Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Monuments historiques de Mtskheta

Géorgie
Facteurs affectant le bien en 2016*
  • Activités de gestion
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Absence de mécanisme de gestion (problème résolu) 
  • Absence de définition de la zone tampon unifiée 
  • Absence du Schéma Directeur de la ville de Mtskheta (en cours d’élaboration)
  • Coordination insuffisante entre l'Église géorgienne et les autorités nationales (problème résolu) 
  • Privatisation des terres alentour 
  • Érosion naturelle de la pierre 
  • Perte d’authenticité lors des travaux effectués précédemment par l’Église 
  • Développement urbain inadapté dans un environnement historique sensible (sous contrôle)
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Absence de mécanisme de gestion 
  • Privatisation de terres autour du bien 
  • Perte d’authenticité de certains éléments suite à des travaux de restauration accomplis avec des méthodes inacceptables
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4103

Mesures correctives pour le bien

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4103

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4103
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2016

Montant total accordé : Fonds en dépôt. Accord Géorgie/UNESCO « Service consultatif sur le patrimoine culturel à la ANPPCG mis en œuvre dans le cadre du troisième Projet d’aménagement régional (PAR III). Budget toal : 250 000 USD.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2016
Demandes approuvées : 4 (de 1997-2010)
Montant total approuvé : 96 160 dollars E.U.
2010 Improving Management of the Historic Monuments of ... (Approuvé)   25 660 dollars E.U.
1999 Study and Development of the Mtskheta Heritage and ... (Approuvé)   35 000 dollars E.U.
1999 Implementation of the Masterplan for Mtskheta, Georgia (Approuvé)   19 000 dollars E.U.
1997 Launching of a rehabilitation programme for Mtskheta (Approuvé)   16 500 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2016**

Novembre 2003, juin 2008, mars 2010 et avril 2012 : missions de suivi réactif conjointes Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; novembre 2014 : mission de conseil conjointe Centre du patrimoine mondial/Banque Mondiale et mission de suivi réactif conjointe ICOMOS/ICCROM ; novembre 2015 : mission d’assistance technique du Centre du patrimoine mondial ; mission d’assistance technique du Centre du patrimoine mondial : février 2016

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 29 janvier 2016, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/708/documents/. Il y est fait part d’informations actualisées sur la mise en œuvre des mesures correctives ainsi que de détails sur les efforts de conservation et les fouilles archéologique sur le bien comme suit :

  • Des progrès ont été constatés quant à l’élaboration du Schéma Directeur d’aménagement du territoire urbain (SDATU), devant être finalisé en 2016. Le travail sur ce schéma directeur doit être poursuivi sur la base des recommandations de l’Agence nationale pour la protection du patrimoine culturel (ANPPCG) et des missions d’assistance technique du Centre du patrimoine mondial de novembre 2015 et février 2016. Jusqu’à son adoption officielle, le décret d’août 2015, portant promulgation d’un régime spécial de règlementations sur l’aménagement urbain dans la zone de patrimoine culturel de Mtskheta, impose un moratoire stricte sur les nouvelles constructions ;
  • Le projet de Code sur le Patrimoine culturel est en phase de finalisation et devrait être soumis au Parlement géorgien pour approbation lors du premier trimestre 2016 ;
  • Un chapitre spécifique sur la protection et la gestion du patrimoine mondial en Géorgie est inclus dans le projet de Code sur le patrimoine culturel et servira de référence pour l’approbation officielle du plan de gestion. Le projet de Code a été préparé dans le cadre du programme Twinning financé par l’UE. Aucune autre avancée n’a été signalée par l’État partie ;
  • Le projet du nouveau musée archéologique est une des activités qui doit être mise en œuvre dans le cadre du troisième Projet d’aménagement régional (PAR III) par le gouvernement de Géorgie avec le financement de la Banque mondiale. Le nouveau musée doit permettre la conservation et une mise en valeur adéquates des collections archéologiques de l’ancien musée de Mtskheta, actuellement entreposées dans une réserve temporaire. Le nouveau musée réutilisera l’ancien cinéma, construit à l’époque soviétique, envisagé comme un édifice culturel à double vocation, à savoir une vitrine pour le site archéologique et un cinéma. Ce projet a été soumis par l’État partie au Centre du patrimoine mondial en juin 2015 avant d’être soumis à l’ICOMOS pour évaluation technique conformément au paragraphe 172 des Orientations. Les principales recommandations de l’ICOMOS ont été de définir davantage le programme muséographique et de respecter les valeurs de patrimoine moderne de l’ancien cinéma.

