Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Boukhara

Ouzbékistan
Facteurs affectant le bien en 2013*
  • Activités de gestion
  • Déchets solides
  • Effets liés à l’utilisation des Infrastructures de transport
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Absence d'un plan de conservation et de gestion digne de ce nom ;
  • Récente construction d’un hôtel, qui risque de nuire à l’intégrité du bien (problème résolu);
  • Intensité du trafic, la pollution et la mauvaise qualité du réseau d’égout (problème résolu);
  • Emploi de matériaux et méthodes de construction modernes 
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2013
Demandes approuvées : 2 (de 1995-2002)
Montant total approuvé : 71 960 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2013**

Octobre 2010: mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 28 février 2013, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, en donnant un aperçu général des actions menées pour traiter les décisions prises par le Comité du patrimoine mondial et les recommandations de la mission du suivi réactif de 2010.

a)  Plan de gestion

Depuis 2008, le département principal pour la sauvegarde et l’utilisation de biens du patrimoine culturel en collaboration avec le Bureau de l’UNESCO à Tachkent s’emploie à développer une base de données du Système d’informations géographiques (SIG) du centre historique de Boukhara. Les enquêtes de terrain finales, prévues de juin à septembre 2013, fourniront les informations essentielles pour la mise au point du plan de gestion. Il s’agit d’identifier les problèmes de conservation comme moyen de développer un projet de conservation et d’orientations pour l’habitat ; l’identification de l’utilisation durable des avantages que l’homme tire du bien et de sa zone tampon ; la collecte des lois, décrets et programmes locaux pour définir les objectifs de gestion ; l’identification des faiblesses et lacunes dans les cadres institutionnels et économiques ; le développement de suivi et de rapports basés sur le système SIG. Le potentiel plan de gestion devra être intégré dans le plan directeur d’aménagement urbain. Dans l’attente de son achèvement, les travaux d’entretien annuels sont basés sur les cadres juridiques existants, sous la responsabilité du Conseil des monuments, de l’Inspection régionale de Boukhara et des autorités régionales.

b)  Potentiels impacts négatifs sur l’authenticité et l’intégrité du bien

L’État partie indique qu’aucun projet de conservation et de restauration important n’a été mis en œuvre à l’intérieur du bien et de sa zone tampon. Les lois et décrets nationaux réglementent et protègent le bien, notamment en restreignant et interdisant des activités de construction au sein du site et de sa zone tampon pour garantir que celles-ci n’affecteront pas la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

Dans le cadre du « Programme d’État sur la recherche, la conservation, la restauration et l’adaptation à l’utilisation moderne du patrimoine culturel de Boukhara jusqu’en 2020 », adopté par le Conseil des ministres en mars 2010, des travaux sont effectués pour supprimer les facteurs négatifs qui menacent l’authenticité du bien. Il s’agit d’un programme de transports régulant la circulation à l’intérieur du bien et de sa zone tampon (faisant partie du plan directeur de la ville de Boukhara) ; l’amélioration de l’état des rues historiques grâce à la démolition des bâtiments et boutiques non autorisés ; la réfection des façades architecturales avec la suppression d’ajouts ultérieurs, de panneaux publicitaires et d’enseignes; le nettoyage des réseaux et canaux d’irrigation historiques. Les constructions de grande envergure au-delà de la zone tampon sont réglementées en fonction de leurs effets sur le bien.

Le programme de développement du tourisme 2011-2012, approuvé par le Conseil des  ministres, comprend la conservation de monuments individuels et la création d’installations touristiques.

c)  Potentiels projets à l’intérieur du bien et/ou de la zone tampon

 

L’État partie précise qu’aucun grand projet susceptible de porter atteinte à la VUE du bien n’est prévu.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2013

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des informations sur les progrès accomplis avec l’élaboration du système SIG, comme base pour la préparation du plan de gestion du bien. Ils recommandent au Comité de demander à l’État partie de finaliser le plan de gestion et d’élaborer une approche de conservation coordonnée afin de regrouper les principales activités de conservation, pour l’amélioration de la protection du centre historique.

En outre, ils rappellent également que la création d’un comité directeur, comme recommandée par le Comité du patrimoine mondial et la mission de suivi réactif, est essentielle pour s’assurer que toutes les activités menées dans le bien et sa zone tampon sont surveillées et coordonnées de manière adéquate.

 

Rappelant les menaces potentielles identifiées par la mission de suivi réactif de 2010, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent au Comité d’exprimer ses préoccupations quant à la lenteur des progrès accomplis dans le domaine du plan de gestion et l’absence de coordination concernant les activités de conservation et de restauration menées dans le cadre du programme d’État. 

Décisions adoptées par le Comité en 2013
37 COM 7B.68
Centre historique de Boukhara (Ouzbékistan) (C 602rev)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant la décision 35COM 7B.79 , adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Note les progrès accomplis par l’État partie en développant la base de données du Système d’informations géographiques (SIG) dans le cadre de l’élaboration du plan de gestion ;

4.  Demande à l’État partie de compléter, de toute urgence, le plan de gestion et de le mettre en œuvre dès qu’il sera finalisé et de créer un comité directeur pour le bien pour s’assurer de sa bonne gestion et de sa conservation ;

5.  Demande également à l’État partie d’élaborer une approche de la conservation coordonnée afin de regrouper les principales activités de conservation menées et prévues à l’intérieur du bien et de sa zone tampon ;

6.  Demande, en outre, à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015 , un rapport actualisé sur l'état de conservation et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.

Projet de décision :  36 COM 7B.68

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant la décision 35COM 7B.79, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Note les progrès accomplis par l’État partie en développant la base de données du Système d’informations géographiques (SIG) dans le cadre de l’élaboration du plan de gestion ;

4.  Demande à l’État partie de compléter, de toute urgence, le plan de gestion et de le mettre en œuvre dès qu’il sera finalisé et de créer un comité directeur pour le bien pour s’assurer de sa bonne gestion et de sa conservation ;

5.  Demande également à l’État partie d’élaborer une approche de la conservation coordonnée afin de regrouper les principales activités de conservation menées et prévues à l’intérieur du bien et de sa zone tampon ;

6.  Demande, en outre, à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l'état de conservation et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.

 

Année du rapport : 2013
Ouzbékistan
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 37COM (2013)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top