Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Zones historiques d'Istanbul

Türkiye
Facteurs affectant le bien en 2008*
  • Activités de gestion
  • Habitat
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Dégradation permanente de l’architecture vernaculaire dans les zones protégées (surtout des maisons en bois de la période ottomane dans les quartiers de Zeyrek et Süleymaniye)

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Dégradation permanente de l’architecture vernaculaire dans les zones protégées (surtout des maisons en bois de la période ottomane dans les quartiers de Zeyrek et Süleymaniye) ;

b) Mauvaise qualité des réparations et de la reconstruction des murs byzantins et romains et des structures des palais annexes, comme Tekfur Saray et le ‘donjon d’Anemas’ (palais des Blachernes) ;

c) Développement incontrôlé et absence de plan de gestion du patrimoine mondial ;

d) Absence de coordination entre les autorités nationales et municipales, et d'organisation entre les organes de décision pour la sauvegarde du patrimoine mondial sur le site ;

e) Impacts potentiels des nouveaux bâtiments et des projets d'aménagement sur le site du patrimoine mondial et absence d'étude d'impact avant la mise en œuvre de projets de grande envergure. 

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2008

Montant total accordé au bien : 211 900 dollars EU (conservation de Sainte-Sophie) ; 36 686,30 dollars EU (Convention France-UNESCO) ; UNESCO CLT/CH 155 000 dollars EU (dans le cadre de la Campagne internationale de sauvegarde d'Istanbul et Göreme).

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2008
Demandes approuvées : 16 (de 1986-2004)
Montant total approuvé : 452 208 dollars E.U.
2004 Restoration of a single timber house in Zeyrek, ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
2000 Conservation work of the Mosaics at Hagia Sophia ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1999 Completion of the documentation of the buildings and ... (Approuvé)   35 208 dollars E.U.
1999 Historic Areas of Istanbul, Turkey (NOT IMPLEMENTED) (Approuvé)   8 000 dollars E.U.
1999 Exhibition on Hagia Sophia, Istanbul (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1998 Historic Areas of Istanbul, Turkey (NOT IMPLEMENTED) (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1998 Conservation work of the mosaics at Hagia Sophia, ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1998 Technical co-operation for the “House of Fatih ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1994 Historic Areas of Istanbul - Restoration of the mosaics ... (Approuvé)   80 000 dollars E.U.
1994 Restoration of the mosaics of Aghia Sophia, Istanbul (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1994 Purchase of material and funding of international ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1992 Carrying out analytical studies on materials and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1991 Restoration works of the mosaics of the dome of St ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1987 Equipment for Istanbul (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1987 Contribution to a training course on wood and stone ... (Approuvé)   12 000 dollars E.U.
1986 Training and equipment for the safeguarding of Istanbul (Approuvé)   47 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

L'État partie a soumis son rapport sur l'état de conservation du bien le 30 janvier 2008. Comme l'avait demandé le Comité du patrimoine mondial (30 COM 7B.73;31 COM 7B.89), une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS s'est rendue sur le site du 8 au 13 mai 2008. Le rapport détaillé de la mission qui répond aux différentes questions soulevées est disponible sur le sitehttps://whc.unesco.org/archive/2008. Les principales conclusions de la mission sont les suivantes :

Les mesures de conservation et de sauvegarde du bien se sont considérablement améliorées, mais il y a encore des défauts importants et les actions requises en vertu de la décision 31 COM 7B.89 n'ont pas encore été mises en œuvre, à savoir :

a) Gestion et coordination

Des études pour une zone tampon ont été entreprises, mais les propositions restent encore à être finalisées. Le travail réalisé sur un plan de gestion du bien du patrimoine mondial a commencé, mais le Tribunal administratif a suspendu le plan de développement pour la conservation au 1/5 000e, qui devrait faire partie intégrante du plan de gestion. L'ajustement des zones de protection du premier degré devant inclure toutes les zones centrales n'a pas été mis en œuvre. Un plan de gestion du tourisme reste encore à préparer et il n'y a pas de plan d'ensemble de la gestion du trafic. Des projets de tunnel pour la circulation des véhicules motorisés reliant la Péninsule historique à la rive asiatique risque d'augmenter sérieusement la pression du trafic sur le bien.

