Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers

Haïti
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Tremblement de terre
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Absence de plan de gestion;
  • Absence de plan de conservation;
  • Dégâts causés par l’eau;
  • Vandalisme;
  • Activités sismiques;
  • Projets infrastructurels ;
  • Absence de plan de prévention des risques ;
  • Potentiel développement touristique non contrôlé.
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2014

Montant total accordé: 14.780 dollars EU pour la mission technique de juillet 2010, en partie financée par les Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 7 (de 1982-2010)
Montant total approuvé : 246 110 dollars E.U.
2010 Post Earthquake Technical Assistance for the Assessment ... (Approuvé)   49 300 dollars E.U.
1994 New exhibition panels and purchase of climate control ... (Approuvé)   17 510 dollars E.U.
1994 One-month on-site training activity for 5 architectural ... (Approuvé)   4 100 dollars E.U.
1994 Emergency measures and structural consolidation of the ... (Approuvé)   73 000 dollars E.U.
1987 Training courses at the National History Park-Citadel, ... (Approuvé)   25 000 dollars E.U.
1983 Masonry work and purchase of equipment for the ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1982 Equipment and construction material for the restoration ... (Approuvé)   57 200 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2014**

Septembre 2006 : visite technique du Bureau de l’UNESCO de la Havane ; juillet 2010 : mission technique d'experts ; mars 2011 : mission de préparation-Conférence des donateurs; janvier 2012 : mission technique Centre du patrimoine mondial ; mars 2012 : mission technique multidisciplinaire ; mai 2013 : mission ICOMOS ; mai 2013 : mission technique multidisciplinaire ; juillet 2013 : mission d’assistance technique Centre du patrimoine mondial / ICOMOS.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

Le 11 février 2014, l'Etat partie a soumis un rapport d'activités 2013 conduites en lien avec le projet “Héritage culturel et tourisme durable” financé par la Banque Mondiale pour les années 2013-2018, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/180/documents/ , précisant les points suivants :

  • Répondant aux urgences identifiées, des travaux d'étanchéité et d'étaiement ont été réalisés pour stabiliser les structures les plus menacées, dans l'attente de leur restauration. La sécurisation des parties dangereuses accessibles au public a été réalisée, ainsi que la consolidation de la voie d'accès à la Citadelle.
  • Des équipements d'accueil du public ont été construits à la Citadelle et au centre d'accueil de Choiseul et d'importants travaux de ravalement des murs et des voûtes et d'aménagement des salles ouvertes à la visite ont été réalisés. Un plan d'aménagement touristique de la Citadelle est soumis à proposition visant la mise en valeur des monuments
  • Une phase préparatoire a été initiée en juin 2013 pour le Plan d’action (non soumis) et ainsi pour le lancement du projet « Préservation du patrimoine et appui au secteur touristique dans le nord d’Haïti ».  Le Plan d’action n’a toujours pas été soumis.
  • Le bornage du périmètre du Parc a été réalisé et précédé d'un travail de sensibilisation et d'explication à destination des élus locaux et des habitants du Parc. Un arrêté portant procès-verbal de bornage du PNH-CSSR est en attente  d’approbation  par le Conseil des Ministres  depuis janvier 2014.
  • Institué par arrêté du 16 août 2012, le Comité de gestion interministériel du Parc a été officiellement installé le 10 janvier 2014. L'ISPAN en assure le secrétariat permanent.
  • La mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS effectuée en juillet 2013 analysait les menaces que faisait peser sur le site sa traversée par une route d'intérêt national et préconisait la réalisation d'une déviation de la RN3, contournant le Parc, et une réhabilitation de la « route du Parc » à vocation strictement locale. Elle insistait sur le décalage de calendrier entre la réhabilitation de la route nationale, achevée jusqu'aux portes du Parc fin 2015 et le temps nécessaire aux études et à la réalisation de la déviation, cinq à six ans au minimum. Le document adressé par l'Etat partie n'apporte pas d'éléments sur ce sujet.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

In convient de noter que des avancées très positives ont été développées pour assurer la stabilisation des structures de la Citadelle, réhabiliter, sécuriser et mettre en valeur les parties accessibles au public. La réalisation, dans le cadre d'un plan raisonné d'aménagement touristique des structures d'accueil et de services donnant leur place aux producteurs locaux (échoppes artisanales, points de restauration) contribuent très favorablement à la mise en valeur du bien. La mise en place effective du comité interministériel de gestion est également à mettre au compte de ces avancées.

Ces points positifs ne sauraient toutefois masquer la très grande ampleur des travaux de consolidation des structures qui restent à mettre en œuvre sur les monuments du Parc et au premier chef sur la Citadelle. L'engagement du projet « héritage culturel et tourisme durable », financé par la Banque Mondiale, qui appuie en priorité les travaux de restauration et de confortement structurel des monuments est un gage pour la poursuite de ce chantier, dans le cadre du plan de conservation qui reste à finaliser. Il est très important que ce projet ait également prévu de contribuer au renforcement de l'ISPAN sur le site et à la constitution d'une  équipe dédiée à la gestion du parc.

La délimitation physique du Parc par bornage constitue une avancée significative, dans la mesure, aussi, où elle a été l'occasion d'un dialogue avec les autorités locales et les habitants du Parc. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour définir la zone tampon pour le Parc et mettre en place des mesures réglementaires adéquates.

