Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Sanctuaire historique de Machu Picchu

Pérou
Facteurs affectant le bien en 1999*
  • Incendies (d’origine naturelle)
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Construction d'un barrage;
  • Installation de lignes à haute tension;
  • Feux non contrôlés (problème résolu);
  • Empiètements;
  • Urbanisation de la vallée;
  • Survols en hélicoptères 
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1999
Demandes approuvées : 10 (de 1986-1992)
Montant total approuvé : 161 625 dollars E.U.
1992 Financial contribution for a training workshop on ... (Approuvé)   19 325 dollars E.U.
1992 Organization of a training course for technicians, ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1991 Preparation of a Master Plan for Machu Picchu (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
1991 Additional costs for technical consultancy for the ... (Approuvé)   6 000 dollars E.U.
1991 Contribution to a monitoring exercise of the following ... (Approuvé)   3 300 dollars E.U.
1991 Additional cost for technical consultancy for the ... (Approuvé)   4 000 dollars E.U.
1989 Preparation of a technical cooperation project for a ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1988 Contribution to purchase of fire-fighting equipment and ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1986 Support for associated training activities related to ... (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1986 Financial support for the implementation of the ... (Approuvé)   26 500 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1999**

1997: missin conjointe ICOMOS/UICN, octobre 1999: mission conjointe ICOMOS/UICN

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1999

Résumé des précédentes délibérations : Le Comité a étudié l'état de conservation du site à ses sessions de 1996, 1997 et 1998. Il a en particulier souligné la nécessité de dispositions de gestions appropriées et d'un plan directeur d'ensemble. A sa vingt-deuxième session, le Comité a :

  • demandé à l’UICN et à l’ICOMOS d’entreprendre une étude approfondie du plan de gestion adopté en octobre 1998 et de présenter leurs conclusions au Bureau à sa vingt-troisième session ;
  • demandé aux autorités péruviennes de transmettre toute la documentation pertinente ainsi que les dispositions de gestion au Centre du patrimoine mondial pour étude par l'ICOMOS et l'UICN et examen par le Bureau et/ou le Comité ;
  • demandé au Bureau à sa vingt-troisième session d'étudier s’il faut entreprendre une seconde mission UICN/ICOMOS pour évaluer la mise en œuvre et l’efficacité du plan de gestion, le projet de système de téléphérique, l'éventuelle extension hôtelière et d'autres grands travaux qui pourraient être prévus ;
  • a engagé les autorités péruviennes à ne prendre aucune décision concernant des projets qui pourraient avoir un impact considérable sur les valeurs de patrimoine mondial du site avant la mission éventuelle UICN/ICOMOS et à consulter le Comité conformément au paragraphe 56 des Orientations.

Nouvelles informations : Aucune information ou documentation n'avaient été reçues des autorités péruviennes lors de la préparation du présent document de travail.

Néanmoins, le Secrétariat a reçu un grand nombre de communications et d'appels dans lesquels des particuliers, des scientifiques et des organisations non gouvernementales expriment leur préoccupation et leur opposition au plan du système de téléphérique, en déclarant que cela aurait de graves effets préjudiciables sur les valeurs naturelles et culturelles du site et que cela pourrait entraîner une augmentation inacceptable du nombre de touristes.

L'UICN a transmis au Secrétariat un rapport qui est résumé ci-dessous :

Des rapports récents indiquent que la situation dans le parc reste préoccupante. La collecte et l'élimination des ordures et des eaux usées posent de plus en plus de problèmes (un atelier pour discuter de solutions possibles s'est tenu la seconde semaine d'avril mais il est difficile de savoir dans quelle mesure les recommandations de cette réunion seront mises en œuvre). Il en est de même pour le plan directeur du site. Le plan directeur a été officiellement approuvé en octobre 1998 mais jusqu'à maintenant il n'a été ni publié ni diffusé et aucune mesure n'est prise pour l'appliquer. Le comité de gestion proposé n'a pas été nommé. Aucune mesure n'a été prise pour suivre les recommandations du plan directeur.

