Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Boukhara

Ouzbékistan
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Activités de gestion
  • Activités de recherche / de suivi à fort impact
  • Habitat
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    dégradation des maisons traditionnelles

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Infrastructures de transport de surface (Routes)
  • Activités de recherche / de suivi à fort impact
  • Habitat, Développement (Emploi des matériaux et de méthodes de construction modernes, méthodes inappropriés de restauration et de reconstruction ; Infrastructures d’utilité et de service)
  • Activités de gestion (Absence de coordination concernant les activités de conservation et de restauration menées dans le cadre du programme d’État ; Absence d’entretien continu et état de conservation variable des monuments)
  • Système de gestion/plan de gestion (Absence d'un véritable plan de conservation et de gestion ; Absence de directives dans la réhabilitation de l’habitat, absence de l’intégration du plan de gestion avec le schéma directeur de la ville et de la Recommandation HUL)
  • Fouilles archéologiques et reconstruction sur le site du marché de Shakhristan
  • Implications du projet de planification détaillée du Centre historique de développement de Boukhara (PDP)
  • Récente construction d’un hôtel, qui risque de nuire à l’intégrité du bien (problème résolu)
  • Intensité du trafic, la pollution et la mauvaise qualité du réseau d’égout (problème résolu)
  • Autres : Dégradation des maisons traditionnelles
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé: 2016 : 30 670 dollars EU du projet du Fonds-en-dépôt UNESCO/Pays-Bas pour l’application de la Recommandation de l’UNESCO concernant le paysage urbain historique (HUL, 2011) dans les biens du patrimoine mondial « Centre historique de Boukhara » et de « Samarkand – carrefour des cultures », 2019 : 43 115 dollars EU par le projet du Fonds-en-dépôt UNESCO/Pays-Bas pour « le renforcement des capacités dans la gestion des biens du patrimoine mondial, articulation du développement et de la préservation du patrimoine en Ouzbékistan »

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 4 (de 1995-2021)
Montant total approuvé : 130 960 dollars E.U.
2021 Restoration and conservation of Abdullakhan Madrasa (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
2016 Development of a Management Plan for the Historic ... (Approuvé)   29 000 dollars E.U.
2002 Restoration of the medersa “Rachid” at Bukhara World ... (Approuvé)   21 960 dollars E.U.
1995 Emergency assistance for Chor Minor Madrassa in Bukhara. (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

1998 : mission de suivi réactif de l’ICOMOS ; octobre 2010 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mars 2016 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; avril 2018 : mission de conseil de l’ICOMOS; janvier 2020 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS s’est rendue sur le territoire du bien en janvier 2020. Le rapport de mission, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/602/documents/, a été traduit en russe et mis à disposition des acteurs locaux. L’État Partie a ensuite soumis, le 27 janvier 2020 et le 9 janvier 2021, des rapports sur l’état de conservation, également disponibles à http://whc.unesco.org/fr/list/602/documents/, qui présentent les informations suivantes :

