Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir

Palestine
Facteurs affectant le bien en 2015*
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Perturbations du mode de vie et des systèmes de savoir traditionnels
  • Autres menaces :

    Construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Menaces identifiées lors de l'inscription en 2014:

  • Construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation
  • Abandon et boisement des terrasses
  • Impact de changements socioculturels et géopolitiques
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • construction potentielle d’une barrière (mur) de séparation
  • abandon et boisement des terrasses
  • impact de changements socioculturels et géopolitiques
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Rédigé, proposé pour adoption dans le projet de décision ci-après

Mesures correctives pour le bien

Rédigées, proposées pour adoption dans le projet de décision ci-après

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Proposé pour adoption dans le projet de décision ci-après
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2015
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2015**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 25 février 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents. Cela répondait à la demande du Comité du patrimoine mondial au moment de l’inscription, comme suit:

  • Construction d’une barrière (mur) de séparation : En janvier 2015, la Haute Cour israélienne de justice a convenu de geler la construction du “mur”, bien que le Gouvernement israélien se soit réservé le droit de construire le mur à l’avenir. Cet arrêt a suivi la décision du Gouvernement israélien de ne pas ré-autoriser le plan de 2006 pour une portion du « mur » de 3 kilomètres, ce plan étant considéré comme « n’étant pas une haute priorité en matière de sécurité ».
  • Changements socioculturels et géopolitiques, abandon de terrasses et boisement: Les transformations géopolitiques sont signalées comme étant à l’origine de l’accélération des processus d’abandon des pratiques agricoles ayant de graves incidences sur les structures socioculturelles. Ces deux facteurs ont un effet de plus en plus néfaste sur l’intégrité du bien. Les nouveaux projets d’implantation “illégale” de colonies sur les collines environnantes ont un impact négatif sur le cadre du bien et exercent aussi un impact défavorable sur les systèmes écologiques.
  • Gestion et conservation: Les parties prenantes sont engagées à établir un plan de conservation et de gestion pour la sauvegarde et l’utilisation durable du bien. Un plan directeur est également envisagé pour le village. Différents projets de restauration des canaux d’irrigation, des sources et des murs en pierre ont été entrepris.
  • Une proposition d’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) a été soumise avec le rapport de l’État partie. Un calendrier pour sa mise en œuvre a été convenu ultérieurement avec l’État partie.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2015

La décision prise par la Haute Cour israélienne de ne pas construire le “mur” est d’autant plus appréciable qu’elle élimine une menace importante pour le bien. Il convient de noter que cette décision n’a pas nécessairement clos le débat de manière définitive mais que toute nouvelle proposition obligerait à relancer les processus de consultation et d’autorisation au sein de l’administration israélienne.

Comme l’a fait remarquer l’État partie, les changements susceptibles de porter atteinte aux processus sociaux et culturels traditionnels s’accélèrent et continuent d’avoir un impact défavorable sur la fonctionnalité et l’intégrité du paysage culturel.

Le renversement qu’induisent ces changements négatifs ne pourra s’opérer que par des interventions soutenues au niveau local, à travers un plan de gestion actif et avec le plein engagement des communautés locales et des autorités nationales et locales. La mise en place d’un plan de gestion et de conservation et d’un solide système de gestion s’impose d’urgence de même qu’une bonne protection. Le plan doit définir des projets spécifiques pour appliquer les mesures correctives nécessaires.

Il est recommandé que le Comité adopte le DSOCR, élaboré par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives en accord avec l’État partie, comme proposé dans le projet de décision ci-après.

