Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Assour (Qal'at Cherqat)

Iraq
Facteurs affectant le bien en 2018*
  • Activités de gestion
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Guerre
  • Infrastructures hydrauliques
  • Inondations
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Structures fragiles en briques de terre crue

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Inondations
  • Activités de gestion
  • System de gestion/plan de gestion
  • Infrastructures hydrauliques
  • Inondation partielle et infiltrations dues à un projet de construction de barrage
  • Structures fragiles en briques de terre crue
  • Absence de plan général de conservation et de gestion
  • Destruction due au conflit armé
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Construction d’un barrage à proximité entraînant une inondation partielle et des infiltrations 
  • Conflit armé
Mesures correctives pour le bien

Pas encore définies

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Pas encore établi
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2018

Montant total accordé (pour tous les biens du patrimoine mondial en Iraq) :

  • 6 000 dollars EU du fonds en dépôt italien (pour le patrimoine culturel, y compris le patrimoine mondial)
  • 1,5 million de dollars EU par le gouvernement du Japon (pour le patrimoine culturel, y compris le patrimoine mondial)
  • 154 000 dollars EU par le gouvernement de Norvège (pour le patrimoine culturel, y compris le patrimoine mondial)
  • 300 000 EUR par le gouvernement de l’Italie (pour le patrimoine culturel, y compris le patrimoine mondial)
  • 35 000 dollars EU par le gouvernement des Pays-Bas (pour le patrimoine culturel, y compris le patrimoine mondial)
  • 100 000 dollars EU Fonds d’urgence pour le patrimoine – soutien aux biens du patrimoine mondial irakien
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2018
Demandes approuvées : 1 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 50 000 dollars E.U.
2003 Emergency assistance to prepare an urgent nomination of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2018**

Novembre 2002 : mission UNESCO pour le projet de barrage de Makhoul ; juin 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

L’État partie a soumis le 1er février 2018 un rapport sur l’état de conservation disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1130/documents. Ce rapport présente comme suit les avancées de l’État partie s’agissant de divers problèmes de conservation signalés par le Comité lors de ses sessions précédentes :

  • L’État partie indique que ce rapport ne correspond pas au rapport complet sur l’état de conservation qui avait été demandé précédemment pour Assour et d’autres biens du patrimoine mondial qui ont fait l’objet d’opérations et/ou d’occupations militaires par des groupes armés extrémistes ;
  • Malgré le fait qu’Assour ait été libéré de l’occupation à la mi-décembre 2016, aucun travail de restauration ou de conservation important n’y a été entrepris, pas plus qu’une mission n’y a été dépêchée pour mener une évaluation complète et un rapport sur les dommages occasionnés et faire suite à la mission d’évaluation rapide menée par le Conseil national des antiquités et du patrimoine (SBAH) et l’UNESCO le 3 février 2017 ;
  • Peu a été fait pour transformer les divers engagements et initiatives internationaux en résultats tangibles sur le terrain ;
  • Les biens du patrimoine mondial iraquiens continuent de pâtir de problèmes liés à la protection, à la gestion et à l’occupation des sols, ainsi que du manque de financement ou d’investissements étrangers et d’une sensibilisation sociale inappropriée au patrimoine mondial.

Le 30 mars 2018, l’État partie a brièvement signalé que des explosions ont endommagé les piles de la porte de Tabira, où de larges fissures sont visibles, et ont gravement endommagé le palais d’été et la partie nord du bien, le long du Tigre. Cette dernière, qui fut entièrement fouillée par une mission archéologique allemande, a également été pillée.

L’État partie estime que la situation sécuritaire actuelle est stable, permettant ainsi le commencement des travaux de conservation, de restauration et de reconstruction sur le terrain. Il souligne le besoin de missions techniques pour mener une évaluation principale des dommages occasionnés aux biens du patrimoine mondial, comme ce fut le cas en avril 2016 avec la mission technique à Palmyre. Il recommande l’implication avec l’UNESCO, la communauté internationale, les universités et les institutions scientifiques pour concrétiser les engagements pris, et pour traiter les défaillances à long terme dans les domaines de la gestion et de la protection. Il recommande également l’organisation d’une conférence internationale sur le patrimoine iraquien à laquelle participeraient des pays donateurs. Il recommande en outre l’application de l’interdiction du trafic illicite de biens culturels iraquiens.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2018

L’absence d’informations détaillées sur l’état de conservation du bien (pour la quatrième année consécutive) continue de susciter la plus grave préoccupation. Comme cela a été recommandé dans les décisions précédentes du Comité, il est essentiel qu’une évaluation complète et détaillée des dommages occasionnés soit menée dès que les conditions de sécurité le permettront et avant toute action sur le terrain, les autorités responsables devant travailler en étroite collaboration avec le bureau de l’UNESCO pour l’Iraq. Il est également recommandé que le Comité réitère sa demande à l’État partie de soumettre, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un rapport complet sur l’évaluation d’urgence du bien qui a été entreprise par le SBAH en février 2017, après sa libération.