  • La ville de Boukhara connaît une transformation urbaine rapide, et le patrimoine urbain est un atout important pour le développement de la ville grâce au tourisme durable. D'importantes mesures juridiques et institutionnelles ont été adoptées pour protéger le patrimoine culturel et contrôler l’aménagement et le développement. Un moratoire est en cours sur la construction et l’aménagement et le développement à l'intérieur du bien et de sa zone tampon jusqu'à l’examen du plan directeur et du plan de gestion par les Organisations consultatives et la mise en place de systèmes de gestion, de processus de conservation et d'évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP) et de politiques et protocoles d’aménagement et de développement adéquats ;
  • Le Cabinet des ministres a approuvé une feuille de route pour la mise en œuvre de la décision 43 COM 7B.78 du Comité. Le groupe de travail inter-organisationnel, responsable de la mise en œuvre de la feuille de route, a été élargi afin d’inclure des experts nationaux et internationaux et deviendra un Comité consultatif international (CCI) pour les biens du patrimoine mondial en Ouzbékistan (voir ci-dessous). En outre, au niveau local, un Conseil consultatif public a été créé pour contrôler les activités de conservation et de construction. Un comité directeur composé de spécialistes dans le domaine du patrimoine culturel a également été nommé par le Hokim de la ville de Boukhara pour suivre la mise en œuvre des exigences en matière de sauvegarde du patrimoine culturel et la mise en œuvre du plan de gestion ;
  • Les outils de planification sont en cours de révision et d’actualisation et de nouveaux outils sont préparés pour assurer une protection efficace du bien. Un nouveau plan directeur de la ville a été élaboré, et le Projet de planification détaillée (PDP) de 2017 a été suspendu et est en cours de révision. Les éléments du patrimoine culturel endommagés par la mise en œuvre initiale du PDP ont été stabilisés et des mesures de protection ont été prises. Un plan de gestion a été préparé dans le cadre d’un processus inclusif et soumis au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives. Le plan de gestion sera intégré au plan directeur conformément à la Recommandation de l’UNESCO concernant le paysage urbain historique (HUL) de 2011 et en tenant compte des recommandations de la mission consultative de 2018 et de la mission de suivi réactif de 2020. Un projet de directives pour les méthodes et les matériaux de restauration a été élaboré et envoyé au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives ;
  • De grands projets de restauration et de nouvelles constructions sont prévus sur le territoire du bien, notamment des travaux à la mosquée Kalon, à la médersa Abdulaziz Khan, à la médersa Amir Alimkhan, à la médersa Mir Arab et sur divers éléments de la citadelle d’Ark, ainsi que la construction d'un nouveau marché Shakhristan. La documentation relative à ces projets et à d'autres a été soumise au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives. Les travaux sont en cours pour les projets qui ont reçu des évaluations techniques favorables, et d'autres projets ont été révisés avec des documents mis à jour qui seront soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen ;
  • L'État partie est en train d’établir un Comité consultatif international (CCI) pour les biens culturels du patrimoine mondial en Ouzbékistan. Des progrès ont été réalisés, notamment en ce qui concerne la liaison avec le Centre du patrimoine mondial, l'identification de membres potentiels et l'allocation de budget, avec une première réunion prévue en 2021 pour assurer le suivi des décisions du Comité et des recommandations de la mission de suivi réactif ;
  • Le projet du Fonds-en-dépôt UNESCO/Pays-Bas « Renforcement des capacités de gestion des biens du patrimoine mondial, interconnexion du développement et de la sauvegarde du patrimoine en Ouzbékistan et en Asie centrale » a progressé et un atelier de formation en ligne a eu lieu en mai 2021.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

L'État partie a accompli des progrès dans la prise en compte des décisions du Comité et des menaces pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien. Cependant, la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2020 a conclu que le bien reste menacé par le mauvais état physique de certains monuments importants et bâtiments vernaculaires, par des approches de conservation inappropriées et par les pressions exercées par le développement touristique, qui pourraient engendrer de structures inappropriées. L'amélioration de la communication entre les autorités aux niveaux national, régional et municipal ainsi que la prise de conscience et la sensibilisation du public sont essentielles pour la mise en œuvre de politiques de sauvegarde du bien.

Il y a eu d'importantes modifications réglementaires et institutionnelles et une amélioration de la planification de la gestion. Le moratoire actuel sur la construction et sur l’aménagement et le développement, dans l’attente de la finalisation des principaux documents de gestion et autres directives de conservation/conception, est accueilli avec satisfaction. Des progrès ont été observés dans la préparation d'un plan de gestion intégré et d'un schéma directeur de la ville. Cependant, un travail supplémentaire est nécessaire afin d’intégrer l'approche de la Recommandation de l'UNESCO concernant le paysage urbain historique (HUL) de 2011 et d’assurer la reconnaissance adéquate du statut du bien en tant que patrimoine mondial dans le schéma directeur et une meilleure procédure pour les évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP), conformément à la décision 42 COM 7A.4. Le moratoire doit rester en vigueur jusqu'à ce que le schéma directeur de la ville et le plan de gestion intégré du bien soient finalisés, soumis au Centre du patrimoine mondial et jugés favorable par l'ICOMOS. Des directives supplémentaires sont nécessaires pour l’aménagement et le développement, les nouvelles infrastructures et les modifications des habitations existantes. Un programme devrait être mis en place dès que possible pour mettre en œuvre une formation complémentaire et un renforcement des capacités concernant l'approche HUL.

