Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Kizhi Pogost

Fédération de Russie
Facteurs affectant le bien en 2010*
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
  • Autres menaces :

    a) intégrité de la structure de l'Église de la Transfiguration

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) intégrité de la structure de l'Église de la Transfiguration;

b) absence de plan de gestion intégrée en mesure de traiter la gestion globale du bien du patrimoine mondial;

c) pressions liées au développement touristique affectant le bien.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2010
Demandes approuvées : 2 (de 1992-2001)
Montant total approuvé : 38 540 dollars E.U.
2001 International Workshop on the preservation and ... (Approuvé)   29 540 dollars E.U.
1992 Mission of 3 experts to define the state of ... (Approuvé)   9 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2010**

1992, 1993, 1994 : missions de l'ICOMOS ; 2002 : mission conjointe UNESCO / ICOMOS / ICCROM et atelier sur site ; 2007 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le Comité du patrimoine mondial lors de sa 33e session, en appréciant les efforts du musée réserve de Kizhi en vue d'améliorer l'entretien, le suivi et la mise en valeur du bien du patrimoine mondial, a regretté que l'État partie n'ait mis en œuvre aucune des activités demandées par le Comité et a prié instamment l'État partie de constituer un Groupe national spécial chargé de coordonner la mise en œuvre de toutes les décisions du Comité du patrimoine mondial concernant ce bien. Le Comité, préoccupé par la détérioration persistante du tissu structurel de l'Église de la Transfiguration et la gestion du bien, a réitéré sa demande à l'État partie d'avancer sur tous les points mentionnés depuis plus de dix ans, y compris la soumission du rapport détaillé sur les principaux travaux de restauration de l'Église de la Transfiguration, du projet de plan de gestion intégrée pour Kizhi Pogost incluant une stratégie touristique et des mesures de prévention des risques, ainsi que des limites révisées du bien et de sa zone tampon en relation avec les zones protégées du musée réserve de Kizhi Pogost.

Le Comité a demandé à l'État partie d'élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un état de conservation souhaité, un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, une série de mesures correctives, ainsi qu'un calendrier pour leur mise en œuvre, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010, afin d'envisager, en l'absence de progrès significatifs, l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Comme demandé, l’Etat partie a soumis au Centre du patrimoine mondial le 29 janvier 2010, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, répondant à certaines des demandes formulées par le Comité au cours des dernières années, y compris les questions de gestion et le concept de restauration de l’Eglise de la Transfiguration. Le rapport est organisé en quatre sections: 1. «Mesures de maintenance du Kizhi Pogost» (gestion et les questions de limites, le suivi, l’environnement et la protection des paysages, la recherche historique, les activités de développement touristique, le développement des infrastructures, financement); 2. Restauration de l’Eglise de la Transfiguration; 3. Entretien et la protection de l’Eglise de l’Intercession de la Sainte Vierge; 4. Entretien et la protection du clocher.

L’État partie indique qu’au niveau fédéral, le financement a été garanti par l’ordonnance de l’Etat du 7 novembre 2008 «Plan de mesures pour la protection de Kizhi Pogost et le développement de l’infrastructure du musée fédéral d’architecture et d’histoire culturelle Kizhi », approuvé par le gouvernement du la Fédération de Russie. Environ 400 millions de roubles ont été alloués pour la restauration des monuments du Kizhi Pogost en 2009-2014, dont 80% sont destinés à l’Eglise de la Transfiguration.

Ce rapport est clair et utile dans la compréhension de la situation actuelle, des forces et facteurs en jeu qui doivent être traitées par les gestionnaires, ainsi que des politiques, règlements et initiatives entreprises conjointement par les différents acteurs clés au niveau fédéral, étatique et local. Le rapport fournit une image plus claire de l’état de conservation du bien reçue par le Centre du patrimoine mondial depuis l’inscription en 1990.

Le rapport donne des précisions sur de nombreuses questions clés telles que les mesures en place pour le suivi et le traitement des risques d’incendie. Le rapport montre que la plupart des règlements et décrets sont décrits comme étant en place depuis 2008, 2009 et 2010. Il indique également qu’après deux décennies de discussions, de débats, les efforts de planification pour réparer et restaurer l’Eglise de la Transfiguration commencent enfin.

