Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Fort de Bahla

Oman
Facteurs affectant le bien en 2003*
  • Activités de gestion
  • Développement commercial
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Dégradation des structures
  • Absence de capacités en techniques de conservation (utilisation de matériaux de construction récents (ciment, ...))
  • Nécessité d'un plan de gestion
  • Pression urbaine
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2003
Demandes approuvées : 2 (de 1988-1988)
Montant total approuvé : 57 000 dollars E.U.
1988 Financial contribution to works and training for the ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1988 Mission to evaluate the threats to the integrity of ... (Approuvé)   7 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2003**

octobre 1988: mission ICOMOS; mars 1994: mission UNESCO Centre du patrimoine mondial; décembre 1994: mission d'expert de l'ICOMOS; mai-juin 1995; septembre 1996; octobre 1997; septembre-octobre 1998: mission d'experts; mai 2001: mission du Centre du patrimoine mondial:  novembre-décembre 2001: mission d'experts du Centre du patrimoine mondial ;  septembre 2001=2: mission du Centre du patrimoine mondial 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2003

Centre du patrimoine mondial :

Une mission sur le site a été envoyée par le Centre du 17 au 19 septembre 2002, alors que le site ne bénéficiait toujours pas d’une supervision technique appropriée. La mission a étudié les travaux de conservation en cours et a fixé les priorités de l’action future. Elle a de nouveau demandé la nomination rapide d’un responsable de la conservation du site. Elle a en outre pu constater qu’il n’y avait pas eu de travaux d’entretien pendant la saison des pluies. La mission a également discuté de l’avancement de la préparation du plan de gestion avec tous les acteurs concernés. Cette version révisée de la première phase du plan de gestion a été considérée comme techniquement fiable et pouvant constituer une bonne base pour élaborer l’ensemble du document. La mission du Centre a cependant rappelé qu’il fallait faire participer tous les acteurs concernés aux deux ateliers consultatifs prévus. Les autorités omanaises ont officiellement créé un Comité directeur constitué de tous les Ministres concernés et de la police. A ce jour, il semblerait que ce Comité directeur ne se soit jamais réuni pour évaluer le plan de gestion. S’agissant du projet de nouveau marché, l’expert du Centre a pu rencontrer l’entreprise chargée de sa conception, et la sensibiliser à l’importance de préserver le caractère traditionnel de l’architecture locale. Le projet de nouveau marché, selon la proposition présentée à la mission, inclurait une déviation de la circulation des camions de la route actuellement adjacente au Fort, ce qui réduirait considérablement la pollution et l’impact acoustique sur le monument. Qui plus est, par lettre du 22 octobre 2002, les autorités omanaises ont informé le Centre que le Ministère du Patrimoine et de la Culture va travailler en coordination avec le Ministère du Commerce et de l’Industrie pour étudier le mandat du projet, en tenant compte des recommandations de l’expert du Centre. Par lettre du 11 mars 2003, les autorités omanaises ont informé le Centre de la nouvelle nomination d’un responsable de la conservation du site. Enfin, le Séminaire régional sur la conservation des structures en terre, organisé par le Ministère du Patrimoine et de la Culture avec le Centre et CRATerre, prévu pour mars 2003, a malheureusement été reporté à l’automne 2003, à cause des événements dans la région. 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2003

 

Décisions adoptées par le Comité en 2003
27 COM 7A.19
Fort de Bahla (Oman)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite les autorités omanaises de l'avancement réalisé dans la préparation du plan de gestion et de la nouvelle nomination d'un responsable en chef de la conservation du bien ;

2. Encourage l'État partie à continuer d'apporter son soutien à l'élaboration du plan de gestion, ainsi qu'au développement de capacités nationales en vue de la création d'une structure de gestion permanente chargée de la mise en œuvre journalière du plan ;

3. Invite l'État partie à tenir le premier des deux ateliers prévus pour l'étude et la mise au point du plan de gestion, et à y faire participer tous les partenaires concernés, y compris des représentants de la population locale ;

4. Réaffirme qu'il importe de s'assurer que le projet de nouveau marché sera défini en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial et l'équipe du plan de gestion, en tenant compte du caractère de l'architecture vernaculaire locale, et notamment de ses matériaux et techniques de construction traditionnelles ;

