Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir

Palestine
Facteurs affectant le bien en 2017*
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Perturbations du mode de vie et des systèmes de savoir traditionnels
  • Autres menaces :

    Construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation
  • Abandon et boisement des terrasses
  • Impact de changements socioculturels et géopolitiques
  • Perturbations du mode de vie et des systèmes de savoir traditionnels
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale et des communautés
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Constructions nouvelles dans les limites du bien
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation
  • abandon et boisement des terrasses
  • impact de changements socioculturels et géopolitiques
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril
Mesures correctives pour le bien
Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Proposé pour adoption dans le projet de décision ci-après

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2017
Demandes approuvées : 1 (de 2016-2016)
Montant total approuvé : 30 000 dollars E.U.
2016 Management and Conservation Plan for the World Heritage ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2017**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 30 janvier 2017, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents. Des progrès vis-à-vis d’un certain nombre de problèmes de conservation soulevés par le Comité lors de ses précédentes sessions sont présentés dans ce rapport, comme suit :

  • Des progrès limités ont été accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives clés adoptées en 2015 pour atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) ;
  • Un calendrier pour la mise en œuvre complète des mesures correctives adoptées a été proposé et soumis. Ce calendrier pourra être ajusté lorsque le plan de conservation et de gestion (PCG) sera finalisé. Il est prévu que les mesures correctives et, par conséquent, le DSOCR soient réalisés sous 10 ans, soit d’ici 2026 (« le rejet des projets de construction d’un ‘mur’ le long du bien, ou dans ses environs » n’est pas défini dans le calendrier : l’État partie fait remarquer que cette mesure corrective échappe, pour l’essentiel, à sa compétence) ;
  • Le ministère du Tourisme et des Antiquités, en coopération avec la municipalité de Battir, le Bureau de l’UNESCO à Ramallah, et les parties prenantes concernées, a commencé à préparer le PCG en novembre 2016 et en prévoit l’achèvement en juillet 2017. L’État partie indique que les mesures correctives adoptées seront intégrées dans le PCG ;
  • L’État partie met en avant l’« Initiative Battir 2020 », financée localement, qui entend mettre en œuvre des activités culturelles et des infrastructures touristiques durables, et résume une demi-douzaine de projets de réhabilitation soutenus par la municipalité de Battir et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) ;
  • Des fonds sont sollicités pour un certain nombre d’initiatives, dont un projet complet élaboré par le Bureau de l’UNESCO à Ramallah, en coopération le ministère du Tourisme et des Antiquités, la municipalité de Battir, le ministère de l’Agriculture et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), intitulé « Sauvegarde, réhabilitation et promotion du paysage du sud de Jérusalem, Battir » ;
  • Des évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) devraient être soumises pour le projet d’amélioration des équipements d’adduction d’eau et d’assainissement pour les villages occidentaux de Bethléem ainsi que pour celui de la station de traitement des eaux pour Battir et Hussan, si ces projets sont poursuivis au-delà de l’étape conceptuelle.

L’État partie demande que le bien soit maintenu sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2017

L’État partie a souligné un certain nombre d’efforts concrets réalisés en 2016 pour améliorer l’état de conservation et la protection du bien inscrit. Parmi les réalisations notables figurent l’élaboration et la soumission d’une proposition de calendrier pour la mise en œuvre complète des mesures correctives adoptées et le lancement de la préparation du PCG, dont l’achèvement est prévu pour juillet 2017. Ces efforts incluent également l’« Initiative Battir 2020 », qui jusqu’ici a donné lieu à des opérations de maintenance, de conservation et/ou de réhabilitation de certaines parties des terrasses agricoles, réseaux d’irrigation traditionnels et édifices et magasins abandonnés, et a consolidé l’engagement de la communauté locale par une sensibilisation et promotion accrues du bien.

Des progrès limités, toutefois, ont été accomplis dans la mise en œuvre des principales mesures correctives adoptées en 2015 pour atteindre le DSOCR. Qui plus est, le calendrier pour la mise en œuvre complète des mesures correctives adoptées pourrait être perçu comme long, s’étirant sur dix ans, jusqu’en 2026. Il est recommandé au Comité d’encourager l’État partie à réexaminer le calendrier de mise en œuvre des mesures correctives pour voir si le rythme de certaines des mesures clés peut être accéléré.

Des facteurs socioculturels et géopolitiques internes et externes et un manque de moyens ont ralenti la capacité de l’État partie à avancer sur les importants projets qui affectent l’état de conservation du bien, tels que la création d’un réseau d’égouts approprié pour améliorer l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Il est recommandé que le Comité demande de nouveau à l’État partie de mettre en place, dès que possible, un système de gestion solide avec le personnel approprié en mesure de promouvoir les projets requis pour permettre une gestion durable du bien – qu’un financement externe soit trouvé ou non.

Les 21-22 mars 2017, un atelier sur la gestion du patrimoine culturel en Palestine s’est tenu à Amman, organisé par le Bureau de l’UNESCO à Ramallah, en présence de deux experts de l’ICOMOS. Des discussions ont été menées sur les défis de gestion du bien et l’équipe responsable de l’élaboration du plan de gestion a expliqué le besoin d’un fort engagement des locaux –résidents et parties prenantes – s’avérait nécessaire dans la gestion, afin d’accélérer et d’optimiser le processus de planification de la gestion.

