Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Forêt Bialowieza

Bélarus, Pologne
Facteurs affectant le bien en 2007*
  • Activités illégales
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Exploitation forestière/production de bois
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    a) Modifications du régime hydrologique; b) Clôture empêchant les mouvements des mammifères

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Coupes de bois illégales ;

b) Exploitation commerciale excessive de la forêt ;

c) Infestation de la forêt par les scolytes ;

d) Modifications du régime hydrologique ;

e) Clôture empêchant les mouvements des mammifères ;

f) Absence de coopération transfrontalière.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2007
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2007**

Missions Centre du patrimoine mondial / UICN en 1999 et 2004

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

L’État partie polonais a soumis un rapport le 1er février 2007, en réponse à la demande du Comité. Ce rapport indique que la Pologne entreprend plusieurs activités dans les zones entourant le bien du patrimoine mondial pour réduire les effets négatifs des activités humaines sur les valeurs naturelles du bien. En 2006, le Président de la Pologne a nommé une équipe d’experts pour rédiger un projet de loi régissant le statut du patrimoine naturel et culturel de la forêt de Białowieża, de manière à garantir les meilleures solutions naturelles et sociales possibles pour la forêt comme pour les communautés locales. Il a également été signalé qu’un plan de gestion et de protection est en cours d’élaboration et qu’il comporte des dispositions sur la protection des valeurs naturelles du bien et des principes de gestion transfrontalière (qui devront faire l’objet d’un accord avec le Bélarus). En 2006, la Pologne a aussi soumis une Liste indicative actualisée incluant une proposition d’extension du bien. Enfin, avec le projet de nouvelle présentation de la proposition d’inscription, l’État partie prévoit de préciser les limites et la zone tampon du bien.

Quant aux recommandations de la mission de 2004, la Pologne observe que leur mise en œuvre prendra du temps, notamment en raison des dimensions socio-économiques impliquées. L’État partie signale néanmoins que l’initiative évoquée plus haut du Président de la Pologne place le bien dans un contexte plus large car elle vise à créer une structure de gestion intégrée pour l’ensemble du territoire concerné. La coopération transfrontalière s’est améliorée grâce aux réunions semestrielles des comités scientifiques des deux Parcs nationaux de Pologne et du Bélarus, et aux actions communes, visites et échanges réguliers d’expériences entre le personnel des deux Parcs nationaux. Ainsi, en 2006, une réunion des experts du projet de « La forêt de l’espoir » a permis de dresser une liste d’actions prioritaires pour maintenir et améliorer l’environnement naturel des deux côtés de la frontière, et une conférence scientifique a rassemblé des chercheurs des deux Parcs nationaux pour célébrer le 85e anniversaire du Parc national de Białowieża. De plus, un accord de coopération transfrontalière en matière de recherche, éducation, expositions, tourisme, gestion et protection a été conclu entre les deux Parcs nationaux. Dans le cadre du projet de « La forêt de l’espoir », un programme de suppression graduelle de la clôture marquant la frontière biélo-polonaise a été mis en place pour créer de véritables couloirs de migration permettant les mouvements transfrontaliers des grands mammifères.

S’agissant de la demande d’assistance internationale présentée par l’État partie du Bélarus pour traiter la question des mouvements des grands mammifères en mettant en place un projet de création de véritables couloirs de migration, le Centre du patrimoine mondial a demandé certaines précisions et un complément d’information mais n’a rien reçu jusqu’à maintenant.

L’État partie du Bélarus n’a pas présenté de rapport actualisé dans les temps impartis, comme le demandait la décision 30 COM 7B.20 du Comité (Vilnius, 2006). Par courriel daté du 20 mars 2007, le Directeur général du Parc national Belovezhskaya Pushcha a adressé un bref rapport, qui ne traite pas les questions de coopération transfrontalière. Le rapport indique qu’il n’y a pas d’activités humaines (coupes de bois, reboisement, amélioration, chasse et autres) dans la zone strictement protégée – y compris à l’intérieur du bien du patrimoine mondial – à part de la recherche scientifique et des mesures spéciales pour protéger les populations d’espèces rares. Par suite de conditions climatiques défavorables en 2000‑2002, et d’une invasion de scolytes, on a observé une déshydratation massive des forêts d’épicéas d’âge moyen et plus anciennes. Des conditions climatiques plus favorables en 2005-2006 ont fait cesser le processus. Dans l’ensemble, la forêt du Parc national aurait perdu environ 1,3 million de m3 d’épicéas entre 2001 et 2004, soit à peu près un tiers de ces arbres. Un nouvel inventaire de la forêt a révélé qu’entre 1993 et 2005, la forêt d’épicéas avait diminué de moitié. De plus, on a noté un dessèchement massif des frênes, aggravé par une infestation des arbres affaiblis par des champignons. L’une des raisons de ce processus semble être la fluctuation du niveau de la nappe phréatique.

Le rapport adressé par la Pologne montre que la mise en œuvre des recommandations de la mission commune de 2004 progresse lentement. L’UICN note cependant que le conseil de coordination transfrontalière prévu pour les deux Parcs nationaux n’est toujours pas constitué et qu’un certain nombre d’activités signalées, concernant notamment l’élaboration de la loi sur le patrimoine naturel et culturel, le plan de gestion et de protection et les couloirs de migration en sont toujours au stade de projet. L’UICN rappelle aux États parties concernés la nécessité de préciser d’urgence les limites exactes et les zones tampons du bien.