La construction d'un téléphérique reste une question très préoccupante. Une évaluation d'impact environnemental a été menée par le cabinet-conseil international Dames & Moore mais l'INRENA (l'Institut national pour les Ressources naturelles) a toujours un certain nombre de questions techniques à régler et le secteur du Tourisme a passé le document de l'évaluation d'impact environnemental au ministère des Transports et des Communications, sans émettre d'opinion. L'INRENA et l'INC (Institut national pour la Culture) doivent d'abord accepter l'évaluation d'impact environnemental avant l'approbation par le ministère du Tourisme et le ministère des Transports. L'INRENA est en désaccord avec l'évaluation d'impact environnemental sur un point essentiel : l'absence d'analyse de solutions de rechange. Malgré ce désaccord sur l'évaluation d'impact environnemental du projet de téléphérique, le gouvernement a déjà approuvé l'octroi d'une autorisation de privatisation de 7000 m2 pour la construction du téléphérique. Cette décision entraîne de nouveaux conflits au niveau local car le gouvernement local n'a pas été consulté à cet égard.

De plus, des informations ont été reçues au sujet d'un projet de construction de route entre Cuzco et Machupicchu. Il est important de noter que le plan directeur approuvé par le gouvernement déclare clairement qu'il n'est pas nécessaire de créer de nouveaux accès et que cela pourrait entraîner de nouvelles pressions en raison d'un nombre accru de visiteurs.

S'agissant du plan directeur, l'UICN a fait les commentaires suivants :

L'approbation du plan directeur pour le Sanctuaire historique de Machupicchu est une avancée positive vers le renforcement de sa protection et de sa gestion. L'UICN se félicite de cette mesure et incite l’Etat partie à poursuivre la mise en œuvre du plan. Cependant, l'UICN désirerait que l’Etat partie et le Bureau et le Comité du patrimoine mondial étudient les commentaires suivants :

  1. Le plan directeur décrit en détail les directions et éléments essentiels qui devraient guider la protection et la gestion de ce site. En fait, le document est un excellent cadre stratégique pour des actions futures. Il omet cependant de définir des priorités pour les actions à court terme et de dresser un plan détaillé de mise en œuvre indiquant les responsabilités des différentes institutions, les ressources, les délais et les mécanismes d'évaluation et de suivi de l'avancement. Du point de vue de l'UICN, un plan qui ne comporte pas de programme de mise en œuvre ne peut être considéré comme adapté et s'avérerait sans doute peu utile.
  2. Le document a clairement défini comme condition essentielle du succès la nécessité d'une meilleure coordination entre les différents organismes nationaux et locaux qui participent à la gestion de ce site, ainsi que la nécessité d'impliquer tous les principaux partenaires concernés au niveau local. Bien que le plan propose la création d'un comité de gestion avec participation des principaux partenaires concernés, il n'étudie ni le processus ni les mesures nécessaires pour parvenir à une meilleure coordination. Il en est de même pour la recommandation concernant la création d'une unité administrative intégrée comprenant du personnel de l'Institut des Ressources naturelles et de l'Institut de la Culture.
  3. Il manque au document reçu par l'UICN une carte d'ensemble permettant une bonne évaluation du zonage proposé pour cette aire. L'UICN est toutefois préoccupée de la faiblesse des définitions et des considérations de gestion pour la zone d'utilisation spéciale (Zona de Uso Especial) et pour la zone tampon (Zona de Amortiguamiento). Ces deux zones sont essentielles pour sauvegarder l'intégrité de la zone centrale et méritent donc un traitement de gestion spécial.
  4. Le tourisme et le taux élevé de visites sont considérés dans tout le document comme une question extrêmement préoccupante pour l'intégrité du site comme pour assurer aux visiteurs l'expérience de qualité à laquelle ils s'attendent. Il manque toutefois au document un plan détaillé de développement touristique intégré comprenant une gestion des flux de visiteurs. L'UICN considère que ce plan détaillé devrait être préparé et mis en œuvre d'urgence.
  5. Il est inquiétant que le plan directeur confirme quasiment la nécessité de la construction du téléphérique. Cela est préoccupant lorsque l'on considère l'inquiétude suscitée par l'évaluation d'impact environnemental préparée pour cet investissement et l'absence d'évaluation d'autres solutions de rechange.
  6. Le plan directeur fournit de bons arguments techniques contre l'aménagement de nouvelles routes d'accès à ce site. Cela est en totale contradiction avec le projet d'autoroute qui relierait Cuzco à Machupicchu.
  7. Le plan reconnaît la nécessité d'étendre les limites actuelles du site pour y intégrer d'autres aires naturelles qui pourraient compléter la conservation d'espèces essentielles et d'une paysage d'ensemble de cette zone. A cet égard, l'UICN désirerait recommander de nouveau d'inclure la région d'"Abra Malagra" dans les montagnes de Vilcanota, au sud du site actuel du patrimoine mondial, ainsi que la plus grande partie des montagnes de Vilcamba au nord. L'UICN considère néanmoins comme prématurée toute mesure visant à étendre les limites du site avant qu'un progrès sensible ne soit fait pour renforcer sa protection et sa gestion.