À l’évidence, aucune amélioration sur le terrain n’a eu lieu depuis le dernier rapport sur l’état de conservation. Les actions prioritaires et les ressources nécessaires qui furent mises en avant lors de la Conférence internationale de coordination sur la sauvegarde du patrimoine culturel dans les zones libérées d’Iraq organisée par l’UNESCO et le gouvernement iraquien en février 2017 (cf http://whc.unesco.org/fr/actualites/1632/) n’ont pas atteint le degré et le rythme envisagés alors. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de revoir les initiatives nationales et internationales pour la sauvegarde et la restauration du patrimoine culturel dans les zones libérées d’Iraq avec l’objectif de trouver des moyens en faveur de la mise en œuvre des actions prioritaires et de sécuriser les ressources nécessaires de toute urgence.

Comme précédemment recommandé par le Comité, tous les travaux de protection et de stabilisation d’urgence doivent être exclusivement entrepris en cas imminent d’effondrement ou de dommage supplémentaire, conformément au principe d’intervention minimale. Les éléments d’architecture, de sculpture et de relief trouvés au sein du bien et résultant des dommages liés aux conflits comme les destructions intentionnelles doivent être récupérés et rassemblés en lieu sûr, et les limites du bien protégées des fouilles illégales et du pillage, comme souligné lors de la Conférence internationale de coordination de 2017. Il est à nouveau recommandé que, lorsque les conditions de sécurité le permettront, une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS soit envoyée pour contribuer à l’évaluation des dommages avant qu’un plan de conservation global soit élaboré.   

