Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Simien

Éthiopie
Facteurs affectant le bien en 1996*
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Autres menaces :

    Perte de biodiversité

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Présence de groupes armés

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1996
Demandes approuvées : 7 (de 1978-1996)
Montant total approuvé : 233 171 dollars E.U.
1996 Technical workshop on the conservation of Simien ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1991 Reconstruction of infrastructure and purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1987 Contribution to the publication costs of the management ... (Approuvé)   3 500 dollars E.U.
1982 Expert service and financial contribution for a ... (Approuvé)   21 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of Simien National Park (Approuvé)   9 691 dollars E.U.
1981 Equipment for Simien National Park (Approuvé)   113 450 dollars E.U.
1979 Joint mission to prepare a technical cooperation ... (Approuvé)   5 530 dollars E.U.
1978 Simien: request for equipment and specialists services (Non approuvé)   0 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1996

Le Centre et l'UICN ont reçu un rapport d'une étude sur le terrain portant sur la flore et la faune du massif du Simen préparée par l'Université de Berne (Suisse). Le rapport indique une détérioration de la population de Walia ibex et le fait que d'autres grands mammifères (tels que le guib harnaché et le potamochère) sont devenus extrêmement rares. L'UICN fournira des informations complémentaires sur l'état de conservation de ce site.

Action requise

Le Bureau pourrait vouloir prendre connaissance du rapport qui sera fourni par l'UICN.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1996

Le Centre et l'UICN ont reçu un rapport d'une étude sur le terrain portant sur la flore et la faune du massif du Simien préparée par l'Université de Berne (Suisse). Le rapport indique une détérioration de la population de Walia ibex et le fait que d'autres grands mammifères (tels que le guib harnaché et le potamochère) sont devenus extrêmement rares. A la vingtième session du Bureau, l'UICN a fourni des informations complémentaires sur l'état de conservation du site (perte de la biodiversité, empiétements à l'intérieur des limites du site, et impacts de la construction d'une route) et un rapport de l'Université de Berne a été distribué aux membres du Bureau. Les recommandations de ce rapport ont été appuyées par le Bureau, notamment une réunion de planification et de coordination au niveau régional, une mission technique dans le site et la soumission éventuelle d'une demande d'assistance technique pour la réunion et pour finaliser les Etudes de base sur les Montagnes du Simien.

Comme suite aux recommandations du Bureau, une mission technique est prévue dans le site du 13 au 19 octobre 1996. Ses objectifs comprennent l'identification de l'état actuel de la gestion et de l'administration du Parc national du Simien, une revue des activités actuelles de développement, une évaluation et un rapport sur la nature et l'étendue des menaces qui pèsent actuellement sur le Parc national du Simien et une assistance aux institutions éthiopiennes responsables du Parc et de la zone rurale environnante dans la formulation d'une demande d'assistance technique.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1996

Le Bureau pourrait vouloir étudier le rapport qui sera fourni à sa vingtième session et prendre les mesures appropriées à cet égard.

Décisions adoptées par le Comité en 1996
20 BUR IV.7
Parc national du Simen (Éthiopie)

Le Centre et l'UICN ont reçu un rapport d'une étude sur le terrain portant sur la flore et la faune du massif du Simen préparée par l'Université de Berne (Suisse). Le rapport indique une détérioration de la population de Walia ibex et le fait que d'autres grands mammifères (tels que le guib harnaché et le potamochère) sont devenus extrêmement rares. De plus, l'UICN a insisté sur la gravité de la situation dans le site, y compris la perte de la biodiversité, les empiétements à l'intérieur des limites du site, et les impacts de la construction d'une route. L'Université de Berne a proposé un Plan d'action pour le site. Le rapport de l'Université de Berne a été distribué aux membres du Bureau et les trois recommandations suivantes de ce rapport ont été appuyées par le Bureau:

1) Soutenir l'organisation d'une réunion de planification et de coordination au niveau régional, invitant les principaux acteurs intéressés du Parc national et de l'aire de Simen, avec comme objectif essentiel de mettre à jour le plan de gestion du Parc et de sa zone tampon.

2) Organiser prochainement, en septembre ou octobre 1996, une mission technique du Centre du patrimoine mondial, afin d'aider à la formulation d'une éventuelle demande d'assistance technique adressée au Centre du patrimoine mondial pour le point(1) mentionné ci-dessus.