5. Charge l'ICOMOS de réaliser une évaluation du projet du nouveau marché et, dès que possible, du plan de gestion final, et de présenter un compte rendu sur cette question au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2004, pour étude par le Comité à sa 28e session  en 2004  ;

6. Décide d'envisager la possibilité de retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 28e session en 2004, sous réserve que le plan de gestion, après prise en compte de toutes les recommandations de l'ICOMOS, soit achevé et adopté par les autorités omanaises ;

7. Décide de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

27 COM 8B.2
Biens maintenus sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-03/27.COM/7A),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Minaret et vestiges archéologiques de Djam, Afghanistan (27 COM 7A.21)
  • Butrint, Albanie (27 COM 7A.26 )
  • Tipasa, Algérie (27 COM 7A.17)
  • Palais royaux d'Abomey, Bénin (27 COM 7A.15)
  • Angkor, Cambodge (27 COM 7A.22)
  • Parc national du Manovo-Gounda St. Floris, République Centrafricaine (27 COM 7A.1)
  • Réserve naturelle intégrale du mont Nimba, Guinée et Côte d'Ivoire (27 COM 7A.4)
  • Parc national des Virunga, République démocratique du Congo (27 COM 7A.2)
  • Parc national de la Garamba, République démocratique du Congo (27 COM 7A.2)
  • Parc national de Kahuzi-Biega, République démocratique du Congo (27 COM 7A.2)
  • Réserve de faune à Okapis, République démocratique du Congo (27 COM 7A.2)
  • Parc national de la Salonga, République démocratique du Congo (27 COM 7A.2)
  • Parc national Sangay, Equateur (27 COM 7A.13)
  • Abou Mena, Egypte (27 COM 7A.18)
  • Parc national du Simien, Ethiopie (27 COM 7A.3)
  • Réserve de la biosphère Rio Platano, Honduras (27 COM 7A.14)
  • Sanctuaire de faune de Manas, Inde (27 COM 7A.9)
  • Ensemble monumental de Hampi, Inde (27 COM 7A.23) 
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (27 COM 7A.29)
  • Tombouctou, Mali (27 COM 7A.16)
  • Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré, Niger (27 COM 7A.5)
  • Fort de Bahla, Oman (27 COM 7A.19)
  • Fort et jardins de Shalimar à Lahore, Pakistan (27 COM 7A.22)
  • Zone archéologique de Chan Chan, Pérou (27 COM 7A.28)
  • Rizières en terrasses des cordillères des Philippines, Philippines (27 COM 7A.25)
  • Parc national des oiseaux du Djoudj, Sénégal (27 COM 7A.6)
  • Parc national de l'Ichkeul, Tunisie (27 COM 7A.8)
  • Monts Rwenzori, Ouganda (27 COM 7A.7)
  • Parc national des Everglades, États-Unis d'Amérique (27 COM 7A.11)
  • Ville de Zabid, Yémen (27 COM 7A.20)

Projet 27 COM 7 (a) 19

 

« Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Félicite les autorités omanaises de l’avancement réalisé dans la préparation du plan de gestion et de la nouvelle nomination d’un responsable de la conservation du site ;

2.  Encourage l’Etat partie à continuer d’apporter son soutien à l’élaboration du plan de gestion, ainsi qu’au développement de capacités nationales en vue de la création d’une structure de gestion permanente chargée de la mise en œuvre journalière du plan ;

3.  Invite l’Etat partie à tenir le premier des deux ateliers prévus pour l’étude et la mise au point du plan de gestion, et à y faire participer tous les partenaires concernés, y compris des représentants de la population locale ;

4.   Réaffirme qu’il importe de s’assurer que le projet de nouveau marché sera défini en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial et l’équipe du plan de gestion, en tenant compte du caractère de l’architecture vernaculaire locale, et notamment de ses matériaux traditionnels ;

5.   Décide de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. »

Année du rapport : 2003
Oman
Date d'inscription : 1987
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)
Liste en péril (dates) : 1988-2004
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 27COM (2003)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top