Décisions adoptées par le Comité en 2018
42 COM 7A.18
Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) (C 1130)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7A.33, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Exprime sa plus grave préoccupation quant à l’état de conservation du bien après le conflit armé et les actes de destruction intentionnels ;
  4. Note avec préoccupation le manque continu d’informations sur l’état de conservation du bien, et demande à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de la situation sur le terrain ;
  5. Réitère sa demande à l’État partie de fournir un rapport sur l’évaluation d’urgence du bien entreprise en 2017, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  6. Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts pour garantir la protection du bien malgré la situation difficile qui prévaut, et en particulier de prendre des mesures en faveur de la mise en œuvre urgente des actions prioritaires mises en avant lors de la Conférence internationale de coordination sur la sauvegarde du patrimoine culturel dans les zones libérées d’Iraq (UNESCO, février 2017), avec le soutien de l’UNESCO et de la communauté internationale ;
  7. Prie instamment toutes les parties concernées par la situation en Iraq de s’interdire toute action qui causerait des dommages supplémentaires au patrimoine culturel et naturel du pays et de remplir leurs obligations au regard du droit international en prenant toutes les mesures possibles visant à protéger ledit patrimoine ;
  8. Réitère son appel à tous les États membres de l’UNESCO de coopérer dans la lutte contre le trafic illicite du patrimoine culturel en provenance d’Iraq, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies 2199 de février 2015, 2253 de décembre 2015 et 2347 de mars 2017 ;
  9. Invite à nouveau tous les États membres de l’UNESCO à soutenir les mesures de sauvegarde d’urgence, y compris par le biais du Fonds d’urgence du patrimoine de l’UNESCO ;
  10. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019 ;
  11. Décide de maintenir Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
42 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/18/42.COM/7A, WHC/18/42.COM/7A.Add et WHC/18/42.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 42 COM 7A.1)
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 42 COM 7A.2)
  • Autriche, Centre historique de Vienne, (décision 42 COM 7A.5)
  • Bolivie (État plurinational de), Ville de Potosí (décision 42 COM 7A.8)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 42 COM 7A.9)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 42 COM 7A.46)
  • Égypte, Abou Mena (décision 42 COM 7A.17)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 42 COM 7A.42)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 42 COM 7A.44)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 42 COM 7A.41)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 42 COM 7A.40)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 42 COM 7A.18)
  • Iraq, Hatra (décision 42 COM 7A.19)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 42 COM 7A.20)
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (site proposé par la Jordanie) (décision 42 COM 7A.21)
  • Libye, Ancienne ville de Ghadamès (décision 42 COM 7A.25)
  • Libye, Site archéologique de Cyrène (décision 42 COM 7A.22)
  • Libye, Site archéologique de Leptis Magna (décision 42 COM 7A.23)
  • Libye, Site archéologique de Sabratha (décision 42 COM 7A.24)
  • Libye, Sites rupestres du Tadrart Acacus (décision 42 COM 7A.26)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 42 COM 7A.53)
  • Mali, Villes anciennes de Djenné (décision 42 COM 7A.13)
  • Mali, Tombouctou (décision 42 COM 7A.14)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 42 COM 7A.15)
  • Micronésie (États fédérés de), Nan Madol : centre cérémoniel de la Micronésie orientale (décision 42 COM 7A.3)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 42 COM 7A.54)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 42 COM 7A.16)
  • Ouzbékistan, Centre historique de Shakhrisyabz (décision 42 COM 7A.4)
  • Palestine, Lieu de naissance de Jésus : l’église de la Nativité et la route de pèlerinage, Bethléem (décision 42 COM 7A.27)
  • Palestine, Palestine : pays d’olives et de vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (décision 42 COM 7A.29)
  • Palestine, Vieille ville d’Hébron/Al-Khalil (décision 42 COM 7A.28)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (décision 42 COM 7A.10)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 42 COM 7A.11)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 42 COM 7A.30)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 42 COM 7A.31)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 42 COM 7A.32)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 42 COM 7A.33)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 42 COM 7A.34)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 42 COM 7A.35)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 42 COM 7A.45)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 42 COM 7A.47)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 42 COM 7A.48)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 42 COM 7A.49)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 42 COM 7A.50)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 42 COM 7A.51)
  • République-Unie de Tanzanie, Réserve de gibier de Selous (décision 42 COM 7A.56)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 42 COM 7A.55)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 42 COM 7A.6)
  • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Liverpool – Port marchand (décision 42 COM 7A.7)
  • Venezuela (République bolivarienne du), Coro et son port (décision 42 COM 7A.12)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 42 COM 7A.37)
  • Yémen, Vieille ville de Sana’a (décision 42 COM 7A.38)
  • Yémen, Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte (décision 42 COM 7A.39)
Projet de décision : 42 COM 7A.18

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7A.33, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Exprime sa plus grave préoccupation quant à l’état de conservation du bien après le conflit armé et les actes de destruction intentionnels ;
  4. Note avec préoccupation le manque continu d’informations sur l’état de conservation du bien, et demande à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de la situation sur le terrain ;
  5. Réitère sa demande à l’État partie de fournir un rapport sur l’évaluation d’urgence du bien entreprise en 2017, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  6. Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts pour garantir la protection du bien malgré la situation difficile qui prévaut, et en particulier de prendre des mesures en faveur de la mise en œuvre urgente des actions prioritaires mises en avant lors de la Conférence internationale de coordination sur la sauvegarde du patrimoine culturel dans les zones libérées d’Iraq (UNESCO, février 2017), avec le soutien de l’UNESCO et de la communauté internationale ;
  7. Prie instamment toutes les parties concernées par la situation en Iraq de s’interdire toute action qui causerait des dommages supplémentaires au patrimoine culturel et naturel du pays et de remplir leurs obligations au regard du droit international en prenant toutes les mesures possibles visant à protéger ledit patrimoine ;
  8. Réitère son appel à tous les États membres de l’UNESCO de coopérer dans la lutte contre le trafic illicite du patrimoine culturel en provenance d’Iraq, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies 2199 de février 2015, 2253 de décembre 2015 et 2347 de mars 2017 ;
  9. Invite à nouveau tous les États membres de l’UNESCO à soutenir les mesures de sauvegarde d’urgence, y compris par le biais du Fonds d’urgence du patrimoine de l’UNESCO ;  
  10. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019 ;
  11. Décide de maintenir Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2018
Iraq
Date d'inscription : 2003
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 2003-présent
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2018) .pdf
arrow_circle_right 42COM (2018)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top