Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ville historique de Zabid

Yémen
Facteurs affectant le bien en 2010*
  • Destruction délibérée du patrimoine
  • Habitat
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Sérieuse dégradation du patrimoine de la ville (beaucoup de maisons et l'ancien souq sont dans un grave état de détérioration)

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Sérieuse dégradation du patrimoine de la ville (beaucoup de maisons et l'ancien souq sont dans un grave état de détérioration) 
  • Un fort pourcentage des maisons de la ville sont remplacées par des bâtiments de béton inappropriés 
  • De grandes parties des espaces ouverts de la ville ont été privatisés, illégalement ou de manière informelle, et plus de 30% d'entre eux sont construits 
  • Absence de mesures de conservation et de soutien
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Sérieuse détérioration du patrimoine bâti (40% des maisons à usage d’habitation sont remplacés par du béton et des immeubles  à étages 
  • Les maisons qui subsistent dans la ville se dégradent rapidement en raison du faible revenu des habitants 
  • Du fait que les activités du souk ont été transférées en dehors de la ville, l’ancien souk est presque vide, sans la moindre activité, et les échoppes se délabrent 
  • Disparition du rôle économique traditionnel de la ville 
  • Absence générale de toute forme de stratégie de conservation et de réhabilitation dans la ville
Mesures correctives pour le bien

Dans sa décision 31 COM 7A.19 (Christchurch, 2007), le Comité du patrimoine mondial a défini les mesures d’urgence à prendre :

a) Cadre juridique et institutionnel approprié mis en place en un an :

(i) Republication du décret ministériel N°425 - 2006,

(ii) Affectation de crédits suffisants par le gouvernement au GOPHCY de Sana'a et Zabid pour stabiliser la dégradation du patrimoine mondial,

(iii) Mise au point de la législation sur la protection du patrimoine,

(iv) Achèvement et traduction en arabe du projet de plan de conservation. Production d'une version courte pour large diffusion.

b) Dégradation matérielle immédiatement stoppée et inversée en l'espace de deux ans :

(i) Coup d'arrêt mis aux nouvelles constructions de mauvaise qualité et à la dégradation progressive des biens du patrimoine protégés,

(ii) Approbation des entreprises et des spécialistes chargés d'effectuer les travaux de conservation d'urgence,

(iii) Plan d'amélioration de l'architecture intérieure approprié : salles de bain et cuisines, infrastructure et climatisation,

(iv) Conception adéquate des nouvelles maisons construites à Zabid,

(v) Début des travaux de démolition des murs en béton élevés le long des rues et autres espaces publics, et remplacés par des murs en brique,

(vi) Calendrier de mesures chiffrées et programmées à moyen et à long terme,

(vii) Règles et dispositions auxquelles doivent souscrire les habitants et les propriétaires

(viii) Adoption du plan d'urbanisme de Zabid.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Comme indiqué dans la décision 31 COM 7A.19 : « Cadre juridique et institutionnel approprié établi en un an (soit 2008) ; Dégradation matérielle immédiatement stoppée et inversée en l'espace de deux ans (soit 2009) ».
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2010

Montant total accordé au bien : 10.000 dollars EU provenant du fonds en dépôt italien ; 4.000 dollars EU provenant de l'Accord de coopération France-UNESCO 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2010
Demandes approuvées : 8 (de 1994-2004)
Montant total approuvé : 159 167 dollars E.U.
2004 Assistance for the publication of a book (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
2003 Safeguarding the Historic Town of Zabid (Approuvé)   40 000 dollars E.U.
2001 Historic City of Zabid (APPROVAL OF THE SECOND HALF-NOT ... (Approuvé)   25 000 dollars E.U.
2001 Historic City of Zabid (APPROVAL OF THE FIRST HALF) (Approuvé)   25 000 dollars E.U.
1999 Exposition of the photographs of the architectures in ... (Approuvé)   167 dollars E.U.
1998 Construction of the furnace for making mud bricks, a ... (Approuvé)   19 000 dollars E.U.
1994 Preparation of a publication on Zabid (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1994 Urgent protection works in the Historical Town of Zabid (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

À sa 31e session (Christchurch, 2007), le Comité du patrimoine mondial est convenu de différer l’examen du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial si des mesures spécifiques et approuvées étaient prises pour inverser le grave processus de déclin concernant la conservation et l’économie de la ville en mettant en place un cadre juridique et institutionnel d’ici un an (2008) et en stoppant immédiatement et inversant la dégradation physique d’ici deux ans (2009). Le rapport de l’État partie de 2009 demandait un délai supplémentaire de trois ans pour apporter la preuve des progrès accomplis en vue d’inverser le processus de déclin.

