Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Engaging local communities in the conservation of the Okavango Delta World Heritage site

(01/01/2018) © Shutterstock. No use without permission. | Anna Dunlop
Cette page n'est pas intégralement disponible en français, vous pouvez la consulter en anglais.

Local communities and indigenous peoples are, and have been for centuries, the custodians of many World Heritage sites.

Launched in the year 2000, the Community Management for Protected Areas Conservation (COMPACT) initiative was established as a partnership between the World Heritage Centre, UNDP-implemented GEF Small Grants Programme (SGP) and the United Nations Foundation (UNF) to demonstrate how community-based initiatives can significantly increase the effectiveness of biodiversity conservation in globally significant protected areas.

Among nature’s most iconic treasures, the Okavango Delta was designated as the 1000th site on UNESCO’s World Heritage Lite in 2014. The Delta is one of the planet’s very few major interior delta systems that do not flow into a sea or ocean, with a wetland system that is almost intact. One of the unique characteristics of the site is its extraordinary annual flooding, which occurs in the dry season, and supports one of the greatest concentrations of wildlife in Africa.

 The Delta has been inhabited for centuries by small numbers of indigenous people, living a hunter-gatherer existence with different groups adapting their cultural identity and lifestyle to the exploitation of particular resources (e.g. fishing or hunting). This form of low-level subsistence use has had no significant impact on the ecological integrity of the area, and today mixed settlements of indigenous peoples and later immigrants to the area are located around the fringes of the delta, mostly outside the boundaries of the property.

These local communities are important custodians of the site and continued special attention is needed to improve the efficiency of the management of the property by contributing to the empowerment of communities, ensuring continued access to and benefits from their culture including local and traditional knowledge, and ensuring their involvement in management and development activities.


Objective

Improve the efficiency of the management of the Okavango Delta World Heritage Site by contributing to the empowerment of communities and ensuring their involvement in management and development activities.

Read more


COMPACT initiative

COMPACT is an innovative model for engaging communities in conservation and shared governance of World Heritage sites and other protected areas.

Read more


Results

Preparation of the Okavango Delta COMPACT Site Strategy for the implementation of small grants to support clusters of community-based activities

Read more

Objective

In line with Decisions 40 COM 7B.78 (Doha, 2014) and 42 COM 7B.89 (Manama, 2018) adopted by the World Heritage Committee, the main objectives of this project is to improve the efficiency of the management of the property by contributing to the empowerment of communities and ensuring their involvement in management and development activities.

The COMPACT initiative is set to address these issues by supporting community-led initiatives and establishing a programme for demand-driven small grants for community-based organisations, complemented by capacity building, exchange and networking activities. The project focuses on the communities living in the fringes of the Okavango Delta’s Panhandle area.


Map of the Okavango Delta showing the Panhandle area and villages

COMPACT initiative

COMPACT is an innovative model for engaging communities in conservation and shared governance of World Heritage sites and other protected areas.

The Community Management of Protected Areas Conservation (COMPACT) initiative is an innovative model for engaging communities in conservation and shared governance of World Heritage sites and other protected areas and is based on the proposition that community-based initiatives can significantly increase the effectiveness of biodiversity conservation in World Heritage sites while helping to improve the livelihoods of local people’. With an emphasis on complementing and adding value to existing conservation programmes, COMPACT uses small grants (up to a maximum of US$50,000) to support clusters of community-based activities that are intended to strengthen biodiversity conservation in and around protected areas. Today, COMPACT is working with an increasing number of World Heritage sites around the world, notably in Africa, with over one million beneficiaries and more than 400 small grants awarded to community-based activities in the World Heritage land- and seascapes. 

In 2014, UNESCO published the World Heritage Paper 40 which provides guidelines for the implementation of the COMPACT methodology and serves as a baseline for the development of a site strategy that ensures the engagement of local communities.