Un point focal pour les questions de patrimoine mondial a été créé au ministère de la Culture et du Tourisme et un Comité directeur - Conseil exécutif des zones historiques d'Istanbul a été mis en place, qui se réunit tous les mois. Une Direction de la gestion des sites culturels et naturels a été établie aux termes de la loi 2863 avec des représentants institutionnels et de la société civile. Le Bureau de contrôle et de mise en œuvre des mesures de conservation (KUDEB), établi par la Municipalité métropolitaine d'Istanbul en 2006, est maintenant opérationnel et délivre des permis rapides pour des petits travaux de réparation dans les bâtiments historiques, ce qui résout en partie le problème de longueur des délais d'autorisation des projets de restauration par les Conseils de protection. Une Maison du patrimoine a été créée et le gestionnaire du site du patrimoine mondial a été nommé. Bien que la structure administrative ait été grandement améliorée, la coordination entre les autorités responsables de la sauvegarde du bien et du suivi donne encore des signes de faiblesse, notamment en ce qui concerne la prise de conscience et l'engagement des municipalités pour adapter les politiques en matière de conservation et la pénurie continue de personnel spécialisé dans les tâches spécifiques de suivi.

Le KUDEB a lancé un programme de conservation des bâtiments en bois dans les zones centrales de Zeyrek et Süleymaniye et a obtenu un parrainage pour développer les initiatives privées permettant de financer la conservation. Cinq maisons de Zeyrek sont en cours de conservation et neuf sont ou ont été conservées à Süleymaniye, y compris l'édifice impressionnant qui sert de siège au KUDEB avec un laboratoire d'étude des matériaux de construction. De plus, des ateliers de formation en menuiserie existent maintenant dans les deux zones centrales. Ces évolutions positives contrastent avec le manque de coordination récurrent et l'absence de mobilisation des autres acteurs institutionnels. Par exemple, à Zeyrek, quatre maisons en bois ont été démolies par la municipalité de Fatih, tandis qu'à Süleymaniye, neuf maisons historiques ont été démolies illégalement en un jour par la KIPTAŞ, entreprise qui appartient à la Municipalité métropolitaine d'Istanbul.

b) Normes de conservation

Comme cela a été demandé par le Comité du patrimoine mondial, les travaux préjudiciables pour les murailles de la ville et les deux structures de palais byzantins adjacentes ont été suspendus, mais malheureusement pas immédiatement, de sorte que les travaux qui représentaient une reconstruction excessive se sont poursuivis après la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de 2006. Une formation aux techniques de conservation appropriées pour les murailles de la ville a été proposée en 2007, mais l'équipe de restauration du donjon d'Anemas est encore insuffisante pour ce qui est des compétences en matière de conservation. Les projets de restauration du donjon d'Anemas et du palais de Tekfur n'ont pas été révisés dans le cadre d'un plan de mise en œuvre de la conservation de la zone centrale des remparts de Théodose, et soumis à l'UNESCO.

Bien que la Direction générale des Fondations pieuses soit représentée au sein du Comité directeur des zones historiques d'Istanbul, les projets financés par la Direction des édifices religieux ne sont toujours pas conformes aux normes internationales et révèlent un manque de sensibilisation aux normes de conservation qui s'appliquent aux biens du patrimoine mondial.

c) Évaluations d'impact des nouvelles constructions

Une étude a été préparée pour le projet de nouveau pont du métro aérien de la Corne d'Or, mais elle ne mentionne pas une évaluation d'impact adéquate pour une structure composée de pylônes de 65 mètres de haut, qui aurait un effet préjudiciable sur l'environnement de la mosquée Süleymaniye. L'évaluation de l'impact de l'extension de l'hôtel Four Seasons sur les vestiges archéologiques d'une partie du Grand Palais des empereurs romains et byzantins a été préparée mais pas encore transmise au Centre du patrimoine mondial. La mission a regretté que les travaux de construction aient été lancés avant l'évaluation des impacts potentiels.