L’État partie a soumis un rapport le 8 mars 2010, répondant à la décision prise par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009) et faisant état des progrès accomplis en matière d’inversement du processus de déclin, de conservation des maisons d’habitation, du souk et des rues, ainsi que sur le développement économique et social lié à ces progrès.

D’une manière générale, l’État partie affirme que les progrès se poursuivent et réitère que, depuis juin 2007 et le lancement du projet SFD (Fonds social pour le développement)/ GTZ (Agence allemande de coopération technique), l’évolution de la situation à Zabid a radicalement changé grâce à l’efficacité des activités prévues dans le projet, à une meilleure coordination entre les parties prenantes, aux efforts de financement continus de la part du gouvernement et aux investissements du SFD. En outre, le bureau de Zabid de l’organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen(GOPHCY), a été restructuré et est soutenu par une nouvelle équipe comptant désormais environ 33 personnes (des professionnels, ingénieurs, architectes, juristes, artisans etc.). Le programme de réhabilitation des maisons a permis de réaliser plus de 200 interventions complètes réparties dans l’ensemble de la ville tandis que le projet relatif au souk est parvenu à réhabiliter et revitaliser plus de 320 échoppes. Selon l’État partie, les mesures de promotion du commerce et de développement de la communauté, engagées l’année dernière parallèlement au programme de revitalisation de l’ancien souk et au programme de réhabilitation des maisons, ont un impact très positif sur la situation.

Le rapport de l’État partie fournit des informations sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des mesures correctives, comme suit :

a) Mise en place d’un cadre juridique et institutionnel :

 

i) Nouvelle publication du Décret du ministériel N°.425 – 2006 : Ce dernier a été publié en novembre 2007 ;

ii) Allocation par le gouvernement à l’organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen (GOPHCY): Le bureau du GOPHCY à Zabid dispose désormais d’un budget régulier et le ministère de la Culture continue de lui allouer chaque année d’importantes ressources supplémentaires provenant du Fonds de développement culturel, tandis que le projet GTZ/SFD continue de soutenir le bureau du GOPHCY en lui attribuant des budgets pour financer les heures supplémentaires de son personnel, l’aider dans le renforcement des capacités et contribuer financièrement à la suppression de certaines violations.

iii) Finalisation des lois sur la protection du patrimoine : Il est indiqué que cette finalisation a été retardée en raison de problèmes de financement. Toutefois, le Gouvernement a donné son accord pour la création d’un comité ministériel chargé de suivre cette question.

iv) Achèvement du plan de conservation : Le plan de conservation est encore en cours d’achèvement. L’État partie indique qu’une stratégie de gestion de l’espace et une stratégie de réhabilitation des maisons, basée sur des subventions accordées aux ménages, sont également en cours de développement. Un projet de plan de gestion, a également été rédigé, et devrait être achevé dans la seconde moitié de 2010, une fois que le plan de conservation urbaine aura été adopté.

 

b) Dégradation physique stoppée immédiatement et tendance inversée d’ici deux ans (cinq ans) :

Le contrôle des activités de construction est beaucoup plus efficace et, maintenant, les personnes concernées demandent presque systématiquement des permis de construire ou de réhabilitation (grâce aux effets positifs du programme de réhabilitation des maisons et à l’amélioration du fonctionnement du bureau GOPHCY à Zabid).

