Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national du Simien

Éthiopie
Facteurs affectant le bien en 2005*
  • Activités illégales
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Production de semences
  • Autres menaces :

    Déclin des populations de Walia ibex et de renards du SimienDégradation des sols.

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Empiétement, croissance démographique à l’intérieur du parc, déclin des populations de Walia ibex et de renards du Simien, déforestation et dégradation des sols

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2005
Demandes approuvées : 8 (de 1978-2005)
Montant total approuvé : 263 171 dollars E.U.
2005 Assessment of alternative livelihood for settlers ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1996 Technical workshop on the conservation of Simien ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1991 Reconstruction of infrastructure and purchase of ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1987 Contribution to the publication costs of the management ... (Approuvé)   3 500 dollars E.U.
1982 Expert service and financial contribution for a ... (Approuvé)   21 000 dollars E.U.
1982 In situ training of wardens of Simien National Park (Approuvé)   9 691 dollars E.U.
1981 Equipment for Simien National Park (Approuvé)   113 450 dollars E.U.
1979 Joint mission to prepare a technical cooperation ... (Approuvé)   5 530 dollars E.U.
1978 Simien: request for equipment and specialists services (Non approuvé)   0 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Un rapport daté du 25 janvier 2005 a été reçu de l’Etat partie, avec des indications sur les progrès réalisés au sujet des quatre repères fixés par le Comité à sa 25e session (Helsinki, 2001) pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril :

a) Le réalignement de la limite du parc prévoyant l’exclusion des villages le long de ce périmètre a été entrepris en 2003 et 2004. La démarcation du site matérialisée par l’installation de balises permanentes, l’établissement d’une carte détaillée de la ligne de démarcation, ainsi que l’enregistrement au cadastre sont prévus pour 2005 ;

b) Les réserves naturelles de Mesarerya et Lemalino ont été intégrées dans le parc ; leur cartographie et leur réenregistrement au cadastre doivent être finalisées en 2005 ;

c) Le rapport indique que suite aux efforts concertés du gouvernement régional et de tous les autres intervenants, la population de Walia ibex a plus que doublé au cours des dix dernières années et est aujourd’hui estimée au moins à 500 animaux, tandis que la population de renards du Simien compte désormais 53 individus. Le rapport souligne que l’estimation du nombre de Walia ibex a été établie grâce à une étude indépendante menée par le Centre pour le Développement et l’Environnement de l’Université de Berne (Suisse), en coopération avec l’Institut de recherche agronomique de la région d’Amhara. Toutefois, le groupe de spécialistes « Canidés » de la Commission de survie des espèces (CSE) de l’UICN s’est inquiété du nombre de renards du Simien recensé et se demande si cela est dû à l’accroissement de la population ou à l’amélioration des méthodes de comptage. L’UICN poursuit l’examen des méthodes utilisées pour évaluer la population des deux espèces par l’intermédiaire de son réseau CSE et en rendra compte au Comité à la prochaine session ;

d) L’Etat partie indique qu’aucun progrès n’a été fait pour réduire de manière significative le nombre d’habitants à l’intérieur du parc, comme l’avait demandé le Comité, malgré les efforts accomplis pour inscrire les villageois à un programme de réimplantation volontaire, sachant qu’ils ne souhaitent pas se réinstaller dans la plaine où les terrains sont disponibles. Il est proposé de créer des emplois à l’extérieur du parc pour la majorité des gens, emplois générant des revenus non agricoles et que des options soient définies pour ceux qui resteront dans le parc afin de ne pas endommager l’écosystème.

Malgré les progrès considérables qui ont été faits pour atteindre les trois premiers repères fixés par le Comité, peu de progrès a été fait en ce qui concerne les populations humaines à l’intérieur du parc. Le Centre du patrimoine mondial a reçu une demande de coopération technique de l’Etat régional d’Amhara afin de mettre en place un système de revenu alternatif dans un premier temps, avant de trouver d’autres moyens de régler ce problème. Lors de la préparation du présent document, un complément d’information sur la ventilation du budget a été demandé à l’Etat partie.

