Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Baie d'Ha-Long

Viet Nam
Facteurs affectant le bien en 2004*
  • Activités illégales
  • Exploitation minière
  • Habitat
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Pétrole/gaz
  • Ressources financières
  • Ressources humaines
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine, pression du tourisme, exploitation minière, prospection pétrolière, pêche ; absence de système de surveillance, manque de ressources humaines ou financières, manque de coordination des institutions

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2004
Demandes approuvées : 4 (de 1996-2000)
Montant total approuvé : 67 615 dollars E.U.
2000 Workshop for Strengthening the Capacity of Ha Long Bay ... (Approuvé)   14 508 dollars E.U.
1998 Geomorphology Study of the Ha Long Bay World Heritage ... (Approuvé)   8 857 dollars E.U.
1997 Support to the Management Department of Ha Long Bay, ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
1996 Management Planning for Sustainable Tourism at Ha Long ... (Approuvé)   24 250 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Selon la demande de la 27e session du Comité, l’Etat partie a soumis, par lettre datée du 1er mars 2004, un rapport traitant des principaux problèmes recensés par le Comité (27 COM 7b.13, paragraphe 4 (a) et (b)). Des communautés de pêcheurs vivent dans cette région depuis des générations, bien avant le classement du site au patrimoine mondial. Une enquête menée en janvier 2003 a révélé que la Baie d’Ha-Long compte quatre villages de pêcheurs comprenant 253 ménages, soit 1 202 personnes. Ces chiffres révèlent une augmentation démographique due à des facteurs naturels et à l’immigration. L’UICN a cependant noté que les autorités provinciales de Quang Ninh ont publié une réglementation concernant l’immigration vers le site. Le rapport signale en outre que :

 

(a)  un plan d’étude des facteurs ayant une incidence sur l’environnement de la Baie d’Ha-Long, et sur la protection et la promotion des valeurs patrimoniales est disponible et en cours de mise en œuvre ;

 

(b)  plusieurs « écoles flottantes » ont été créées pour sensibiliser les pêcheurs aux valeurs patrimoniales du bien et mieux les faire participer à la gestion et à la protection du site ; et

 

(c)  les activités des pêcheurs qui vivent dans la Baie d’Ha-Long sont étroitement contrôlées pour empêcher un développement anarchique et assurer la bonne application de la réglementation du Comité populaire de la Province de Quang Ninh en matière de planification concernant les villages de pêcheurs de la Baie.

 

Le rapport indiquait que la Baie d’Ha-Long constitue un environnement recherché pour l’aquaculture. Certaines espèces, comme le vivaneau campèche, le garrupa et plusieurs espèces de mollusques ont une forte valeur économique. L’aménagement et le zonage des secteurs réservés à l’aquaculture sont de plus en plus pris en compte. Selon le rapport, le développement d’activités économiques et sociales dans la Baie, en particulier l’aquaculture, n’a pas eu d’impact négatif sur l’intégrité du bien ; la qualité de l’eau de mer et celle de la couche sédimentaire restent dans les normes environnementales acceptables fixées par le gouvernement vietnamien.

 

Le Centre et l’UICN ont étudié les informations envoyées par l’Etat partie par courrier du 8 avril 2003 sur le plan de travail concernant l’aménagement environnemental de la Baie d’Ha-Long. Cela représente un recueil imposant de projets d’aménagement environnemental, de sensibilisation et d’éducation, précisant le calendrier, les durées, les budgets et les autorités responsables de la plupart des activités prévues et en cours. Toutefois, il n’est fait mention d’aucune amélioration particulière de l’environnement qui ait pu être induite par la mise en œuvre de l’un quelconque des projets énumérés. Il reste donc difficile d’évaluer les impacts positifs d’ensemble des différents projets et activités sur l’environnement de la Baie d’Ha-Long. L’Etat partie pourrait être invité à envisager de définir des cas précis où l’on peut constater des progrès environnementaux depuis l’inscription du bien. Ces « réussites » pourraient être de bons outils de communication pour les relations publiques, en particulier pour les visiteurs internationaux, dont beaucoup semblent percevoir le développement des aménagements dans la Baie d’Ha-Long et aux alentours et interpréter cette augmentation comme une menace pour les valeurs de patrimoine mondial du site.

 

Le Centre, en collaboration avec différents partenaires, dont le Bureau de l’UICN au Viet Nam et la Direction du Tourisme de la Province de Quang Ninh, encourage les entreprises privées du secteur du tourisme à coopérer avec l’autorité responsable de l’aménagement de la Baie d’Ha-Long pour maintenir la qualité de l’environnement. Les premiers entretiens tenus à la fin de 2003 ont été encourageants et de nouvelles rencontres entre les partenaires du Centre et plusieurs groupes hôteliers et voyagistes sont prévues en avril-mai 2004. Le résultat de ces entretiens sera communiqué lors de la 28e session du Comité.