Toutefois, aussi complet soit-il, le rapport n’est pas organisé pour répondre directement aux demandes formulées par le Comité dans ses décisions de la 33e session et lors des sessions antérieures.

Une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS a été effectuée du 5 au 7 avril 2010. Les recommandations et les principales conclusions sont les suivantes:

a) L’Eglise de la Transfiguration

La mission a noté que le tissu structurel de l'Église de la Transfigurationcontinue de se détériorer et se trouve maintenant dans un état périlleux.

Au cours des dernières années, l’Etat partie a fait des progrès considérables dans la préparation d’une réparation majeure et d’un projet de restauration de l’église. Des mesures ont été prises pour réduire le taux d’attaque d’insectes et de détérioration. Les travaux de conservation ont commencé à l’Eglise de la Transfiguration et un programme d’entretien préventif a commencé à l’Eglise de l’Intercession. Le financement prévisible régulier est maintenant en place pour 2009-2014 à la suite de l’adoption de l’ordonnance « Plan de mesures pour l’entretien et la protection des monuments du Kizhi Pogost ».

La mission a constaté de bons progrès accomplis dans le développement du concept du projet de conservation et dans les travaux de conservation. Toutefois, la mission avait de sérieuses craintes quant à l’approche technique de la conservation du bois, au manque apparent de compréhension de la dynamique de bois, ainsi qu’au potentiel trop important de démantèlement en une seule phase des travaux de conservation de l’Eglise de la Transfiguration.

Des conservateurs chimiques sont utilisés pour des rondins en bois stockés, de nouveaux toits et dans des zones détériorées. Des consolidants chimiques non identifiées et les mastics sont proposés pour l’utilisation dans des travaux de conservation de l’Eglise de la Transfiguration. La mission a noté que les restaurateurs de Kizhi ont peu d’informations sur ces produits et estime que ces méthodes sont d’une efficacité limitée, qu’elles n’ont pas été testées, et qu’elles sont absolument contraires aux normes internationales et les directives concernant ce projet. La mission recommande que l’État partie soit invité à éviter l’utilisation des conservateurs du bois, des consolidants et des mastics chimiques en raison de leur impact sur l’environnement, courte période de vérification, efficacité limitée et potentiel à réduire la longévité.

Afin de maintenir la valeur universelle exceptionnelle de l’église, la mission a recommandé que l’approche de la réparation de rondins en bois individuels basée sur le collage et le colmatage soit modifiée. La mission a recommandé qu’une nouvelle approche soit établie et approuvée comme une approche de conservation pour ce bâtiment.

La mission a également estimé que le projet de conservation est fortement orienté vers des solutions techniques sans rapport explicite à la valeur universelle exceptionnelle du bien. L’importance de l’authenticité des matériaux doit être équilibrée par rapport aux préoccupations concernant la forme authentique et le concept. Tout cela devrait être reflété dans des sections sur l’intégrité et l’authenticité de la déclaration rétrospective de la valeur universelle exceptionnelle.

Des principes directeurs sont nécessaires, afin d’établir un rapport entre les travaux de conservation et les principales valeurs du bien qui véhiculent sa valeur universelle exceptionnelle. Ces principes seront de plus en plus importants quand ils seront nécessaires pour guider les décisions précises. La mission a estimé qu’il était essentiel pour la prise de décisions futures que des principes directeurs soient élaborés sur la base d’une déclaration de valeur universelle exceptionnelle et introduits au projet.

En ce qui concerne la stabilité structurelle, la mission a recommandé que l’État partie utilise temporairement un support structurel supplémentaire au cours du projet, puis l’enlève. La mission a également recommandé que la structure supplémentaire permanente de renforcement soit ajoutée au monument uniquement si cela est absolument nécessaire, et que des éléments structurels soient renforcés dès que cela est nécessaire au lieu d’installer le renforcement général.

Afin de protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien, la mission a souligné que la mise en œuvre des travaux doit se poursuivre sans interruption. Il est nécessaire d’assurer que le financement se poursuit après 2014, jusqu’à la finalisation de la restauration globale. La mission a également souligné la nécessité de préparer une stratégie de renforcement des capacités et des compétences au moyen de cours de formation réguliers des responsables de restauration au musée réserve de Kizhi.

