Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers

Haïti
Facteurs affectant le bien en 2018*
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Tremblement de terre
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Système de gestion/plan de gestion (absence de plans de conservation, de gestion, et de prévention aux risques)
  • Dégâts causés par l’eau (question résolue)
  • Vandalisme (question résolue)
  • Activités sismiques
  • Impact des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2018

Montant total accordé: 14.780 dollars EU pour la mission technique de juillet 2010, en partie financée par les Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2018
Demandes approuvées : 7 (de 1982-2010)
Montant total approuvé : 246 110 dollars E.U.
2010 Post Earthquake Technical Assistance for the Assessment ... (Approuvé)   49 300 dollars E.U.
1994 New exhibition panels and purchase of climate control ... (Approuvé)   17 510 dollars E.U.
1994 One-month on-site training activity for 5 architectural ... (Approuvé)   4 100 dollars E.U.
1994 Emergency measures and structural consolidation of the ... (Approuvé)   73 000 dollars E.U.
1987 Training courses at the National History Park-Citadel, ... (Approuvé)   25 000 dollars E.U.
1983 Masonry work and purchase of equipment for the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1982 Equipment and construction material for the restoration ... (Approuvé)   57 200 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2018**

Septembre 2006 : visite technique du Bureau de l’UNESCO de la Havane ; juillet 2010 : mission technique d'experts ; mars 2011 : mission de préparation-Conférence des donateurs; janvier 2012 : mission technique Centre du patrimoine mondial ; mars 2012 : mission technique multidisciplinaire ; mai 2013 : mission ICOMOS ; mai 2013 : mission technique multidisciplinaire ; juillet 2013 : mission d’assistance technique Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; février 2015 : mission d’assistance technique Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 13 décembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/180/documents/, qui fait état des développements suivants :

  • Les termes de référence du consultant destiné à apporter des éléments d’orientation pour l’élaboration de la zone tampon du bien ont été définis, tandis que la clarification des limites du bien a été effectuée dans le cadre de l’exercice d’inventaire rétrospectif ;
  • Une vaste consultation a été conduite en vue de l’élaboration du Plan de gestion du bien avec tous les partenaires institutionnels et les communautés qui résident à l’intérieur et à proximité du Parc. Une autorité de gestion provisoire du Parc a été mise en place, tandis qu’une proposition relative à la structure de gestion du Parc National Historique, Citadelle Sans Souci Ramiers (PNH-CSS) a été finalisée en octobre 2017 en vue de son approbation par le gouvernement ;
  • Un projet de plan de conservation (« Plan d'Aménagement, Conservation et Sauvegarde du PNH-CSS ») réalisé dans le cadre du projet de la Banque mondiale, contient également les termes de référence des études de conservation, de confortement, de réhabilitation, mise en valeur et d’interprétation du bien. Ce document étant axé exclusivement sur la composante monumentale du bien, l’État partie a manifesté son intention de le compléter pour la partie relative à la composante naturelle du parc ;
  • Un Plan du tourisme durable pour la période 2017-2020 a été finalisé en juin 2017 grâce à une collaboration étroite entre le Ministère de la culture et celui du tourisme, avec le concours des institutions techniques concernées. Le Plan contient des objectifs visant au renforcement institutionnel et juridique pour la gestion, la promotion et la sensibilisation, et au renforcement de l’offre touristique – tourisme durable, promotion de la recherche et de la formation pour les institutions et les ressources du Grand Nord et la promotion du partenariat pour le tourisme durable ;
  • Concernant le projet de route nationale 3 (RN003), l’État partie a pu identifier une source de financement pour l’étude d’impact requise par le Comité du patrimoine mondial, grâce au soutien financier de l’Union Européenne, à travers le Bureau de l’Ordonnateur National du Fonds Européen de Développement en Haïti (BONFED). Les termes de référence de l’étude ont été établis et incluent l’analyse des possibles impacts sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien. En l’attente des résultats, aucun travail n’a été entrepris sur la route du Parc ;
  • La mise en œuvre du projet financé par la Banque mondiale « Préservation du patrimoine et appui au secteur touristique » (PAST) a continué tout au long de la période 2016-2017 ; ce projet inclut un soutien à l’ISPAN en matière de développement de capacités et de gestion du bien, ainsi que pour des interventions concrètes en matière de conservation et de présentation.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2018

