Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ensemble historique du Palais du Potala, Lhasa

Chine
Facteurs affectant le bien en 2005*
  • Activités de gestion
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Habitat
  • Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Développement urbain incontrôlé et expansion des infrastructures liées au tourisme à l’intérieur du bien et à proximité de sa limite ; impact négatif des projets de réhabilitation sur la protection du tissu urbain traditionnel du centre historique. 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2005
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

A la suite de la décision 28 COM 15B.55 du Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004) et à l’invitation du gouvernement de la Chine, une mission de suivi réactif conjointe du Centre du patrimoine mondial et de l’ICOMOS a été effectuée sur le site du 4 au 7 mai 2005.

La mission a noté que :

(i)   d’une façon générale, le développement à grande échelle avait déjà commencé dans la ville historique de Lhasa quand l’ICOMOS avait effectué sa mission en 2003. Bien que l’équipe de la mission actuelle ait constaté le développement considérable des aménagements urbains dans la ville de Lhasa, ceux qui bordent les rues principales ne semblent pas porter atteinte de façon sensible au paysage urbain global ou à l’atmosphère de la ville, dans la mesure où ils respectent l’échelle des structures environnantes ;

(ii)  la mauvaise coordination des activités dans le passé s’est traduite par des constructions inconsidérées dans les zones du patrimoine ou à proximité. Parce que la pression du développement urbain est extrêmement forte à Lhasa, une coopération étroite entre les différentes administrations publiques responsables de la protection du patrimoine et de la planification du développement est cruciale pour une meilleure protection du bien. Toutefois, d’après les autorités chinoises, en raison des arrangements administratifs actuels entre les institutions chargées du patrimoine culturel et les institutions religieuses, la création d’un organisme indépendant de gestion et de développement (recommandation du Comité) qui pourrait être chargé de la gestion de la vieille ville de Lhasa et des biens du patrimoine mondial, ne serait pas indiquée pour le moment. Les autorités ont déclaré que des mesures ont été prises pour résoudre ces problèmes et qu’un système de coordination pour la délivrance des permis de construire par l’Administration du patrimoine culturel de la région autonome du Tibet avait été mis en place. L’équipe de la mission a recommandé qu’un comité de pilotage soit établi au niveau de la région autonome du Tibet et qu’il se réunisse régulièrement pour faire le point sur la gestion globale de l’ensemble de la ville de Lhasa et sur la gestion au quotidien de chacun des sites du patrimoine mondial du bien, selon les besoins.

(iii)  La plus grosse partie des travaux de conservation sur les trois sites du patrimoine mondial de Lhasa devrait, d’après les prévisions actuelles, être achevée avant la fin du mois de juillet 2005, du moins la première phase, afin que les autorités puissent célébrer en septembre 2005 le 40e anniversaire de la fondation de la région autonome du Tibet. Afin de tenir ce délai, un budget important a été alloué aux travaux de restauration sur de nombreux sites, notamment à Norbulingka. Si l’on ne peut que se féliciter de ces efforts, un travail aussi précipité peut avoir des effets négatifs sur le bien. Il faudrait mener de plus amples études et analyses avant d’engager des interventions de restauration.

(iv)  La mission a été informée qu’un plan directeur pour le développement des quartiers sud et est de la ville de Lhasa avait été préparé et attendait une approbation officielle. Le nouveau plan directeur devrait être mis en œuvre dès son approbation afin de soulager la pression du développement sur le centre-ville. Toutefois, la mission n’a pas reçu de copie du plan de conservation pour 1999-2015 comme l’avait demandé le Comité. Normalement, ce document devrait être fourni prochainement au Centre du patrimoine mondial par l’Administration d’État pour le patrimoine culturel de la Chine (SACH). Il a également été confirmé que le plan restait sujet à de nouvelles modifications par les autorités chinoises.

  La mission a noté avec satisfaction que l’environnement immédiat et le cadre du palais du Potala, du temple de Jokhang et de Norbulingka étaient maintenant bien protégés par la réglementation existante. Les autorités responsables ont été encouragées à envisager une réévaluation éventuelle du plan de développement général de la ville de Lhasa, ainsi que du plan de conservation 1999-2015. Cela garantirait l’intégration de la conservation du bien du patrimoine mondial dans le processus de planification global.

(v)  Compte tenu du changement de caractère rapide de la ville de Lhasa, la région autonome du Tibet a pris des mesures pour protéger tous les autres bâtiments historiques traditionnels de Lhasa. Des inventaires de ces bâtiments et maisons ont été établis par le Bureau municipal du patrimoine culturel de Lhasa et certains ont été proclamés vestiges culturels à protéger au niveau de la région autonome du Tibet.