Décisions adoptées par le Comité en 2015
39 COM 7A.29
Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) (C 1492)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 38 COM 8B.4, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Se félicite de l’arrêt rendu par la Haute Cour israélienne de ne pas construire le “mur” et note que toute nouvelle proposition de mur ou de barrière de séparation obligerait à relancer les processus de consultation et d’autorisation au sein de l’administration israélienne;
  4. Note avec préoccupation que le déclin dans les processus sociaux et culturels traditionnels s’accélère, ce qui entraîne encore des répercussions négatives sur la fonctionnalité et l’intégrité du paysage;
  5. Prend note de l’engagement visant à établir un plan de conservation et de gestion et prie instamment l’État partie d’avancer dans cette voie dès que possible;
  6. Adopte l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) suivant :
    1. Rejet des plans de construction d’un “mur” le long du bien ou dans son cadre,
    2. Conservation appropriée des terrasses agricoles et des éléments qui y sont associés, y compris les tours de guet et les murs en pierre sèche dans l’ensemble du bien,
    3. Restauration adéquate du système d’irrigation et aménagement d’un réseau d’assainissement suffisant pour protéger la qualité de l’eau dans le bien,
    4. Protection mise en place pour le bien et sa zone tampon,
    5. Plan de gestion et systèmes de suivi adoptés et système de gestion durable mis en place;
  7. Adopte également les mesures correctives et le calendrier suivants pour leur mise en œuvre par l’État partie:
    1. Mesures correctives:
      1. Accord sur le rejet de plans de construction d’un “mur” le long du bien ou dans son cadre,
      2. Mise en œuvre de projets permettant de retrouver un état de conservation approprié des terrasses agricoles et des éléments qui y sont associés, y compris les tours de guet et les murs en pierre sèche à travers le bien,
      3. Mise en œuvre d’un projet de restauration des systèmes d’irrigation traditionnels,
      4. Mise en œuvre d’un projet d’aménagement d’un réseau d’assainissement suffisant pour protéger la qualité de l’eau dans le bien,
      5. Préparation, approbation et mise en œuvre d’un plan de gestion et de conservation du bien,
      6. Développement et mise en œuvre d’un système de gestion actif qui implique les communautés locales et les parties prenantes,
      7. Préparation d’un ensemble d’indicateurs de suivi du bien et mise en œuvre d’un système de suivi,
      8. Mise en place d’une protection pour le bien et sa zone tampon,
    2. Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives:

      [à soumettre]

  8. Prie aussi instamment l’État partie de mettre en œuvre les mesures correctives et de soumettre un calendrier pour leur mise en œuvre complète au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016;
  9. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;
  10. Décide de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
39 COM 8B.52
Déclarations de valeur universelle exceptionnelle des 12 biens inscrits lors de la 38e session (Doha, 2014) et non adoptées par le Comité du patrimoine mondial

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/8B.Add,
  2. Adopte les déclarations de valeur universelle exceptionnelle, pour les biens du patrimoine mondial suivant inscrit lors de la 38e session du Comité du patrimoine mondial (Doha, 2014) :
  • Allemagne : Westwerk caroligien et civitas de Corvey ;
  • Arabie saoudite : Ville historique de Djeddah, la porte de La Mecque ;
  • Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Equateur, Pérou : Qhapaq Ñan, réseau de routes andin ;
  • Chine : Le Grand Canal ;
  • États-Unis d’Amérique : Tertres monumentaux de Poverty Point ;
  • Iran (République islamique d’) : Shahr-i-Sokhta;
  • Irak : Citadelle d’Erbil ;
  • Mexique : Ancienne cité maya et forêts tropicales protégées de Calakmul, Campeche ;
  • Myanmar : Anciennes cités pyu ;
  • Palestine : Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir ;
  • Turquie : Bursa et Cumalıkızık : la naissance de l’Empire ottoman ;
  • Turquie : Pergame et son paysage culturel à multiples strates.
39 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-15/39.COM/7A et WHC-15/39.COM/7A.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 39 COM 7A.38)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 39 COM 7A.39)
  • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 39 COM 7A.18)
  • Bolivie (État plurinational de), Ville de Potosi (décision 39 COM 7A.44)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 39 COM 7A.45)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 39 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 39 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena (décision 39 COM 7A.24)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 39 COM 7A.17)
  • Éthiopie, Parc national du Simien (décision 39 COM 7A.10)
  • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 39 COM 7A.40)
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 39 COM 7A.41)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 39 COM 7A.20)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 39 COM 7A.16)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 39 COM 7A.15)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 39 COM 7A.2)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 39 COM 7A.25)
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (site proposé par la Jordanie) (décision 39 COM 7A.27)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 39 COM 7A.11)
  • Mali, Tombouctou (décision 39 COM 7A.21)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 39 COM 7A.22)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 39 COM 7A.12)
  • Palestine, Lieu de naissance de Jésus : l’église de la Nativité et la route de pèlerinage, Bethléem (décision 39 COM 7A.28)
  • Palestine, Palestine : pays d’olives et de vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (décision 39 COM 7A.29)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo – San Lorenzo (décision 39 COM 7A.46)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 39 COM 7A.47)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 39 COM 7A.30)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 39 COM 7A.31)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 39 COM 7A.32)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 39 COM 7A.33)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 39 COM 7A.34)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 39 COM 7A.35)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 39 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 39 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 39 COM 7A.5)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 39 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 39 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 39 COM 7A.8)
  • République-Unie de Tanzanie, Réserve de gibier de Selous (décision 39 COM 7A.95)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 39 COM 7A.13)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 39 COM 7A.42)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 39 COM 7A.23)
  • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Liverpool – Port marchand (décision 39 COM 7A.43)
  • Venezuela, Coro et son port (décision 39 COM 7A.48)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 39 COM 7A.37)
Projet de décision : 39 COM 7A.29