Le rapport de l’Etat partie rend compte, par ailleurs, des travaux en cours pour réaligner certains tronçons de la route de campagneDebark-Mekane Birhan afin de minimiser les impacts négatifs. Même si le réalignement de la chaussée est imminent, il apparaît que des mesures strictes d’atténuation de l’impact de la route ont été prises par la direction du parc et le projet financé par le gouvernement autrichien en collaboration avec les parties prenantes au niveau de Woreda et Kebele. Des efforts sont faits pour favoriser le développement durable dans la zone tampon et les aires environnantes, car la pauvreté qui sévit semble être l’une des raisons majeures de la pression sur les ressources du parc. Les activités relatives à l’intensification de l’agriculture, la conservation des sols, la reforestation, l’exploitation du bétail pour lutter contre le surpâturage, le développement du tourisme local et le renforcement des capacités des institutions publiques sont mises en œuvre dans la région, surtout grâce au projet de développement intégré austro-éthiopien. Le projet a aussi contribué au développement de l’infrastructure du parc et à l’équipement de son personnel.

De récents projets d’aménagement d’un « lodge » à l’usage des touristes dans une zone potentiellement sensible à la frontière du parc ont été portés à l’attention de l’UICN. Elle est informée du fait que les autorités ont choisi un site où les ressources en eau sont faibles risquant d’avoir encore plus d’impact sur une aire déjà fragile du point de vue écologique. L’UICN recommande de faire une étude d’impact environnemental pour savoir si un tel projet est viable, quels impacts éventuels il pourrait avoir sur le bien et s’il existe d’autres options. 

Décisions adoptées par le Comité en 2005
29 COM 7A.5
Parc national du Simien (Éthiopie)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7A,

2. Rappelant la décision 28 COM 15A.4, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l’État partie de l’Ethiopie et notamment le gouvernement de l’Etat régional d’Amhara, des efforts considérables accomplis pour améliorer l’état de conservation du bien et des progrès dans le traitement des dossiers demandé par le Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004);

4. Prend note de la préoccupation de l’État partie quant à la difficulté de réduire le nombre d’habitants à l’intérieur du parc dans les conditions actuelles, malgré les efforts consentis pour lancer un programme de réinstallation volontaire;

5. Encourage l’État partie à poursuivre ses efforts pour mettre en place un système de revenu alternatif pour régler ce problème et invite l’État partie à remplir une demande d’assistance internationale auprès du Fonds du patrimoine mondial ;

6. Demande à l’État partie de prendre aussi les mesures suivantes :

a) dresser la carte de l’empiètement des terres agricoles à l’intérieur du parc et contrôler chaque année le niveau d’empiétement,

b) restreindre l’utilisation de l’aire par le bétail domestique,

c) recenser un par un tous les foyers établis dans l’enceinte du parc,

d) continuer à appliquer la politique de tolérance zéro pour les chiens domestiques,

e) créer un système de contrôle continu de la population qui réside dans le parc, et

e) envisager des extensions stratégiques du parc ou de sa zone tampon pour éviter tout nouveau développement de l’agriculture, du bétail et de la population ;

7. Demande également à l’État partie de continuer à coopérer avec le groupe de spécialistes « Canidés » de la Commission de survie des espèces de l’UICN, ainsi qu’avec les autres organisations (WildCODE, le Programme pour la protection du loup d’Abyssinie (Canis simensis), la Frankfurt Zoological Society et les universités éthiopiennes) à l’étude de la population de loup d’Abyssinie sur le bien ;

8. Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe UNESCO/UICN sur le bien pour constater les progrès et examiner la possibilité de retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 30e session (Vilnius, 2006);

9. Demande en outre à l’État partie de soumettre un rapport avant le 1er février2006 sur les progrès concernant les repères établis par le Comité pour le retrait sur les progrès concernant les repères établis par le Comité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi que sur la mise en oeuvre des autres recommandations du Comité, et de donner des informations sur le projet d’aménagement d’un « lodge » à l’usage des touristes dans le parc ;