Des efforts ont été entrepris concernant la sensibilisation et l’information des communautés locales. Il est ainsi apparu durant la mission d’assistance technique Centre du patrimoine mondial / ICOMOS de juillet 2013, l’accroissement d’une prise de conscience par les communautés locales.

En termes de gestion de l'espace dans le périmètre du Parc et ses abords, le travail reste cependant intégralement à faire pour élaborer le plan de gestion participative qui doit constituer une priorité pour le Comité interministériel de gestion compte tenu des menaces que font peser sur l'intégrité du Parc les projets d'infrastructures en cours de réalisation. Même si la réalisation de la déviation routière est alors engagée, l'Etat partie devra faire face à une période très délicate d'augmentation de la pression routière sur la voie traversant le Parc, une situation porteuse de risques importants d'atteinte à la Valeur universelle exceptionnelle du bien. Il est donc essentiel qu'il se soit doté au préalable des outils et des moyens lui permettant de contrôler et maîtriser l'évolution des usages de l'espace durant cette période transitoire. Ceci représente un facteur de risque pour l'intégrité du bien, et rend particulièrement urgent d’entreprendre des études sur la déviation et la définition des mesures de gestion de la route et de ses abords dans cette période transitoire.

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.44
Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers (Haïti) (C 180)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.98, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013);
  3. Reconnaît les vulnérabilités sociales, économiques et environnementales extrêmes auxquelles l’État partie est confronté, et par extension les impacts sur les biens du patrimoine ;
  4. Salue des dispositions prises par l'État partie pour mettre en œuvre les décisions du Comité du patrimoine mondial et reconnaît les efforts déployés par l'Institut de sauvegarde du patrimoine national pour assurer la sauvegarde du bien, ainsi que les  efforts continus pour sensibiliser et informer les communautés locales ;
  5. Note les derniers résultats obtenus par les études relatives à la stabilité des structures de la Citadelle et des travaux d'étaiement d'urgence qui y ont été réalisés et demande à l'État partie de poursuivre et finaliser les travaux de confortement structurel, en coopération avec les institutions techniques et financières et de soumettre à approbation dans les meilleurs délais le plan de conservation des bâtiments;
  6. Prend également note de la demande d’aide en vue d’une expertise concernant les capacités d’accueil des monuments ;
  7. Réitère sa demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan d'aménagement touristique en y incluant l’analyse des capacités d'accueil des monuments avant de continuer avec les projets de développement du tourisme ;
  8. Prend en outre note de la réalisation du bornage du périmètre du Parc et demande également à l'État partie de soumettre des propositions pour définir les limites de la zone tampon du Parc, ainsi que les résultats de l’étude cadastrale ;
  9. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial :
    1. un calendrier et une méthodologie d'élaboration du plan de gestion du Parc et de la zone tampon, d’ici le 1er décembre 2014, pour examen par les Organisations consultatives,
    2. les termes de référence de l'étude de la déviation de la route nationale n°3 et le programme du projet de réhabilitation de la « route du Parc », ainsi qu’une évaluation d’impact environnemental et d’impact sur le patrimonial pour ce projet de réhabilitation;
  10. Réitère également sa demande à la communauté internationale d'assurer, par tous les moyens possibles, son soutien dans la mise en œuvre des recommandations et pour approuver rapidement les ressources financières et humaines, afin d'aider l'État partie à veiller à la conservation d'ensemble du bien, en étant particulièrement attentif à la qualité de vie des habitants ;
  11. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.
Projet de décision:   38 COM 7B.44

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 37 COM 7B.98, adoptée à sa 37e session (Phnom Pen, 2013);

3.  Prend note des dispositions prises par l'Etat partie pour mettre en œuvre les décisions du Comité du patrimoine mondial et reconnaît les efforts déployés par l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National pour assurer la sauvegarde du bien ;

4.  Note les derniers résultats obtenus par les études relatives à la stabilité des structures de la Citadelle et des travaux d'étaiement d'urgence qui y ont été réalisés et demande à l'Etat partie de poursuivre et finaliser les travaux de confortement structurel, en coopération avec les institutions techniques et financières et de soumettre à approbation dans les meilleurs délais le plan de conservation des bâtiments ;

5.  Prend également note de la demande d’aide en vue d’une expertise concernant les capacités d’accueil des monuments ;

6.  Réitère sa demande à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan d'aménagement touristique en y incluant l’analyse des capacités d'accueil des monuments avant de continuer avec les projets de développement du tourisme ;

7.  Prend en outre note de la réalisation du bornage du périmètre du Parc et demande également à l'Etat partie de soumettre des propositions pour définir les limites de la zone tampon du Parc, ainsi que les résultats de l’étude cadastrale ;

8.  Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial :

a)  un calendrier et une méthodologie d'élaboration du plan de gestion du Parc et de la zone tampon, d’ici le 1er décembre 2014, pour examen par les Organisations consultatives,

b)  les termes de référence de l'étude de la déviation de la route nationale n°3 et le programme du projet de réhabilitation de la « route du Parc », ainsi qu’une évaluation d’impact environnemental et d’impact sur le patrimonial pour ce projet de réhabilitation;

9.  Réitère également sa demande à la communauté internationale d'assurer, par tous les moyens possibles, son soutien dans la mise en œuvre des recommandations et pour approuver rapidement les ressources financières et humaines, afin d'aider l'Etat partie à veiller à la conservation d'ensemble du bien, en étant particulièrement attentif à la qualité de vie des habitants ;

10.  Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.

Année du rapport : 2014
Haïti
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top