Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ville de Potosí

Bolivie (État plurinational de)
Facteurs affectant le bien en 2021*
  • Cadre juridique
  • Exploitation minière
  • Pollution des eaux de surface
  • Autres menaces :

    Instabilité et risque d’affaissement du Cerro Rico ; carences au niveau de la conservation ; impacts environnementaux sur le complexe hydraulique

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Cadre juridique (application inefficace de la législation en matière de protection)
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Exploitation minière (dégradation potentielle du site historique par des activités minières incessantes et incontrôlées dans la montagne du Cerro Rico)
  • Pollution des eaux de surface
  • Instabilité et risque d’affaissement du sommet du Cerro Rico 
  • Carences au niveau de la conservation : attention particulière requise pour la restauration et l’amélioration des structures à usage résidentiel et pour le patrimoine archéologique industriel
  • Impacts environnementaux sur le complexe hydraulique qui affecte à son tour le tissu historique et la population locale
Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Instabilité et risque imminent d’affaissement du sommet du Cerro Rico 
  • Absence d’une politique de conservation de caractère intégrale qui tient compte de tous les éléments du bien
  • Carences au niveau de la conservation : attention particulière requise pour la restauration et l’amélioration des structures à usage résidentiel et pour le patrimoine archéologique industriel
  • Dégradation potentielle du site historique par des activités minières incessantes et incontrôlées dans la montagne du Cerro Rico
  • Application inefficace de la législation en matière de protection
  • Menaces d’impact de facteurs climatiques, géologiques ou environnementaux
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril
Mesures correctives pour le bien
Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2021

Montant total accordé: 10 000 dollars EU pour une mission technique du Centre du patrimoine mondial/ICOMOS en 2005, financée par le Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2021
Demandes approuvées : 5 (de 1988-2015)
Montant total approuvé : 83 777 dollars E.U.
2015 Elaboration of the integral and participative ... (Approuvé)   29 992 dollars E.U.
2010 Technical assistance for the preservation of the Cerro ... (Approuvé)   26 285 dollars E.U.
1994 Restoration of mural paintings in the Church of La ... (Approuvé)   15 000 dollars E.U.
1992 Conservation of the Kari-Kari Lagoons (Non approuvé)   0 dollars E.U.
1991 Mission to advise on the measures to be taken for the ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1988 Advise the authorities on the elaboration of a ... (Approuvé)   7 500 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2021**

Mai 1995 et novembre 2009 : missions techniques Centre du patrimoine mondial ; novembre 2005 et février 2011 : missions techniques Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; décembre 2013 et janvier 2014 : missions de suivi réactif conjointes Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; mai 2017 : mission technique du Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; octobre 2017 et mai 2018 : missions techniques facilitées par le Centre du patrimoine mondial

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 14 février 2020, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, dont le résumé est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/420/documents/, faisant part des informations suivantes :