L'ICOMOS a transmis des examens techniques des projets de conservation proposés au bazar Shakhristan, à la mosquée Kalon, à la médersa Abdulazzizkhan, à la médersa Amir Alimkhan, à la médersa Mir Arab, à l'intérieur de la citadelle d’Ark et pour le Khoja Kalon Hauz, qui concluent tous que des modifications sont nécessaires afin d’obtenir de bons résultats de conservation. Tous les grands projets de conservation sur le territoire du bien doivent être fondés sur une recherche et une évaluation approfondies et guidés par des plans de conservation complets spécifiques au site et une documentation adéquate. Il est recommandé que le Comité soutienne cette approche plus sensible de la conservation, basée sur une analyse détaillée de la stabilité structurelle, ainsi que sur des matériaux et techniques traditionnels. La stabilisation immédiate de la médersa Abdulazzizkhan est une priorité absolue qui devra être complétée de travaux de conservation à long terme. Pour les projets majeurs, les EIP doivent être préparées conformément au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial (2011), et la documentation détaillée du projet doit être soumise au Centre du patrimoine mondial pour examen. En réponse aux informations émanant de tiers, l'État partie a assuré que le promoteur d'un projet d'hôtel situé rue Gavkushon préparera une documentation détaillée, dont une EIP, qui sera transmise au Centre du patrimoine mondial pour examen.

Les bâtiments vernaculaires sont des éléments très importants du bien même s’ils ne sont pas, dans leur grande majorité, protégés et restent soumis à des menaces allant de la démolition à des modifications inappropriées. La mission de suivi réactif de 2016 avait déjà noté que le contrôle de l’aménagement et du développement dans les mahallas était insuffisant, notamment en ce qui concerne les maisons traditionnelles individuelles non classées au titre de la protection nationale, et avait souligné qu'une protection juridique adéquate devrait être accordée à tous les attributs du bien, y compris les maisons traditionnelles. La nécessité de renforcer la protection juridique et les codes de planification pour le patrimoine culturel et d'offrir des incitations appropriées aux propriétaires de bâtiments demeure.

La mission de 2020 a suggéré que le groupe existant de travail inter-organisationnel pour le Centre historique de Boukhara pourrait constituer la base d'un groupe de travail similaire au niveau national, réunissant des représentants des autorités en charge de la réglementation et des experts dûment qualifiés et expérimentés, et disposant d’un accès à l'expertise internationale pertinente. Cette approche est élargie par la création du Comité consultatif international (CCI) pour les biens du patrimoine mondial en Ouzbékistan, qui devrait superviser la conservation du bien, la protection de sa VUE et la mise en œuvre des décisions du Comité et des recommandations de la mission.