Il convient de noter certains résultats indiqués dans le rapport soumis par l’État partie. En particulier, la finalisation du Plan pour le tourisme durable pour la période 2017-2020 est un résultat positif, qui met par ailleurs en lumière la collaboration nécessaire entre le Ministère de la culture et le Ministère du tourisme haïtien.

La réalisation du « Plan d'Aménagement, Conservation et Sauvegarde du PNH-CSS » mérite aussi d’être noté, bien qu’il faille encore, comme l’indique le rapport fourni par l’État partie, compléter ce Plan avec une partie relative à la composante naturelle du bien.

Enfin, il est également noté que les termes de référence relatifs aux études de construction de la RN003 ont été achevés, et qu’ils incluent une étude d’impact environnemental et sur le patrimoine tenant compte de la VUE du bien.

Cependant, de nombreux retards sont à encore à regretter pour ce qui est des outils essentiels pour la bonne gestion du bien ; ceci malgré le partenariat établi par l’État partie avec d’importants bailleurs de fonds comme la Banque mondiale et l’Union européenne.

Il est également regrettable qu’à ce jour, la zone tampon n’ait pas été établie, et que le Plan de gestion n’ait pu être concrétisé en dépit de nombreuses consultations conduites, y compris avec les communautés. D’autre part, il est préoccupant de constater que la structure en charge de la gestion du bien demeure encore au stade d’autorité provisoire. Cela est d’autant plus préoccupant que ces points ont déjà été abordés dans les précédentes décisions du Comité.

L’examen des termes de référence de l’étude de la RN003 par l’ICOMOS montre qu’il s’agit de la troisième version des termes de référence proposés en réponse à la demande du Comité en 2010 de « stopper la construction de la route RN003 dans le périmètre du bien en attendant la mise au point d'autres alternatives qu'il conviendra d'examiner» (34 COM 7B.110). Toutefois, contrairement aux versions précédentes, les nouveaux termes de référence, et sans que cela ne soit explicité, ne retiennent qu’une seule option, la réhabilitation de la RN003 dans la traversée du Parc National Historique, aux normes d’une route nationale.

Ainsi, ces nouveaux termes de références ramènent strictement à la situation observée en 2010 et aux inquiétudes qui ont motivé la décision initiale du Comité. Ils apportent cependant un élément nouveau. Il s’agit de la réalisation d’une voie nouvelle dans l’enceinte du parc, suivant le tracé d’un chemin existant et destinée à relier la RN003, dans sa section ouest, au parking d’accès à la Citadelle à Choiseul. Il est certes intéressant d’exploiter d’autres accès aux monuments du parc, mais la question posée par ces termes de références est celle d’un accès forcément motorisé, au détriment d’une action visant à favoriser des modes de découverte « douce » du parc, pas seulement de ses monuments, mais aussi de ses paysages, du patrimoine bâti vernaculaire, des pratiques culturelles et artisanales des habitants. En conclusion, les nouveaux termes de références ne permettent en aucun cas de lever les inquiétudes déjà exprimées quant au risque que fait peser cette infrastructure routière sur la Valeur Universelle Exceptionnelle du bien. Aucune avancée ne paraît avoir été réalisée dans la recherche de solutions alternatives et les nouveaux termes de références n’apportent aucun apaisement aux craintes d’atteinte majeure causée par cette infrastructure à l’intégrité du bien.

Même si certains retards peuvent être expliqués dans le contexte de grande fragilité de l’État partie, il est recommandé que le Comité souligne que le manque de progrès durable dans ces domaines peut mettre à terme en péril la VUE du bien.