  • La validation finale du plan de gestion participatif et intégré (PGPI) par les autorités compétentes, initialement programmée pour mars 2020, a été reportée au 1er avril 2020 ;
  • La clarification des limites a été achevée ; toutefois, l’articulation du bien et de la zone tampon proposée avec la réglementation existante en matière d’affectation des sols doit encore être finalisée et officialisée au moyen d’instruments juridiques de protection ;
  • Des documents décrivant les progrès accomplis dans la définition de la zone tampon du bien au moyen d’une proposition future de modification mineure des limites ont été soumis en tant qu’annexe au rapport ;
  • Le projet de décret suprême préparé par la société minière bolivienne d'État (COMIBOL) pour la gestion et conservation du Cerro Rico devait être analysé par le ministère des Mines et de la Métallurgie en mars 2020 avant d’être soumis à approbation officielle ;
  • La mise en œuvre de plusieurs des mesures correctives ayant trait au patrimoine productif minier va nécessiter que des ressources et mécanismes soient créés grâce à l’approbation du décret suprême;
  • La COMIBOL confirme qu’aucune activité minière autorisée n’a lieu au-dessus de la limite 4 400 m, mais que l’activité illégale se poursuit, à laquelle il convient de remédier par d’autres mesures de contrôle et des emplois de remplacement pour ces mineurs ;
  • Les travaux de stabilisation pour le Cerro Rico ont pris fin en 2017 en raison du manque de ressources et de problèmes de sécurité ;
  • En ce qui concerne les travaux de restauration dans le centre historique, des difficultés dans l’application des arrêtés municipaux et nationaux portant sur l’autorisation et l’exécution des travaux dans le secteur sont signalées. Une inspection du ministère de la Culture et du Tourisme en février 2020 dans le centre historique, en rapport avec des inquiétudes d’ordre patrimonial sur un projet de restauration et de conservation des cryptes et catacombes, est soulignée à cet effet ;
  • Les mesures correctives ayant trait au patrimoine environnemental et à la conservation des lacs de Kari Kari, ainsi que plusieurs autres mesures portant sur le patrimoine archéologique, architectural et urbain, devraient être mises en œuvre grâce au PGPI ;
  • La création d’une unité de gestion, ainsi que la consolidation du cadre juridique pour le bien, demeurent en suspens ;
  • Une prorogation de deux ans du calendrier de mise en œuvre intégrale des mesures correctives est requise. Pour expliquer cette demande, l’État partie évoque les conflits sociaux et politiques que le pays connaît actuellement.
Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2021

Les informations claires fournies par l’État partie sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des décisions antérieures du Comité, de même que sur l’état de chacune des mesures correctives, sont appréciées. Étant donné que de nombreuses mesures correctives visant à atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril seront mises en œuvre comme certaines des actions définies dans le PGPI, il est de la plus haute importance que ce plan soit formellement approuvé par les autorités compétentes et transmis aux parties prenantes locales, et que sa mise en œuvre commence dès que possible, avec ressources adéquates en place.

Bien que la clarification des limites du bien ait été approuvée par le Comité à sa 43e session (décision 43 COM 8D), la proposition de modification mineure des limites est toujours en attente, l’État partie devant finaliser et officiellement soumettre la proposition.

Il demeure très préoccupant que l’état d’avancement du décret suprême pour la gestion et conservation du Cerro Rico n’ait pas progressé ces dernières années. Il conviendrait de donner suite de toute urgence à l’approbation de cet instrument, ou d’une solution de remplacement appropriée, afin de garantir les ressources et les mécanismes de gestion nécessaires pour adopter plusieurs des mesures correctives concernant le patrimoine productif minier du bien. De plus, il est noté que le programme de réinstallation pour les mineurs travaillant illégalement au-dessus de la limite de 4 400 m est une question complexe dont la mise en œuvre complète est susceptible de prendre plusieurs années.

Les informations communiquées sur les défis d’exécution des arrêtés municipaux et nationaux dans le centre historique de Potosí, notamment illustrés par l’exemple donné sur le projet des cryptes et catacombes, sont inquiétantes. Enfin, le fait que l’État partie signale que le cadre juridique du bien dans son ensemble, y compris les réglementations en matière d’affectation des sols, a besoin d’être consolidé davantage, suggère qu’un travail important est requis sur ce volet.

Décisions adoptées par le Comité en 2021
44 COM 7A.35
Ville de Potosi (Bolivie, État plurinational de) (C 420)
Décision : 44 COM 7A.35