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7B.38
Centre historique de Boukhara (Ouzbékistan) (C 602bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 41 COM 7B.99 et 43 COM 7B.78, adoptées respectivement à ses 41e (Cracovie, 2017) et 43e (Bakou, 2019) sessions,
  3. Accueille avec satisfaction les récentes décisions de l'État partie destinées à faire face à certaines menaces importantes pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment la feuille de route pour la mise en œuvre des décisions du Comité, les modifications réglementaires et les améliorations continues apportées à la planification de la gestion et aux documents d'orientation, l’établissement du Comité consultatif international (CCI) pour les biens du patrimoine mondial en Ouzbékistan et du Comité directeur, la suspension et la révision du Projet de planification détaillée (PDP) de 2017, et le moratoire en cours sur la démolition et l'aménagement et le développement sur le territoire du bien et de la zone tampon ;
  4. Accueille également avec satisfaction, et tout particulièrement, la création du Conseil consultatif public destiné à renforcer le dialogue avec les communautés locales et à améliorer la compréhension par toutes les parties prenantes des règles et réglementations relatives aux interventions physiques sur le territoire du bien ;
  5. Prend note de la préparation en cours du schéma directeur de la ville et du plan de gestion intégré du bien, notant qu’un travail supplémentaire demeure nécessaire pour intégrer l'approche de la Recommandation de l'UNESCO concernant le paysage urbain historique (HUL) de 2011, pour assurer la coordination avec le Projet de planification détaillée du Centre historique de Boukhara et pour faire reconnaître de manière adéquate le statut du bien en tant que patrimoine mondial dans le plan directeur de la ville, et demande que le moratoire sur la démolition et les nouveaux aménagements et développements reste en vigueur jusqu'à la finalisation du schéma directeur de la ville et du plan de gestion intégré du bien, leur soumission au Centre du patrimoine mondial et examen favorable par les Organisations consultatives ;
  6. Accueille en outre avec satisfaction l’organisation de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2020 et prie instamment l’État Partie de mettre pleinement en œuvre ses recommandations, en accordant une attention particulière :
    1. À l’amélioration de la communication sur les exigences, processus et procédures liés au patrimoine mondial, entre les autorités nationales, régionales et municipales de l’État partie ;
    2. Au renforcement des capacités et à la formation dans le domaine des exigences liées à la Convention, aux Orientations et à la Recommandation HUL,
    3. Aux travaux de stabilisation urgents et prioritaires de la structure de la médersa Abdulazzizkhan et à la conservation à long terme sur la base d’enquêtes minutieuses,
    4. À la protection des zones résidentielles mahalla et de l'architecture vernaculaire, et à la préparation de directives relatives aux exigences de conservation et aux approches de rénovation, à l'installation d'infrastructures, et à l'emplacement, l'échelle et la forme des nouveaux projets d'aménagement et de développement, modifications et ajouts,
    5. À l’amélioration de la consultation publique et de la communication auprès de la population locale sur les valeurs du patrimoine mondial auprès de celle-ci ;
  7. Demande également à l’État Partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives :
    1. La documentation de la version révisée du projet d'aménagement et de développement du bazar Shakhristan, en prenant en considération les conclusions et recommandations de l’examen technique de l’ICOMOS,
    2. La documentation des versions révisées des projets de conservation à la mosquée Kalon, la citadelle d’Ark, la médersa Abdulazzizkhan, la médersa Mir Arab, la médersa Amir Alimkhan et à Khoja Kalon Hauz, en prenant en considération les conclusions et recommandations des examens techniques de l'ICOMOS,
    3. La documentation et les évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP), préparées conformément au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial, pour les projets proposés à la médersa Ulughbek et la médersa Rashid, ainsi que pour le projet d’hôtel privé situé rue Gavkushon,
    4. Les directives de conception urbaine, comprenant à la fois des principes et des exemples, pour les travaux urbains tels que les modifications d’habitations, l’installation d’infrastructures et le traitement des voies et des espaces publics ;
  8. Encourage l'État partie à poursuivre l’établissement et le fonctionnement du Comité consultatif international (CCI) pour tous les biens culturels du patrimoine mondial en Ouzbékistan, qui peut également assister techniquement le Centre historique de Boukhara, réunissant des représentants des autorités en charge de la réglementation et des experts dûment qualifiés et expérimentés, pour superviser la conservation du bien, la protection de sa VUE et la mise en œuvre des décisions du Comité et des recommandations de la mission ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e
Projet de décision : 44 COM 7B.38