Les projets de construction d'immeubles de grande hauteur qui étaient au préalable un sujet de préoccupation, notamment à Hydarpaşa, et le projet des « tours de Dubaï » à Levent et la « tour Bosphore », semblent avoir été abandonnés, tout comme le dernier projet Galataport. La menace qu'exercent les nouvelles constructions sur l'intégrité et l'authenticité de l'environnement du bien a donc considérablement diminué.

d) Projets de rénovation et de régénération urbaines

De très fortes inquiétudes subsistent quant à la mise en application de la loi 5366 pour « L'utilisation durable du parc immobilier historique dégradé grâce à la protection par la rénovation ». Un certain nombre de projets qui affectent directement le bien du patrimoine mondial ont été mis en place dans le cadre de cette nouvelle loi, bien que tous n'aient pas encore été conçus pour être mis en œuvre par le Conseil des Ministres.

Le projet de rénovation deSüleymaniye, l'Étude du quartier de Zeyrek, l’Étude de la rénovation urbaine du quartier turc d’Ayvansaray et le plan de mise en œuvre de la conservation de Cankurtaran et Sultanahmet n'ont pas encore été révisés afin de donner la priorité à la conservation des bâtiments historiques existants plutôt qu'aux nouvelles constructions et constituer des plans de mise en œuvre de la conservation des quatre zones centrales, à soumettre au Centre du patrimoine mondial, comme l'a recommandé la mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de 2006 et conformément à la décision 31 COM 7B.89 du Comité du patrimoine mondial. De plus, la municipalité de Fatih a mis au point le Projet de rénovation urbaine de Sulukule à l'intérieur de la zone centrale des remparts de Théodose, qui implique le déplacement de la minorité Roma établie de longue date. Ce projet a fait l'objet d'un débat considérable et il faut trouver un équilibre entre la conservation, les besoins sociaux et l'identité des communautés locales. La municipalité de Beyoğlu a conçu un projet de rénovation du quartier historique de Tarlebaşı dont l'inclusion dans la nouvelle zone tampon est en cours d'examen.

Le Conseil des rénovations a été créé pour accélérer les projets mis en œuvre dans le cadre de la loi 5366 et pour faciliter le processus d'expropriation et autres formalités administratives. Il y a une structure semblable aux autres Services de protection.

Le Programme de réhabilitation des districts de Fener et Balat, pour lequel un financement de 7 millions d'euros a été assuré par l'Union européenne avec le soutien de l'UNESCO, a été mis en œuvre avec succès et s'achèvera en juin 2008.

e) Mesures archéologiques préventives

Comme l'a recommandé la mission de 2006, les travaux du tunnel rail-route Marmaray et le projet de métro aérien Gebze-Halkah ont été accompagnés de chantiers archéologiques impressionnants qui ont permis de mettre au jour 32 navires byzantins à Yenikapı. Les découvertes archéologiques importantes dans la partie nord du Grand Palais romain et byzantin, effectuées dans le cadre du projet d'extension de l'hôtel Four Seasons, seront ouvertes au public sous forme de parc archéologique. Dans la conception du nouveau pont du métro aérien de la Corne d'Or, les propositions originales ont été amendées afin d'assurer la préservation des murailles de la ville génoise du quartier de Galata. 