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7A.48, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Prend note avec satisfaction des efforts accomplis par l’État partie pour mettre en œuvre les précédentes décisions du Comité et la série de mesures correctives visant à atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), et encourage l’État partie à fournir d’autres documents en annexe développant plus en détail les progrès en cours ;
  4. Prend note des informations soumises concernant la préparation d’une modification mineure des limites pour la création d’une zone tampon du bien, et demande à l’État partie de soumettre la proposition finale de modification mineure des limites au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives et approbation par le Comité du patrimoine mondial, conformément aux paragraphes 163 et 164 des Orientations, dès que disponible, et de garantir que la zone tampon est prise en compte de manière appropriée place dans le cadre juridique et les instruments de planification pertinents pour le bien ;
  5. Prie instamment l’État partie d’officiellement approuver le plan de gestion participatif et intégré (PGPI) pour le bien et de garantir sa pleine mise en œuvre avec ressources adéquates en place ;
  6. Prie aussi instamment l’État partie d’approuver le décret suprême, ou un instrument de remplacement adapté, pour la gestion et conservation du Cerro Rico, afin de garantir les ressources et mécanismes appropriés nécessaires pour répondre aux inquiétudes sérieuses et anciennes portant sur le patrimoine productif minier du bien ;
  7. Demande également à l’État partie de poursuivre son travail sur l’articulation, la consolidation et l’application du cadre juridique et des réglementations concernant l’ensemble du bien, afin de garantir que les exigences patrimoniales sont convenablement prises en compte et respectées dans la gestion du bien et la mise en œuvre des projets futurs, tels que ceux mentionnés pour les cryptes et catacombes dans le centre historique ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session;
  9. Décide de maintenir Ville de Potosí (Bolivie (État plurinational de)) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
44 COM 8B.66
Ville de Potosí (Bolivie)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC/21/44.COM/8B.Add et WHC/21/44.COM/8B1.Add,
  2. Renvoie la proposition de zone tampon de la Ville de Potosí, Bolivie, à l’État partie afin de lui permettre de :
    1. élaborer une description claire des limites de la zone tampon et clarifier la logique suivie pour les définir, en prenant en compte la protection des zones visuellement sensibles autour du bien, comme mentionné par la décision 38 COM 7B.38 (Doha, 2014),
    2. fournir des informations claires sur les aspects juridiques et de gestion, tels que la réglementation relative à l’occupation des sols, qui sont appliqués à la réglementation de la zone tampon nouvellement définie, afin de comprendre la manière dont la zone tampon offrira un surcroît de protection au bien, conformément aux paragraphes 104 et 105 des Orientations,
    3. expliquez le champ d’application des différentes réglementations en vigueur dans la zone tampon, en particulier concernant le chevauchement des différents mécanismes de protection.
44 COM 8C.2
Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/21/44.COM/7A, WHC/21/44.COM/7A.Add, WHC/21/44.COM/7A.Add.2, WHC/21/44.COM/7A.Add.2.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
  • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 44 COM 7A.28)
  • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 44 COM 7A.29)
  • Autriche, Centre historique de Vienne, (décision 44 COM 7A.32)
  • Bolivie (État plurinational de), Ville de Potosí (décision 44 COM 7A.35)
  • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 44 COM 7A.40)
  • Égypte, Abou Mena (décision 44 COM 7A.5)
  • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 44 COM 7A.54)
  • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 44 COM 7A.55)
  • Îles Salomon, Rennell Est (décision 44 COM 7A.53)
  • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 44 COM 7A.52)
  • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 44 COM 7A.6)
  • Iraq, Hatra (décision 44 COM 7A.7)
  • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 44 COM 7A.8)
  • Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (site proposé par la Jordanie) (décision 44 COM 7A.10)
  • Kenya, Parcs nationaux du Lac Turkana (décision 44 COM 7A.47)
  • Libye, Ancienne ville de Ghadamès (décision 44 COM 7A.14)
  • Libye, Site archéologique de Cyrène (décision 44 COM 7A.11)
  • Libye, Site archéologique de Leptis Magna (décision 44 COM 7A.12)
  • Libye, Site archéologique de Sabratha (décision 44 COM 7A.13)
  • Libye, Sites rupestres du Tadrart Acacus (décision 44 COM 7A.15)
  • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 44 COM 7A.48)
  • Mali, Tombeau des Askia (décision 44 COM 7A.3)
  • Mali, Tombouctou (décision 44 COM 7A.2)
  • Mali, Villes anciennes de Djenné (décision 44 COM 7A.1)
  • Mexique, Îles et aires protégées du Golfe de Californie (décision 44 COM 7B.56)
  • Micronésie (États fédérés de), Nan Madol : centre cérémoniel de la Micronésie orientale (décision 44 COM 7A.30)
  • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 44 COM 7A.49)
  • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 44 COM 7A.4)
  • Ouzbékistan, Centre historique de Shakhrisyabz (décision 44 COM 7A.31)
  • Palestine, Palestine : pays d’olives et de vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (décision 44 COM 7A.17)
  • Palestine, Vieille ville d’Hébron/Al-Khalil (décision 44 COM 7A.16)
  • Panama, Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (décision 44 COM 7A.36)
  • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 44 COM 7A.37)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville d'Alep (décision 44 COM 7A.18)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Bosra (décision 44 COM 7A.19)
  • République arabe syrienne, Ancienne ville de Damas (décision 44 COM 7A.20)
  • République arabe syrienne, Villages antiques du Nord de la Syrie (décision 44 COM 7A.21)
  • République arabe syrienne, Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din (décision 44 COM 7A.22)
  • République arabe syrienne, Site de Palmyre (décision 44 COM 7A.23)
  • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 44 COM 7A.39)
  • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 44 COM 7A.41)
  • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 44 COM 7A.42)
  • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 44 COM 7A.43)
  • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 44 COM 7A.45)
  • République-Unie de Tanzanie, Réserve de gibier de Selous (décision 44 COM 7A.51)
  • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 44 COM 7A.50)
  • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 44 COM 7A.33)
  • Venezuela (République bolivarienne du), Coro et son port (décision 44 COM 7A.38)
  • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 44 COM 7A.25)
  • Yémen, Vieille ville de Sana’a (décision 44 COM 7A.26)
  • Yémen, Ancienne ville de Shibam et son mur d'enceinte (décision 44 COM 7A.27)
Projet de décision : 44 COM 7A.35