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 41 COM 7B.99 et 43 COM 7B.78, adoptées respectivement à ses 41e (Cracovie, 2017) et 43e (Bakou, 2019) sessions,
  3. Accueille avec satisfaction les récentes décisions de l'État partie destinées à faire face à certaines menaces importantes pour la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment la feuille de route pour la mise en œuvre des décisions du Comité, les modifications réglementaires et les améliorations continues apportées à la planification de la gestion et aux documents d'orientation, l’établissement du Comité consultatif international (CCI) pour les biens du patrimoine mondial en Ouzbékistan et du Comité directeur, la suspension et la révision du Projet de planification détaillée (PDP) de 2017, et le moratoire en cours sur la démolition et l'aménagement et le développement sur le territoire du bien et de la zone tampon ;
  4. Accueille également avec satisfaction, et tout particulièrement, la création du Conseil consultatif public destiné à renforcer le dialogue avec les communautés locales et à améliorer la compréhension par toutes les parties prenantes des règles et réglementations relatives aux interventions physiques sur le territoire du bien ;
  5. Prend note de la préparation en cours du schéma directeur de la ville et du plan de gestion intégré du bien, notant qu’un travail supplémentaire demeure nécessaire pour intégrer l'approche de la Recommandation de l'UNESCO concernant le paysage urbain historique (HUL) de 2011, pour assurer la coordination avec le Projet de planification détaillée du Centre historique de Boukhara et pour faire reconnaître de manière adéquate le statut du bien en tant que patrimoine mondial dans le plan directeur de la ville, et demande que le moratoire sur la démolition et les nouveaux aménagements et développements reste en vigueur jusqu'à la finalisation du schéma directeur de la ville et du plan de gestion intégré du bien, leur soumission au Centre du patrimoine mondial et examen favorable par les Organisations consultatives ;
  6. Accueille en outre avec satisfaction l’organisation de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2020 et prie instamment l’État Partie de mettre pleinement en œuvre ses recommandations, en accordant une attention particulière :
    1. À l’amélioration de la communication sur les exigences, processus et procédures liés au patrimoine mondial, entre les autorités nationales, régionales et municipales de l’État partie ;
    2. Au renforcement des capacités et à la formation dans le domaine des exigences liées à la Convention, aux Orientations et à la Recommandation HUL,
    3. Aux travaux de stabilisation urgents et prioritaires de la structure de la médersa Abdulazzizkhan et à la conservation à long terme sur la base d’enquêtes minutieuses,
    4. À la protection des zones résidentielles mahalla et de l'architecture vernaculaire, et à la préparation de directives relatives aux exigences de conservation et aux approches de rénovation, à l'installation d'infrastructures, et à l'emplacement, l'échelle et la forme des nouveaux projets d'aménagement et de développement, modifications et ajouts,
    5. À l’amélioration de la consultation publique et de la communication auprès de la population locale sur les valeurs du patrimoine mondial auprès de celle-ci ;
  7. Demande également à l’État Partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives :
    1. La documentation de la version révisée du projet d'aménagement et de développement du bazar Shakhristan, en prenant en considération les conclusions et recommandations de l’examen technique de l’ICOMOS,
    2. La documentation des versions révisées des projets de conservation à la mosquée Kalon, la citadelle d’Ark, la médersa Abdulazzizkhan, la médersa Mir Arab, la médersa Amir Alimkhan et à Khoja Kalon Hauz, en prenant en considération les conclusions et recommandations des examens techniques de l'ICOMOS,
    3. La documentation et les évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP), préparées conformément au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial, pour les projets proposés à la médersa Ulughbek et la médersa Rashid, ainsi que pour le projet d’hôtel privé situé rue Gavkushon,
    4. Les directives de conception urbaine, comprenant à la fois des principes et des exemples, pour les travaux urbains tels que les modifications d’habitations, l’installation d’infrastructures et le traitement des voies et des espaces publics ;
  8. Encourage l'État partie à poursuivre l’établissement et le fonctionnement du Comité consultatif international (CCI) pour tous les biens culturels du patrimoine mondial en Ouzbékistan, qui peut également assister techniquement le Centre historique de Boukhara, réunissant des représentants des autorités en charge de la réglementation et des experts dûment qualifiés et expérimentés, pour superviser la conservation du bien, la protection de sa VUE et la mise en œuvre des décisions du Comité et des recommandations de la mission ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2023.
Année du rapport : 2021
Ouzbékistan
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2020) .pdf
Proposé initialement pour examen en 2020
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top