Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ensemble historique du Palais du Potala, Lhasa

Chine
Facteurs affectant le bien en 2003*
  • Activités de gestion
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Habitat
  • Humidité relative
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Utilisations et associations rituelles/spirituelles/religieuses
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Délimitation du bien
  • Pressions dues au développement urbain et accroissement des activités liées au tourisme, engendrant de nombreuses constructions
  • Reconstruction et/ou démolition de structures historiques et reconstruction avec de nouveaux matériaux ou éléments de décor
  • Déterioration des peintures murales due à l'humidité, usage de vernis ou retouches excessives 
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2003
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

A la suite de la décision prise à la 26e session (juin 2002) du Comité du patrimoine mondial, une mission de suivi réactif UNESCO-ICOMOS a été organisée sur le site du 20 au 25 avril 2003. Les conclusions et recommandations de cette mission conjointe seront communiquées à la 27e session du Comité.

 

Décisions adoptées par le Comité en 2003
27 COM 7B.45
Ensemble historique du Palais du Potala, Lhassa (Chine)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les conclusions et recommandations des missions de suivi réactif UNESCO-ICOMOS sur le site de l'Ensemble historique du palais du Potala entreprises en consultation étroite avec les autorités chinoises en octobre 2002 et avril 2003,

2. Exprime sa gratitude au Gouvernement chinois pour avoir facilité les missions UNESCO-ICOMOS ; 

3. Encourage en outre les autorités chinoises à développer un programme stratégique coordonné pour la conservation et la réhabilitation du tissu urbain historique de la Vieille ville de Lhasa, basé sur une étude des valeurs patrimoniales des structures historiques. Cette analyse devrait aider les autorités à classer les bâtiments selon leur importance. C'est pourquoi l'information doit être rendue publique. La Municipalité de Lhasa de la Région Autonome du Tibet est donc invitée à transmettre au Comité du patrimoine mondial toutes les informations sur les travaux de conservation et de rénovation entrepris dans Lhasa.;

4. Demande que l'UNESCO et l'ICOMOS aident les autorités chinoises à évaluer et à réviser le plan de conservation d'ensemble pour faire le meilleur usage possible de la région de Shöl qui fait partie de la section administrative du palais du Potala, et ce, afin de maintenir le tissu urbain traditionnel de la zone tout en modifiant l'usage des édifices traditionnels;

5. Souligne l'importance d'un meilleur aménagement compatible et en harmonie avec l'environnement historique de la ville de Lhasa;

6. Encourage l'État partie à élaborer des orientations relatives à la conception de l'environnement du patrimoine construit, y compris des éléments d'aménagement urbain, de manière à renforcer la capacité des concepteurs, des architectes et des urbanistes locaux à suivre les orientations devant guider la conservation des biens du patrimoine mondial;

7. Demande à l'État partie de poursuivre ses efforts pour minimiser l'impact négatif provoqué par les pressions de développement sur les valeurs de patrimoine mondial du bien, et à cet effet, recommande ce qui suit:

(a) Besoins institutionnels : Les défis et les possibilités de conservation à Lhasa bénéficieraient de la mise en œuvre d'une agence de gestion et de développement coordonnant les activités dans la Vieille ville de Lhasa, agence qui pourrait être en charge de la gestion de la Vieille ville de Lhasa et des biens du patrimoine mondial. Il est recommandé qu'une telle agence soit établie pour collecter et administrer des fonds de donateurs nationaux et internationaux.

(b) Conservation, planification et urbanisme : Compte tenu des processus de changement et de développement urbain en cours, il est recommandé d'entreprendre une révision du plan d'urbanisme pour répondre aux problèmes que pose la conservation intégrée du tissu urbain de Lhasa. Le plan de conservation actuel pour 1995-2015 devrait être mis à la disposition du public pour qu'il en ait une meilleure compréhension. Un mécanisme de révision périodique de la pertinence du plan de conservation devrait être créé dans le cadre même du processus de planification.

