Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ancienne ville de Damas

République arabe syrienne
Facteurs affectant le bien en 2008*
  • Activités de gestion
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Piètre état de conservation

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Piètre état de conservation ;

b) Techniques de restauration inadéquates ;

c) Absence de zone tampon ;

d) Absence de plan de gestion ;

e) Projets d'aménagement menaçant le tissu historique emblématique.

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2008

Montant total accordé au bien : 10.000 dollars EU pour des missions d'expertise technique (2007/2008)

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2008
Demandes approuvées : 6 (de 1981-2001)
Montant total approuvé : 156 050 dollars E.U.
2001 Photo exhibition on Syrian cultural heritage (Approuvé)   1 250 dollars E.U.
1998 Conservation Project for the Ancient City of Damascus ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1998 Conservation project for Tekiya Suleymaniah in the ... (Approuvé)   18 000 dollars E.U.
1994 Equipment for the restoration of the Citadel of Damascus (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1993 Financial contribution to the consolidation works in ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1981 Conservation work in the City of Damascus (Approuvé)   67 800 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2008**

Mars et décembre 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial à propos du projet de Route du Roi Fayçal ; avril 2008: mission conjointe de suivi réactif, Centre du patrimoine mondial / ICOMOS 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

En janvier 2007, les autorités syriennes ont informé le Centre du patrimoine mondial qu'un projet de grande envergure était envisagé dans la zone de la rue du Roi Fayçal, attenante au périmètre nord des murailles de la ville, qui prévoyait la démolition d'une partie considérable du tissu urbain de grande valeur historique. Lors de sa 31e session, le Comité du patrimoine mondial a demandé à l'Etat partie de remettre, avant le 1er février 2008, un rapport et d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS afin d'évaluer l'état de conservation du bien.

Le 24 janvier 2008, l'Etat partie a remis un rapport. La première partie est constituée de chapitres traitant de déclaration de valeur, de déclaration d'authenticité/d'intégrité et de gestion du bien. Ce dernier chapitre passe en revue la politique officielle envers la Vieille ville de Damas et les domaines d'action des différents services gouvernementaux responsables, cette dernière partie est quelque peu déroutante. Notamment, la Commission de sauvegarde de la Vieille ville, responsable de la planification stratégique, a publié un "plan structurel" , appelé à d'autres moments "Plan d'action" ou "Plan d'aménagement et de conservation intégrés de la Vieille ville de Damas", visant à accorder plus d'attention aux dispositions concernant l'utilisation des terrains afin de trouver un équilibre entre les résidents et les activités commerciales et de faire des distinctions précises entre les activités compatibles avec les critères historiques et environnementaux de la zone. 

Le rapport détaille aussi un certain nombre d'initiatives visant à des améliorations urbaines, telles que le programme de coopération technique avec l'Agence japonaise de coopération internationale (Japan International Cooperation Agency – JICA) consacré à la planification urbaine pour le développement durable de Damas, et le programme de Modernisation de l'Administration Municipale (MAM), financé par l'Union européenne, destiné à améliorer la qualité et l'efficacité de la gouvernance locale dans six villes du pays. A Damas, le programme MAM vise à protéger et à revitaliser la Vieille ville, plusieurs plans ont été préparés, y compris le projet de "Plan d'aménagement et de conservation intégrés de la Vieille ville de Damas". L'Agence allemande de coopération technique soutient aussi la sauvegarde de la Vieille ville de Damas par des avantages financiers accordés au secteur privé.

La conclusion du rapport de l’Etat partie est un résumé des principales menaces auxquelles le bien et les zones historiques aux alentours doivent faire face, entre autres les possibles impacts négatifs des projets d'aménagement, qui auront des conséquences sur la « valeur universelle exceptionnelle » de la Vieille ville, la tendance actuelle qui pousse à la transformation des nombreuses maisons arabes traditionnelles, l'absence de politique de conservation pour les zones historiques à l'extérieur de la ville fortifiée, ainsi que des projets de planification régionale inappropriés.

