Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Simien

Éthiopie
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Élevage de bétail / pacage d’animaux domestiques
  • Autres menaces :

    populations déclinantes de loups et bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex) ainsi que d'autres espèces de grands mammifères

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • populations déclinantes de loups et bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex) ainsi que d'autres espèces de grands mammifères 
  • accroissement de la population humaine et des têtes de bétail dans le parc 
  • empiètement des terres agricoles 
  • construction d’une route
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • déclin des populations de bouquetins d'Abyssinie (Walia ibex) et d'autres grands mammifères 
  • empiètement 
  • impacts de la construction d'une route
Mesures correctives pour le bien

Voir Décision 30 COM 7A.9 (Vilnius, 2006), https://whc.unesco.org/fr/sessions/30COM/decisions/ 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Aucun calendrier précis n’a jusqu'alors été fixé, bien que le Comité du patrimoine mondial ait mentionné que les mesures correctives pouvaient être mises en œuvre à court terme (1 à 2 ans).
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 9 (de 1978-2008)
Montant total approuvé : 293 171 dollars E.U.
2008 Opening Arkuasiye Critical Wildlife Corridor by ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2005 Assessment of alternative livelihood for settlers ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1996 Technical workshop on the conservation of Simien ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1991 Reconstruction of infrastructure and purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1987 Contribution to the publication costs of the management ... (Approuvé)   3 500 dollars E.U.
1982 Expert service and financial contribution for a ... (Approuvé)   21 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of Simien National Park (Approuvé)   9 691 dollars E.U.
1981 Equipment for Simien National Park (Approuvé)   113 450 dollars E.U.
1979 Joint mission to prepare a technical cooperation ... (Approuvé)   5 530 dollars E.U.
1978 Simien: request for equipment and specialists services (Non approuvé)   0 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’Etat partie n’a pas soumis de rapport sur l’état de conservation du bien, comme le demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session ; par conséquent, très peu d’informations sont disponibles concernant les progrès réalisés dans le traitement des mesures correctives. Le présent rapport ne prend en compte que les actions prioritaires identifiées par la mission de suivi de 2009 pour les trois mesures correctives dont la mise en œuvre est considérée comme non achevée.

a) Améliorer la démarcation du bien sur le terrain et finaliser sa publication officielle dans la législation nationale

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN n’ont pas de nouvelles informations concernant les progrès réalisés dans l’amélioration de la démarcation du bien ou les procédures de publication officielle par le Parlement. L’UICN note que les nouvelles limites proposées ne semblent pas toutes géo-référencées, d’où l’imprécision qui en résulte concernant les limites actuelles de la forêt, des terres cultivées et des villages. Une cartographie appropriée et des ajustements sont donc requis avant de finaliser le tracé sur le terrain et de procéder à la publication officielle au niveau national.

b) Revoir la stratégie de réduction de la pression du pacage pour identifier les priorités, les partenaires et le financement pour sa mise en œuvre

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN n’ont pas de nouvelles informations concernant la demande d’actualisation de la stratégie de pacage. Le problème central reste l’obligation de lever les fonds nécessaires pour mettre en œuvre les actions demandées, conjointement avec l’élaboration d’une stratégie pour trouver des sources de subsistance alternatives (voir ci-après).

c) Identifier et mettre en œuvre les leçons tirées du déplacement volontaire, mené récemment avec succès, de 165 familles du village d'Arkwasiye, solliciter l'appui des ONG de développement, des donateurs et du gouvernement pour fournir des moyens de subsistance alternatifs

D’après les informations disponibles, le financement n’est pas encore obtenu et aucun progrès notable n’a été réalisé pour trouver des sources de revenus alternatives pour les habitants qui résident encore dans le parc.

 

Conférence de bailleurs de fonds

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN rappellent que pour mettre en œuvre la stratégie de pacage et pour résoudre le problème de moyens de subsistance alternatifs, il est crucial de mobiliser des fonds auprès du gouvernement et de donateurs. Ils notent que la date proposée pour la tenue de la conférence de bailleurs de fonds demandée par le Comité du patrimoine mondial a été repoussée en février 2010 et qu’une nouvelle proposition de date n’a toujours pas été suggérée.