Le Centre du patrimoine mondial, dans le cadre de sa collaboration avec le Conseil de l’Europe, a reçu un rapport annonçant que le bien est de nouveau candidat au Diplôme européen des espaces protégés qu’il a déjà reçu en été 2006. Le rapport demande instamment au Gouvernement polonais de faire cesser les nouvelles coupes de bois dans la forêt ancienne, ainsi que la conversion des massifs forestiers reliques en plantations commerciales dans la Forêt de Białowieża. Il signale que l’on dispose déjà d’une documentation faisant état d’un net déclin d’espèces dépendantes de la forêt ancienne et de la présence de chablis sur place. Il souligne également que l’UE et les Gouvernements européens se mobilisent pour aider à trouver les moyens d’aider la Forêt de Bialowieza à devenir un modèle de protection de la nature et de développement des communautés locales. Le rapport s’interroge sur le renouvellement de l’attribution du Diplôme européen des espaces protégés aux deux Parcs nationaux de ce bien transfrontalier du patrimoine mondial ; une décision devrait être prise à ce sujet d’ici la fin de 2007. Le rapport demande enfin instamment la ratification, avant la fin de 2008, d’un accord bilatéral de conservation entre les Ministères compétents en Pologne et au Bélarus, rapport confirmant les principes et budgets nécessaires à la coopération transfrontalière entre les Parcs nationaux de Białowieża et Belovezhskaya Pushcha en matière de priorités de recherche, gestion, tourisme et éducation, à partir d’une sylviculture durable et tenant compte des recommandations du Comité du patrimoine mondial.

Décisions adoptées par le Comité en 2007
31 COM 7B.30
Forêt Belovezhskaya Pushcha / Białowieża (Bélarus / Pologne)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15B.20, 29 COM 7B.15 et 30 COM 7B.20, adoptées respectivement à ses 28e (Suzhou, 2004), 29e (Durban, 2005) et 30e sessions (Vilnius, 2006),

3. Note avec préoccupation que peu de progrès a été fait dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN de 2004, comme le montrent les conclusions de la mission du Conseil de l'Europe en 2006 pour le renouvellement du Diplôme européen des espaces protégés;

4. Demande de nouveau aux États parties du Bélarus et de Pologne de s'assurer que la gestion des zones entourant le bien du patrimoine mondial n'a pas d'incidence négative sur les valeurs et sur l'intégrité du bien, et d'inclure dans les plans de gestion des deux Parcs nationaux des rubriques acceptées d'un commun accord concernant la gestion du bien transfrontalier;

5. Prie instamment l'État partie du Bélarus de préciser, en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et l'UICN, l'étendue exacte de la partie biélorusse du bien transfrontalier du patrimoine mondial et de ses zones tampons;

6. Engage les États parties du Bélarus et de Pologne à poursuivre leurs efforts pour améliorer la coopération transfrontalière et demande qu'un exemplaire de l'accord bilatéral conclu le 15 novembre 2006, ainsi que des précisions sur sa mise en œuvre, soient adressées au Centre du patrimoine mondial;

7. Demande également aux États parties du Bélarus et de Pologne de fournir au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2008, des rapports à jour sur l'état de conservation du bien, et notamment sur les points susmentionnés, ainsi que sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de 2004, pour examen par le Comité à sa 32e session, en 2008.

Projet de décision : 31 COM 7B.30

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15B.20, 29 COM 7B.15 et 30 COM 7B.20, adoptées respectivement à ses 28e (Suzhou, 2004), 29e (Durban, 2005) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Note avec préoccupation que peu de progrès a été fait dans la mise en œuvre des recommandations de la mission commune Centre du patrimoine mondial / UICN de 2004, comme le montrent les conclusions de la mission du Conseil de l’Europe en 2006 pour le renouvellement du Diplôme européen des espaces protégés ;

4. Demande de nouveau aux États parties du Bélarus et de Pologne de s’assurer que la gestion des zones entourant le bien du patrimoine mondial n’a pas d’incidence négative sur les valeurs et sur l’intégrité du bien, et d’inclure dans les plans de gestion des deux Parcs nationaux des rubriques acceptées d’un commun accord concernant la gestion du bien transfrontalier ;

5. Prie instamment l’État partie du Bélarus de préciser, en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et l’UICN, l’étendue exacte de la partie biélorusse du bien transfrontalier du patrimoine mondial et de ses zones tampons ;

6. Encourage les États parties du Bélarus et de Pologne à poursuivre leurs efforts pour améliorer la coopération transfrontalière ; et demande qu’un exemplaire de l’accord bilatéral conclu le 15 novembre 2006, ainsi que des précisions sur sa mise en œuvre, soient adressées au Centre du patrimoine mondial ;

7. Demande également aux États parties du Bélarus et de Pologne de fournir au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009, des rapports à jour sur l’état de conservation du bien, et notamment sur les points susmentionnés, ainsi que sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations de la mission commune de 2004, pour examen par le Comité à sa 33e session, en 2009.

Année du rapport : 2007
Bélarus Pologne
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 31COM (2007)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top