Le rapport de l'Etat partie comprend également un rapport d'avancement très précis (en date du 30 janvier 2008) sur un programme de consultation publique, mis en place par le programme MAM, afin de définir une zone tampon pour le bien du patrimoine mondial. Le rapport décrit avec précision l'état actuel des quartiers historiques environnants, précisant que « quatre des cinq quartiers historiques environnants au nord et à l'ouest de la Vieille ville ont été placés, entre 1988 et 2006, sous la protection de la Direction générale des Antiquités et des Musées (DGAM) du Service des antiquités au terme de la Loi sur les antiquités. Un "Comité pour la protection et l'aménagement de la Vieille ville de Damas et de sa zone tampon" a été créé par le Premier ministre, le 16 mai 2007, afin d'assurer la coordination des activités de planification intra et extra muros ». La détermination d'une zone tampon sera complétée d'une définition de sous zones spécifiques pour la protection, la réhabilitation et le réaménagement. L'approbation par les organismes de régulations et les structures institutionnelles, et, l'aval donné à la zone tampon par les différents services gouvernementaux concernés seront confirmés avant d'être soumis aux délibérations du Comité du patrimoine mondial.

Alors que l'Etat partie fait preuve d'un engagement fort pour résoudre les problèmes liés à la revitalisation des aspects sociaux, culturels et économiques de la ville historique, un certain nombre de problèmes sont susceptibles d'empêcher la ville de conserver la valeur universelle exceptionnelle du bien:

§ Les Déclarations de valeur et d'authenticité/intégrité présentées (en lieu et place de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle demandée) ne sont pas établies en conformité avec les Orientations. Les documents résultant de ces Déclarations ne peuvent donc par être intégrés dans le plan de gestion demandé par le Comité du patrimoine mondial.

§ Il semble qu'il n'y ait pas un de mécanisme de gestion clair capable de coordonner les nombreux projets déjà en place financés de façon externe par les programmes de coopération internationale et de façon interne.

§ Un plan de gestion orienté vers la conservation, tel que demandé par le Comité du patrimoine mondial, dont l'accent est mis sur la prise de décision intégrée, constituerait l'instrument de planification globale mentionné au point précédent, est de la plus grande importance afin de conserver de façon prioritaire la valeur universelle exceptionnelle du bien, tout en intégrant les problèmes d'aménagement de tous les secteurs concernés dans la Vieille ville.

§ Enfin, le Service des antiquités, qui agit essentiellement comme une structure de contrôle de l'aménagement et non comme une structure de planification, en dépit des efforts accomplis, manque de l'autorité indispensable, des moyens financiers et du statut nécessaire pour être le porte parole de la défense de la valeur universelle exceptionnelle au cœur de la prise de décision urbaine pour Damas.

Une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS s'est déroulée en avril 2008, s'intéressant principalement aux problèmes soulevés par le Comité du patrimoine mondial.

Le rapport de mission rappelle qu'une visite d'experts du patrimoine mondial, s'est déroulée à l'invitation de l'Etat partie en décembre 2007. Elle a confirmé les résultats d'une étude menée par 18 experts locaux, concernant le projet de la rue du Roi Fayçal, et a estimé qu'il aurait des impacts négatifs sur le statut de bien du patrimoine mondial, bien que le projet soit situé à l'extérieur de la zone centrale du bien inscrit. Le rapport de mission rappelle que les experts locaux et internationaux étaient tombés d'accord sur le fait que « le projet aurait constitué une grave menace envers l'intégrité de tout le tissu historique et le sens même du bien du patrimoine mondial de "ville fortifiée". Le bien aurait été définitivement coupé de son quartier périphérique au nord, avec des effets négatifs sur ses conditions environnementales et économiques et sur la vitalité sociale, des facteurs qui se seraient rajoutés à la détérioration prévue de son tissu urbain et de ses valeurs patrimoniales. Cependant, les membres de la mission d'avril 2008 ont été informés que le projet avait été annulé, sauf l'aspect lié à la restauration des murailles de la Vieille ville».

Le rapport de mission donne des détails sur les pressions et conditions sociales et économiques combinées avec l'accroissement du taux de détérioration des bâtiments, et ce, malgré beaucoup de travaux de conservation entrepris afin de préserver les principaux souks traditionnels et les sites monumentaux dans la zone centrale de la Vieille ville. De grandes parties du tissu historique encore en place, à l'intérieur et à l'extérieur des murailles, sont très délabrées, témoignant ainsi des transformations opérées depuis les années 30, lors de l'aménagement de la ville moderne à coté de la Vieille ville, qui a modifié ses fonctions et son rôle en imposant d'importants changements dans la structure socio-économique et dans l'occupation des terrains. Il semble que la détérioration et l'usage inapproprié des bâtiments résidentiels historiques soient en augmentation rapide en grande partie à cause des difficiles conditions économiques de la majeure partie de la population y résidant. Beaucoup de maisons sont vides et dans un état de délabrement avancé, particulièrement dans le Quartier juif, où beaucoup de maisons ont été abandonnées par leurs propriétaires. En l'absence d'outil juridique, il est impossible de les réutiliser à des fins résidentielles ou pour des activités compatibles.

