Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata

Italie
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Tempêtes
  • Autres menaces :

    effondrement de murs

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

fortes pluies

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

 Le 22 avril 2012, le Centre du patrimoine mondial a été informé qu'un mur décoré d'une fresque rouge s'était effondré sur le territoire du bien du patrimoine mondial des Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata. Cet effondrement est le quatrième d'une série d'effondrements des structures sur le territoire du bien. Suite à de fortes pluies, deux effondrements se sont produits en novembre 2011, ils ont considérablement affecté la Maison des gladiateurs et la Maison du moraliste. En décembre 2011, une colonne de la cour de la Maison de Loreius Tiburtinus, également connue sous le nom de Maison d'Octavius Quartio, s'est aussi effondrée.

Malgré l'octroi de financements par divers donateurs, dont 105 millions d'euros de l'Union européenne, pour la conservation du bien, la récente série d'effondrements démontrent que les efforts entrepris précédemment n'ont pas été suffisants pour empêcher une détérioration continue du bien et qu'une approche plus efficace des problèmes doit être envisagée de toute urgence.

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7C
Réflexion sur l’évolution de l’état de conservation

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7C,

2.   Rappelant les décisions 35 COM 7C et 35 COM 12E adoptées lors de sa 35e session (UNESCO, 2011),

Facteurs importants ayant un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle

3.   Prend note de l’analyse statistique et encourage le Centre du patrimoine mondial à continuer à produire de telles données informatives, notamment des données à composante régionale ;

Problèmes récurrents de conservation

4.   Prend également note de la finalisation du processus d’étude indépendante sur les industries d’extraction et les biens du patrimoine mondial comme contribution au processus d’élaboration d’Orientations de politique générale et invite le Centre du patrimoine mondial à diffuser cette étude le plus largement possible ;

Réduction des risques de catastrophes

5.  Demande aux États parties de s’efforcer à prendre en considération les risques de catastrophes, y compris celles provoquées par l’homme, dans les plans et mécanismes de gestion des biens du patrimoine mondial situés sur leur territoire ;

6.   Demande également au Centre du patrimoine mondial, avec l’aide des Organisations consultatives, de poursuivre le travail entamé avec les institutions régionales et mondiales de gestion des risques de catastrophes afin d’intégrer la prise en compte du patrimoine dans leurs politiques et programmes, ainsi que dans les mécanismes conduits par les Nations Unies, tels que l’évaluation des besoins post-catastrophes (PDNA) ;

Suivi des décisions 35 COM 7C et 35 COM 12E

7.   Prend en outre note des informations recueillies sur la reconnaissance des protecteurs des biens du patrimoine mondial dans les zones de conflit et de post-conflit, y compris l’utilisation de bérets bleus/verts ou de tout insigne adapté ;

8.   Prend note par ailleurs du processus en cours visant à améliorer  le dialogue entre les États parties, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sur les problèmes de conservation des biens du patrimoine mondial ;

9.   Remercie le gouvernement des Flandres de son soutien à l’établissement d’un « système d’information sur l’état de conservation », hébergé par le site web du Centre du patrimoine mondial et demande en outre au Centre du patrimoine mondial de présenter un rapport d’avancement sur la base de données et son accès par Internet lors de la 37e session du Comité du patrimoine mondial en 2013 ;

Autres problèmes de conservation non rapportés à la 36e session aux Points 7A et 7B

10.   Exprime sa préoccupation quant à l’état de conservation du bien du patrimoine mondial des « Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata » (Italie) et prie instamment l’État partie de l’Italie d’intensifier les efforts entrepris afin de mettre en œuvre la décision du Comité prise lors de sa 35e session (UNESCO, 2011) ;

11.   Présente ses condoléances aux victimes du tremblement de terre dans le nord de l’Italie ; encourage également l’État partie italien à poursuivre les efforts importants qu’il a entrepris afin d’évaluer les dégâts causés et de planifier et mettre en œuvre les mesures de réparation nécessaires, en envisageant également le renforcement de la capacité de résistance dans le futur des trois biens à tout risque naturel potentiel, et, demande par ailleurs à l’État partie italien de remettre au Centre du patrimoine mondial des informations actualisées sur la situation et de coordonner, avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, toute initiative visant à restaurer les trois biens affectés ;

12.   Demande enfin à l’État partie du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord de stopper le projet d’aménagement d’un équipement de golf sur le territoire du bien du patrimoine mondial dénommé « Chaussée des Géants et sa côte » jusqu’à ce que l’impact potentiel de ce projet sur la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial ait été évalué. 

