ; une somme complémentaire de 40 millions de dollars est nécessaire pour terminer l'achat de 109.000 acres d'autres terres dans le cadre du programme d'extension de la superficie totale du Parc national des Everglades ;

(ii) La population occidentale de moineaux noirs de mer du cap a souffert des périodes d'humidité anormalement prolongées crées par les constructions de régulation des eaux qui ont artificiellement retenu les eaux dans la partie ouest du marécage de Shark Slough afin de garder hors d'eau les parties est. L'inondation empêche les moineaux d'accéder à leurs sites de nidification qui ne se trouvent que dans les prairies de transition du marécage occidental de Shark Slough. La restauration du flux des eaux dans la partie orientale du marécage de Shark Slough est une mesure de haute priorité pour la restauration de l'ensemble de l'écosystème des Everglades et elle profitera également à la population de moineaux. Le Parc national des Everglades et les Services responsables des poissons et de la faune sauvage prévoient de détourner les eaux vers la partie est de Shark Slough. Heureusement, le temps sec au moment de la période de nidification du moineau en avril 1998 a permis d'assurer un taux de reproduction comparable à celui de l'année précédente.

(iii) Une législation a été présentée au Congrès américain afin d'assurer la présence permanente de la tribu Miccosukee dans le Parc national des Everglades. Tout accord visant à assurer un site pour maintenir la culture vivante de la tribu pourrait aller à l'encontre de la restauration du flux des eaux dans la partie est de Shark Slough (où habite la tribu Miccosukee), considérée comme mesure essentielle pour la restauration de l'ensemble de l'écosystème des Everglades et pour la survie des espèces menacées comme le moineau noir de mer.

Le délégué des États-Unis d'Amérique a informé le Comité qu'en dépit de nets progrès dans l'acquisition de terres et de ressources financières et humaines nécessaires à la restauration des Everglades, le gouvernement américain estime que le site est toujours en péril. En réponse à une question de l'UICN sur la manière dont l'État partie déterminerait quand le site pourrait être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril, le Représentant des États-Unis a signalé qu'un système d'évaluation de la réussite des mesures de restauration avait été mis en place et que les résultats seraient communiqués au Comité en temps voulu.

Le Comité a donné son assentiment à la demande de l'État partie et a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Comité pourrait étudier les nouvelles informations qui devraient être disponibles à temps pour sa vingt-deuxième session et décider du maintien ou non du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 1998
États-Unis d'Amérique
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Naturel
Critères : (viii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1993-2007, 2010-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 22COM (1998)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top