Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Lumbini, lieu de naissance du Bouddha

Népal
Facteurs affectant le bien en 2001*
  • Activités de gestion
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Utilisations et associations rituelles/spirituelles/religieuses
  • Autres menaces :

    Extrême dureté de l’environnement naturel; Améliorer le système de drainage du temple

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Construction de fondations en béton sur le site du temple de Maya Devi en décembre 1998
  • Nécessité d'un Plan de conservation pour le site
  • Extrême dureté de l’environnement naturel
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2001
Demandes approuvées : 2 (de 2000-2001)
Montant total approuvé : 40 000 dollars E.U.
2001 Brick Conservation of the Alcove Remains of the Maya ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
2000 Support for the Organization of an International ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2001
Précédents débats :
23e session du Bureau (paragraphe IV.70)
23e session du Comité (paragraphe X.46 ; Annexe VIII page 105)
24e session du Comité (paragraphe VII.39 ; Annexe X page 130)

Assistance internationale :

Coopération technique : 20.000 dollars US, 2000, Organisation d’une réunion technique internationale pour la conservation, la mise en valeur et l’aménagement du temple de Maya Devi, à Lumbini.

Questions principales :

  • Méthode de conservation des dépôts et vestiges archéologiques très fragiles du temple de Maya Devi, exposés aux éléments naturels depuis les fouilles à grande échelle entreprises en 1996.
  • Nécessité d’une étude géophysique non destructive des vestiges archéologiques non mis à jour au cœur du site et dans la zone tampon (c’est-à-dire les jardins sacrés).
  • Nécessité d’un programme de conservation des jardins paysagers pour assurer la conservation, la mise en valeur et l’aménagement du site à long terme.

Nouvelles informations :

  • Suite à la demande du Comité du patrimoine mondial, une mission de suivi réactif de l’UNESCO a eu lieu en avril 2000 ; elle a été effectuée par deux experts internationaux, spécialistes de l’archéologie de l’Asie du Sud et de la mise en valeur et de l’aménagement des sites du patrimoine.
  • Une mission de suivi réactif de l’ICOMOS a également été organisée en juin 2000.
  • Les recommandations des missions de l’UNESCO et de l’ICOMOS ont été adoptées par le Bureau lors de sa 24e session et transmises à l’Etat partie pour examen et adoption éventuelle. Les autorités ont informé le Centre que toutes les recommandations avaient été adoptées et que les mesures nécessaires commençaient à être prises.
  • Entre le 5 et le 9 avril 2001, une Réunion technique internationale pour la conservation, la mise en valeur et l’aménagement du temple de Maya Devi a été organisée par le Centre, l’UNESCO Katmandou et les autorités nationales concernées. En étroite collaboration avec le Centre du patrimoine mondial, ces dernières ont commencé depuis le 7 mai 2001 à mettre en œuvre quelques-unes des recommandations de la réunion.
  • A la suite d’une demande des autorités nationales reçue en mai 2001, le Centre est en train d’organiser une mission urgente, confiée à un expert international de la conservation des briques, pour qu’il examine la structure et la stabilité des restes du renfoncement du temple de Maya Devi.
  • Faisant suite à la recommandation de la Réunion technique internationale qu’un abri simple et discret (« Golden Pavilion ») en métal précieux soit conçu et construit pour protéger le Marker Stone, l’image de la nativité et les restes du renfoncement du temple de Maya Devi, les autorités nationales sont en train de préparer un nouveau modèle d’abri, en étroite collaboration avec les experts internationaux de l’UNESCO.
  • Pour aider les autorités nationales à mener l’étude géophysique non destructive du cœur du site et de la zone tampon, le Centre et l’Université de Bradford (R.-U.) ont mobilisé des experts et des fonds en vue du commencement des travaux en août 2001.
  • Le Centre a entrepris de mobiliser les fonds et les compétences techniques nécessaires pour élaborer et mettre en œuvre un plan de jardins sacrés adapté au caractère de centre de pèlerinage du site, conformément au plan directeur Kenzo Tange adopté par l’Etat partie et ayant obtenu le soutien du Secrétaire général des Nations Unies en 1978.
Action requise
Le Bureau félicite les autorités nationales d’avoir pris les mesures nécessaires pour suspendre temporairement l’aménagement des fragiles vestiges du temple de Maya Devi, jusqu’à l’élaboration de principes directeurs pour sa conservation, sa mise en valeur et son aménagement. Le Bureau prend note des conclusions de la Réunion technique internationale et invite l’Etat partie à poursuivre la mise en œuvre de ces recommandations. Le Bureau demande au Centre du patrimoine mondial de continuer ses efforts pour mobiliser une aide internationale technique et financière afin de renforcer la capacité des autorités nationales à mener à bien les mesures recommandées. Enfin, le Bureau demande à l’Etat partie et au Centre du patrimoine mondial de rendre compte à la 25e session du Comité du patrimoine mondial des progrès accomplis en vue de la conservation, de la mise en valeur et de l’aménagement appropriés du site.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2001

