Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Sanctuaire de faune de Manas

Inde
Facteurs affectant le bien en 2007*
  • Activités illégales
  • Production de semences
  • Troubles civils
  • Autres menaces :

    Évacuation forcée des personnels du parc ; et Destruction des infrastructures du par

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Insurrection des Bodo 1988-2003 ;

b) Évacuation forcée des personnels du parc ;

c) Destruction des infrastructures du parc ;

d) Braconnage et exploitation forestière ;

e) Cultures illégales.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Insurrection des Bodo ayant entraîné la destruction des infrastructures du parc et l’appauvrissement de l’habitat forestier et des populations d’espèces sauvages.

Mesures correctives pour le bien

Des mesures correctives ont été identifiées par la mission conjointe UNESCO/UICN de 2005 et adoptées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) :

a) Accélérer les efforts de reconstruction des infrastructures du parc ;

b) Prendre des mesures promptes afin de pourvoir les postes vacants dans le parc ;

c) Assurer en temps voulu le déblocage des fonds destinés au parc, conformément à la récente décision de la Cour suprême ; et

d) Entreprendre une étude approfondie des espèces sauvages du parc, qui pourrait servir de future référence pour veiller à la remise en état du bien.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2007
Demandes approuvées : 2 (de 1997-1997)
Montant total approuvé : 165 000 dollars E.U.
1997 Contribution towards the implementation of an Emergency ... (Approuvé)   90 000 dollars E.U.
1997 Contribution to the implementation of an Emergency ... (Approuvé)   75 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2007**

Missions de l’UICN en 1992 et 2002, ainsi qu’une mission UNESCO/UICN en 2005.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

En février 2007, l’État partie a soumis une Évaluation rurale rapide des valeurs du bien ayant trait aux espèces sauvages. Ce rapport contient des informations sur les conditions d’habitat et les espèces sauvages phares dans le parc, les efforts des ONG en matière de conservation et les questions administratives. L’État partie a rendu compte de l’avancement de trois des quatre mesures correctives adoptées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) et de la mise en œuvre de quelques autres recommandations de la mission UNESCO/UICN de 2005.

Les progrès suivants ont été rapportés dans l’application des mesures correctives :

a) Accélérer les efforts de reconstruction des infrastructures du parc

L’État partie a rendu compte des progrès remarquables de reconstruction des infrastructures du parc, dont 29 camps sont maintenant opérationnels. Des bénévoles et des employés de l’Administration forestière participent également à des opérations de dégagement des routes et des pistes. Le rapport ne donne aucune nouvelle information sur les voies de communication du parc, en particulier sur la reconstruction des ponts et des conduits.

b) Prendre des mesures promptes afin de pourvoir les postes vacants dans le parc

Un déficit de 140 emplois sur 445 postes sanctionnés est signalé, mais des entretiens d’embauche sont en cours pour les postes à pourvoir.

c) Assurer en temps voulu le déblocage des fonds destinés au parc, conformément à la récente décision de la Cour suprême de l’État partie

L’État partie n’a donné aucune indication concernant le financement du parc par rapport au déblocage des fonds.

d) Entreprendre une étude approfondie des espèces sauvages du parc, qui pourrait servir de future référence pour veiller à la remise en état du bien

Le rapport de l’État partie reconnaît que le délai de courte durée et l’époque de l’année à laquelle a été faite l’évaluation n’ont produit que des données quantifiables limitées qui pourraient servir à établir des références pour les principales espèces sauvages.

Un recensement de la population de tigres a été planifié pour mars 2007, car aucun dénombrement n’a été fait depuis l’an 2000 où l’on avait enregistré un déclin de 89 tigres en 1997 à 65 tigres en 2000. Le tout dernier recensement des éléphants remonte à 2005, affichant un déclin de plus de 50 %, de 567 éléphants en 2002 à 247 éléphants en 2005. Il existe un programme actif de réintroduction du rhinocéros au titre duquel une femelle a été amenée dans un enclos du parc en 2006. Aucune donnée ne confirme la présence du cerf de Duvaucel qui semble donc avoir disparu à l’échelon local.

L’État partie évoque aussi les contributions novatrices de la communauté des ONG qui fait appel à d’anciens braconniers pour la conservation.

Le rapport de l’État partie donne peu d’informations sur l’avancement de la mise en œuvre des autres recommandations de la mission de 2005, à l’exception d’un camp aménagé dans le massif du Panbari qui fait partie du bien du patrimoine mondial de Manas. Aucune indication particulière n’est donnée sur les recommandations suivantes de la mission de suivi de 2005 :

(i) le travail avec le Bhutan en vue de constituer un bien transfrontalier et la tenue d’une consultation entre l’Inde et le Bhutan sur le rejet des eaux du barrage en amont au Bhutan ;

(ii) la coordination entre le personnel du parc et les Bodo au niveau des activités de planification et de conservation ;

(iii) l’identification de sources de financement, la décision de la Cour suprême et le déblocage de fonds en temps voulu pour la gestion du parc, les mécanismes de transfert de fonds directement sur le site, comme par exemple le Wildlife Areas Development and Welfare Trust, et les mécanismes générateurs de revenus ;

(iv) le plan de gestion des espèces envahissantes ;

(v) la définition des rôles et des perspectives de tous les acteurs concernés par rapport aux futures activités de développement à l’échelon local.