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7A.48, adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Prend note avec satisfaction des efforts accomplis par l’État partie pour mettre en œuvre les précédentes décisions du Comité et la série de mesures correctives visant à atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), et encourage l’État partie à fournir d’autres documents en annexe développant plus en détail les progrès en cours ;
  4. Prend note des informations soumises concernant la préparation d’une modification mineure des limites pour la création d’une zone tampon du bien, et demande à l’État partie de soumettre la proposition finale de modification mineure des limites au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives et approbation par le Comité du patrimoine mondial, conformément aux paragraphes 163 et 164 des Orientations, dès que disponible, et de garantir que la zone tampon est prise en compte de manière appropriée place dans le cadre juridique et les instruments de planification pertinents pour le bien ;
  5. Prie instamment l’État partie d’officiellement approuver le plan de gestion participatif et intégré (PGPI) pour le bien et de garantir sa pleine mise en œuvre avec ressources adéquates en place ;
  6. Prie aussi instamment l’État partie d’approuver le décret suprême, ou un instrument de remplacement adapté, pour la gestion et conservation du Cerro Rico, afin de garantir les ressources et mécanismes appropriés nécessaires pour répondre aux inquiétudes sérieuses et anciennes portant sur le patrimoine productif minier du bien ;
  7. Demande également à l’État partie de poursuivre son travail sur l’articulation, la consolidation et l’application du cadre juridique et des réglementations concernant l’ensemble du bien, afin de garantir que les exigences patrimoniales sont convenablement prises en compte et respectées dans la gestion du bien et la mise en œuvre des projets futurs, tels que ceux mentionnés pour les cryptes et catacombes dans le centre historique ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2022 ;
  9. Décide de maintenir Ville de Potosí (Bolivie (État plurinational de)) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2021
Bolivie (État plurinational de)
Date d'inscription : 1987
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2014-présent
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2020) .pdf
Proposé initialement pour examen en 2020
arrow_circle_right 44COM (2021)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top