Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Simien

Éthiopie
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
  • Autres menaces :

    Populations déclinantes de loups d’Ethiopie et bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex) ainsi que d'autres espèces de grands mammifères

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • populations déclinantes de bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex), de loups d’Éthiopie et autres espèces de grands mammifères ;
  • accroissement de la population humaine et des têtes de bétail dans le parc ;
  • empiètement des terres agricoles ;
  • construction d’une route.
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Déclin des populations de bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex) et d'autres grands mammifères
  • Menace d’empiètement
  • Impacts liés à la construction d'une route
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4085

Mesures correctives pour le bien

Adoptées, voir pages https://whc.unesco.org/fr/decisions/1057 et https://whc.unesco.org/fr/decisions/4085

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore rédigé

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2014

100.000 dollars EU pour soutenir la conservation communautaire et développer la stratégie de réduction de la pression du pacage (Espagne et Pays-Bas) avec un important cofinancement du FEM.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 10 (de 1978-2013)
Montant total approuvé : 323 171 dollars E.U.
2013 Prepare a proposal for a significant boundary ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2008 Opening Arkuasiye Critical Wildlife Corridor by ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2005 Assessment of alternative livelihood for settlers ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1996 Technical workshop on the conservation of Simien ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1991 Reconstruction of infrastructure and purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1987 Contribution to the publication costs of the management ... (Approuvé)   3 500 dollars E.U.
1982 Expert service and financial contribution for a ... (Approuvé)   21 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of Simien National Park (Approuvé)   9 691 dollars E.U.
1981 Equipment for Simien National Park (Approuvé)   113 450 dollars E.U.
1979 Joint mission to prepare a technical cooperation ... (Approuvé)   5 530 dollars E.U.
1978 Simien: request for equipment and specialists services (Non approuvé)   0 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 13 février 2014, l’État partie a soumis un rapport détaillé sur l’état de conservation du bien, qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/9/documents/. Un certain nombre de problèmes de conservation traités par le Comité lors de ses précédentes sessions sont présentés dans ce rapport :

  • La nouvelle publication officielle des limites du parc est maintenant soumise au Conseil des Ministres et sa finalisation est prévue d’ici juin 2014. Une fois la nouvelle publication achevée, le dossier de modification de limites sera remis au Centre du patrimoine mondial ;
  • Les moyens financiers nécessaires à la mise en place de la stratégie de réduction du pacage déjà élaborée font encore défaut, tandis que des mesures de protection de la faune et de la flore et de la santé du bétail ont été prises ;
  • Un certain nombre d’activités offrant des moyens de subsistance alternatifs pour les communautés locales ont fait baisser les pressions sur le parc, mais le financement limité réduit l’échelle d’application ;
  • Le village de Gich qui compte 418 foyers et est situé au milieu du parc, a obtenu en priorité sa réinstallation volontaire, compte tenu de son impact sur le bien. Un accord mutuel a été conclu avec la communauté pour son relogement dans la ville voisine de Debark. Les opérations ont récemment commencé, mais d’importantes ressources supplémentaires seraient nécessaires pour terminer l’opération et couvrir à la fois les indemnisations légales et les moyens de subsistance alternatifs ;
  • Suite à la conférence des bailleurs de fonds de 2012, le Programme de petites subventions du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) en Éthiopie, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial, a établi un programme communautaire de conservation sur le bien. L’État partie se charge aussi du suivi avec d’autres bailleurs de fonds et partenaires de conservation potentiels ;
  • Le recensement interne régulier révèle que le nombre de spécimens des principales espèces de faune sauvage a continuellement progressé ces dix dernières années, la population étant estimée à quelque 900 bouquetins d’Abyssinie(Walia ibex) et 100 loups d’Éthiopie ;
  • Le nouveau tronçon de la route Debark - Mekan Berhan - Dilyibza est en construction sous la direction de l’Autorité éthiopienne chargée des routes à l’extérieur du parc ;
  • Le bien offre un potentiel remarquable comme destination touristique, générant des revenus considérables pour les communautés locales et le gouvernement. Un nouveau plan de gestion du tourisme a été mis en place en collaboration avec les partenaires en matière de conservation ;
  • La gestion du parc s’est améliorée grâce à des ressources humaines et financières accrues.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial accueille avec satisfaction les engagements de l’État partie à mettre en œuvre les mesures correctives restantes. La nouvelle publication officielle des limites du parc est imminente et le dossier de modification des limites du bien est en préparation avec l’octroi de l’assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial.

Le lancement réussi de la réimplantation volontaire des habitants du village de Gich à l’intérieur du parc, la réduction de pressions agricoles non durables sur le bien et les efforts visant à promouvoir des moyens de subsistance alternatifs sont également accueillis avec satisfaction.