L'ICOMOS présentera ses observations sur le plan directeur durant la session du Bureau.

Le 12 mai 1999, la délégation permanente du Pérou a demandé une visite des présidents de l'UICN/ICOMOS ou de leurs représentants dans le courant du mois de juin, pour étudier sur place l'application du plan directeur pour Machupicchu.

Action requise

Le Bureau pourrait souhaiter étudier le rapport mentionné ci-dessus et les informations qui seront fournies ou qui pourraient être disponibles lors de sa session et prendre les décisions appropriées à cet égard. Entre autres choses, il pourrait souhaiter considérer si une seconde mission UICN/ICOMOS est nécessaire.

En formulant sa décision/recommandation, le Bureau pourrait souhaiter considérer la recommandation suivante de l'UICN : "L'UICN recommande que le Bureau prenne note de l'absence d'avancement concernant la solution du problème du téléphérique, ainsi que des nouveaux projets de construction d'une autoroute entre Cuzco et ce site du patrimoine mondial. Le Bureau devrait également étudier les commentaires de l'UICN sur le plan directeur qui constitue d'une manière générale un bon cadre stratégique pour renforcer la protection du site mais qui manque d'un programme général de mise en œuvre. Le Bureau, tout en complimentant l’Etat partie pour cette avancée positive, devrait noter l'absence d'avancement de l’Etat partie dans l'organisation et la promotion du travail du comité de gestion en tant que première mesure pour la mise en œuvre du plan directeur. Ayant noté ces points, l'UICN recommande au Bureau d'inclure ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril."

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1999

Résumé des précédents débats :

Vingt-deuxième session du Comité – paragraphe VII.29.

Vingt-troisième session du Bureau – paragraphe IV.50.

 

Nouvelles informations : Le Bureau, à sa vingt-troisième session, a demandé au Centre du patrimoine mondial, à l'UICN et à l'ICOMOS d'entreprendre une mission à Machupicchu.

Cette mission aura lieu du 17 au 25 octobre 1999. Les résultats de la mission seront présentés au Bureau durant sa session.

Décisions adoptées par le Comité en 1999
23 BUR IV.B.50
Sanctuaire historique de Machupicchu (Pérou)

Le Secrétariat a informé le Bureau que la délégation permanente du Pérou auprès de l'UNESCO avait invité une mission d’experts au Pérou pour observer in situ les applications du Plan directeur pour Machupicchu. Il a également indiqué que l’Institut national pour les ressources naturelles (INRENA) et l’Institut national pour la culture (INC) avaient fourni des informations sur la création d’une Unité de gestion pour le Sanctuaire qui était prévue dans le Plan de gestion de Machupicchu et dans le Plan national pour les aires protégées, et que sa première réunion était prévue pour le 26 juin 1999. Cette Unité de gestion préparera des plans opérationnels à court et moyen terme pour la mise en œuvre du Plan directeur. S’agissant du système de téléphérique, l’INRENA et l’INC ont fait savoir que l’évaluation d’impact environnemental avait fait l’objet d’une étude critique et n’avait pas encore été acceptée.