f) Atténuation des catastrophes

Le Plan de préparation aux situations d'urgence et de réduction des risques sismiques d'Istanbul (ISMEP), financé par la Banque mondiale, comprend deux volets liés au patrimoine culturel. L'Inventorisation et l'évaluation des risques multiples et de l’activité sismique sur les bâtiments du patrimoine culturel à Istanbul sous la responsabilité du ministère de la Culture et du Tourisme est un projet novateur permettant d’inventorier les risques de tremblement de terre sur 172 structures de 28 ensembles monumentaux. L'Unité chargée de l'Évaluation des phénomènes sismiques et de la préparation des plans de renforcement structurels sismiques pour les bâtiments du patrimoine culturel sous la responsabilité du ministère de la Culture et du tourisme préparera des projets de réhabilitation de Ste Irène, du musée archéologique d'Istanbul et du Mecidiye Kiosk au palais de Topkapi. Le budget global est de 2,6 millions de dollars EU et les deux composantes sont mises en œuvre par des cabinets d’experts internationaux qualifiés, comme cela été demandé par le Comité.

g) Aide financière pour la sauvegarde du bien

Un budget de 250 millions de livres turques (201 475 000 dollars EU) a été alloué par le ministère des Finances à Istanbul, capitale européenne de la culture en 2010, dont 50 millions de livres turques (40 300 000 dollars EU) iront à la conservation du bien du patrimoine mondial, avec l'accord du ministère de la Culturelle du Tourisme. Dans la pratique, le système de subventions récemment instauré par le ministère n'a pas réellement profité aux propriétaires privés du site du patrimoine mondial et les autorités ont été incapables de résoudre les problèmes de transfert des fonds promis à l'Association turque du bois de construction, ONG responsable du lancement de la campagne « Sauvez nos toits » soutenue par l'UNESCO pour conserver les maisons en bois historiques.

h) Actions de sensibilisation

Les nouvelles initiatives pour une meilleure interprétation du bien comprennent le parc archéologique qui permettra au public de visiter les vestiges mis au jour du Grand Palais romain et byzantin qui est aménagé par un sponsor commercial dans la zone centrale de Sultanahmet, et les itinéraires que propose dans la même zone l'ONG Associazione Palatina-Istanbul. Malgré l'intérêt considérable de la presse pour le statut de patrimoine mondial d'Istanbul, l'appui institutionnel en faveur d'une nouvelle sensibilisation est encore faible, surtout pour ce qui est des municipalités.

i) Déclaration de valeur universelle exceptionnelle

La mission a aussi discuté de la déclaration de valeur universelle exceptionnelle basée sur deux projets, l'un préparé par l’ICOMOS Turquie, l'autre par le ministère de la Culture et du Tourisme. Un projet final est en préparation. 

Décisions adoptées par le Comité en 2008
32 COM 7B.110
Zones historiques d'Istanbul (Turquie) (C 356)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add.2,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.89, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des résultats de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de 2008 et approuve ses recommandations ;

4. Salue les efforts, les progrès et les engagements pris par l'État partie dans la mise en oeuvre des mesures correctives visant à réduire les menaces qui pèsent sur le bien et améliorer la gestion et les pratiques de conservation, ainsi que pour la préparation du plan de gestion du patrimoine mondial ;

5. Se félicite des changements institutionnels qui sont intervenus pour améliorer la sauvegarde du bien ;

6. Se félicite également de la préparation d'un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité et engage les autorités à le présenter dès que possible au Centre du patrimoine mondial, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

7. Regrette qu'un certain nombre de repères de référence identifiés par la mission de 2006 n'aient pas été atteints dans le temps imparti, et que la décision 31 COM 7B.89 n'ait pas encore été totalement mise en oeuvre ;

8. Rappelant la décision prise lors de sa 32e session en 2008 de considérer l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril, note que cette option pourrait être considérée à nouveau lors de sa 33e session en 2009 ;