L’État partie signale qu’un protocole d’accord a été signé entre la ANPPCG et l’ICCROM en décembre 2015 pour la création d’une plateforme de formation dans le domaine du patrimoine culturel en Géorgie.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2016

Il est recommandé que le Comité reconnaisse l’important travail et l’engagement de l’État partie pour que la valeur universelle exceptionnelle du bien soit au cœur de l’élaboration du SDATU. Bien que le schéma directeur n’ait pas encore été finalisé ni adopté, l’État partie en a développé le contenu et pris des mesures de protection, grâce au décret sur l’aménagement urbain, pour assurer une protection accrue du bien. Ce décret suspend les activités de construction dans les zones sensibles le long des berges du fleuve, en particulier celles qui longent le monastère de Jvari.

La signature en octobre 2015 du projet d’accord Géorgie/UNESCO « Service consultatif sur le patrimoine culturel à la ANPPCG mis en œuvre dans le cadre du troisième Projet d’aménagement régional (PAR III) » devrait être reconnue. Ce projet est essentiellement centré sur de l’assistance technique en amont et inclue l’appui à l’élaboration du SDATU de Mtskheta.

Les principes directeurs et objectifs premiers du SDATU sont amplement cautionnés. Toutefois, comme souligné par la mission d’assistance technique du Centre du patrimoine mondial de novembre 2015 et l’examen technique de l’ICOMOS, il est nécessaire de consolider la politique de planification territoriale stratégique pour l’ensemble de la ville de Mtskheta, de revoir la méthodologie utilisée pour établir le SDATU et de se référer aux normes internationales comme recommandé par la mission technique.

En termes de gouvernance et prise de décision, la mission technique a recommandé que la question de la gouvernance au niveau local soit traitée afin de garantir une planification adéquate ainsi qu’une gestion et une prise de décision efficaces.

Un renforcement des compétences devrait être mis en place pour le gouvernement local. Les autorités locales avec le soutien des autorités nationales devraient également être encouragées à développer une politique et une méthodologie d’implication des parties prenantes, ainsi que des outils de communication. Qui plus est, il est recommandé que le Comité félicite l’État partie pour l’instauration d’un comité des parties prenantes pour le SDATU et encourage la création d’un comité  technique de pilotage pour veiller à ce qu’une approche partagée et intégrée soit utilisée pour le SDATU. De plus, il est recommandé que la dimension urbaine du bien se reflète pleinement dans les politiques, les mesures et les outils adoptés pour en garantir la conservation, en utilisant si nécessaire l’approche proposée par la Recommandation concernant le paysage urbain historique (2011).

En ce qui concerne les limites administratives de la ville autonome de Mtskheta, la mission a noté que les limites municipales actuelles sont inadéquates pour une planification et une gestion appropriées du bien du patrimoine mondial, dans la mesure où l’église de Jvari, un des éléments du bien, inscrite dans le parc national, se trouve au-delà des limites de la ville de Mtskheta. De plus, le bien demeure sans zone tampon appropriée comprenant le paysage qui entoure les éléments du bien. Par conséquent, la demande du Comité de modification mineure des limites de la zone tampon unifiée du bien reste essentielle et doit être prise en compte par les autorités dans le cadre de l’élaboration du SDATU.

La mission d’assistance technique de 2015 a recommandé, en adéquation avec l’évaluation technique de l’ICOMOS, que le projet de musée respecte le site archéologique, réponde aux exigences de conservation et de mise en valeur des collections du musée actuellement entreposées dans une réserve temporaire et préserve l’intégrité architecturale de l’édifice moderne. L’État partie a décidé d’entreprendre une étude spécifique du paysage urbain concernant l’intégration du projet de musée dans le contexte urbain environnant et en relation avec tous les éléments du bien du patrimoine mondial.