(vi)  Concernant les limites de patrimoine mondial du bien :

a)   Depuis 1994, quelques incertitudes demeurent à propos du périmètre des zones centrale et tampon du palais du Potala. Les zones tampons du palais du Potala étaient différentes dans les dossiers de proposition d’extension soumis pour le temple de Jokhang (1999) et Norbulingka (2000), ainsi que dans le rapport périodique national (2003). La mission a pu confirmer que la limite définie dans le dossier de proposition d’inscription initial de 1993 était toujours telle qu’approuvée par le Comité à sa 18e session en décembre 1994.

b)   La zone centrale du site du patrimoine mondial du temple de Jokhang devrait comprendre non seulement l’enceinte du temple de Jokhang, mais aussi la rue Barkhor, alors que la zone tampon devrait s’étendre à la totalité du cercle de Lingkhor Kora. Les nouvelles limites de la zone tampon pourraient donc être tracées comme suit : à l’est, la route Lingkhor Est ; au sud la route Jiangsu ; à l’ouest la route nord et la route sud de Duosenge ; au nord, Lingkhor Beilu, soit une superficie totale de 1,3 km² du centre historique.

c)   En ce qui concerne Norbulingka, les parties ouest et sud de la zone centrale sont en cours de réaménagement à un rythme accéléré. La taille de ces quartiers étant considérable, il faudrait faire respecter des limites de hauteur pour protéger les espaces verts du site.

d)   La mission a recommandé que la délimitation générale des zones des trois sites du patrimoine mondial soit définie sur une seule et même carte afin d’éviter tout malentendu possible concernant la limite de chaque site de ce bien. De plus, devant l’intensification de la pression du développement dans le centre historique de Lhasa, il faudrait envisager sérieusement une extension de la zone tampon pour les trois sites, afin de protéger le tissu urbain traditionnel tout en prenant en compte les valeurs de patrimoine du paysage et du milieu environnant.

(vii) En ce qui concerne la conservation et la réhabilitation des bâtiments historiques traditionnels, la mission a pu voir tous les travaux de restauration en cours au palais du Potala, dans le quartier Shöl, sur la place du palais du Potala, sur la colline Chapori et à Norbulingka.

  Dans le quartier Shöl, qui comprend plusieurs édifices historiquement liés au palais du Potala, beaucoup d’ajouts et de modifications incompatibles ont été faits ces quarante dernières années. Ce quartier autrefois occupé par des institutions et des propriétaires privés, a été racheté en 2002 par les services de gestion du palais du Potala dans le cadre d’un projet spécial de conservation et d’amélioration qui prévoyait de reloger les habitants. Il y a un projet de conversion du quartier en vaste complexe d’exposition des arts traditionnels tibétains et de n’accueillir que des activités compatibles avec le fonctionnement du palais du Potala. Ce projet semble en adéquation avec les recommandations du compte rendu de la mission effectuée par l’ICOMOS en 2003.

  L’aménagement de la place du palais du Potala, qui fait partie de la zone tampon, a été intégré dans le plan de développement de la ville de Lhasa et propose un espace où le public peut se reposer et admirer le site. Un projet d’amélioration de 140 millions de RMB (16,9 millions de dollars) est en cours. On a déplacé 142 maisons et 9 institutions construites dans les années 1970 et 1980 à côté de la place pour réserver plus d’espace à la nouvelle place qui fait désormais 15,5 hectares. L’équipe de la mission a estimé que le nouveau dessin de la place était en harmonie avec l’environnement.

(viii) S’agissant des inquiétudes du Comité à propos de la démolition de bâtiments historiques traditionnels à l’intérieur de la zone tampon du quartier historique de Barkhor qui entoure le temple de Jokhang, la mission a été informée que les projets de rénovation/restauration à Barkhor étaient menés selon une approche scientifique rigoureuse comprenant :

·  la restauration d’exemples d’architecture traditionnelle extrêmement importants à l’aide de techniques et de matériaux de construction tibétains traditionnels ;

·  la rénovation de maisons d’habitation tibétaines ordinaires en conservant les façades extérieures et en modernisant les intérieurs pour les adapter aux besoins de la vie moderne ;

·  la démolition de bâtiments modernes datant des années 1970 et au-delà qui n’étaient pas en harmonie soit avec le cadre urbain traditionnel environnant soit avec les nouvelles maisons de style tibétain construites par la suite qui, elles, se fondent dans le tissu urbain historique de Lhasa ;

·  l’amélioration de la prévention des incendies dans le monastère du temple de Jokhang, en aménageant une salle à moitié souterraine devant le temple pour déposer les bougies allumées. En attendant, un passage de protection contre le feu a été créé tout autour du temple.