Le Secrétariat a par ailleurs signalé qu’il avait reçu un grand nombre de communications et d'appels dans lesquels des particuliers, des scientifiques et des organisations non gouvernementales exprimaient leur préoccupation et leur opposition au plan du système de téléphérique, en déclarant que cela aurait de graves effets préjudiciables sur les valeurs naturelles et culturelles du site et que cela pourrait entraîner une augmentation inacceptable du nombre de touristes.

L’UICN et l’ICOMOS ont tous deux déclaré que le Plan directeur constitue un bon cadre stratégique mais qu’il faudra disposer de plans de fonctionnement pour une mise en œuvre efficace. Il faudra accorder une attention particulière à la gestion du tourisme et la recherche et la préservation des ressources archéologiques du Parc.

La Directrice de l’Institut national pour les ressources naturelles (INRENA) a souligné l’engagement commun de l’INRENA et de l’INC en faveur de l’intégrité du Parc par l’intermédiaire de la structure de gestion prévue dans le Plan directeur, c’est-à-dire l’Unité de gestion. Elle a fait part des préoccupations quant à la qualité et au volume du tourisme sur le site et a indiqué qu’un plan de gestion du tourisme serait achevé d’ici quelques mois. S’agissant du téléphérique, elle a déclaré que le Plan directeur ne le propose ni ne l’approuve et que l’étude d’impact environnemental n’a pas fourni assez d’informations jusqu’ici pour une évaluation approfondie. Concernant d’autres projets, elle a noté qu’une extension d’hôtel avait été fermement refusée et que les informations sur tout autre projet seraient transmises au Secrétariat. Elle a conclu en disant que le gouvernement était prêt à accueillir une mission d’experts, selon la proposition du Secrétariat.

Rappelant (i) la décision du Comité à sa vingt-deuxième session, (ii) l'invitation du gouvernement péruvien adressée à l'UICN et à l'ICOMOS pour entreprendre une seconde mission d'experts et (iii) les préoccupations exprimées par les organes consultatifs, le Bureau a adopté ce qui suit :

"Le Bureau prend note des informations fournies par le gouvernement péruvien via ses lettres datées des 18 et 23 juin 1999. Il note également les commentaires et observations faits par l'UICN et l'ICOMOS au sujet du plan directeur du Sanctuaire historique de Machupicchu, ainsi que les projets qui sont – ou pourraient être – en cours de discussion et qui auraient de sérieux impacts sur le site du patrimoine mondial.

Le Bureau considère que le plan directeur constitue d'une manière générale un bon cadre stratégique pour renforcer la protection du site mais qu'il lui manque un programme d'ensemble de mise en œuvre. Il note que l'Unité de gestion récemment créée va établir un plan à court et moyen terme pour sa mise en œuvre. Le Bureau complimente l'État partie de la création de l'Unité de gestion pour le Sanctuaire historique de Machupicchu et il engage l'État partie à organiser et à faciliter le travail de l'Unité de gestion comme premier stade de mise en œuvre du plan directeur. Il engage également l'État partie à étudier les observations et les recommandations faites par l'UICN et l'ICOMOS sur le plan directeur et sa mise en œuvre.