Results

Following a series of stakeholder consultation meetings, reaching an estimated 270 participants mainly from Civil Society Organizations, four major threats that the Panhandle is facing were identified: veld fires, unsustainable harvesting of natural resources (both terrestrial and aquatic resources such as fish), habitat loss and destruction and water pollution. These major threats enabled to conceptualize the vision and objectives of the COMPACT Site Strategy, as well as the modalities for small grants to support clusters of community-based activities. 

COMPACT small grants approved in 2021 for implementation in 2021-2023:

Grantee Project Amount (USD)
Okavango Community Trust Development of a herbarium lab at Eretsha Village to help safeguard plant species of the Okavango Eastern Panhandle 45, 000
Matute a Mungongo Producer Co-operative Society Limited Community mobilization for landscape conservation through revival and promotion of the Ngongo Culture of the Peoples of the Okavango, by investing in the extraction of Ngongo Oil and reviving the culture around it 50, 000
Teemashane Community Development Trust Fish farming project using earth ponds as an alternative way of conserving fish biodiversity in the Okavango Delta by reducing fishing pressure on natural stocks 45, 000
Okavango Jakotsha Community Trust

Restoration of blocked channel in the edge of the Western Panhandle of the Okavango Delta to conserve and promote sustainable use of natural assets and cultural heritage of the landscape and to improve socio-economic opportunities for the Jakotsha communities

24, 000

Documents

COMPACT site strategy Okavango Delta

COMPACT Scoping, Baseline Assessment and Conceptual Framework Okavango Delta 


Partners

UNESCO thanks the Government of Flanders and the Government of Norway for their financial support to the COMPACT programme in Okavango Delta.

The programme is implemented in partnership with UNDP through the GEF Small Grants Programme and the Government of Botswana through the Ministry of Environment, Natural Resources and Tourism, together with local partners.

Biens du patrimoine mondial (1)
États parties (1)
Zone géographique
Afrique
Décisions / Résolutions (2)
Code : 42COM 7B.89

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 38 COM 8B.5 et 40 COM 7B.78, adoptées à ses 38e (Doha, 2014) et 40e (Istanbul/UNESCO, 2016) sessions, respectivement,
  3. Accueille favorablement l’annulation de toutes les licenses de prospection pétrolière et métallifère dans la zone tampon et l’engagement de l’État partie à poursuivre le suivi des activités, mais notant l’emplacement d’autres zones de concession proche de la zone tampon et du bien, demande à l’État partie de veiller à ce qu’une étude d’impact environnemental (EIE), incluant une évaluation des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, soit entreprise avant que toute activité d’exploration ne soit initiée, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN ;
  4. Apprécie la collaboration entre les États parties du Botswana, de l’Angola et de la Namibie au travers de la Commission permanente des eaux du bassin hydrographique de l’Okavango (OKACOM)) pour veiller à ce que tout projet de développement majeur au sein du bassin versant de l’Okavango soit soumis à une EIE et qu’il y ait un mécanisme coordonné pour notifier chaque État partie d’activités susceptibles d’avoir des impacts transnationaux ;
  5. Prenant en compte le potentiel impact sur la VUE du bien de tout développement débouchant sur un prélèvement d’eau dans le bassin versant et la complexité et l’étendue de ce bassin, prie les États parties du Botswana, d’Angola et de Namibie d’évaluer les impacts de tout développement au niveau stratégique et à l’échelle du paysage au moyen d’une évaluation environnementale stratégique (EES) complète, conformément à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale ;
  6. Note avec appréciation l’ouverture du réexamen du Plan de gestion du delta de l’Okavango afin de rendre compte du statut de patrimoine mondial du bien, en vue d’améliorer l’efficacité des dispositifs institutionnels et de répondre aux questions non résolues de conservation et de gestion, et réitère sa demande à l’État partie de poursuivre ses efforts pour :
    1. étendre et renforcer les programmes qui adaptent l’utilisation des ressources traditionnelles comme moyens de subsistance, les droits d’accès, les droits culturels et l’accès aux possibilités de participer au secteur du tourisme, tout en préservant la VUE du bien,
    2. traiter une série d’autres questions de gestion et de protection, notamment gouvernance, responsabilisation des parties prenantes, planification de la gestion, capacité de gestion et contrôle des espèces exotiques envahissantes ;
  7. Note avec inquiétude que l’EIE pour les clôtures du cordon vétérinaire et les études aériennes des espèces sauvages n’ont pu être entreprises en raison de contraintes financières et demande également à l’État partie d’apporter un soutien financier supplémentaire à la conservation du bien ;
  8. Notant par ailleurs que la construction d’un pont à haubans au sein de la zone de panhandle du bien et le durcissement du revêtement de la voie d’accès afférente ont commencé à Mohembo sur la base d’une EIE de 2009, considère que les mesures identifiées dans l’EIE sont insuffisantes dans la mesure où elles ne prennent pas en compte le statut de patrimoine mondial du bien, et demande en conséquence à l’État partie de revoir l’EIE, conformément à la Note consultative de l’UICN, avant de poursuivre les travaux, afin d’inclure une évaluation des impacts potentiels de la construction et de l’utilisation du pont et de la route sur la VUE du bien, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.