Au regard des informations susmentionnées, il est recommandé que le Comité maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2017
41 COM 7A.43
Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) (C 1492)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7A.15, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement le calendrier soumis par l’État partie pour la mise en œuvre complète des mesures correctives adoptées afin d’atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), et encourage l’État partie à réexaminer ce calendrier pour déterminer si le rythme de certaines des mesures clés peut être accéléré ;
  4. Félicite l’État partie pour avoir commencé à préparer le plan de conservation et de gestion (PCG), dont l’achèvement est prévu en juillet 2017, encourage également l’État partie à envisager d’autres moyens de renforcer l’engagement des résidents et parties prenantes locaux, et réitère sa demande d’intégrer de manière appropriée les mesures correctives adoptées dans le PCG ;
  5. Réitère également sa demande à l’État partie de mettre en place, dès que possible, un système de gestion efficace pour le bien et sa zone tampon et, en attendant que le PCG soit établi et opérationnel, de soumettre tous les projets de construction au Centre du patrimoine mondial pour examen, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42session en 2018 ;
  7. Décide de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
41 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)
Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/17/41.COM/7A, WHC/17/41.COM/7A.Add et WHC/17/41.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
    • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 41 COM 7A.54)
    • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 41 COM 7A.55)
    • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 41 COM 7A.2)
    • Bolivie (État plurinational de), Ville de Potosí (décision 41 COM 7A.23)
    • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 41 COM 7A.24)
    • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 41 COM 7A.6)
    • Égypte, Abou Mena (décision 41 COM 7A.32)
    • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 41 COM 7A.1)
    • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 41 COM 7A.3)
    • Îles Salomon, Rennell Est (décision 41 COM 7A.19)
    • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 41 COM 7A.18)
    • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 41 COM 7A.33)
    • Iraq, Hatra (décision 41 COM 7A.34)
    • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 41 COM 7A.35)
    • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (site proposé par la Jordanie) (décision 41 COM 7A.36)
    • Libye, Ancienne ville de Ghadamès (décision 41 COM 7A.40)
    • Libye, Site archéologique de Cyrène (décision 41 COM 7A.37)
    • Libye, Site archéologique de Leptis Magna (décision 41 COM 7A.38)
    • Libye, Site archéologique de Sabratha (décision 41 COM 7A.39)
    • Libye, Sites rupestres du Tadrart Acacus (décision 41 COM 7A.41)
    • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 41 COM 7A.14)
    • Mali, Villes anciennes de Djenné (décision 41 COM 7A.28)
    • Mali, Tombouctou (décision 41 COM 7A.29)
    • Mali, Tombeau des Askia (décision 41 COM 7A.30)
    • Micronésie (États fédérés de), Nan Madol : centre cérémoniel de la Micronésie orientale (décision 41 COM 7A.56)
    • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 41 COM 7A.15)
    • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 41 COM 7A.31)
    • Ouzbékistan, Centre historique de Shakhrisyabz (décision 41 COM 7A.57)
    • Palestine, Lieu de naissance de Jésus : l’église de la Nativité et la route de pèlerinage, Bethléem (décision 41 COM 7A.42)
    • Palestine, Palestine : pays d’olives et de vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (décision 41 COM 7A.43)
    • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (décision 41 COM 7A.25)
    • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 41 COM 7A.26)
    • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 41 COM 7A.44)
    • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 41 COM 7A.45)
    • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 41 COM 7A.46)
    • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 41 COM 7A.47)
    • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 41 COM 7A.48)
    • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 41 COM 7A.49)
    • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 41 COM 7A.4)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 41 COM 7A.7)
    • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 41 COM 7A.8)
    • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 41 COM 7A.9)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 41 COM 7A.10)
    • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 41 COM 7A.11)
    • République-Unie de Tanzanie, Réserve de gibier de Selous (décision 41 COM 7A.17)
    • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 41 COM 7A.16)
    • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 41 COM 7A.21)
    • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Liverpool – Port marchand (décision 41 COM 7A.22)
    • Venezuela (République bolivarienne du), Coro et son port (décision 41 COM 7A.27)
    • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 41 COM 7A.51)
    • Yémen, Vieille ville de Sana’a (décision 41 COM 7A.52)
    • Yémen, Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte (décision 41 COM 7A.53)
        Projet de décision : 41 COM 7A.43

        Le Comité du patrimoine mondial,

        1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7A,
        2. Rappelant la décision 40 COM 7A.15, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
        3. Accueille favorablement le calendrier soumis par l’État partie pour la mise en œuvre complète des mesures correctives adoptées afin d’atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), et encourage l’État partie à réexaminer ce calendrier pour déterminer si le rythme de certaines des mesures clés peut être accéléré ;
        4. Félicite l’État partie pour avoir commencé à préparer le plan de conservation et de gestion (PCG), dont l’achèvement est prévu en juillet 2017, encourage également l’État partie à envisager d’autres moyens de renforcer l’engagement des résidents et parties prenantes locaux, et réitère sa demande d’intégrer de manière appropriée les mesures correctives adoptées dans le PCG ;
        5. Réitère également sa demande à l’État partie de mettre en place, dès que possible, un système de gestion efficace pour le bien et sa zone tampon et, en attendant que le PCG soit établi et opérationnel, de soumettre tous les projets de construction au Centre du patrimoine mondial pour examen, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
        6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42session en 2018 ;
        7. Décide de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
        Année du rapport : 2017
        Palestine
        Date d'inscription : 2014
        Catégorie : Culturel
        Critères : (iv)(v)
        Liste en péril (dates) : 2014-présent
        Documents examinés par le Comité
        Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
        Rapport (2007) .pdf
        arrow_circle_right 41COM (2017)
        Exports

        * : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

        ** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


        top