Le Centre du patrimoine mondial a pu mobiliser une aide limitée pour soutenir la recommandation du Comité de réviser la Stratégie de réduction de la pression exercée par le pacage afin d’identifier les priorités à mettre en œuvre dans l’immédiat. L’État partie devrait aussi intensifier le suivi avec les bailleurs de fonds ayant participé à la conférence des bailleurs de fonds de 2012 et se sont dits intéressés à appuyer le développement de moyens de subsistance alternatifs et de stratégies de pacage, afin de garantir l’intégrité écologique à long terme du bien et créer les conditions permettant un retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Des moyens financiers et des efforts considérables s’imposent d’urgence pour maintenir la dynamique de l’initiative en cours, et il est recommandé que le Comité réitère son appel à la communauté internationale pour accorder les fonds nécessaires.

Si des ressources financières suffisantes sont disponibles pour achever la mise en œuvre des mesures correctives, il devrait être possible d’atteindre l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril d’ici deux à trois ans. Entre-temps, il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7A.43
Parc national du Simien (Éthiopie) (N 9)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7A.10, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Accueille avec satisfaction les efforts de l’État partie pour avoir achevé la nouvelle publication officielle du Parc national du Simien en 2014, ainsi que ses efforts soutenus pour renforcer l’efficacité de la gestion du bien et mettre en œuvre les mesures correctives ;
  4. Considère que si des ressources financières suffisantes sont disponibles pour achever la mise en œuvre des mesures correctives, il devrait être possible de réaliser à court terme l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  5. Constate avec satisfaction l’aide déjà accordée par divers bailleurs de fonds à l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives et réitère son appel auprès de la communauté internationale afin qu’elle augmente l’assistance financière accordée au bien pour une mise en œuvre rapide des mesures correctives restantes ;
  6. Demande à l’État partie d’organiser un suivi avec les bailleurs de fonds intéressés et les partenaires en matière de conservation qui ont assisté à la conférence des bailleurs de fonds de 2012 afin de mobiliser les fonds complémentaires requis ; renouvelle sa demande de réviser la Stratégie de réduction de la pression exercée par le pacage afin d’identifier les priorités à mettre en œuvre immédiatement ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points mentionnés ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  8. Décide de maintenir le Parc national du Simien (Éthiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
38 COM 8C.2
Mise a jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (sites maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-14/38.COM/7A et WHC-14/38.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 38 COM 7A.14)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 38 COM 7A.15)
  • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 38 COM 7A.31)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 38 COM 7A.21)
  • Colombie, Parc national de Los Katíos (décision 38 COM 7A.32)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 38 COM 7A.35)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 38 COM 7A.36)
  • Égypte, Abou Mena (décision 38 COM 7A.1)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 38 COM 7A.30)
  • Éthiopie, Parc national du Simien (décision 38 COM 7A.43)
  • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 38 COM 7A.16)
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 38 COM 7A.17)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 38 COM 7A.33)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 38 COM 7A.29)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 38 COM 7A.28)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 38 COM 7A.2)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 38 COM 7A.3)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 38 COM 7A.4)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 38 COM 7A.44)
  • Mali, Tombouctou (décision 38 COM 7A.24)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 38 COM 7A.25)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 38 COM 7A.45)
  • Palestine, Lieu de naissance de Jésus : l’église de la Nativité et la route de pèlerinage, Bethléem (décision 38 COM 7A.5)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo – San Lorenzo (décision 38 COM 7A.20)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 38 COM 7A.22)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 38 COM 7A.12)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 38 COM 7A.12)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 38 COM 7A.34)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 38 COM 7A.37)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 38 COM 7A.38)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 38 COM 7A.39)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 38 COM 7A.40)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 38 COM 7A.41)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 38 COM 7A.46)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 38 COM 7A.18)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 38 COM 7A.26)
  • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Liverpool – Port marchand (décision 38 COM 7A.19)
  • Venezuela, Coro et son port (décision 38 COM 7A.23)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 38 COM 7A.13)
Projet de décision :   38 COM 7A.43

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7A,

2.  Rappelant la décision 37 COM 7A.10, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),

3.  Accueille avec satisfaction les efforts de l’État partie pour avoir achevé la nouvelle publication officielle du Parc national du Simien en 2014, ainsi que ses efforts soutenus pour renforcer l’efficacité de la gestion du bien et mettre en œuvre les mesures correctives ;

4.  Considère que si des ressources financières suffisantes sont disponibles pour achever la mise en œuvre des mesures correctives, il devrait être possible de réaliser à court terme l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ;

5.  Constate avec satisfaction l’aide déjà accordée par divers bailleurs de fonds à l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives et réitère son appel auprès de la communauté internationale afin qu’elle augmente l’assistance financière accordée au bien pour une mise en œuvre rapide des mesures correctives restantes ;

6.  Demande à l’État partie d’organiser un suivi avec les bailleurs de fonds intéressés et les partenaires en matière de conservation qui ont assisté à la conférence des bailleurs de fonds de 2012 afin de mobiliser les fonds complémentaires requis ; renouvelle sa demande de réviser la Stratégie de réduction de la pression exercée par le pacage afin d’identifier les priorités à mettre en œuvre immédiatement ;

7.  Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points mentionnés ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;

8.  Décide de maintenir le Parc national du Simien (Éthiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2014
Éthiopie
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2017
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top