  A l’heure actuelle, il semble que très peu de menaces immédiates pèsent sur le temple de Jokhang. Les travaux de conservation de la structure semblent relativement authentiques et la plupart des bougies ont été retirées des bâtiments en bois traditionnels et transférés dans la salle à moitié souterraine dont l’apparence est compatible avec le temple.

  En ce qui concerne le quartier historique de Barkhor, des canalisations ont été installées pour l’eau courante et les eaux usées et les routes ont été recouvertes de cailloux propres, créant des conditions plus favorables autour du temple. La hauteur des édifices autour du quartier de Barkhor a été réglementée et devrait être rigoureusement respectée. Le temple de Jokhang, avec son toit d’où l’on jouit d’une vaste vue sur la ville et sur le palais du Potala, est de la même hauteur que les édifices ordinaires du quartier. Le toit étant ouvert aux visiteurs, il convient de préserver ce point de vue en contrôlant l’urbanisme autour du temple.

(ix)Autour du quartier de Barkhor, quelques bâtiments non traditionnels ont été remplacés par de nouvelles constructions de modèle et d’échelle traditionnels. Bien que le paysage urbain général ait conservé son intégrité, il faut formuler des directives de construction détaillées pour améliorer encore la zone tampon. Ces directives devront tenir compte de la protection des vues importantes et des façades traditionnelles.

  La mission a été informée que l’Académie tibétaine d’architecture avait produit en 2003 un manuel intitulé Handbook on Design Guidelines for Traditional Tibetan Architecture qui avait été distribué pour étude et commentaires. Faisant la synthèse de l’évolution historique, des caractéristiques architecturales et des styles de l’architecture tibétaine traditionnelle, de sa conception et de sa restauration, le manuel est un outil de travail important et donne des principes de base pour les urbanistes, les architectes et les professionnels participant à la conception et à la restauration d’édifice tibétains. Il sera publié et utilisé comme support pédagogique pour les experts et ingénieurs en conservation.

(x)  Les gestionnaires de sites ont en outre informé la mission que des activités de formation sur les techniques de conservation de l’architecture tibétaine traditionnelle et des peintures murales seraient nécessaires pour l’entretien et la restauration des biens du patrimoine culturel du Tibet. La mission a suggéré que des programmes d’échange sur la restauration des structures en bois et sur les systèmes de protection incendie soient mis au point avec d’autres pays comme la République de Corée, le Japon et les pays scandinaves.

  A cet égard, afin de promouvoir un développement urbain durable et de renforcer les capacités des autorités chargées de la gestion de la ville historique de Lhasa, mais aussi pour donner suite aux décisions prises aux 27e et 28e sessions du Comité, le Centre du patrimoine mondial a soutenu l’organisation d’un voyage d’étude d’une semaine en Europe (France et Portugal) du 6 au 12 novembre 2004 pour dix experts chinois et tibétains de la conservation du patrimoine urbain, avec à leur tête M. Jagre Losang-danizin, vice-président de la région autonome du Tibet. Grâce au soutien du ministère français de la Culture et de la Communication et des autorités portugaises, les experts chinois et tibétains ont pu voir des exemples de meilleure pratique en matière de conservation du patrimoine culturel dans les villes européennes sélectionnées ; plusieurs activités de formation ont en outre été organisées sur place pour la délégation, avec présentation de différents types d’activités et de cadres juridiques de la conservation du patrimoine et du développement urbain.

(xi)  En ce qui concerne le partage d’informations et la transmission des valeurs de patrimoine mondial, la mission a noté que des mesures supplémentaires devaient être prises par les autorités chargées de la gestion du site pour faire comprendre au public la nature des programmes de conservation, notamment en annonçant le projet proposé ou en décrivant les projets dans leurs grandes lignes. Une page Web en anglais présentant les projets de conservation dans la ville de Lhasa pourrait aussi faire mieux connaître à la communauté internationale le travail de protection du patrimoine entrepris.

(xii) Il y a un manque de mise en valeur et d’interprétation des valeurs de patrimoine mondial sur le site du palais du Potala. Il n’y a actuellement aucune signalisation correcte, presque pas de documentation pour les visiteurs et pas d’indication du caractère sacré du bien. Tout à fait conscient de ces problèmes, le service de gestion a proposé de faire du quartier Shöl un centre d’accueil des visiteurs. Depuis 2003, le service de gestion du palais du Potala limite le nombre de visiteurs à 1 300 par jour. Dans l’avenir, il lui faudra sans doute mettre au point d’autres mécanismes pour résoudre le problème de la pression du tourisme sur le site. Le complexe d’exposition proposé dans le quartier Shöl pourrait détourner le flux de visiteurs du palais du Potala. Mais il appartient aux autorités de mettre en place des activités de formation sur la gestion et la planification durables du tourisme afin de mieux protéger les biens du patrimoine culturel au Tibet. 