10. Décide de maintenir le Parc national du Simien (Ethiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

29 COM 8C.2
Nouvelle Liste du patrimoine mondial en péril

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-05/29.COM/7A and WHC-05/29.COM/7A.Add),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Minaret et vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) (décision : 29 COM 7A.20)
  • Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) (décision : 29 COM 7A.21)
  • Tipasa (Algérie) (décision : 29 COM 7A.16)
  • Cathédrale de Cologne (Allemagne) (décision : 29 COM 7A.29)
  • Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge, (Azerbaïdjan) (décision : 29 COM 7A.28)
  • Palais royaux d'Abomey (Bénin) (décision : 29 COM 7A.13)
  • Parc national de la Comoé (Côte d'Ivoire) (décision : 29 COM 7A.2)
  • Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (Côte d'Ivoire/Guinée) (décision : 29 COM 7A.3)
  • Abou Mena (Égypte) (décision : 29 COM 7A.17)
  • Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (décision : 29 COM 7A.10)
  • Parc national du Simien (Ethiopie) (décision : 29 COM 7A.4)
  • Réserve de la biosphère Río Plátano (Honduras) (décision : 29 COM 7A.12)
  • Ensemble monumental de Hampi (Inde) (décision : 29 COM 7A.22)
  • Sanctuaire de faune de Manas (Inde) (décision : 29 COM 7A.9)
  • Bam et son paysage culturel (République islamique d'Iran) (décision : 29 COM 7A.23)
  • Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) (décision : 29 COM 7A.18)
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (Jérusalem) (décision : 29 COM 7A.31)
  • Vallée de Kathmandu (Népal) (décision : 29 COM 7A.24)
  • Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) (décision : 29 COM 7A.6)
  • Fort et jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan) (décision : 29 COM 7A.25)
  • Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) (décision : 29 COM 7A.30)
  • Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (Philippines) (décision : 29 COM 7A.26)
  • Parc national du Manovo-Gounda St. Floris (République centrafricaine) (décision : 29 COM 7A.1)
  • Réserve de faune à okapis (République démocratique du Congo) (décision : 29 COM 7A.5)
  • Parc national de Kahuzi-Biega (République démocratique du Congo) (décision : 29 COM 7A.5)
  • Parc national des Virunga, République démocratique du Congo) (décision : 29 COM 7A.5)
  • Parc national de la Garamba (République démocratique du Congo) (décision : 29 COM 7A.5)
  • Parc national de la Salonga (République démocratique du Congo) (décision : 29 COM 7A.5)
  • Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) (décision 29 COM 7A.15)
  • Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal) (décision : 29 COM 7A.7)
  • Parc national de l'Ichkeul (Tunisie) (décision : 29 COM 7A.8)
  • Ville historique de Zabid (Yémen) (décision : 29 COM 7A.19)

Projet de décision : 29 COM 7A.5

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7A,

2. Rappelant sa décision 28 COM 15A.4, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l’Etat partie et notamment le gouvernement de l’Etat régional d’Amhara, des efforts considérables accomplis pour améliorer l’état de conservation du bien et des progrès dans le traitement des dossiers demandé par le Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004) ;

4. Prend note de la préoccupation de l’Etat partie quant à la difficulté de réduire le nombre d’habitants à l’intérieur du parc dans les conditions actuelles, malgré les efforts consentis pour lancer un programme de réinstallation volontaire ;

5. Encourage l’Etat partie à poursuivre ses efforts pour mettre en place un système de revenu alternatif pour régler ce problème et invite l’Etat partie à remplir une demande d’assistance internationale auprès du Fonds du patrimoine mondial ;

6. Recommande de prendre aussi les mesures suivantes :

a) dresser la carte de l’empiètement des terres agricoles à l’intérieur du parc et contrôler chaque année le niveau d’empiétement,

b) restreindre l’utilisation de l’aire par le bétail domestique,

c) recenser un par un tous les foyers établis dans l’enceinte du parc,

d) continuer à appliquer la politique de tolérance zéro pour les chiens domestiques,

e) créer un système de contrôle continu de la population qui réside dans le parc,

f) envisager des extensions stratégiques du parc ou de sa zone tampon pour éviter tout nouveau développement de l’agriculture, du bétail et de la population ;

7. Demande à l’Etat partie de continuer à coopérer avec le groupe de spécialistes « Canidés » de la Commission de survie des espèces de l’UICN, ainsi qu’avec les autres organisations (WildCODE, l’Ethiopian Wolf Conservation Programme (programme pour la protection du loup éthiopien), la Frankfurt Zoological Society et les universités éthiopiennes) à l’étude de la population de renards du Simien sur le bien ;

8. Demande à l’Etat partie d’inviter une mission conjointe UNESCO/UICN sur le bien pour constater les progrès et examiner la possibilité de retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 30e session en 2006;

9. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre un rapport avant le 1er février 2006 sur les progrès concernant les repères établis par le Comité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi que les autres recommandations du Comité, et de donner des informations sur le projet d’aménagement d’un « lodge » à l’usage des touristes dans le parc ;

10. Décide de maintenir le Parc national du Simien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2005
Éthiopie
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(x)
Liste en péril (dates) : 1996-2017
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 29COM (2005)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top