Il est recommandé que le Comité prie l’État partie de finaliser d’urgence une proposition de zone tampon, le plan de gestion, le plan de conservation pour l’ensemble du bien, les études d’impact des divers projets techniques relatifs à l’amélioration de la route existante qui traverse le Parc et à la déviation de la RN003. Il est également recommandé que l’État partie mette en place une structure permanente en charge de la gestion du bien et soumette les documents pertinents susmentionnés d’ici le 1er décembre 2019 au Centre du patrimoine mondial pour examen technique par les Organisations consultatives.

Décisions adoptées par le Comité en 2018
42 COM 7B.39
Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers (Haïti) (C 180)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 34 COM 7B.110, 35 COM 7B.125, 36 COM 99, 37 COM 98, 38 COM 7B.44 et 40 COM 7B.6 adoptées respectivement à ses 34e (Brasilia, 2010), 35e (UNESCO, 2011), 36e (Saint Pétersbourg, 2012), 37e (Phnom Penh, 2013), 38e (Doha, 2014) et 40e (Istanbul/UNESCO, 2016) sessions ;
  3. Rappelant également les nombreux rapports des missions de conseil et de suivi réactif et leurs recommandations à l’État partie en matière de conservation et de gestion du bien ;
  4. Prend note de la réalisation d’un plan de tourisme durable et du plan d'Aménagement, Conservation et Sauvegarde du Parc national historique–Citadelle, Sans Souci (PNH-CSS) pour la partie monumentale du bien ;
  5. Exprime cependant sa plus vive préoccupation quant à l’absence de progrès notable en ce qui concerne la mise en place des outils essentiels pour la bonne gestion et la conservation du bien, tels que la définition de la zone tampon, la finalisation du plan de gestion et de conservation et l’établissement d’une structure de gestion permanente ;
  6. Note avec une vive préoccupation que la question de la déviation de la route RN003 n’est toujours pas réglée de manière satisfaisante et que les termes de référence de l’étude de la route RN003 semblent retenir exclusivement une traversée du parc et non un contournement et
    1. Rappelle de nouveau la décision 34 COM 7B.110 qui demandait à l’État partie de « stopper la construction de la route RN003 dans le périmètre du bien en attendant la mise au point d’autres alternatives qu’il conviendra d’examiner, conformément au Paragraphe 172 des Orientations »,
    2. Demande à l’État partie de confirmer que le futur tracé de la route RN003 ne traversera pas le bien car elle affecterait sérieusement son intégrité, et d’informer le Comité dans les meilleurs délais si et quand les études nécessaires pour une déviation seront réalisées,
    3. Rappelle la décision 40 COM 7B.6 qui demande à l’État partie « de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au Paragraphe 172 des Orientations, le projet technique d’amélioration de la route existante qui traverse le Parc, avec notamment son tracé, les travaux d’ingénierie pour la canalisation du fleuve, le type d’asphalte et la largeur de la route, pour examen par les Organisations consultatives avant que tous travaux ne soient entrepris »,
    4. Note que les termes de référence indiquent la possibilité de transformer la voie située dans le bien, de la route RN003 au parking de Choiseul, et demande à l’État partie de s’assurer que cette voie n’affectera pas la VUE du bien ;
  7. Note avec préoccupation que les délais dans la finalisation de ces actions et la finalisation de ces outils pourraient à terme constituer un péril potentiel pour la VUE du bien, selon les termes du paragraphe 179 des Orientations;
  8. Prie instamment l’État partie de fournir avant le 1erfévrier 2019 une version électronique du plan de gestion et de conservation, ainsi qu’une proposition d’établissement d’une zone tampon pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
42 COM 8D
Clarifications des limites et des superficies des biens par les États parties

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/8D,
  2. Rappelant la décision 41 COM 8D, adoptée lors de sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Reconnaît l’excellent travail accompli par les États parties dans la clarification des limites de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;
  4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les Organisations consultatives ne seront pas en mesure d’examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l’époque de l’inscription n’ont pas encore été clarifiées ;
  5. Prend note des clarifications des limites et des superficies fournies par les États parties pour les biens suivants et telles que présentées en Annexe du Document WHC/18/42.COM/8D : 

    AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES

    • Haïti, Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers
    • Mexique, Ville précolombienne d'Uxmal

    ÉTATS arabes 

    • Libye, Ancienne ville de Ghadamès
    • Libye, Site archéologique de Cyrène
    • Libye, Site archéologique de Leptis Magna
    • Libye, Site archéologique de Sabratha
    • Libye, Sites rupestres du Tadrart Acacus

    EUROPE ET AMÉRIQUE DU NORD

    • Espagne, Ibiza, biodiversité et culture
    • Pays-Bas, Ligne de défense d'Amsterdam ;
  6. Demande aux États parties n’ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l’Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation le plus rapidement possible, et d’ici 1er décembre 2018 au plus tard, pour examen subséquent, si les conditions techniques sont remplies par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 43e session en 2019.
Projet de décision : 42 COM 7B.39

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 34 COM 7B.110, 35 COM 7B.125, 36 COM 99, 37 COM 98, 38 COM 7B.44 et 40 COM 7B.6 adoptées respectivement à ses 34e (Brasilia, 2010), 35e (UNESCO, 2011), 36e (Saint Pétersbourg, 2012), 37e (Phnom Penh, 2013), 38e (Doha, 2014) et 40e (Istanbul/UNESCO, 2016) sessions ;
  3. Rappelant également les nombreux rapports des missions de conseil et de suivi réactif et leurs recommandations à l’État partie en matière de conservation et de gestion du bien ;
  4. Prend note de la réalisation d’un plan de tourisme durable et du plan d'Aménagement, Conservation et Sauvegarde du Parc national historique–Citadelle, Sans Souci (PNH-CSS) pour la partie monumentale du bien ;
  5. Exprime cependant sa plus vive préoccupation quant à l’absence de progrès notable en ce qui concerne la mise en place des outils essentiels pour la bonne gestion et la conservation du bien, tels que la définition de la zone tampon, la finalisation du plan de gestion et de conservation et l’établissement d’une structure de gestion permanente ;
  6. Note avec une vive préoccupation que la question de la déviation de la route RN003 n’est toujours pas réglée de manière satisfaisante et que les termes de référence de l’étude de la route RN003 semblent retenir exclusivement une traversée du parc et non un contournement et
    1. Rappelle de nouveau la décision 34 COM 7B.110 qui demandait à l’État partie de « stopper la construction de la route RN003 dans le périmètre du bien en attendant la mise au point d’autres alternatives qu’il conviendra d’examiner, conformément au Paragraphe 172 des Orientations »,
    2. Demande à l’État partie de confirmer que le futur tracé de la route RN003 ne traversera pas le bien car elle affecterait sérieusement son intégrité, et d’informer le Comité dans les meilleurs délais si et quand les études nécessaires pour une déviation seront réalisées,
    3. Rappelle la décision 40 COM 7B.6 qui demande à l’État partie « de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au Paragraphe 172 des Orientations, le projet technique d’amélioration de la route existante qui traverse le Parc, avec notamment son tracé, les travaux d’ingénierie pour la canalisation du fleuve, le type d’asphalte et la largeur de la route, pour examen par les Organisations consultatives avant que tous travaux ne soient entrepris »,
    4. Note que les termes de référence indiquent la possibilité de transformer la voie située dans le bien, de la route RN003 au parking de Choiseul, et demande à l’État partie de s’assurer que cette voie n’affectera pas la VUE du bien ;
  7. Note avec préoccupation que les délais dans la finalisation de ces actions et la finalisation de ces outils pourraient à terme constituer un péril potentiel pour la VUE du bien, selon les termes du paragraphe 179 des Orientations;
  8. Prie instamment l’État partie de fournir avant le 1erfévrier 2019 une version électronique du plan de gestion et de conservation, ainsi qu’une proposition d’établissement d’une zone tampon pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.
Année du rapport : 2018
Haïti
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2017) .pdf
arrow_circle_right 42COM (2018)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top