3) Apporter une aide financière, dans le cadre du mandat du Centre du patrimoine mondial visant à améliorer le suivi en matière de conservation des sites africains, pour finaliser les récentes Etudes de base sur les Montagnes de Simen effectuées en 1994-1996, dont les résultats pourraient être mis à la disposition des acteurs intéressés qui participeraient à la réunion mentionnée plus haut.

20 EXT.BUR V.B.1.2
Examen des demandes d'assistance internationale-Patrimoine naturel-Demandes recommandées par le Bureau-Coopération technique-Ethiopie

PATRIMOINE NATUREL

B. Demandes concernant le patrimoine naturel d'un montant supérieur à 30.000 $EU dont le Bureau recommande l'approbation par le Comité (budget 1997)


B.1 COOPERATION TECHNIQUE

B.1.2 Atelier technique sur la conservation du Parc national de Simien (Ethiopie) (46.000 $EU demandés)


Le Bureau a recommandé au Comité d'approuver le montant réduit de 30.000 $EU.

Il a aussi demandé à l'État partie de mieux définir, en consultation avec le Secrétariat et l'UICN, le programme de l'atelier, les résultats attendus, et de réviser le budget.

20 COM VII.D.32
SOC : Parc national du Simen (Ethiopie)

VII.32 Parc national du Simen (Ethiopie)

Le Bureau avait rappelé à sa vingtième session extraordinaire les débats tenus à sa vingtième session concernant les rapports reçus par l'Université de Berne (Suisse) signalant une détérioration de la population de Walia ibex et d'autres populations de mammifères (comme le guib harnaché, le renard du Simen et le potamochère) qui sont devenues extrêmement rares. A la vingtième session du Bureau, l'UICN avait fourni des informations complémentaires sur l'état de conservation du site (perte de la biodiversité, empiétements à l'intérieur des limites du site, et impacts de la construction d'une route) et un rapport de l'Université de Berne avait été distribué aux membres du Bureau. Les recommandations de ce rapport avaient été appuyées par le Bureau, notamment une réunion de planification et de coordination au niveau régional, une mission technique dans le site et la préparation d'une demande d'assistance technique.

Comme suite aux recommandations du Bureau, une mission technique a eu lieu du 2 au 9 novembre 1996. Elle a passé en revue avec l'organisme responsable de la faune sauvage d'Ethiopie, le Comité directeur du Programme pour la faune sauvage, le PNUD, le FENU, ainsi que des représentants du gouvernement régional de l'Ethiopie, à Bahr Dar, les possibilités d'une coexistence durable de la faune sauvage et des ressources naturelles avec les habitants utilisateurs des terres. Au terme de la mission, une demande d'assistance internationale a été reçue et présentée au Bureau, accompagnée d'un bref rapport comprenant des proj ets de recommandations (document d'information WHC-CONF.203/INF.2) et au Comité (document d'information WHC-96/CONF.201/INF.23).

Les recommandations comprenaient le co-parrainage d'un atelier pour les partenaires prévu pour avril 1997 et la coordination de l'engagement des bailleurs de fonds, ainsi qu'une recommandation en faveur de l'inclusion du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

L'UICN a fourni des informations complémentaires sur l'état de conservation du site. Il a été rappelé que l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril est envisagée depuis 1987 et que toutes les conditions pour l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril stipulées au paragraphe 79 des Orientations étaient remplies.

Le Comité, considérant les informations fournies et la recommandation de la mission figurant dans le document d'information WHC-96/CONF.201/INF.23, a décidé d'inscrire le Parc national du Simen sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

20 COM VIII.A.4
Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril

VIII.4 Le Comité a étudié à sa vingtième session les rapports sur l'état de conservation figurant dans le document de travail WHC-96/CONF.201/7B, et les informations complémentaires fournies dans le document d'information WHC-96/CONF.201/INF.23 et a décidé d'inclure les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

Parc national du Simen (Ethiopie)

Réserve de la biosphère Rio Platano (Honduras)

Parc national de l'Ichkeul (Tunisie)

Parc national de la Garamba (Zaïre)