(c) Protection : au regard du changement rapide d'aspect de la Vieille ville de Lhasa, tous les monuments historiques traditionnels restants devraient être protégés au niveau de la Région Autonome ou au niveau national.

(d) Conservation et réhabilitation des bâtiments historiques traditionnels : toute démolition devrait être arrêtée, en particulier dans la région de Shöl. Sauf cas exceptionnel ,tout remplacement nécessaire de constructions traditionnelles devrait respecter le caractère historique des lieux. L'État partie est prié d'informer le Comité du patrimoine mondial de sa politique de conservation du tissu urbain historique de Lhasa.

(e) Prise de conscience des besoins de conservation : Il est recommandé que les autorités responsables de la gestion du bien mettent en place un programme pour encourager la participation communautaire et accroître la prise de conscience des besoins de conservation du patrimoine parmi la population locale.

(f) Zones de protection et zones tampon : Il est recommandé que les autorités responsables de la gestion du bien évaluent et redéfinissent les limites actuelles du patrimoine mondial ainsi que les orientations devant guider la gestion du Palais de Potala, du Temple du Jokhang (y compris la zone historique de Barkor) et de Nobulingka, en tenant compte des valeurs patrimoniales de l'environnement et du paysage alentour.

(g) Tourisme : Compte tenu des possibilités de formation de revenu émanant de l'industrie du tourisme pour financer les travaux de conservation à Lhasa, les autorités responsables de la gestion du bien sont encouragées à développer des activités de formation et à fournir une assistance en terme de planification du tourisme durable pour les biens du patrimoine mondial situés à Lhasa.

(h) Diffusion internationale : Un programme d'échange entre les gestionnaires de sites à Lhasa et ceux d'autres biens du patrimoine mondial est encouragé afin de développer les activités de coopération sur place et à l'échelon international. Les autorités chinoises pourraient envisager l'organisation d'un voyage d'étude sur certains biens du patrimoine mondial administrés avec succès en se concentrant sur les questions susmentionnées.

8. Exprime sa disposition à considérer une demande d'assistance internationale pour soutenir les efforts nationaux et internationaux fournis en vue de l'accomplissement des recommandations susmentionnées ;

9. Demande à l'État partie de prendre les mesures nécessaires pour un suivi concerté des conclusions et recommandations des missions de suivi réactif UNESCO-ICOMOS, et de soumettre d'ici le 1er février 2004 un rapport d'avancement sur les mesures prises et la stratégie de développement à long terme proposées pour le bien, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 28e session, en 2004.

Projet de décision : 27 COM 7 (b) 45

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les conclusions et recommandations des missions de suivi réactif UNESCO-ICOMOS sur le site de l'Ensemble historique du Palais du Potala entreprises en consultation étroite avec les autorités chinoises en octobre 2002 et avril 2003 ;

2. Exprime sa gratitude au gouvernement chinois pour avoir facilité les missions UNESCO-ICOMOS ;

3. Demande à l’Etat partie de poursuivre ses efforts pour minimiser l’impact négatif provoqué par les pressions de développement sur les valeurs de patrimoine mondial du bien, et à cet effet, fait les recommandations suivantes :

Besoins institutionnels : les défis et les possibilités de conservation à Lhasa  bénéficieraient de la mise en œuvre d’une agence de gestion et de développement coordonnant les activités dans la vieille ville de Lhasa, agence qui pourrait être en charge de la gestion de la vieille ville de Lhasa et des biens du patrimoine mondial. Il est recommandé qu’une telle agence soit établie pour collecter et administrer des fonds de donateurs nationaux et internationaux.

Préservation, gestion et développement urbain : prenant en considération les processus de changement et de développement urbain actuels, une révision du plan de développement urbain devrait être entreprise pour répondre aux défis de la conservation intégrée du tissu urbain. Le plan actuel de conservation pour 1995-2015 devrait être mis à la disposition du public pour susciter une plus grande reconnaissance de celui-ci. Un mécanisme de révision périodique de la pertinence du plan de conservation devrait être créé dans le cadre même du processus de planification.

