Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ancienne ville de Damas

République arabe syrienne
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Activités de gestion
  • Habitat
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Piètre état de conservation ;

b) Techniques de restauration inadéquates ;

c) Absence de zone tampon ;

d) Absence de plan de gestion ;

e) Projets d'aménagement menaçant le tissu historique emblématique.

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2011

Montant total accordé au bien : 10.000 dollars EU du fonds-en-dépôt italien 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 6 (de 1981-2001)
Montant total approuvé : 156 050 dollars E.U.
2001 Photo exhibition on Syrian cultural heritage (Approuvé)   1 250 dollars E.U.
1998 Conservation Project for the Ancient City of Damascus ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1998 Conservation project for Tekiya Suleymaniah in the ... (Approuvé)   18 000 dollars E.U.
1994 Equipment for the restoration of the Citadel of Damascus (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1993 Financial contribution to the consolidation works in ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1981 Conservation work in the City of Damascus (Approuvé)   67 800 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2011**

Mars et décembre 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial à propos du projet de la rue du Roi Fayçal ; avril 2008 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS 

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 19 janvier 2011, un rapport sur l’état de conservation de l’Ancienne Ville de Damas a été soumis par l’État partie qui transmet des informations sur les points suivants :

 

a) Zone tampon

Le Comité du patrimoine mondial, à sa 34e session, avait exprimé sa satisfaction devant les progrès accomplis dans la création d’une zone tampon. Le rapport de l’État indique qu’une nouvelle norme à été élaborée pour la zone tampon, proposée dans la décision ministérielle N° 27 du 26 juin 2010, et approuvée par plusieurs institutions.. L’État partie a soumis une proposition de création d’une zone tampon qui sera examinée par le Comité du patrimoine mondial lors de la présente session.

b) Projets de réhabilitation

Quelques précisions sont données sur les quatre projets de réhabilitation pour lesquels le Comité du patrimoine mondial souhaitait obtenir un complément d’information. Le long du passage sud entre la Citadelle et le souq al-Hamidiyé, des magasins sont en cours de restauration, la terre a été enlevée, les surfaces enduites réhabilitées, les pierres rejointoyées. Dans le vieux souq de l’or, les fouilles ont été consolidées. La réhabilitation des quartiers de Naqacchat, Alyahoud et Saida Roukayya porte essentiellement sur la mise aux normes et la modernisation des services d’égouts, d’électricité, d’éclairage et de téléphone. Dans tous les projets, un pavage de pierre est en cours d’installation, ce qui pourrait entrainer des problèmes. Si la ville avait eu un plan de gestion et de conservation mis en œuvre, des questions comme celle du pavage des rues auraient sans aucun doute été traitées.

Le rapport indique que le projet de la rue du Roi Fayçal a été « interrompu », mais reste vague sur son abandon définitif ou non. D’après les informations communiquées, le projet du centre culturel de la rue Medhat Pasha progresse sur une base beaucoup plus saine, en évitant de commettre les erreurs de la première phase. Toutefois, aucun plan ni aucun projet n’a été envoyé au Centre du patrimoine mondial.

c) Plan de gestion et de conservation

À sa 34e session, le Comité du patrimoine mondial a réitéré à l’État partie sa demande d’établissement d’un plan de gestion pour le bien. La question d’un plan de gestion et de conservation n’est abordée qu’indirectement dans le rapport. Il est noté que la Vieille Ville de Damas est supervisée par ‘le Comité pour la sauvegarde de la Vieille Ville’ que préside le Maire de Damas, qui définit les stratégies et est responsable de la délivrance des permis. Un plan de gestion et de conservation devrait être préparé sur une base professionnelle, revu par les experts et le public, puis officiellement adopté. La délivrance des permis devrait être guidée par le plan, mais il devrait s’agir d’un processus totalement distinct. Tout compromis fait dans les modalités du plan, pour des raisons commerciales ou autres, devrait être transparent. Cela n’est peut-être pas réalisable sous l’administration telle qu’elle est actuellement structurée.