En réponse à la demande du Gouvernement népalais et aux recommandations de la réunion technique internationale pour la conservation, la mise en valeur et l’aménagement du temple de Maya Devi (5-9 avril 2001, Kathmandu et Lumbini, Népal), et à la demande du Bureau, le Centre a organisé deux missions techniques d’un spécialiste international de la brique pour étudier l’état de conservation des vestiges de l’alcôve du temple de Maya Devi. Pendant la première mission, en juillet 2001, ce spécialiste international de la brique a assisté à l’inondation des vestiges archéologiques du temple de Maya Devi et il a étudié la nature et la stabilité structurelle des vestiges de l’alcôve. Pendant la seconde mission, en septembre 2001, l’expert et les autorités nationales ont convenu d’un plan d’action préliminaire progressif pour traiter les questions essentielles qui sont (a) un important problème de drainage, (b) les options possibles concernant l’abri destiné à protéger le temple de Maya Devi, et (c) la conservation et la mise en valeur à long terme du temple de Maya Devi à la fois en tant que bien archéologique et centre de pèlerinage d’importance internationale.

Le Centre a également aidé les autorités népalaises à réaliser le levé géophysique non destructif entrepris par les gestionnaires nationaux du site en étroite coopération avec l’équipe du Département des Sciences archéologiques de l’Université de Bradford pour recenser les zones archéologiques hautement et peu sensibles de la zone centrale du bien du patrimoine mondial de Lumbini. Cette activité, qui a débuté fin août 2001, va se poursuivre jusqu’en décembre 2001. Les résultats du levé et son analyse serviront pour la finalisation des plans du système de drainage et de ceux du « Pavillon d’or » ainsi que pour le volet « abri et conservation du temple de Maya Devi » et pour planifier un circuit de pèlerinage dans la zone centrale du bien.

 Le Bureau de l’UNESCO à Kathmandu a informé le Centre qu’il a encouragé la coopération avec le Programme alimentaire mondial (PAM) qui pourrait fournir des contributions en nature pour les centaines d’ouvriers qui vont être employés par le Lumbini Development Trust pour achever le système de drainage du jardin sacré de Lumbini conformément au plan directeur de Kenzo Tanje. Ce grand système de drainage circulaire est situé le long de la périphérie de la zone tampon, à environ 2 km de la zone centrale et du temple de Maya Devi. L’achèvement des travaux de drainage devrait permettre de stabiliser l’élévation et la baisse de niveau brutales de la nappe phréatique dans la zone centrale, ce qui réduirait les effets négatifs des problèmes de capillarité sur le bien.

Le Centre a poursuivi ses efforts de mobilisation de fonds et de compétences techniques spécialisées pour élaborer un plan paysager du Jardin sacré adapté au caractère du site en tant que centre de pèlerinage, conformément au plan directeur de Kenzo Tange, adopté par l’Etat partie et appuyé par le Secrétaire général des Nations Unies en 1978.

Le rapport complet des deux missions du spécialiste international de la brique et le document provisoire d’information de l’Université de Bradford sur l’activité népalaise de levé géophysique non destructif n’avaient pas encore été présentés au Centre lors de la préparation du présent document de travail. Les conclusions et recommandations de ces documents seront transmises au Bureau à sa vingt-cinquième session extraordinaire.

Décisions adoptées par le Comité en 2001
25 BUR V.235
Lumbini, lieu de naissance du Bouddha (Népal)

V.235     Le Bureau a étudié l’état de conservation du site et il a noté avec satisfaction les récentes mesures prises par les autorités nationales en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et le Bureau de l’UNESCO à Kathmandu pour traiter les recommandations du Comité du patrimoine mondial, de son Bureau, de l’ICOMOS et du Centre. Le Bureau a félicité les autorités nationales d’avoir pris les mesures nécessaires pour suspendre temporairement l’aménagement des fragiles vestiges du temple de Maya Devi, jusqu’à l’élaboration de principes directeurs pour sa conservation, sa mise en valeur et son aménagement. Le Bureau a pris note des recommandations faites à l’issue de la réunion technique internationale d’avril 2001 et il a engagé l’État partie à poursuivre la mise en œuvre de ces recommandations. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de continuer ses efforts pour mobiliser une aide internationale technique et financière afin de renforcer la capacité des autorités nationales à mener à bien les mesures recommandées. Enfin, le Bureau a demandé à l’État partie et au Centre du patrimoine mondial de rendre compte à la vingt-cinquième session du Comité du patrimoine mondial des progrès accomplis en vue de la conservation, de la mise en valeur et de l’aménagement à long terme du site.

Le Bureau pourrait souhaiter étudier les informations complémentaires lors de sa session. 

Année du rapport : 2001
Népal
Date d'inscription : 1997
Catégorie : Culturel
Critères : (iii)(vi)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top