L’UICN et le Centre du patrimoine mondial se félicitent des progrès accomplis par l’État partie pour reconstruire les infrastructures, pourvoir les postes vacants et dresser un rapide inventaire des espèces sauvages du parc. Cependant, il est précisé qu’il faut continuer à travailler pour atteindre ces repères et finaliser l’étude des espèces sauvages, car ces informations sont déterminantes pour évaluer le maintien de la Valeur universelle exceptionnelle du bien.

L’UICN et le Centre du patrimoine mondial relèvent l’inconsistance de la population d’éléphants entre les rapports de l’État partie pour 2006 et 2007. Le rapport de 2006 note une augmentation de 567 à 658 éléphants (sur toute l’extension de la réserve d’éléphants de Chirag Ripu), alors que le rapport de 2007 signale un déclin de 567 à 247. Cette inconsistance demande des éclaircissements.

L’inventaire rapide des espèces sauvages représente, certes, une initiative très positive pour comprendre la situation des espèces phares, mais il est indispensable de recueillir des données exactes sur ces espèces afin d’obtenir les références requises pour établir des repères clairs. Force est aussi de constater que l’information sur les populations d’oiseaux et leur habitat est très limitée.

L’UICN et le Centre du patrimoine mondial notent que toutes les approbations relatives au Programme de biodiversité du patrimoine mondial pour l’Inde sont maintenant acquises et espèrent que ses activités vont bientôt démarrer. Cela a été reconnu par le Comité dans la décision prise lors de sa 29e session (Durban, 2005), comme étant un soutien essentiel pour la conservation du bien.

Décisions adoptées par le Comité en 2007
31 COM 7A.11
Sanctuaire de faune de Manas (Inde) (N 338)

  Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7A;
  2. Rappelant la décision 30 COM 7A.13, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006);
  3. Note que l'État partie a fait une évaluation rapide des valeurs des espèces sauvages et des progrès pour reconstruire les infrastructures et pourvoir les postes vacants sur le bien;
  4. Demande à l'État partie d'inviter dès que possible une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN sur le bien pour juger des progrès accomplis dans l'application des mesures correctives et la mise en œuvre des recommandations restantes de la mission de suivi de 2005, et d'indiquer un calendrier précis de leur exécution;
  5. Demande aussi à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'UICN, d'établir un projet de déclaration sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, mentionnant les conditions d'intégrité, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008;
  6. Demande en outre à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'UICN, d'établir un projet de déclaration sur l'état de conservation souhaité pour le bien, fondé sur sa valeur universelle exceptionnelle;
  7. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2008 un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et les progrès accomplis dans l'application des mesures correctives fixées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) et les autres recommandations du rapport de la mission de 2005, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008;
  8. Décide de maintenir le Sanctuaire de faune de Manas (Inde) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
31 COM 8C.2
Mise à jour de la liste du Patrimoine Mondial en péril - maintien

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-07/31.COM/7A et WHC-07/31.COM/7A.Add, WHC-07/31.COM/7A.Add.2 et WHC-07/31.COM/7A.Add.3),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril:

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision : 31 COM 7A.20)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision : 31 COM 7A.21)
  • Allemagne, Vallée de l'Elbe à Dresde (décision: 31 COM 7A.27)
  • Azerbaïdjan, Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (décision : 31 COM 7A.26)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision : 31 COM 7A.29)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision : 31 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision : 31 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena (décision : 31 COM 7A.16)
  • Ethiopie, Parc national du Simien (décision : 31 COM 7A.9)
  • Inde, Sanctuaire de faune de Manas (décision : 31 COM 7A.11)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision : 31 COM 7A.17)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision : 31 COM 7A.18)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision : 31 COM 7A.10)
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore (décision : 31 COM 7A.24)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision : 31 COM 7A.30)
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines (décision : 31 COM 7A.25)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris (décision : 31 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision : 31 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision : 31 COM 7A.5)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision : 31 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision : 31 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision : 31 COM 7A.8)
  • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision: 31 COM 7A.22)
  • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 31 COM 7A.15)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision: 31 COM 7A.28)
  • Venezuela, Coro et son port (décision : 31 COM 7A.31)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision : 31 COM 7A.19)
Projet de décision : 31 COM 7A.11

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7A ;

2. Rappelant la décision 30 COM 7A.13, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006) ;

3. Note que l’État partie a fait une évaluation rapide des valeurs des espèces sauvages et des progrès pour reconstruire les infrastructures et pourvoir les postes vacants à l’intérieur du bien ;

4. Note aussi que l’État partie n’a pas rendu compte de l’avancement relatif au repère de référence sur le financement du bien, ni de la mise en œuvre de plusieurs recommandations de la mission de suivi de 2005 ;

5. Demande à l’État partie d’inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN sur le site en 2009 afin de constater les progrès réalisés pour atteindre les repères et mettre en œuvre les recommandations restantes de la mission de suivi de 2005, ainsi que d’indiquer avec précision le calendrier d’achèvement de ces travaux ;

6. Demande aussi à l’État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, de définir un ensemble clair de repères fondés sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici au 1er février 2008 un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur les progrès accomplis pour mettre en œuvre les mesures correctives fixées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) et l’autre recommandation du rapport de la mission de 2005, en particulier le suivi des espèces phares et la création d’un bien transfrontalier avec le Bhutan, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008 ;

8. Décide de maintenir le Sanctuaire de faune de Manas (Inde) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Année du rapport : 2007
Inde
Date d'inscription : 1985
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Liste en péril (dates) : 1992-2011
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 31COM (2007)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top