En savoir plus sur la décision
Code : 40COM 7B.78

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 38 COM 8B.5, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Se félicite des progrès réalisés par l’État partie qui a résilié licences de prospection minières dans le bien et demande à l’État partie de conclure des négociations avec les détenteurs de licences afin de mettre un terme à toutes les activtés de prospection dans la zone tampon du bien, et de poursuivre le suivi et la gestion des licences de prospection et d’exploitation minières hors de la zone tampon de manière à éviter tout impact négatif sur le bien ;
  4. Réitère sa position sur le fait que l’exploration ou l’exploitation minière est incompatible avec le statut de patrimoine mondial, politique soutenue par la déclaration de position du Conseil international des mines et métaux (CIMM) de ne pas entreprendre de telles activités dans les biens du patrimoine mondial ;
  5. Salue les progrès réalisés dans l’élaboration de protocoles de suivi de la faune sauvage, demande également à l’État partie d’intégrer ces protocoles dans le programme de suivi systématique des espèces sauvages, qui devrait inclure des relevés aériens reproductibles à travers tout le bien afin d’établir des références démographiques pour les principales espèces sauvages et surveiller les tendances à long terme ;
  6. Note les mesures prises pour traiter l’efficacité de la gestion, la gouvernance ainsi que l’accès, les droits et les bénéfices et réitère sa demande à l’État partie de :
    1. poursuivre ses efforts pour rationaliser les clôtures vétérinaires, y compris par une étude d’impact environnemental (EIE),
    2. étendre et renforcer des programmes qui adaptent l’utilisation des ressources traditionnelles comme moyen de subsistance, les droits d’accès traditionnels, les droits culturels et l’accès aux opportunités de participer au secteur du tourisme tout en préservant la valeur universelle exceptionnel (VUE) du bien,
    3. poursuivre ses efforts pour traiter une série d’autres questions de gestion et de protection, y compris la gouvernance, la responsabilisation des parties prenantes, la capacité de gestion et le contrôle des espèces exotiques envahissantes ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre le plan de gestion révisé pour examen au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN avant son approbation et en appelle à la communauté internationale pour fournir le soutien technique et financier pour son développement et sa mise en œuvre ;
  8. Note avec inquiétude l’impact potentiel de la gestion des ressources d’eau en Angola et Namibie sur le bien et demande en outre aux États partie du Botswana, d’Angola et de Namibie de travailler en étroite collaboration afin de s’assurer que tout projet de développement majeur dans le bassin hydrographique de l’Okavango qui pourrait porter atteinte à la VUE du bien soit soumis à des EIE conformément à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l’évaluation environnementale ; ces EIE devraient être soumises au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN pour révision avant toute prise de décision qui serait difficilement réversible ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018.

En savoir plus sur la décision
top