 

Décisions adoptées par le Comité en 2004
28 COM 15B.13
Baie d'Ha-Long (Viet Nam)
Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite l’État partie de ses efforts pour contrôler l’immigration des pêcheurs sur le site, en établissant des normes à respecter par les praticiens de l’aquaculture, ainsi que divers autres instruments réglementaires et législatifs pour la gestion de la zone de patrimoine mondial de la Baie d’Ha-Long ;

2. Prie instamment l’État partie d’adopter une approche intégrée dans l’intérêt du développement durable et du maintien des valeurs du site du patrimoine mondial, en accordant une attention particulière aux nombreuses menaces ayant des incidences sur le bien, notamment le développement de la population vivant sur des bateaux, l’énorme développement des infrastructures touristiques, l’urbanisation, les activités d’aquaculture, l’industrialisation, etc. ;

3. Félicite l’État partie pour les efforts provinciaux substantiels de renforcement des capacités, sensibilisation et traitement des problèmes en vue du développement durable dans la région, et invite la communauté internationale à soutenir ces efforts ;

4. Accueille favorablement le développement d’une collaboration effective entre l’autorité chargée de la gestion de la Baie d’Ha-Long, le gouvernement provincial et le gouvernement national ainsi que différents partenaires internationaux comme l’UICN, le gouvernement des États-Unis et d’autres qui participent à l’initiative de renforcement des capacités en favorisant une gestion marine et côtière intégrée dans la province de Quang Ninh ;

5. Note avec satisfaction les efforts de l’État partie pour mettre en place plusieurs projets et programmes de gestion de l’environnement, de sensibilisation et de renforcement des capacités avec des partenaires internationaux, nationaux et provinciaux ;

6. Invite l’État partie à envisager de documenter les résultats des projets et programmes couronnés de succès qui ont contribué à améliorer la qualité de l’environnement, et à diffuser ces informations sur le plan international et national ;

7. Recommande à l’UICN et au Centre du patrimoine mondial de coopérer avec l’État partie pour impliquer les entreprises touristiques et d’autres entreprises du secteur du développement dans la région de la Baie d’Ha-Long dans la protection et la gestion effective du bien.

Projet de décision :28 COM 15B.13

 Le Comité du patrimoine mondial,

 1.  Félicite l’Etat partie de ses efforts pour contrôler l’immigration des pêcheurs sur le site, en établissant des normes à respecter par les praticiens de l’aquaculture, ainsi que divers autres instruments réglementaires et législatifs pour la gestion de la zone de patrimoine mondial de la Baie d’Ha-Long 

 2.  Encourage vivement l’Etat partie à adopter une approche intégrée dans l’intérêt du développement durable et du maintien des valeurs du site du patrimoine mondial, en accordant une attention particulière aux nombreuses menaces ayant des incidences sur le bien, notamment le développement de la population vivant sur des bateaux, l’énorme développement des infrastructures touristiques, l’urbanisation, les activités d’aquaculture, l’industrialisation, etc. ;

 3.  Félicite l’Etat partie des importants efforts provinciaux de renforcement des capacités, sensibilisation et traitement des problèmes en vue du développement durable dans la région, et invite la communauté internationale à les soutenir ;

4.  Approuve le développement d’une collaboration effective entre l’autorité chargée de la gestion de la Baie d’Ha-Long, le gouvernement provincial et le gouvernement national ainsi que différents partenaires internationaux comme l’UICN, le gouvernement des Etats-Unis et d’autres qui participent à l’initiative de renforcement des capacités en favorisant une gestion marine et côtière intégrée dans la province de Quang Ninh ;

5.   Note avec satisfaction les efforts de l’Etat partie pour mettre en place plusieurs projets et programmes de gestion de l’environnement, de sensibilisation et de renforcement des capacités avec des partenaires internationaux, nationaux et provinciaux ;

6.  Invite l’Etat partie à envisager de documenter les résultats des projets et programmes couronnés de succès qui ont contribué à améliorer la qualité de l’environnement, et à diffuser ces informations sur le plan international et national ;

7.  Recommande à l’UICN et au Centre de coopérer avec l’Etat partie pour impliquer les entreprises touristiques et d’autres entreprises du secteur du développement dans la région de la Baie d’Ha-Long dans la protection et la gestion effective du bien.

Année du rapport : 2004
Viet Nam
Date d'inscription : 1994
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(viii)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 28COM (2004)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top