Le financement pour organiser la conférence, qui a été obtenu en 2009 sur la ligne budgétaire des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril, n’est malheureusement plus disponible étant donné que l’activité n’a pas été mise en œuvre dans les délais prévus. A plusieurs reprises, le Centre du patrimoine mondial, au travers du bureau de l’UNESCO à Addis Abeba, a rappelé à l’Etat partie la nécessité d’organiser cette conférence dans les plus brefs délais, mais jusqu’à présent aucune nouvelle date n’a été proposée.

 

Extension du bien du patrimoine mondial

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN rappellent l’importance de proposer une extension du bien afin de refléter les changements de limites du parc national (extensions mais aussi exclusion de certains villages). Ils recommandaient ce projet comme l’une des priorités éventuelles pour un soutien en amont. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN rappellent aussi que la documentation concernant cette extension n’a pas besoin d’être aussi complète que pour une proposition d’inscription d’un nouveau bien et que l’Etat partie pourrait demander l’assistance internationale du Fonds du patrimoine mondial pour obtenir un soutien consultatif afin de préparer la documentation nécessaire. L’UICN demeure à disposition pour apporter un conseil technique et identifier le soutien d’expert pour assister l’Etat partie dans le traitement des exigences de la nouvelle proposition. 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN rappellent que le Comité du patrimoine mondial regrette qu’aucun rapport n’ait été reçu de l’Etat partie et qu’il semble n’y avoir eu que peu ou pas de progrès notable sur les actions exceptionnelles qui devaient prendre en compte les mesures correctives non satisfaites depuis la 34e session du Comité du patrimoine mondial. Ils recommandent par conséquent que le Comité du patrimoine mondial maintiennent le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ils attirent aussi l’attention du Comité du patrimoine mondial sur la nécessité d’entreprendre une action de soutien pour obtenir l’assistance prioritaire du parc national du Simien par le Centre du patrimoine mondial, l’UICN et les partenaires dans le suivi du Rapport périodique pour l’Afrique récemment achevé. Ils notent aussi qu’avec un engagement adéquat de la part de l’Etat partie et le financement de la conservation, il serait possible d’envisager le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril dans un avenir proche. Le Fonds du patrimoine mondial pour l’Afrique pourrait aussi être en position de faciliter le soutien et le financement des actions requises. 

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7A.9
Parc national du Simien (Éthiopie) (N 9)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 34 COM 7A.9, adoptée lors de sa 34e session (Brasilia, 2010)

3. Regrette que l'État partie n'ait pas soumis de rapport de conservation du bien, comme le demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session, rendant impossible l'évaluation de l'avancement de la mise en œuvre des mesures correctives;

4. Exprime son inquiétude que l'État partie n'ait pas encore organisé la conférence de bailleurs de fonds que demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session et note que, sans la mobilisation de fonds supplémentaires, il sera impossible de mettre en œuvre certaines des mesures correctives en suspens, en particulier la stratégie de réduction de la pression du pacage et les mesures efficaces pour résoudre l'empiètement agricole dans le bien;

5. Prie instamment l'État partie d'organiser dès que possible la conférence de bailleurs de fonds afin d'identifier les bailleurs de fonds potentiels, et réitère sa demande à la communauté internationale de soutenir financièrement la mise en œuvre de la gestion du pacage et de stratégies de moyens de subsistance alternatifs;

6. Prie aussi instamment l'État partie à poursuivre ses efforts de mise en œuvre des trois mesures correctives en suspens, en particulier les actions prioritaires demandées par le Comité du patrimoine mondial dans sa décision précédente;

7. Encourage également l'État partie de soumettre la proposition d'extension du bien en préparant une nouvelle proposition et de demander l'assistance internationale afin de soutenir ce processus;