Pendant la mission, l’équipe de l’ICOMOS a préparé un ensemble de lignes directrices pour la réparation du bois « Critères pour la réparation des rondins de bois sélectionnés au Kizhi Pogost », afin de contrer une présomption selon laquelle le maintien du tissu authentique du monument historique est le facteur le plus important lors du choix des méthodes de réparation. Cela a été préparé pour faire face au grand nombre de réparations individuelles de bûches sélectionnées; l’utilisation des réparations qui ne sont pas compatibles avec la forme, l’anatomie et les caractéristiques naturelles du bois et l’utilisation d’adhésifs, de consolidants et autres produits chimiques (certains n’étant pas encore testés).

b) Le suivi

La mission a salué les rapports de suivi examinés, en particulier « La science du suivi du bois des monuments du musée en plein air Kizhi » (Institut de recherche forestière, Centre de recherches de Carélie, l’Académie Russe des Sciences, Petrozavodsk, 2009) et « Complexe de mesures au sol des déformations murales des Eglises de la Transfiguration et de l’Intercession et du clocher à Kizhi » (Institut de restauration des monuments historiques et culturels « Spetzprojectrestavratsija », Moscou, 2009).

c) Les problèmes des limites

Bien que les limites des zones protégées du musée réserve de Kizhi ont été identifiés, la mission a noté que les limites du bien du patrimoine mondial et sa zone tampon ne sont pas encore claires. La mission recommande que l’Etat partie clarifie cette question des limites au 1er février 2011 de telle façon qu’ils protègent le bien et son emplacement, ainsi que se relient à la protection de l’ensemble de l’île en tant que site patrimonial. La mission a également pris note des préoccupations concernant des propositions de développement dans certaines zones du musée réserve de Kizhi et a estimé que celles-ci doivent être immédiatement interrompues.

d) La coordination et la gestion

L’initiative du musée réserve de Kizhi d’établir un Groupe national spécial chargé de coordonner la mise en œuvre de toutes les décisions du Comité du patrimoine mondial a été arrêtée malgré la demande du Comité du patrimoine mondial à l’État partie de mettre en place ce Groupe. La mission recommande la mise en œuvre de cette décision du Comité en urgence.

La mission a pris note des documents (en russe) présentés par le musée réserve de Kizhi (Plan directeur du musée réserve de Kizhi et de ses aires protégées) qui n’ont pas été soumis pour examen au Centre du patrimoine mondial et qui n’indiquent pas des limites du bien du patrimoine mondial et sa zone tampon. La mission exprime sa préoccupation que tous les règlements des aires protégées établis dans le Plan directeur ont été adaptés aux activités de développement et que le musée réserve de Kizhi a l’intention de développer des nouvelles installations pour les visiteurs et de bâtir un nouveau centre d’accueil, conformément à la réglementation de ce Plan Directeur.

La mission recommande d’arrêter tout développement inapproprié et nouvelles constructions dans les limites du bien, de sa zone tampon et des zones protégées du musée réserve de Kizhi, ainsi que de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, tous les projets pour examen et commentaires avant toute approbation.

La mission a noté des retards dans les efforts de l’État partie pour répondre à la demande du Comité d’élaborer un plan de gestion entièrement intégrée pour le site, principalement dû aux interprétations différentes de l’intention de cette demande par les autorités nationales. Le rapport de la mission décrit dans le détail les questions qui doivent être abordées dans le plan de gestion intégrée (y compris en utilisant la valeur universelle exceptionnelle comme une base pour toute décision à prendre pour le site ; l’intégration formelle des nouveaux partenaires et parties prenantes telles que l’Eglise ; la nécessité de définir le contexte global de prise de décision, d’assurer la gestion et la disposition des installations pour le nombre de touristes croissant de façon spectaculaire, de respecter l’emplacement du bien, d’équilibrer les préoccupations concernant l’environnement naturel et le bâti, d’intégrer les dispositions de prévention des risques et de sécurité, et de clarifier les questions des limites du bien et de protection, etc).

La mission a noté dans le rapport de l’État partie que le plan de gestion et un programme de développement du tourisme seront présentés au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour examen et commentaires.