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 38 COM 8B.4, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Se félicite de l’arrêt rendu par la Haute Cour israélienne de ne pas construire le “mur” et note que toute nouvelle proposition de mur ou de barrière de séparation obligerait à relancer les processus de consultation et d’autorisation au sein de l’administration israélienne;
  4. Note avec préoccupation que le déclin dans les processus sociaux et culturels traditionnels s’accélère, ce qui entraîne encore des répercussions négatives sur la fonctionnalité et l’intégrité du paysage;
  5. Prend note de l’engagement visant à établir un plan de conservation et de gestion et prie instamment l’État partie d’avancer dans cette voie dès que possible;
  6. Adopte l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) suivant :
  • Rejet des plans de construction d’un “mur” le long du bien ou dans son cadre,
  • Conservation appropriée des terrasses agricoles et des éléments qui y sont associés, y compris les tours de guet et les murs en pierre sèche dans l’ensemble du bien,
  • Restauration adéquate du système d’irrigation et aménagement d’un réseau d’assainissement suffisant pour protéger la qualité de l’eau dans le bien,
  • Protection mise en place pour le bien et sa zone tampon,
  • Plan de gestion et systèmes de suivi adoptés et système de gestion durable mis en place
7.   Adopte également les mesures correctives et le calendrier suivants pour leur mise en œuvre par l’État partie:
a) Mesures correctives:
     (i) Accord sur le rejet de plans de construction d’un “mur” le long du bien ou dans son cadre,
     (ii) Mise en œuvre de projets permettant de retrouver un état de conservation approprié des terrasses agricoles et des éléments qui y sont associés, y    compris les tours de guet et les murs en pierre sèche à travers le bien,
     (iii) Mise en œuvre d’un projet de restauration des systèmes d’irrigation traditionnels,
     (iv) Mise en œuvre d’un projet d’aménagement d’un réseau d’assainissement suffisant pour protéger la qualité de l’eau dans le bien,
     (v) Préparation, approbation et mise en œuvre d’un plan de gestion et de conservation du bien,
     (vi) Développement et mise en œuvre d’un système de gestion actif qui implique les communautés locales et les parties prenantes,
     (vii) Préparation d’un ensemble d’indicateurs de suivi du bien et mise en œuvre d’un système de suivi,
     (viii) Mise en place d’une protection pour le bien et sa zone tampon,
b) Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives:

     [à soumettre] 

8.   Prie aussi instamment l’État partie de mettre en œuvre les mesures correctives et de soumettre un calendrier pour leur mise en œuvre complète au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016;

9.   Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016 ;

10.  Décide
de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2015
Palestine
Date d'inscription : 2014
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(v)
Liste en péril (dates) : 2014-présent
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2015) .pdf
arrow_circle_right 39COM (2015)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top