Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de la Garamba

République démocratique du Congo
Facteurs affectant le bien en 1984*
  • Activités illégales
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1984
Demandes approuvées : 2 (de 1980-1983)
Montant total approuvé : 59 120 dollars E.U.
1983 Equipment for rescue programme for white rhino and ... (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
1980 Equipment for Garamba National Park (Approuvé)   19 120 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1984

Par lettre datée du 21 février 1984, le 'commissaire d'Etat à l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme a demandé au Directeur général de l'Unesco d'examiner la possibilité d'inclure le Parc national de la Garamba sur la Liste du patrimoine mondial en péril en raison de la situation critique de sa population de rhinocéros blanc.

A sa 8e session, le Bureau a rappelé que le Comité avait accordé pour ce bien une aide d'urgence de 40.000 dollars en 1983. Le Bureau a pris note de l'évaluation technique de 1'UICN dans laquelle il était indiqué que le Parc national de la Garamba répondait encore au critère (ii) de la Convention, mais qu'il ne répondrait plus au critère (iv) (constituant l'habitat d'espèces menacées) si la population de rhinocéros était entièrement exterminée.

Compte tenu de la recommandation de 1'UICN et notant que toutes les conditions stipulées dans les Orientations
(paragraphe 46) avaient été remplies, le Bureau a recommandé que le Comité inscrive ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

L'évaluation technique de I'UICN, comprenant des informations récentes sur l'état de conservation de ce bien, est présentée dans le document de l'UICN  (Voir le document SC.84/CONF.001/4, à https://whc.unesco.org/archive/1984/sc-84-conf001-4f.pdf ). 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1984

Le Comité a pris note de l'évaluation faite par l'UICN de la proposition d'inscription de ce bien et des informations les plus récentes concernant la situation très critique du rhinocéros blanc dont la population totale est actuellement estimée à quelque 15 specimens ce qui compromet la survie de cette sous-espèce. Le Comité a pris note des observations de l'UICN et de la réponse positive des autorités zaïroises à la lettre du Directeur général et a décidé d'inscrire le Parc national de la Garamba sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 1984
8 COM X.26-27
Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial en péril

26. Le Comité a examiné quatre propositions d'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril soumises par les États parties concernés. Il a noté les recommandations de l'ICOMOS et de l'UICN et pris les décisions suivantes :

Mine de sel de Wieliczka (Poloqne)
L'ICOMOS a fait part au Comité des informations qu'il a reçues des autorités polonaises à propos de ce bien. Le Comité a estimé qu'on ne dispose pas actuellement d'informations géologiques suffisantes pour évaluer les dangers qui menacent ce bien. Le Comité a donc décidé d'attendre de disposer de renseignements complémentaires pour se prononcer sur cette proposition et exprimé le voeu que, dans l'intervalle, les autorités nationales intéressées assurent la protection nécessaire.

Parc national des oiseaux de Djoudj (Sénégal)
Le Comité a été informé par l'UICN que la menace constituée par le barrage en terre canstruit en amont de ce bien a disparu, les pluies récentes ayant été suffisamment abondantes pour emporter cet ouvrage temporaire. Cependant, la menace à plus long terme que constitue le projet de construction d'un barrage en aval subsiste et compromet gravement l'avenir de ce site. Prenant en considération les observations et recommandations de l'UICN ainsi que la réponse positive des autorités sénégalaises à la demande du Directeur général, le Comité a décidé d'inscrire le Parc national des oiseaux de Djoudj sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Zone de conservation de Ngorongoro (Tanzanie)
Le représentant de l'UICN a présenté l'évaluation de l'état de conservation de ce bien qui, malheureusement, continue à se dégrader et a indiqué que les autorités tanzaniennes avaient répondu positivement à la demande du Directeur général tendant à l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Tenant compte des observations de l'UICN, le Comité a décidé d'inscrire la zone de conservation de Ngoronqoro sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Parc national de la Garamba (Zaïre)
Le Comité a pris note de l'évaluation faite par l'UICN de la proposition d'inscription de ce bien et des informations les plus récentes concernant la situation très critique du rhinocéros blanc dont la population totale est actuellement estimée à quelque 15 specimens ce qui compromet la survie de cette sous-espèce. Le Comité a pris note des observations de l'UICN et de la réponse positive des autorités zaïroises à la lettre du Directeur général et a décidé d'inscrire le Parc national de la Garamba sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


27. M. Batisse, notant la décision du comité d'inscrire les trois sites naturels décrits ci-dessus sur la Liste du patrimoine mondial en péril, a fait observer que ces inscriptions permettront de juger de l'efficacité de la Convention dans la mesure où elle permettra de mobiliser l'opinion publique et la solidarité requise pour obtenir l'important soutien qu'exige, au niveau national ou internationa1,la préservation de ces sites.

Aucun projet de décision

Année du rapport : 1984
République démocratique du Congo
Date d'inscription : 1980
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1984-1992, 1996-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top