Suite aux recommandations susmentionnées, la mission a proposé une série de mesures correctives et un calendrier pour leur mise en œuvre par l’État partie. Le rapport de mission est disponible en ligne à : https://whc.unesco.org/fr/sessions/34COM/.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS considère que l’État partie devrait mettre en œuvre en urgence les mesures correctives définies.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que la question la plus critique à Kizhi Pogost est l’état gravement menacée de l’Église de la Transfiguration. Compte tenu des articles 177-191 des Orientations, il peut être conclu que si la perte actuelle de tissu et des caractéristiques conceptuelles n’est pas immédiatement arrêtée, la valeur universelle exceptionnelle du bien sera menacée. Les travaux de conservation à l’Eglise de la Transfiguration ont été commencés, et il est essentiel de les continuer sans de nouveaux retards.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment qu’à ce stade, il n’est pas souhaitable pour Kizhi Pogost d’être placé sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Une mission de suivi réactif est recommandée en 2011 pour suivre les progrès accomplis en réponse à toutes les questions susmentionnées, et d’informer le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012, en vue de considérer, en l’absence de progrès substantiels, l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont heureux de constater que la réparation et les travaux de restauration de l’Eglise de la Transfiguration ont maintenant commencés dans un climat de stabilité financière, et demandent instamment aux autorités de poursuivre ce travail, sans plus de retard. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent également que l’approche actuelle de la réparation de bois doit être révisée pour suivre le document d’orientations préparé par la mission suite à sa visite du site et qu’il est nécessaire de définir des principes directeurs pour les travaux qui se rapportent à l’authenticité et la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives souhaitent, dans l’intérêt de l’amélioration de la coordination et l’intégration de la gestion du bien, à réitérer l’importance de l’établissement du Groupe national spécial demandé auparavant par le Comité, et la réalisation accélérée d’un plan de gestion intégrée du bien, y compris les activités de suivi, de prévention des risques, la stratégie du tourisme et la protection du cadre paysager.

 

Décisions adoptées par le Comité en 2010
34 COM 7B.94
Kizhi Pogost (Fédération de Russie) (C 544)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.117, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note que le financement stable pour le bien a été assurée par l'ordonnance d'Etat et des efforts déployés par le musée réserve de Kizhi visant à améliorer l'entretien, le suivi et la mise en valeur du bien du patrimoine mondial;

4. Prend note des résultats de la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le bien en avril 2010 ;

5. Prend également note des progrès importants réalisés dans la gestion du musée réserve de Kizhi, ainsi que la préparation et le début des travaux de restauration de l'Eglise de la Transfiguration et prie instamment l'État partie à poursuivre ces efforts;

6. Demande instamment à l'État partie de réviser les méthodes de réparation et d'assemblage du bois en conformité avec le document d'orientations soumis par l'ICOMOS suite de la mission, et de définir des principes directeurs pour la restauration qui se rapportent à l'authenticité et à la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

7. Note avec préoccupation les propositions du musée réserve de Kizhi de développer de nouvelles installations pour les visiteurs et un nouveau centre d'accueil, en conformité avec la réglementation du Plan directeur du musée réserve de Kizhi et prie également instamment l'État partie d'arrêter tout développement dans les limites du bien, de son emplacement et les zones protégées du musée réserve de Kizhi, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, tous les projets pour examen et commentaires avant toute approbation ;

8. Demande à l'État partie de mettre en œuvre toutes les recommandations énoncées dans le rapport de mission du suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS d'avril 2010, y compris les mesures correctives identifiées ;

9. Réitère ses demandes à l'État partie de :

a) Soumettre un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle en tant qu'une base pour l'élaboration d'un plan de gestion intégrée du bien, ainsi que les principes directeurs pour la conservation;

b) Préparer et mettre en œuvre un plan de gestion intégrée, y compris une stratégie touristique, des mesures de prévention des risques, la gestion des ressources archéologiques, la protection du cadre paysager, et les limites du bien et des sa zone tampon clairement définies par rapport aux zones protégées du musée réserve de Kizhi, des mesures et des mécanismes de suivi ;

c) Mettre en place un un Groupe national spécial chargé de coordonner les activités des nombreux acteurs et organismes impliqués dans la gestion globale du bien du patrimoine mondial ;