En dépit de ces préoccupations, il y a beaucoup d’aspects positifs dans les plans qui prévoient des sondages et donnent une échelle de priorités aux fouilles urgentes ; la proposition visant à interdire le ciment et le béton dans les travaux de restauration et exiger l’emploi de matériaux traditionnels ; la proposition visant à publier un code pour les enduits traditionnels à la chaux et le plan de renforcement du contrôle des travaux illégaux.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent qu’un effort important a été fait pour résoudre quelques-uns des problèmes majeurs évoqués dans la décision 34 COM 7B.64, bien que la plupart des réponses soient des propositions qui sont encore à compléter et à mettre en œuvre. Les modifications apportées aux projets d’aménagement en cours sont positives, bien que les renseignements fournis soient insuffisants pour les évaluer. Le principal problème qui subsiste est l’absence de plan de gestion et de conservation approprié.

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.58
Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne) (C 20)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.64, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Prend note des propositions faites par l'Etat partie, y compris la création d'une zone tampon, la modification ou l'abandon de projets d'aménagement nuisibles, l'amélioration des normes de conservation, l'emploi de matériaux traditionnels et le contrôle renforcé des développements illégaux;

4. Réitère sa demande à l'État partie de communiquer au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des informations détaillées sur les quatre projets de réhabilitation et sur le réaménagement de la zone de la rue du Roi Fayçal et du centre culturel de la rue Medhat Pasha avant d'entamer d'autres travaux;

5. Réitère également l'urgente nécessité de préparer et adopter un plan de gestion et de conservation à soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives;

6. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.

35 COM 8B.51
Biens Culturels - Examen des modifications mineures des limites - Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-11/35.COM/8B.Add et WHC-11/35.COM/INF.8B1.Add,

2. Approuve la proposition de zone tampon pour l'Ancienne ville de Damas, République arabe syrienne;

3. Recommande que l'État partie prenne en considération les points suivants :

a) envisager l'extension de la zone tampon présentement définie afin de mieux relier les quartiers historiques de la ville ancienne au bien inscrit,

b) poursuivre les travaux de réglementation et de contrôle en cours ou annoncés pour les différentes parties de la zone tampon et tenir le Comité du patrimoine mondial informé de leur avancement.

35 COM 8D
Clarifications des limites et des superficies des biens par les Etats parties en réponse à l’Inventaire rétrospectif

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-11/35.COM/8D,

2. Rappelant la Décision 34 COM 8D, adoptée lors de sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Reconnaît l'excellent travail accompli par les États parties dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d'examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial lorsque les limites ne sont pas claires ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les États parties suivants en réponse à l'Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l'annexe du Document WHC-11/35.COM/8D :

  • Algérie: Timgad;
  • Australie: Parc national de Kakadu;
  • Espagne: Alhambra, Generalife et Albaicín, Grenade; Cathédrale de Burgos;
  • Fédération de Russie: Volcans du Kamchatka;
  • France: Cathédrale d'Amiens; Cathédrale Notre-Dame, ancienne abbaye Saint-Remi et palais de Tau, Reims; Cathédrale de Bourges; Centre historique d'Avignon: Palais des papes, ensemble épiscopal et Pont d'Avignon; Ville fortifiée historique de Carcassonne; Site historique de Lyon;
  • Géorgie: Haut Svaneti;
  • Italie: Art rupestre du Valcamonica; Centre historique de Naples; Villa romaine du Casale;
  • Madagascar: Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha;
  • Ouganda: Forêt impénétrable de Bwindi; Monts Rwenzori;
  • République arabe syrienne: Ancienne ville de Damas;
  • République tchèque: Centre historique de Český Krumlov; Kutná Hora: le centre historique de la ville avec l'église Sainte-Barbe et la cathédrale Notre-Dame de Sedlec.

6. Demande aux États parties européens, arabes et africains n'ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandée le plus rapidement possible et d'ici le 1 décembre 2011 au plus tard.

Projet de décision : 35 COM 7B.58

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.64, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Prend note des propositions faites par l’État partie, y compris la création d’une zone tampon, la modification ou l’abandon de projets d’aménagement nuisibles, l’amélioration des normes de conservation, l’emploi de matériaux traditionnels et le contrôle renforcé des développements illégaux ;

4. Réitère sa demande à l’État partie de communiquer au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des informations détaillées sur les quatre projets de réhabilitation et sur le réaménagement de la zone de la rue du Roi Fayçal et du centre culturel de la rue Medhat Pasha avant d’entamer d’autres travaux ;

5. Réitère également l’urgente nécessité de préparer et adopter un plan de gestion et de conservation à soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;

6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, unrapport sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.

Année du rapport : 2011
République arabe syrienne
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2013-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top