 Les travaux publics les plus importants sont la rénovation complète du réseau d'infrastructure, ils concernent l'axe principal de la Vieille ville, la rue Medhat Pasha, aussi appelée « Via Recta », et les principales rues perpendiculaires de la "grille romaine". Le programme doit être mis en œuvre en 2008, au moyen d'une série complexe et intégrée d'interventions. Le rapport de mission souligne que alors que ces travaux constituent une étape fondamentale dans la réhabilitation physique et environnementale de la Vieille ville, ils ont malheureusement été mis en œuvre sans qu'une évaluation d'impact archéologique ait été menée et apparemment avec une supervision insuffisante en terme de personnel compétent, pour des raisons de budget et de temps. L'amélioration des infrastructures a été stratégiquement prévue afin qu'en même temps soit mené un programme complet de remise à neuf et de restauration des façades. Même si la qualité des matériaux et l'exécution des travaux sont plutôt satisfaisantes et témoignent d'une gestion de la mise en œuvre in situ très efficace, ces travaux pâtissent d'un plan uniforme et parfois trop général qui n'est pas en conformité dans bien des cas avec les exigences internationalement admises en terme de conservation.

Le rapport de mission signale également des défauts dans les procédures de restauration et de réhabilitation observés depuis plusieurs décennies dans la ville historique. De récentes interventions en sont la preuve, elles ont impliqué de grandes démolitions et un réaménagement sans respect de la structure du tissu historique, et constituent un regrettable précédent. Le rapport signale cependant qu'un remarquable effort a été accompli dans le domaine de la conservation de la majeure partie du patrimoine architectural, au cours des récentes années, par le Département pour le Vieux Damas du Gouvernorat et la DGAM et que les problèmes de réhabilitation urbaine sont désormais pris en charge dans le cadre de divers projets menés par différentes institutions, illustrant ainsi que le besoin de faire des efforts conséquents dans le domaine de la conservation est une idée largement partagée par toutes les parties concernées.

Le rapport de mission souligne que nombre d‘interventions récentes et en cours illustrent néanmoins qu'une planification plus "fine" et des approches architecturales et archéologiques doivent être envisagées. Elles tiendraient compte du tissu urbain historique global en tant que patrimoine à préserver et pas seulement des monuments recensés un par un. A ce propos, un effort a été entrepris afin d'accroître la sensibilisation des officiels et de l'opinion publique sur les valeurs patrimoniales de la Vieille ville et afin d'augmenter les capacités de gestion et les compétences techniques ainsi que des méthodes et des techniques de conservation.

La mission signale en outre que la définition d'une zone tampon pour la Vieille ville est désormais bien avancée dans l'ordre du jour de l'Etat partie. Cependant, une réponse n'a pas été apportée à la demande du Comité du patrimoine mondial, exprimée à sa 31e session, visant à ce que l'Etat partie "considère l'extension des limites du bien afin d'y inclure ses quartiers périphériques ayant une valeur historique".

Il est urgent qu'une meilleure coordination se mette en place entre les diverses institutions publiques, à la fois pour planifier et aussi pour mettre en œuvre les projets les plus pertinents, et que de nouveaux outils de planification en préparation fournissent des définitions précises des différents niveaux de protection à appliquer dans les différentes parties du tissu urbain, le tout accompagné d'une identification précise des types d'interventions nécessitées et autorisées.

Décisions adoptées par le Comité en 2008
32 COM 7B.63
Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne) (C 20)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.55, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note avec grande satisfaction de la décision de l'État partie d'annuler le projet d'aménagement urbain de la rue du Roi Fayçal, et demande, conformément au paragraphe 172 des Orientations à l'État partie de l'informer à l'avance de tout projet visant à redessiner ou reconfigurer la zone de la rue du Roi Fayçal, et de tout autre projet important prévu ;