10. Encourage l'Etat partie, et en particulier le musée réserve de Kizhi, de collaborer avec le Centre du patrimoine mondial, les Organisations consultatives et le bureau de l'UNESCO à Moscou, d'élaborer un programme de renforcement des capacités des experts locaux impliqués dans la restauration et les activités de gestion du musée réserve de Kizhi ;

11. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er Février 2011, un rapport détaillé sur l'État de conservation du bien, y compris un rapport d'avancement, ainsi que tous les documents pertinents sur la mise en œuvre des mesures correctives ;

12. Demande en outre à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS en 2011 pour évaluer l'État de conservation du bien ;

13. Demande de plus à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport détaillé sur l'État de conservation du bien, y compris un rapport concernant toutes les questions susmentionnées, ainsi que tous les documents pertinents sur la mise en œuvre des mesures correctives, pour examen par le Comité à sa 36e session en 2012, en vue de considérer, en l'absence de progrès substantiel, l'inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Projet de décision : 34 COM 7B.94

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.117, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note que le financement stable pour le bien a été assurée par l’ordonnance d’Etat et des efforts déployés par le musée réserve de Kizhi visant à améliorer l'entretien, le suivi et la mise en valeur du bien du patrimoine mondial ;

4. Prend note des résultats de la mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le bien en avril 2010;

5. Prend également note des progrès importants réalisés dans la gestion du musée réserve de Kizhi, ainsi que la préparation et le début des travaux de restauration de l’Eglise de la Transfiguration et prie instamment l’État partie à poursuivre ces efforts;

6. Demande instamment à l’État partie de réviser les méthodes de réparation et d’assemblage du bois en conformité avec le document d’orientations soumis par l’ICOMOS suite de la mission, et de définir des principes directeurs pour la restauration qui se rapportent à l’authenticité et à la valeur universelle exceptionnelle du bien;

7. Note avec préoccupation les propositions du musée réserve de Kizhi de développer de nouvelles installations pour les visiteurs et un nouveau centre d’accueil, en conformité avec la réglementation du Plan directeur du musée réserve de Kizhi et prie également instamment l’État partie d’arrêter tout développement dans les limites du bien, de son emplacement et les zones protégées du musée réserve de Kizhi, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, tous les projets pour examen et commentaires avant toute approbation;

8. Demande à l’État partie de mettre en œuvre toutes les recommandations énoncées dans le rapport de mission du suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS d’avril 2010, y compris les mesures correctives identifiées;

9. Réitère ses demandes à l’État partie de:

a) Soumettre un projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle en tant qu’une base pour l’élaboration d’un plan de gestion intégrée du bien, ainsi que les principes directeurs pour la conservation ;

b) Préparer et mettre en œuvre un plan de gestion intégrée, y compris une stratégie touristique, des mesures de prévention des risques, la gestion des ressources archéologiques, la protection du cadre paysager, et les limites du bien et des sa zone tampon clairement définies par rapport aux zones protégées du musée réserve de Kizhi, des mesures et des mécanismes de suivi;

c) Mettre en place un un Groupe national spécial chargé de coordonner les activités des nombreux acteurs et organismes impliqués dans la gestion globale du bien du patrimoine mondial;

10. Encourage l’Etat partie, et en particulier le musée réserve de Kizhi, de collaborer avec le Centre du patrimoine mondial, les Organisations consultatives et le bureau de l’UNESCO à Moscou, d’élaborer un programme de renforcement des capacités des experts locaux impliqués dans la restauration et les activités de gestion du musée réserve de Kizhi;

11. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er Février 2011, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, y compris un rapport d’avancement, ainsi que tous les documents pertinents sur la mise en œuvre des mesures correctives;

12. Demande en outre l’Etat partie à inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS en 2011 pour évaluer l’état de conservation du bien;

13. Demande de plus l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, y compris un rapport concernant toutes les questions susmentionnées, ainsi que tous les documents pertinents sur la mise en œuvre des mesures correctives, pour examen par le Comité à sa 36e session en 2012, en vue de considérer, en l’absence de progrès substantiels, l’inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Année du rapport : 2010
Fédération de Russie
Date d'inscription : 1990
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iv)(v)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 34COM (2010)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top