 

i) Arrêt des constructions nouvelles médiocres et de la dégradation du patrimoine protégé : L’État partie indique qu’il ne tolère plus les constructions illégales et prend régulièrement des mesures pour les minimiser. Néomoins, beaucoup d’efforts doivent encore être entrepris pour convaincre essentiellement les départements de la Justice et de la Police de coopérer à la suppression des abus. L’État partie annonce que le GTZ et le GOPHCY discutent d’une nouvelle stratégie pour traiter les violations et/ou les minimiser. La version définitive et approuvée des règlements, qui est en cours de préparation, et celle du plan de conservation doivent être finalisées à la fin juin 2010.

ii) Approbation des entreprises et spécialistes chargés d’effectuer les travaux de conservation d’urgence et modèle pour la rénovation des maisons : L’État partie indique que le programme de réhabilitation des maisons est doté d’équipes qualifiées de spécialistes en restauration, composées d’architectes, de maîtres d’oeuvre et de jeunes professionnels travaillant sous la direction du GOPHCY et que d’anciens maîtres d’œuvres ont été engagés dans le cadre du projet GTZ/SFD. Il s’agit d’un processus d’apprentissage par la pratique qui a concerné plus de 350 interventions sur des biens répartis au hasard dans la ville.

iii) Projets architecturaux adaptés pour les nouvelles maisons construites à Zabid : aucune information n’est fournie.

iv) Démarrage des travaux de démolition des murs en bétondans les rues et autres espaces publics et remplacement par des murs en briques : aucune information n’est fournie.

v) Projet chiffré et planifié d’actions à moyen et long termes : L’État partie annonce avoir commencé à réaliser des études et une documentation de référence pour les monuments et véstiges importants.

vi) Règles et prescriptions auxquelles les habitants et les propriétaires doivent se conformer : Aucune information n’est fournie.

vii) Adoption du Plan d’aménagement urbain de Zabid : Il est indiqué qu’un groupe de travail a été créé sous la conduite du projet GTZ, avec des personnels du GOPHCY et du GALSUP (autorité de planification), ayant pour mission de finaliser le plan de conservation urbaine avant fin avril 2010 et de l’envoyer ensuite aux parties prenantes et aux autorités pour discussion et approbation.

 

En outre, dans le cadre de l’exercice des rapports périodiques, l’État partie a présenté un projet de déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle.

En raison de contraintes de sécurité, la mission de suivi réactif demandée par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session n’a pas malheureusement pas pu avoir lieu et, par conséquent, l’état de conservation souhaité n’a pas été rédigé.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives reconnaissent l’élan donné pour inverser le processus de déclin et de dégradation auquel Zabid est confrontée, l’augmentation des ressources allouées désormais au GOPHCY et les progrès accomplis avec des entrepreneurs spécialisés. Le rapport de l’État partie a servi à présenter les domaines en progrès et l’aide substantielle du projet GTZ/SFD pour relier la rénovation du patrimoine au développement économique et social, par le biais du renforcement des capacités et de l’éducation.

Certains progrès ayant été réalisés dans l’application des mesures correctives, le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives prient instamment l’État partie de poursuivre dans cette voie en donnant la priorité à l’élaboration de règles et prescriptions claires qui définissent ce qui est autorisé et ce qui constitue une infraction, en finalisant et mettant en œuvre le Plan de conservation, en approuvant et mettant en œuvre le Plan de conservation urbaine, en élaborant et approuvant un Plan de gestion et en fournissant des ressources appropriées pour permettre la finalisation et l’approbation de la loi sur la protection du patrimoine. Ceci fournirait le cadre nécessaire pour les programmes généraux de restauration, régénération et contrôle de la construction. 

Décisions adoptées par le Comité en 2010
34 COM 7A.21
Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7A.19, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les progrès qui ont été accomplis pour susciter un soutien et un engagement politiques envers la conservation de Zabid et l'augmentation des ressources pour l'organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen (GOPHCY), complétées par le projet de développement socio-économique de l'assistance technique allemande (GTZ), du gouvernement yéménite et du Fonds social pour le développement (SFD);

4. Note cependant que des progrès plus importants sont nécessaires pour répondre aux mesures correctives en ce qui concerne la définition des réglementations claires sur ce qui est autorisé et sur ce qui constitue une infraction, la finalisation et la mise en œuvre du Plan de conservation, l'approbation et la mise en œuvre du Plan de conservation urbaine, l'élaboration et l'approbation du Plan de gestion et la fourniture de ressources appropriées pour permettre la finalisation de la loi sur la protection du patrimoine, ainsi que la définition d'une stratégie claire et chiffrée et l'établissement de règles pour les propriétaires et habitants des maisons;