Protection : au regard du changement rapide d’aspect de la vieille ville de Lhasa, tous les monuments historiques traditionnels restants devraient être protégés au niveau de la Région Autonome ou au niveau national.

Démolition des monuments historiques traditionnels : toute démolition en cours devrait être arrêtée, y compris celle visant à remplacer les constructions traditionnelles dans la région de Shöl. La démolition des édifices traditionnels et leur remplacement par des constructions en béton doit être empêchée. Par ailleurs, l’Etat partie est prié d’informer le Comité du patrimoine mondial de sa politique de conservation du tissu urbain historique de Lhasa.

Prise de conscience des besoins de conservation : il est recommandé que les autorités responsables de la gestion du bien mettent en place un programme pour encourager la participation des communautés et accroître la prise de conscience des besoins de conservation du patrimoine par les habitants sur place.

Zones de protection et zones tampon : il est recommandé que les autorités responsables de la gestion du bien évaluent et redéfinissent les limites actuelles du patrimoine mondial ainsi que les orientations devant guider la gestion du Palais de Potala, du Temple du Jokhang (incluant la zone historique de Barkor) et de Nobulingka, prenant en compte les valeurs patrimoniales du paysage et de l’environnement aux alentours.

Tourisme : prenant en compte les opportunités de génération de revenus tirées de l’industrie du tourisme pour financer les travaux de conservation dans Lhasa, les autorités responsables de la gestion du bien sont encouragées à développer des activités de formation et à fournir une assistance en terme de planification du tourisme durable pour les biens du patrimoine mondial situés à Lhasa.

Diffusion internationale : un programme d’échange entre les gestionnaires de sites à Lhasa et ceux d’autres biens du patrimoine mondial est encouragé afin de développer les activités de coopération au niveau des sites et au niveau international. Les autorités chinoises pourraient envisager l’organisation d’une tournée d’étude dans certains biens du patrimoine mondial administrés avec succès en se concentrant sur les questions identifiées ci-dessus.

4.   Souligne l’importance d’un meilleur aménagement compatible et en harmonie avec l’environnement historique de la ville de Lhasa.

5.  Encourage l’Etat partie à élaborer des orientations devant guider la conception et la construction de l’environnement patrimonial, incluant des éléments d’aménagement urbain, en vue d’accroître les capacités des planificateurs, architectes et urbanistes locaux à suivre les orientations devant guider la conservation des biens du patrimoine mondial ;

6.   Encourage en outre les autorités chinoises à développer un programme stratégique coordonné pour la restauration et la rénovation du tissu urbain historique de la vieille ville de Lhasa, basé sur une étude des valeurs patrimoniales des structures historiques. Cette analyse devrait aider les autorités à classer les bâtiments selon leur importance. C’est pourquoi toute information récoltée doit être rendue publique. La municipalité de Lhasa de la Région Autonome du Tibet est de ce fait invitée à fournir au Comité du patrimoine mondial toutes les informations sur les travaux de restauration et de rénovation entrepris dans Lhasa.

7.   Prie l’UNESCO et l’ICOMOS d’aider les autorités chinoises dans l’évaluation et la révision du plan de conservation d'ensemble pour faire le meilleur usage possible de la région de Shöl, qui fait partie de la section administrative du Palais du Potala, et ce, afin de maintenir le tissu urbain traditionnel de la zone tout en y modifiant l’usage des édifices traditionnels.

8.   Exprime sa disposition à considérer une demande d’assistance internationale pour soutenir les efforts nationaux et internationaux fournis en vue de l’accomplissement des recommandations susmentionnées.

9.   Demande à l’Etat partie de prendre les mesures nécessaires pour un suivi concerté des conclusions et recommandations des missions de suivi réactif UNESCO-ICOMOS, et de soumettre un rapport sur l'avancement de la mise en œuvre des recommandations susmentionnées, pour examen par le Comité à sa 28e session en 2004.

Année du rapport : 2003
Chine
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iv)(vi)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top