Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Assour (Qal'at Cherqat)

Iraq
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Infrastructures hydrauliques
  • Inondations
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Structures en briques fragiles

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Inondation partielle et infiltrations dues à un projet de construction de barrage

b) Structures fragiles en briques de terre crue

c) Absence de plan général de conservation et de gestion.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Construction d’un barrage à proximité entraînant une inondation partielle et des infiltrations
  • Conflit armé
Mesures correctives pour le bien

Pas encore identifiées

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2012

Montant total accordé au bien : 6.000 dollars EU provenant du fonds-en-dépôt italien.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 1 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 50 000 dollars E.U.
2003 Emergency assistance to prepare an urgent nomination of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**

Novembre 2002 : mission UNESCO pour le projet du barrage de Makhoul ; juin 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L’État partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation requis par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011). Du 5 au 9 juin 2011, une mission de suivi réactif a été effectuée et ses résultats préliminaires ont été présentés oralement à la 35e session mais ne figurent pas dans le précédent rapport sur l’état de conservation du bien. Le rapport de mission est consultable en ligne à l’adresse Internet suivante : https://whc.unesco.org/fr/sessions/35COM/documents/

La mission a évalué l’état actuel de conservation du bien et a attiré l’attention sur les plus importantes menaces actuelles. Elle a constaté que la construction du barrage de Makhoul, actuellement retardée mais non annulée, constituerait un risque notable pour le bien, compte tenu des crues auxquelles on pourrait s’attendre aux abords du site. La mission a indiqué qu’une étude de faisabilité avait été menée et que la conception finale du barrage et l’évaluation d’impact environnemental étaient en cours d’élaboration. Aucun de ces documents n’a été soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen.

La mission a également souligné qu’il restait à établir une stratégie générale pour les interventions de conservation. Étant donné le risque d’inondation, et pour atténuer l’action érosive du Tigre dans certains secteurs, il est également urgent d’établir un plan de gestion des risques, prévoyant des mesures de réparation et de prévention avant que l’intégrité du site soit gravement compromise. Il a été indiqué que des études techniques sur la construction d’un mur de soutènement ont été effectuées et que les travaux devaient commencer d’ici juin 2011. Ce projet n’a pas non plus été soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen et l’on ne sait rien de l’avancement actuel de la mise en œuvre de ce projet.

La mission a également souligné que, dans l’ensemble, le bien est en mauvais état de conservation et révèle une importante érosion des vestiges d’architecture en terre due aux intempéries et à l’absence de drainage du site. Elle a également constaté que les travaux de documentation, conservation, entretien et suivi ne sont pas systématiquement effectués, en raison du manque de personnel qualifié sur place, spécialisé notamment en conservation de l’architecture en terre, et à cause des ressources limitées. Il reste aussi à mettre au point le plan de gestion.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que, malgré les efforts de l’État partie pour la conservation et la protection du bien, beaucoup d’importantes menaces restent à circonscrire. Ils recommandent que le Comité se déclare préoccupé que la construction du barrage de Makhoul soit toujours d’actualité, et qu’il réaffirme que les impacts prévus, ajoutés au mauvais état de conservation de nombreux vestiges, compromettrait sérieusement les conditions d’intégrité du bien et pourrait entraîner des dommages irréversibles aux attributs qui en justifient la valeur universelle exceptionnelle.

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7A.21
Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) (C 1130)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A.Add,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7A.20, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Regrette que l’État partie n’ait pas soumis le rapport sur l’état de conservation du bien comme demandé ;

4.  Prend note des résultats de la mission de suivi réactif de juin 2011, engage l’État partie à mettre en œuvre les recommandations de cette dernière et le prie instamment de réaliser en priorité les actions suivantes :

a)   établir une documentation de base pour réaliser une étude détaillée de l’état de conservation du bien, incluant les dessins d’architecture et cartes topographiques qui restent à achever,

b)   entreprendre des actions précises de conservation pour améliorer l’état de conservation du tissu bâti,

c)   entreprendre un processus de planification pour la formulation du plan de gestion du bien, incluant un plan de conservation d’ensemble, un plan de gestion des risques et des dispositions concernant le suivi et l’entretien,

d)   mettre en œuvre des activités de renforcement des capacités en conservation de l’architecture en terre et gestion du site ;

5.  Demande à l’État partie de soumettre, conformément au Paragraphe 172 des Orientations, des informations techniques détaillées et actualisées sur les interventions proposées pour le bien, en particulier le mur de soutènement destiné à atténuer l’érosion causée par le Tigre, et le projet de barrage de Markhoul et son évaluation d’impact environnemental ;

6.  Note également les capacités actuellement limitées pour la mise en œuvre de ce qui précède, et invite l’État partie à soumettre une demande d’assistance internationale pour la formulation d’un plan de conservation et de gestion du bien et pour la mise en œuvre de mesures de conservation prioritaires ;

7.  Invite la communauté internationale à soutenir financièrement et techniquement la mise en œuvre des mesures susmentionnées, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, afin d’assurer le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

8.  Réitère sa demande à l’État partie d’élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, une proposition d’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ainsi qu’un projet de calendrier, et de finaliser la Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

9.  Demande également à l’État partie, dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif, de soumettre une clarification des limites d’ici le 1er décembre 2012 ;

10. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

11. Décide de maintenir Assour (Qal'at Sherqat) (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Projet de décision : 36 COM 7A.21

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 35 COM 7A.20, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Regrette que l’État partie n’ait pas soumis le rapport sur l’état de conservation du bien comme demandé ;

4. Prend note des résultats de la mission de suivi réactif de juin 2011, engage l’État partie à mettre en œuvre les recommandations de cette dernière et le prie instamment de réaliser en priorité les actions suivantes :

a) Établir une documentation de base pour réaliser une étude détaillée de l’état de conservation du bien, incluant les dessins d’architecture et cartes topographiques qui restent à achever,

b) Entreprendre des actions précises de conservation préventive pour améliorer l’état de conservation du tissu bâti,

c) Entreprendre un processus de planification pour la formulation du plan de gestion du bien, incluant un plan de conservation d’ensemble, un plan de gestion des risques et des dispositions concernant le suivi et l’entretien,

d) Mettre en œuvre des activités de renforcement des capacités en conservation de l’architecture en terre et gestion du site ;

5. Demande à l’État partie de soumettre, conformément au Paragraphe 172 des Orientations, des informations techniques détaillées et actualisées sur les interventions proposées pour le bien, en particulier le mur de soutènement destiné à atténuer l’érosion causée par le Tigre, et le projet de barrage de Markhoul et son évaluation d’impact environnemental ;

6. Note également les capacités actuellement limitées pour la mise en œuvre de ce qui précède, et invite l’État partie à soumettre une demande d’assistance internationale pour la formulation d’un plan de conservation et de gestion du bien et pour la mise en œuvre de mesures de conservation prioritaires ;

7. Invite la communauté internationale à soutenir financièrement et techniquement la mise en œuvre des mesures susmentionnées, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, afin d’assurer le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

8. Réitère sa demande à l’État partie d’élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, une proposition d’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ainsi qu’un projet de calendrier, et de finaliser la Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

9. Demande également à l’État partie, dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif, de soumettre une clarification des limites d’ici le 1er décembre 2012 ;

10. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

11. Décide de maintenir Assour (Qal'at Sherqat) (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2012
Iraq
Date d'inscription : 2003
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 2003-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top