S'agissant du système de téléphérique et d'autres travaux ou projets possibles, le Bureau regrette qu'aucune information n'ait été fournie, en particulier au sujet du plan concernant le téléphérique et l'étude d'impact environnemental correspondante. Il renouvelle la demande faite par le Comité du patrimoine mondial à sa vingt-deuxième session, priant de transmettre toute la documentation pertinente ainsi que les dispositions concernant la structure de gestion et le plan directeur du Sanctuaire, le système de téléphérique (étude d'impact environnemental, plans détaillés, etc.), ainsi que tous les autres travaux ou projets envisagés actuellement ou dans l'avenir pour être mis en œuvre à l'intérieur du périmètre du site du patrimoine mondial, ou à l'extérieur du site mais susceptibles d'avoir un impact préjudiciable sur celui-ci, dès qu'ils seront disponibles, au Centre du patrimoine mondial pour étude par l'ICOMOS et l'UICN et examen par le Bureau et/ou le Comité.

Le Bureau demande à l'UICN, à l'ICOMOS et au Centre du patrimoine mondial d'entreprendre une seconde mission d'expert à Machupicchu pour évaluer :

  1. la mise en œuvre et l'efficacité du plan directeur et des dispositions de gestion pour le Sanctuaire (notamment en ce qui concerne le tourisme) ;
  2. l'état d'avancement du projet du système de téléphérique et son impact possible sur la valeur de patrimoine mondial du Sanctuaire, ainsi que la viabilité d’autres possibilités que le système de téléphérique ;
  3. l'état d'avancement de l'extension ou de la modification éventuelle de l'hôtel situé à Machupicchu et d'autres travaux importants qui pourraient être prévus dans le périmètre du site ou à l'extérieur, ainsi que leur impact possible sur la valeur de patrimoine mondial du Sanctuaire ;
  4. des options d'extensions du site et formuler des recommandations à cet égard ;
  5. l'état général de conservation culturelle et naturelle du Sanctuaire historique de Machupicchu.

Le rapport de la mission devrait être présenté au Comité du patrimoine mondial à sa vingt-troisième session pour étude et action ultérieure."

Selon la suggestion du Rapporteur, le Secrétariat, les organes consultatifs et les autorités péruviennes collaboreront à l’établissement d’un cahier des charges détaillé pour la mission.

23 COM X.B.31
SOC : Sanctuaire historique de Machupicchu (Pérou)

X.31 Sanctuaire historique de Machupicchu (Pérou)

Le Comité a rappelé les rapports de la vingt-troisième session ordinaire et de la vingt-troisième session extraordinaire du Bureau sur l'état de conservation de ce bien et a adopté la décision suivante :

« Le Comité, après examen du rapport de la mission Centre du patrimoine mondial-UICN-ICOMOS au Sanctuaire historique de Machupicchu (disponible pour le Comité dans le document d'information WHC-99/CONF.209/INF.21), en a approuvé les conclusions et les recommandations.

Le Comité a félicité le gouvernement péruvien de l'adoption du plan directeur et de la création de l'Unité de gestion. Il a demandé instamment au gouvernement péruvien de faire en sorte que toutes les institutions, autorités et agences impliquées dans le Sanctuaire apportent leur plein appui à l'Unité de gestion du Sanctuaire historique de Machupicchu, afin que celle-ci puisse accomplir effectivement et efficacement les tâches qui lui ont été confiées.

Le Comité a reconnu qu'il existe une forte pression touristique sur le site et que les études proposées dans les recommandations 6, 7 et 8 du rapport de la mission doivent permettre d'aborder cette question de manière intégrée.

Le Comité a demandé au gouvernement péruvien de soumettre, avant le 15 avril 2000, pour transmission et examen par le Bureau à sa vingt-quatrième session, un rapport qui comprendrait sa réponse aux conclusions et recommandations de la mission, ainsi que des informations sur l'avancement réalisé dans la préparation et l'exécution de plans opérationnels pour la mise en oeuvre du plan directeur du Sanctuaire historique de Machupicchu. »

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les informations qui lui seront fournies lors de sa session et prendre la décision appropriée à cet égard.

 

Année du rapport : 1999
Pérou
Date d'inscription : 1983
Catégorie : Mixte
Critères : (i)(iii)(vii)(ix)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top