20 COM XII
Demandes d'assistance internationale

XII.1 Le Bureau, à sa vingtième session extraordinaire, a noté que plusieurs demandes d'assistance internationale se référaient à des rapports sur l'état de conservation des mêmes biens et il a suggéré au Comité de considérer si ces demandes devaient être examinées ensemble. Le Comité a approuvé la recommandation du Bureau. En outre, le Délégué de l'Allemagne a proposé que toutes les demandes de formation soumises au Fonds du patrimoine mondial de manière récurrente chaque année, soient étudiées ensemble pour fournir des informations sur les fonds régulièrement engagés. La Déléguée du Canada a insisté afin que ces programmes de formation soient évalués, comme cela a déjà été fait dans le cadre de la stratégie de formation pour le patrimoine naturel. Le Comité a prié le Secrétariat "de faire appel à des conseils d'experts des organisations appropriées (ICOMOS, UICN, ICCROM) ", conformément au paragraphe 102 des Orientations. L'Australie a demandé que dans les évaluations des demandes d'assistance internationale au Comité, le Centre précise (le cas échéant) si l'organisme consultatif compétent a été consulté. Le Comité a prié également les organismes consultatifs d'informer le Centre du patrimoine mondial de toutes leurs activités concernant les sites du patrimoine mondial. Afin de faciliter les consultations avec les organismes consultatifs, le Comité a décidé de modifier au paragraphe 108 des Orientations la date limite de soumission des demandes d'assistance internationale, qui sera désormais le 1er septembre.

A. BIENS NATURELS

A.1 Coopération technique

A.1.1 Atelier technique prévu sur national du Simen (Ethiopie) la conservation du Parc (46.000 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé le montant réduit de 30.000 $ E.U. Il a aussi demandé à l'État partie de mieux définir, en consultation avec le Secrétariat et l'UICN, le programme de l'atelier, les résultats attendus, et de réviser le budget.

A.2. Formation A.2.1 Dix-neuvième cours international du CATIE sur les zones protégées (Costa Rica) - (48.000 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé une somme de 30.000 $ E.U. pour couvrir les frais des participants pour assister au dix-neuvième cours international du CATIE sur les zones protégées, au Costa Rica.

A.2.2 Bourses individuelles à l'Ecole pour la formation de spécialistes de la faune et de la flore à Garoua (Cameroun) (45.000 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé un montant de 45.000 $ E.U. pour des bourses individuelles pour trois étudiants d'États parties de pays africains francophones, pour deux ans (1997/98 et 1998/99).

B. BIENS CULTURELS

B.1. Cooperation technique B.l.l Centre historique de la ville d'Olinda (Brésil) (33.000 $ E.U. demandés)
Considérant l'intégration potentielle d'Olinda dans un important programme pour le développement du tourisme dans le nord-est du Brésil avec des possibilités ultérieures de financement pour la rénovation et la restauration d'Olinda, le Comité a approuvé la demande pour un montant de 33.000 $ E.U. pour cette coopération technique. Cette demande permettra d'apporter un soutien aux autorités municipales pour la création d'un bureau de projets et la préparation d'une étude de faisabilité sur la réhabilitation et la restauration urbaine.

B.1.2 Conservation de maisons traditionnelles à Luang Prabang (Laos) - (49.900 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé un montant de 39.900 $ E.U. pour répondre aux frais encourus par ce projet (avec une réduction de l'apport pour l'achat de matériaux de construction qui passe de 20.000 $ E.U. à 10.000 $ E.U.), pour cofinancer un projet visant à transmettre des compétences pour la conservation des maisons en bois traditionnelles, améliorer la qualité des briques et des tuiles produites localement et distribuer des matériaux de construction traditionnels (tuiles et bois) afin de rénover dix maisons appartenant à des familles pauvres.

B.1.3 Parc national de Serra de Capivara (Brésil) - (35.500 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé un montant de 35.000 $ E.U. pour la coopération technique à la documentation, l'inventaire et l'étude de l'état des peintures rupestres du parc national de Serra da Capivara.

B.1.4 Site archéologique de Joya de Ceren (El Salvador) (10.000 $ E.U. demandés en plus des 25.000 $ E.U. déjà approuvés en 1994)
Considérant la fragilité du site et la complexité de sa conservation et de sa gestion ainsi que la nécessité de poursuivre le processus commencé en 1994, le Comité a approuvé le montant supplémentaire de 10.000 $ E.U. pour un séminaire international sur la conservation et la gestion de Joya de Ceren et de son voisinage qui se tiendra en 1997.