8. Recommande que l'État partie cherche le soutien du Centre du patrimoine mondial, de l'UICN et du Fonds du patrimoine mondial africain pour remplir les mesures correctives en suspend;

9. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport sur l'état de conservation du bien, en particulier sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives et des recommandations de la mission 2009, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012;

10. Décide de maintenir le Parc national de Simien (Ethiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

35 COM 8C.2
Établissement de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-11/35.COM/7A, WHC-11/35.COM/7A.Add, et WHC-11/35.COM/7A.Add.Corr),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam  (décision 35 COM 7A.24)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan  (décision 35 COM 7A.25)
  • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 35 COM 7A.15)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura  (décision 35 COM 7A.32)
  • Colombie, Parc national de Los Katios (décision 35 COM 7A.16)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé  (décision 35 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba  (décision 35 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena  (décision 35 COM 7A.19)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 35 COM 7A.14)
  • Ethiopie, Parc national du Simien  (décision 35 COM 7A.9)
  • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 35 COM 7A.29)
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 35 COM 7A.30)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat)  (décision 35 COM 7A.20)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra  (décision 35 COM 7A.21)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts  (décision 35 COM 7A.22)
  • Madagascar, Forêts humides de l'Atsinanana (décision 35 COM 7A.10)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré  (décision 35 COM 7A.11)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 35 COM 7A.17)
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore  (décision 35 COM 7A.27)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan  (décision 35 COM 7A.33)
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines  (décision 35 COM 7A.28)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris  (décision 35 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga  (décision 35 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega  (décision 35 COM 7A.5)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba  (décision 35 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga  (décision 35 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis  (décision 35 COM 7A.8)
  • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision 35 COM 7A.26)
  • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 35 COM 7A.18)
  • Sénégal, Niokolo-Koba  (décision 35 COM 7A.12)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 35 COM 7A.31)
  • Venezuela, Coro et son port  (décision 35 COM 7A.34)
  • Yémen, Ville historique de Zabid  (décision 35 COM 7A.23)
Projet de décision : 35 COM 7A.9

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 34 COM 7A.9, adoptée lors de sa 34e session (Brasilia, 2010)

3. Regrette que l’Etat partie n’ait pas soumis de rapport de conservation du bien, comme le demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session, pour permettre l’évaluation de l’avancement du traitement des mesures correctives ;

4. Exprime son inquiétude que l’Etat partie n’ait pas encore organisé la conférence de bailleurs de fonds que demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session et note que, sans la mobilisation de fonds supplémentaires, il sera impossible de mettre en œuvre certaines des mesures correctives exceptionnelles, en particulier la stratégie de réduction de la pression du pacage et les mesures efficaces pour résoudre l’empiètement agricole dans le bien ;

5. Prie instamment l’Etat partie d’organiser dès que possible la conférence de bailleurs de fonds afin d’identifier les bailleurs de fonds potentiels, et réitère sa demande à la communauté internationale de soutenir financièrement la mise en œuvre de la gestion du pacage et de stratégies de moyens de subsistance alternatifs ;

6. Encourage aussi l’Etat partie à poursuivre ses efforts de mise en œuvre des trois mesures correctives restantes non satisfaites, en particulier les actions prioritaires demandées par le Comité du patrimoine mondial dans sa décision précédente ;

7. Encourage également à l’Etat partie de soumettre la proposition d’extension du bien en préparant une nouvelle proposition et de demander l’assistance internationale afin de soutenir ce processus ;

8. Recommande que l’Etat partie cherche le soutien du Centre du patrimoine mondial, de l’UICN et du Fonds du patrimoine mondial africain pour remplir les mesures correctives exceptionnelles ;

9. Demande que l’Etat partie soumette au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2012, un rapport sur l’état de conservation du bien, en particulier les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives et des recommandations de la mission 2009, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012 ;

10. Décide de maintenir le Parc national de Simien (Ethiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Année du rapport : 2011
Éthiopie
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2017
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top