5. Prie instamment l'État partie de continuer à soutenir de manière optimale la revitalisation et conservation de Zabid afin de faire progresser l'application de ces mesures;

6. Demande à l'État partie d'inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS pour évaluer les progrès du plan d'action de 2007 pour la mise en œuvre des mesures correctives, élaborer une proposition d'État de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et réviser le calendrier;

7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial d'ici le 1er février 2011 un rapport d'avancement sur les points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011;

8. Décide de maintenir la ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

34 COM 8C.2
Établissement de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'État de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-10/34.COM/7A, WHC-10/34.COM/7A.Add, et WHC-10/34.COM/7A.Add.2),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam  (décision : 34 COM 7A.22)
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan  (décision : 34 COM 7A.23)
  • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision : 34 COM 7A.13)
  • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura  (décision : 34 COM 7A.29)
  • Colombie, Parc national de Los Katios (décision : 34 COM 7A.14)
  • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé  (décision : 34 COM 7A.2)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba  (décision : 34 COM 7A.3)
  • Égypte, Abou Mena  (décision : 34 COM 7A.17)
  • Ethiopie, Parc national du Simien  (décision : 34 COM 7A.9)
  • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision : 34 COM 7A.27)
  • Inde, Sanctuaire de faune de Manas  (décision : 34 COM 7A.12)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat)  (décision : 34 COM 7A.18)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra  (décision : 34 COM 7A.19)
  • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts  (décision : 34 COM 7A.20)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré  (décision : 34 COM 7A.10)
  • Pakistan, Fort et jardins de Shalimar à Lahore  (décision : 34 COM 7A.25)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan  (décision : 34 COM 7A.30)
  • Philippines, Rizières en terrasses des cordillères des Philippines  (décision : 34 COM 7A.26)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St. Floris  (décision : 34 COM 7A.1)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga  (décision : 34 COM 7A.4)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega  (décision : 34 COM 7A.5)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba  (décision : 34 COM 7A.6)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga  (décision : 34 COM 7A.7)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis  (décision : 34 COM 7A.8)
  • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision : 34 COM 7A.24)
  • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 34 COM 7A.16)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba  (décision : 34 COM 7A.11)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision : 34 COM 7A.28)
  • Venezuela, Coro et son port  (décision : 34 COM 7A.31)
  • Yémen, Ville historique de Zabid  (décision : 34 COM 7A.21)
34 COM 8E
Adoption des déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-10/34.COM/8E,

2. Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l'Annexe I des Documents WHC-10/34.COM/8E, WHC-10/34.COM/8E.Add et WHC-10/34.COM/8E.Add2 pour les biens du patrimoine mondial suivants:

  • Afrique du sud: Sites des hominidés fossiles de Sterkfontein, Swartkrans, Kromdraai et les environs ;
  • Algérie: La Kalâa des Béni Hammad; Vallée du M'Zab; Djémila; Tipasa; Tassili n'Ajjer; Timgad; Casbah d'Alger;
  • Autriche: Centre historique de la ville de Salzbourg; Palais et jardins de Schönbrunn; Paysage culturel de Hallstatt-Dachstein / Salzkammergut;
  • Bulgarie: Église de Boyana; Cavalier de Madara; Tombe thrace de Kazanlak; Églises rupestres d'Ivanovo; Monastère de Rila; Ancienne cité de Nessebar; Tombeau thrace de Svechtari;
  • Côte d'Ivoire: Parc national de la Comoé;
  • Danemark: Tumulus, pierres runiques et église de Jelling; Cathédrale de Roskilde;
  • Espagne: La Cathédrale, l'Alcázar et l'Archivo de Indias de Séville;
  • Ethiopie: Parc national du Simien;
  • Israël: Masada; Vieille ville d'Acre; Ville blanche de Tel-Aviv - le mouvement moderne; Route de l'encens - Villes du désert du Néguev; Tels bibliques - Megiddo, Hazor, Beer-Sheba;
  • Jordanie: Petra; Qusair Amra; Um er-Rasas (Kastrom Mefa'a);
  • Liban: Anjar; Byblos; Baalbek; Tyr; Ouadi Qadisha ou Vallée sainte et forêt des cèdres de Dieu (Horsh Arz el-Rab);
  • Malawi: Parc national du lac Malawi;
  • Maroc: Ksar d'Aït-Ben-Haddou; Ville historique de Meknès; Site archéologique de Volubilis; Médina d'Essaouira (ancienne Mogador); Médina de Fès; Médina de Marrakech; Médina de Tétouan (ancienne Titawin); Ville portugaise de Mazagan (El Jadida);
  • Mauritanie: Parc national du Banc d'Arguin; Anciens ksour de Ouadane, Chinguetti, Tichitt et Oualata;
  • Niger: Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré; Parc national du W du Niger;
  • Oman: Fort de Bahla;
  • Ouganda: Tombes des rois du Buganda à Kasubi;
  • Portugal: Forêt laurifère de Madère;
  • République arabe syrienne: Ancienne ville de Damas; Site de Palmyre; Ancienne ville de Bosra; Ancienne ville d'Alep; Crac desChevaliers et Qal'at Salah El-Din;
  • République démocratique du Congo: Réserve de faune à okapis;
  • République-Unie de Tanzanie: Réserve de gibier de Selous; Parc national du Kilimandjaro;
  • Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord: Saltaire ; Littoral du Dorset et de l'est du Devon; Usines de la vallée de la Derwent; Jardins botaniques royaux de Kew; Liverpool - Port marchand; Paysage minier des Cornouailles et de l'ouest du Devon;
  • Sénégal: Parc national du Niokolo-Koba; Ile de Gorée;
  • Seychelles: Atoll d'Aldabra; Réserve naturelle de la vallée de Mai;
  • Soudan: Gebel Barkal et les sites de la région napatéenne;
  • Tunisie: Site archéologique de Carthage; Amphithéâtre d'El Jem; Parc national de l'Ichkeul; Médina de Sousse; Kairouan; Médina de Tunis; Cité punique de Kerkouane et sa nécropole; Dougga/Thugga;
  • Yemen: Ville Historique de Zabid

3. Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue en priorité;

4. Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l'ordre dans lequel elles seront passées en revue suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que:

  • biens du patrimoine mondial dans les États arabes;
  • biens du patrimoine mondial en Afrique;
  • biens du patrimoine mondial en Asie et Pacifique;
  • biens du patrimoine mondial en Amérique latine et aux Caraïbes;
  • biens du patrimoine mondial en Europe et Amérique du Nord.
Projet de décision: 34 COM 7A. 21

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 33 COM 7A.19, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note les progrès qui ont été accomplis pour susciter un soutien et un engagement politiques envers la conservation de Zabid et l’augmentation des ressources pour l’organisation générale pour la conservation des villes historiques du Yémen (GOPHCY), complétées par le projet de développement socio-économique de l’assistance technique allemande (GTZ), du Gouvernement yéménite et du Fonds social pour le développement (SFD) ;

4. Note cependant que des progrès plus importants sont nécessaires pour répondre aux mesures correctives en ce qui concerne la définition des réglementations claires sur ce qui est autorisé et sur ce qui constitue une infraction, la finalisation et la mise en oeuvre du Plan de conservation, l’approbation et la mise en oeuvre du Plan de conservation urbaine, l’élaboration et l’approbation du Plan de gestion et la fourniture de ressources appropriées pour permettre la finalisation de la loi sur la protection du patrimoine, ainsi que la définition d’une stratégie claire et chiffrée et l’établissement de règles pour les propriétaires et habitants des maisons ;

5. Prie instamment l’État partie de continuer à soutenir de manière optimale la revitalisation et conservation de Zabid afin de faire progresser l’application de ces mesures ;

6. Demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ÏCOMOS pour évaluer les progrès du plan d’action de 2007 pour la mise en oeuvre des mesures correctives, élaborer une proposition d’état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la liste du patrimoine mondial en péril et réviser le calendrier ;

7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2011 un rapport d’avancement sur les points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011 ;

8. Décide de maintenir la ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Année du rapport : 2010
Yémen
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2000-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 34COM (2010)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top