B.1.5 Troisième Assemblée générale de l'Organisation des villes du patrimoine mondial et quatrième Symposium des villes du patrimoine mondial, Evora (Portugal) (50.000 $ E.U. demandés)
Le Comité, en examinant cette demande, a rappelé qu'il avait décidé à sa dix-huitième session que le Fonds du patrimoine mondial ne devait pas financer de réunions statutaires ni subventionner d'autres organisations. Le Comité a noté qu'une demande concernant l'octroi de 15.000 $ E.U. provenant du budget du Programme ordinaire de l'UNESCO pour cette Assemblée générale de l'O.V.P.M. avait été proposée dans le budget de 1997 au titre des activités promotionnelles et éducatives. Le Comité a décidé d'approuver, à titre exceptionnel, une contribution de 30.000 $ E.U. destinés à la Mairie d' Evora, pour le Symposium sur le Tourisme et les Villes du patrimoine mondial. Cette subvention du Fonds doit financer la participation des maires des villes du patrimoine mondial des pays en développement.

B.2 Formation

B.2.1 Cours régional de formation à la conservation et à la protection des monuments et sites culturels, destiné à des architectes du Maghreb à Tunis (2ème session, novembre 1996-jui11et 1998) (Tunisie) (36.000 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé montant de 36.000 $ E.U. pour trois bourses d'étudiants non tunisiens pour la seconde session de deux ans du cours qui se traduira par une activité régionale de formation de la plus grande importance.

B.2.2 Amérique latine et Caraïbes : Cours régional de formation de troisième cycle sur "la conservation urbaine et territoriale intégrée" (CUTI/BR) (demande présentée par le Brésil) (42.600 $ E.U. demandés)
Le cours répond à la stratégie de formation concernant le patrimoine culturel et aux besoins soulignés par de très nombreux rapports sur l'état de conservation. Considérant que le cours est le premier de ce type dans la région, que vingt-trois sites du patrimoine mondial dans la région sont· des villes ou des zones urbaines historiques représentant cinquante pour cent des sites culturels, le Comité a approuvé un montant de 40.000 $ E.U., à condition que les bourses soient attribuées à des participants exerçant une responsabilité concernant des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

B.2.3 Projet pilote de conservation de l'Ile James (Gambie) (40.000 $ E.U. demandés)
Le Comité a approuvé cette demande de 40.000 $ E.U. au vu de la recommandation concernant la stratégie de formation au sud du Sahara et a demandé à l'ICCROM/GAIA de mettre en œuvre ce projet qui est une illustration de son approche stratégique. Ce projet couvrira les frais de formation in situ à l'Ile James afin de permettre au Département des Musées et Monuments de préparer des plans de conservation, non seulement pour l'Ile James, mais aussi pour d'autres sites.

B.2.4 ICCROM: Cours de formation pour une approche intégrée de la conservation urbaine (40".000 $ E.U. demandés)
Etant donné qu'il est demandé aux organes consultatifs, dans la stratégie de formation décrite dans le document WHC-96/CONF.201.12, de concevoir des cours thématiques au niveau international et de les adapter au niveau régional, le Comité a approuvé le montant de 30.000 $ E.U. pour le co-financement d'un séminaire international de formation destiné aux gestionnaires de villes du patrimoine mondial qui sera organisé à l'ICCROM pour les responsables en gestion de la conservation de villes ou zones historiques, et pour les enseignants.

B.2.5 ICCROM Conservation de biens immeubles en Afrique subsaharienne (50.000 $ E.U. demandés)
Etant donné que le projet pilote pour l'Afrique fait partie de la stratégie de formation pour les biens culturels telle qu'elle est décrite dans le document WHC-96/CONF.201.12, le Comité a approuvé le montant demandé de 50.000 $ E. U. Ce montant servira à cofinancer la mise en œuvre de la prem1.ere phase du projet, organiser un séminaire en Afrique avec des partenaires africains et choisir des partenaires scientifiques pour des approches thématiques concernant la préservation de la pierre, la conservation des briques et du bois et les sites archéologiques.

Année du rapport : 1996
Éthiopie
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2017
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top