4. Demande également à l'État partie de s'assurer que :

a) Tous travaux à venir concernant l'infrastructure ou le sous-sol soient précédés d'une étude d'impact archéologique, d'une fouille archéologique de sauvegarde et de mesures d'atténuation qui pourraient être nécessaires afin de conserver des éléments archéologiques ;

b) Les approches traditionnelles en terme de conservation, de restauration, de réparation et d'entretien du tissu bâti soient envisagées pour tous les travaux effectués dans le bien et dans ses quartiers historiques adjacents situés dans la zone tampon, et ce, afin de conserver l'authenticité du bien;

c) Les procédures de conservation et de planification pour la réutilisation du grand nombre de bâtiments abandonnés, dans le périmètre du bien et de sa future zone tampon, soient initiées et mises en oeuvre;

5. Regrette la construction du nouveau centre culturel dans la rue Medhat Pasha et prie instamment l'État partie de faire parvenir au Centre du patrimoine mondial toute information disponible sur ce projet et d'étudier la façon d'atténuer l'impact négatif sur les valeurs du contexte urbain historique ;

6. Réitère son invitation auprès de l'État partie afin qu'il considère l'extension des limites du bien pour qu'il inclue les quartiers adjacents de grande valeur historique, et demande en outre à l'État partie d'achever son travail sur la définition d'un projet de zone tampon à soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour approbation par le Comité du patrimoine mondial ;

7. Réitère également sa demande auprès de l'État partie afin qu'il élabore et mette en oeuvre un plan de gestion destiné à assurer la coordination des toutes les actions concernant le bien et ses alentours et qui rassemblerait les nombreuses structures existantes en charge de planification et de stratégie et les programmes de coopération internationale au sein d'un cadre unique qui permette le respect de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

8. Invite l'État partie à trouver les moyens d'accorder aux organismes en charge de la Vieille ville de Damas, l'autorité, les ressources financières et le statut nécessaires à l'élaboration et à la mise en oeuvre du plan de gestion évoqué au point précédent ;

9. Demande par ailleurs à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur les recommandations mentionnées ci-dessus et sur l'état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Projet de décision : 32 COM 7B.63

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.55, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note avec satisfaction de la décision de l'Etat partie d'annuler le projet d'aménagement urbain de la rue du Roi Fayçal, et demande, conformément au paragraphe 172 des Orientations à l’Etat partie de l’informer à l'avance de tout projet visant à redessiner ou reconfigurer la zone de la rue du Roi Fayçal, et de tout autre projet important prévu ;

4. Demande également à l'Etat partie de s'assurer que :

a) Tous travaux à venir concernant l'infrastructure ou le sous-sol soient précédés d'une évaluation d'impact archéologique, d'une fouille archéologique de sauvegarde et de mesures d'atténuation qui pourraient être nécessaires afin de conserver des éléments archéologiques ;

b) Les approches traditionnelles en terme de conservation, de restauration, de réparation et d'entretien du tissu bâti soient envisagées pour tous les travaux effectués dans la zone inscrite et dans ses quartiers historiques adjacents situés dans la zone tampon, et ce, afin de conserver l'intégrité du bie n;

c) Les procédures de conservation et de planification pour la réutilisation du grand nombre de bâtiments abandonnés, dans le périmètre du bien et de sa future zone tampon, soient initiées et mises en œuvr e;

5. Regrette la construction du nouveau centre culturel dans la rue Medhat Pasha et prie instamment l'Etat partie de faire parvenir au Centre du patrimoine mondial toute information disponible sur ce projet et d'étudier la façon d'atténuer l'impact négatif sur les valeurs du contexte urbain historique ;

6. Réitère son invitation auprès de l'Etat partie afin qu'il considère l'extension des limites du bien pour qu'il inclue les quartiers adjacents de grande valeur historique, et demande en outre à l'Etat partie d'achever son travail sur la définition d'un projet de zone tampon à soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour approbation par le Comité du patrimoine mondial ;

7. Réitère également sa demande auprès de l'Etat partie afin qu'il élabore et mette en œuvre un plan de gestion destiné à assurer la coordination des toutes les actions concernant le bien et ses alentours et qui rassemblerait les nombreuses structures existantes en charge de planification et de stratégie et les programmes de coopération internationale au sein d'un cadre unique qui permette le respect de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

8. Invite l'Etat partie à trouver les moyens d'accorder aux organismes en charge de la Vieille ville de Damas, l'autorité, les ressources financières et le statut nécessaires à l'élaboration et à la mise en œuvre du plan de gestion évoqué au point précédent ;

9. Demande par ailleurs à l'Etat partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur les recommandations mentionnées ci-dessus et sur l'état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Année du rapport : 2008
République arabe syrienne
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2013-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 32COM (2008)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top