Par conséquent, il est recommandé au Comité d’encourager l’État partie à prendre en considération les recommandations formulées par la mission d’assistance technique du Centre du patrimoine mondial et par l’ICOMOS et de maintenir les Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2016
40 COM 7A.29
Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) (C 708)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7A.41, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Accueille favorablement l’important travail et l’engagement de l’État partie pour que la valeur universelle exceptionnelle (VUE) soit au cœur de l’élaboration du schéma directeur d’aménagement du territoire urbain (SDATU);
  4. Note les mesures prises par les autorités pour garantir la protection du bien grâce au décret sur le moratoire relatif à l’aménagement urbain et à la privatisation des sols, ainsi que la révision du SDATU, qui doit encore être finalisée et mise en œuvre conformément aux recommandations du Centre du patrimoine mondial et de l’ICOMOS ;
  5. Décide de retirer les Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) de la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  6. Recommande que l’État partie prenne en considération les recommandations formulées par les missions d’assistance technique de 2015 et de 2016 du Centre du patrimoine, et par l’ICOMOS, notamment de :
    1. consolider la politique de planification territoriale stratégique et veiller à ce que la dimension urbaine du bien se reflète pleinement dans les politiques, les mesures et les outils adoptés pour en garantir la conservation, en utilisant si nécessaire l’approche proposée par la Recommandation concernant le paysage urbain historique (2011),
    2. résoudre la question de gouvernance au niveau local afin de garantir une planification adéquate ainsi qu’une gestion et une prise de décision efficaces,
    3. poursuivre une politique et une méthodologie d’implication des parties prenantes accompagnées d’outils de communication,
    4. revoir les limites administratives, notamment en ce qui concerne le site de Jvari,
      afin de finaliser et mettre en œuvre le SDATU, y compris une réglementation favorable du plan d’occupation des sols, un plan de gestion, et continuer également de garantir la conservation à long terme des monuments et sites archéologiques par l’élaboration de plans et de programmes de restauration adéquats ;  
  7. Accueille favorablement l’établissement d’une zone tampon unifiée, pour englober le paysage qui entoure les éléments, incluant en particulier le panorama le long des fleuves et les montagnes alentour, et demande à l’État partie de doter cette zone tampon élargie d’une protection appropriée et de soumettre au Centre du patrimoine mondial une proposition de modification mineure des limites de la zone tampon unifiée du bien ;
  8. Accueille aussi favorablement l’initiative de l’État partie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM de suivi réactif sur le bien afin d’évaluer la mise en œuvre des recommandations susmentionnées ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.
40 COM 8C.3
Mise a jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens retirés)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/16/40.COM/7A, WHC/16/40.COM/7A.Add et WHC/16/40.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de retirer le bien suivant de la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 40 COM 7A.29).
Projet de décision : 40 COM 7A.29

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7A.41, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Reconnaît l’important travail et l’engagement de l’État partie pour que la valeur universelle exceptionnelle (VUE) soit au cœur de l’élaboration du schéma directeur d’aménagement du territoire urbain (SDATU) ;
  4. Note les mesures prises par les autorités, grâce au décret sur l’aménagement urbain, pour assurer une protection accrue du bien tant que le SDATU n’est pas finalisé ;
  5. Recommande que l’État partie prenne en considération les recommandations formulées par les missions d’assistance technique de 2015 et de 2016 du Centre du patrimoine et par l’ICOMOS, notamment de :
    1. consolider la politique de planification territoriale stratégique et veiller à ce que la dimension urbaine du bien se reflète pleinement dans les politiques, les mesures et les outils adoptés pour en garantir la conservation, en utilisant si nécessaire l’approche proposée par la Recommandation concernant le paysage urbain historique (2011),
    2. revoir la méthodologie du SDATU,
    3. résoudre la question de gouvernance au niveau local afin de garantir une planification adéquate ainsi qu’une gestion et une prise de décision efficaces,
    4. élaborer une politique et une méthodologie d’implication des parties prenantes, ainsi que des outils de communication,
    5. revoir les limites administratives, notamment en ce qui concerne le site de Jvari,
    6. revoir le projet du nouveau musée afin de veiller à ce que l’intégrité du site archéologique soit préservée, que le projet satisfasse aux normes muséologiques et exigences techniques pour la conservation de la collection d’artefacts actuellement entreposée dans une réserve temporaire et que l’intégrité architecturale de l’édifice moderne soit préservée,
    7. garantir la pertinence des liens entre le projet de musée et les espaces publics environnants et le cadre urbain ;
  6. Réitère sa demande à l’État partie d’établir une zone tampon unifiée, pour englober le paysage qui entoure les éléments, incluant en particulier le panorama le long des fleuves et les montagnes alentour, de doter cette zone tampon élargie d’une protection appropriée et de soumettre une proposition de modification mineure des limites de la zone tampon unifiée du bien préalablement à tous travaux à venir sur le schéma directeur d’aménagement du territoire urbain ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017 ;
  8. Décide de maintenir les Monuments historiques de Mtskheta (Géorgie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2016
Géorgie
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)
Liste en péril (dates) : 2009-2016
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2016) .pdf
arrow_circle_right 40COM (2016)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top