Décisions adoptées par le Comité en 2005
29 COM 7B.50
Ensemble historique du Palais du Potala, Lhassa (Chine)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-05/29.COM/7B.Rev et WHC-05/29.COM/7B.Add,,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.55 adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie l'État partie de la Chine d'avoir pris des mesures pour améliorer l'état de conservation du bien et d'avoir invité une mission de suivi réactif conjointe du Centre du patrimoine mondial et de l'ICOMOS sur le site ;

4. Demande à l'État partie de tenir compte des conclusions et des recommandations des missions de suivi du Centre du patrimoine mondial et de l'ICOMOS ;

5. Recommande à l'État partie de renforcer la coordination institutionnelle sur le site en établissant au niveau de la région autonome du Tibet un comité de pilotage qui se réunira régulièrement pour faire le point sur la gestion globale de la ville de Lhassa et sur la gestion au quotidien du bien du patrimoine mondial ;

6. Recommande à l'État partie d'envisager une réévaluation et une révision du plan de développement général de la ville de Lhassa et du plan de conservation 1999-2015, afin d'intégrer davantage la conservation du patrimoine dans le processus global de planification ;

7. Demande à l'État partie d'évaluer et éventuellement de redéfinir les zones tampons du palais du Potala, du temple de Jokhang et de Norbulingka, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial des cartes détaillées montrant les limites et les zones tampons du bien du patrimoine mondial, pour considération par le Comité à sa 31e session (2007) ;

8. Encourage l'État partie à élaborer de nouvelles directives pour la conservation et la réhabilitation des bâtiments historiques traditionnels et pour la protection des points de vue importants qui s'offrent dans le centre historique de Lhassa ;

9. Demande au Centre du patrimoine mondial, aux Organisations consultatives et à d'autres partenaires internationaux de soutenir des programmes d'échange et des activités de formation sur la conservation des structures en bois traditionnelles et sur la gestion et la planification durables du tourisme à l'intention du personnel des autorités responsables ;

10. Recommande à l'État partie d'envisager de se donner les moyens d'élaborer :

a) des programmes de sensibilisation aux projets de restauration en cours sur le bien ;

b) une interprétation des valeurs de patrimoine mondial du bien à l'intention des visiteurs ;

11. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2007, un rapport sur l'état de conservation du bien qui rende compte de l'avancement de la mise en oeuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité à sa 31e session (2007).

Projet de décision : 29 COM 7B.50.Rev

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Add,

2.  Rappelant la décision 28 COM 15B.55 adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3.  Remercie l’État partie d’avoir pris des mesures pour améliorer l’état de conservation du bien et d’avoir invité une mission de suivi réactif conjointe du Centre du patrimoine mondial et de l’ICOMOS sur le site ;

4.  Demande à l’État partie de tenir compte des conclusions et des recommandations des missions de suivi du Centre du patrimoine mondial et de l’ICOMOS ;

5.  Recommande à l’État partie de renforcer la coordination institutionnelle sur le site en établissant au niveau de la région autonome du Tibet un comité de pilotage qui se réunira régulièrement pour faire le point sur la gestion globale de la ville de Lhasa et sur la gestion au quotidien du bien du patrimoine mondial ;

6.  Recommande à l’État partie d’envisager une réévaluation et une révision du plan de développement général de la ville de Lhasa et du plan de conservation 1999-2015, afin d’intégrer davantage la conservation du patrimoine dans le processus global de planification ;

7.  Demande à l’État partie d’évaluer et éventuellement de redéfinir les zones tampons du palais du Potala, du temple de Jokhang et de Norbulingka, et de  soumettre au Centre du patrimoine mondial des cartes détaillées montrant les limites et les zones tampons du bien du patrimoine mondial, pour considération par le Comité à sa 31e session en 2007 ;

8.  Encourage l’État partie à élaborer de nouvelles directives pour la conservation et la réhabilitation des bâtiments historiques traditionnels et pour la protection des points de vue importants qui s’offrent dans le centre historique de Lhasa ;

9.  Demande au Centre du patrimoine mondial, aux Organisations consultatives et à d’autres partenaires internationaux de soutenir des programmes d’échange et des activités de formation sur la conservation des structures en bois traditionnelles et sur la gestion et la planification durables du tourisme à l’intention du personnel des autorités responsables ;

10.  Recommande à l’État partie d’envisager de se donner les moyens d’élaborer :

a) des programmes de sensibilisation aux projets de restauration en cours sur le site ;

b) une interprétation des valeurs de patrimoine mondial du bien à l’intention des visiteurs ;

11.  Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2007, un rapport sur l’état de conservation du bien qui rende compte de l’avancement de la mise en œuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007. 

Année du rapport : 2005
Chine
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 29COM (2005)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top