9. Demande à l'État partie :

a) De poursuivre la mise en application de la décision 31 COM 7B.89, ainsi que des recommandations et des mesures correctives pour parvenir à l'État de conservation souhaité par les missions conjointes Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de 2006 et 2008 ;

b) De finaliser le plan d'ensemble de gestion intégrée du bien du patrimoine mondial conforme aux Orientations, comprenant une zone tampon afin de protéger l'intégrité du bien, d'ici le 1er février 2009 au plus tard ;

c) De fournir au Centre du patrimoine mondial des informations sur les études d'impact, en faisant une évaluation d'impact visuel, dans le respect des normes internationales, de tous les nouveaux projets de grande envergure qui pourraient nuire aux perspectives visuelles vers et depuis le bien et sa zone tampon, y compris le pont d'Haliç sur la Corne d'Or, ainsi que des études d'impact concernant les projets de rénovation urbaine à grande échelle dont la mise en oeuvre est proposée dans le cadre de la loi 5366 ;

d) D'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS début 2009 pour évaluer l'état de conservation du bien et les progrès accomplis dans la finalisation du plan de gestion du site du patrimoine mondial et la mise en oeuvre des mesures correctives en fonction de l'État de conservation souhaité, selon les recommandations du Comité du patrimoine mondial et des missions conjointes de 2006 et 2008 ;

10. Demande aussi à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement traitant de toutes les questions susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Projet de décision : 32 COM 7B.110

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add.2,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.89, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des résultats de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de 2008 et approuve ses recommandations ;

4. Salue les efforts, les progrès et les engagements pris par l'État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives visant à réduire les menaces qui pèsent sur le bien et améliorer la gestion et les pratiques de conservation, ainsi que pour la préparation du plan de gestion du patrimoine mondial ;

5. Se félicite des changements institutionnels qui sont intervenus pour améliorer la sauvegarde du bien ;

6. Se félicite également de la préparation d'un projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle qui inclut les conditions d'intégrité et d'authenticité et encourage les autorités à le présenter dès que possible au Centre du patrimoine mondial, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

7. Regrette qu'un certain nombre de repères de référence identifiés par la mission de 2006 n'aient pas été atteints dans le temps imparti, et que la décision 31 COM 7B.89 n'ait pas encore été totalement mise en œuvre ;

8. Rappelant la décision prise lors de sa 32e session en 2008 de considérer l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril, note que cette option pourrait être considérée à nouveau lors de sa 33e session ;

1. Demande à l'État partie :

a) De poursuivre la mise en application de la décision 31 COM 7B.89, ainsi que des recommandations et des mesures correctives pour parvenir à l'état de conservation souhaité par les missions conjointes Centre du patrimoine mondial / ICOMOS missions de 2006 et 2008 ;

b) De finaliser le plan d'ensemble de gestion intégrée du bien du patrimoine mondial conforme aux Orientations, y compris une zone tampon afin de protéger l'intégrité du bien, d'ici le 1er février 2009 au plus tard ;

c) De fournir au Centre du patrimoine mondial des informations sur les études d'impact, en faisant une évaluation d'impact visuel, dans le respect des normes internationales, de tous les nouveaux projets de grande envergure qui pourraient nuire aux perspectives visuelles vers et depuis le bien et sa zone tampon, y compris le pont d'Haliç sur la Corne d'Or, ainsi que des études d'impact concernant les projets de rénovation urbaine à grande échelle dont la mise en œuvre est proposée dans le cadre de la loi 5366 ;

d) D'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS début 2009 à évaluer l'état de conservation du bien et les progrès accomplis dans la finalisation du plan de gestion du site du patrimoine mondial et la mise en œuvre des mesures correctives en fonction de l'état de conservation souhaité, comme l'ont demandé les recommandations du Comité du patrimoine mondial et des missions conjointes en 2006 et 2008 ;

9. Demande aussi à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement traitant de toutes les questions susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Année du rapport : 2008
Türkiye
Date d'inscription : 1985
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iii)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 32COM (2008)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top