Projet de décision : 36 COM 7C

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7C,

2. Rappelant les décisions 35 COM 7C et 35 COM 12E adoptées lors de sa 35e session (UNESCO, 2011),

 

Facteurs importants ayant un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle

3. Prend note de l’analyse statistique et encourage le Centre du patrimoine mondial à continuer à produire de telles données informatives, notamment des données à composante régionale ;

 

Problèmes récurrents de conservation

4. Prend également note de l'étude indépendante sur les industries d'extraction et les biens du patrimoine mondial et accueille avec satisfaction cette contribution au processus d'élaboration d'orientations de politiques;

 

Réduction des risques de catastrophes

5. Réitère sa demande auprès des États parties afin qu'ils garantissent que les risques de catastrophes, y compris celles provoquées par l'homme telles que les conflits et l'instabilité politique, sont envisagés de façon adaptée dans les plans et mécanismes de gestion des biens du patrimoine mondial situés sur leur territoire;

6. Demande au Centre du patrimoine mondial, avec l'aide des Organisations consultatives, de poursuivre le travail entamé avec les institutions régionales et mondiales de gestion des risques de catastrophes afin d'intégrer la prise en compte du patrimoine dans leurs politiques et programmes, ainsi que dans les mécanismes conduits par les Nations Unies, tels que l'évaluation des besoins post-catastrophes (PDNA);

 

Suivi des décisions 35 COM 7C et 35 COM 12E

7. Prend en outre note des informations recueillies sur la reconnaissance des protecteurs des biens du patrimoine mondial dans les zones de conflit et de post-conflit, y compris l'utilisation de bérets bleus/verts ou de tout insigne adapté;

8. Prend note par ailleurs du processus en cours visant à améliorer le dialogue entre les États parties, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sur les problèmes de conservation des biens du patrimoine mondial;

9. Remercie le Gouvernement des Flandres de son soutien à l'établissement d'un « système d'information sur l'état de conservation », hébergé par le site web du Centre du patrimoine mondial et demande également au Centre du patrimoine mondial de présenter un rapport d'avancement sur la base de données et son accès par Internet lors de la 37e session du Comité du patrimoine mondial en 2013;

 

Autres problèmes de conservation non rapportés à la 36e session aux Points 7A et 7B

10. Exprime sa préoccupation quant à l'état de conservation du bien du patrimoine mondial des « Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata » (Italie) et prie instamment l'État partie italien d'intensifier les efforts entrepris afin de mettre en œuvre la décision du Comité prise lors de sa 35e session (UNESCO, 2011);

11. Présente ses condoléances aux victimes du tremblement de terre dans le nord de l'Italie; encourage également l'État partie italien à poursuivre les efforts importants qu'il a entrepris afin d'évaluer les dégâts causés et de planifier et mettre en œuvre les mesures nécessaires de réparation, en envisageant également le renforcement de la capacité de résistance dans le futur des trois biens à tout risque naturel potentiel, et, demande en outre à l'État partie italien de remettre au Centre du patrimoine mondial des informations actualisées sur la situation et de coordonner, avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, toute initiative visant à restaurer les trois biens affectés;

12. Demande par ailleurs à l'État partie du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord de stopper le projet d'aménagement d'un équipement de golf sur le territoire du bien du patrimoine mondial dénommé « Chaussée des Géants et sa côte » jusqu'à ce que l'impact potentiel de ce projet sur la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial ait été évalué.

 

Année du rapport : 2012
Italie
Date d'inscription : 1997
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(iv)(v)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top