Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ancienne ville de Damas

République arabe syrienne
Facteurs affectant le bien en 1997*
  • Activités de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Travaux de reconstruction

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1997
Demandes approuvées : 3 (de 1981-1994)
Montant total approuvé : 106 800 dollars E.U.
1994 Equipment for the restoration of the Citadel of Damascus (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1993 Financial contribution to the consolidation works in ... (Approuvé)   19 500 dollars E.U.
1981 Conservation work in the City of Damascus (Approuvé)   67 800 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1997**

novembre-décembre 1995: mission d'experts; août 1997: mission d'experts de l'UNESCO

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

Mosquée des Omeyyades

Lors de sa vingtième session, le Comité avait été informé des résultats de la mission d'experts envoyée par l'UNESCO du 29 novembre au 5 décembre 1996, et avait remercié les autorités syriennes d'avoir conséquemment arrêté les travaux qui avaient porté atteinte à l'authenticité du monument. La Direction générale des Antiquités et des Musées a depuis confirmé que toute nouvelle intervention avait bien été abandonnée et qu'un Comité examinait ce qu'il convenait de faire désormais.

Tekiya Souleymaniah

La Direction générale des Antiquités et des Musées avait demandé à l'UNESCO l'envoi d'une mission d'experts pour conseiller les autorités sur des problèmes de consolidation structurelle de cette mosquée du XVIe siècle, construite sur les restes d'un palais mameluk. Cette mission, composée de deux experts, s'est rendue sur place du 7 au 11 février dernier et a rendu les conclusions suivantes :

1) Le bâtiment ne paraît pas courir de danger immédiat. Certains désordres signalés avaient même déjà fait l'objet d'une correspondance officielle il y a une trentaine d'années.

Il n'empêche que des travaux de consolidation vont être nécessaires. Les experts pensent toutefois que ceux-ci devraient être précédés d'études prenant en considération l'ensemble de la structure et des spécificités du bâtiment et pas seulement le problème d'abaissement de la nappe phréatique.

L'observation scientifique des désordres du bâtiment qui a été mise en place tout dernièrement est très utile et devrait se poursuivre, même si ses résultats ne pourront être interprétés et exploités qu'à moyen terme. Il conviendrait même d'envisager l'utilisation de techniques d'observation encore plus fines, avec une éventuelle aide extérieure.

2) Le lancement imminent d'un appel d'offres international sur des travaux de fondations les inquiète en revanche vivement, car il leur paraît pour le moins prématuré et reviendrait à déléguer des options techniques, tant fondamentales qu'accessoires, à des entreprises privées. Il risquerait donc de privilégier une logique économique immédiate par rapport à des conclusions scientifiques encore à préciser.

Les trois techniques d'intervention proposées (injection, compression ou micro-pieux en sous-oeuvre) sont délicates et il conviendrait d'abord de s'assurer que leur mise en place, forcément longue et progressive, est vraiment sans aucun risque pour la stabilité et la sécurité de ce monument si précieux.

Action requise

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur la Mosquée des Omeyyades dans l'Ancienne ville de Damas, le Bureau remercie les autorités syriennes d'avoir interrompu les travaux qui portaient atteinte à l'authenticité du monument et renouvelle l'invitation qui leur avait été faite par le Comité à sa 20ème session à s'entourer de tous les avis souhaitables d'experts nationaux et internationaux pour déterminer les suites qui pourraient être données à la situation.

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur la situation de la Tekiya Souleymaniah dans l'Ancienne ville de Damas, le Bureau demande aux autorités syriennes de différer l'appel d'offres jusqu'à ce que l'ensemble des compléments d'information nécessaires à une prise de décision bien informée sur la nature et l'ampleur exacte des travaux à effectuer soit rassemblé. Il estime qu'il serait en effet dramatique qu'une précipitation inutile et une démarche purement technique risque, au lieu de le préserver, d'occasionner de graves et irréversibles dommages au monument.

Dès que les autorités syriennes auront confirmé que toutes les parties en présence sont d'accord pour surseoir aux appels d'offres et prendre le temps d'une étude scientifique complémentaire de nature à déterminer la meilleure intervention possible, le Centre du patrimoine mondial sera prêt à examiner avec elles les moyens les plus appropriés de la mettre en place.


21e session extraordinaire du Bureau en 1997:
Après avoir pris note du rapport du Secrétariat concernant la situation du Tekiya Souleymaniah dans l'ancienne ville de Damas, le Bureau a remercié les autorités syriennes d'avoir coopéré avec les experts de l'UNESCO, et leur demande de préparer le prochain appel d'offres en coopération avec l'UNESCO, afin de donner suite au projet à la lumière des recommandations de ses experts et d'informer le Secrétariat avant le 31 mars 1998 de l'avancement réalisé.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

Tekiya Souleymaniah

En août 1997, trois experts de l'UNESCO ont entrepris une mission dans le site en coopération avec les autorités syriennes et ont étudié ensemble les réponses à l'appel d'offres que le ministère d'Awqaf avait lancé pour les travaux de consolidation souterraine du Tekiya Souleymania. Etant donné qu'ils n'ont pas pu trouver de réponses adaptées à l'appel d'offres, celui-ci ne s'est pas concrétisé. Dans leur rapport de mission présenté aux autorités, les experts ont fermement recommandé que tout travail de consolidation soit précédé d'études approfondies qui prennent en compte toute la construction et la spécificité du bâtiment et non pas seulement la baisse de niveau des eaux souterraines.

Décisions adoptées par le Comité en 1997
21 BUR IV.B.57
Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne)

a)   Mosquée des Omeyyades

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur la Mosquée des Omeyyades dans l'Ancienne ville de Damas, le Bureau a remercié les autorités syriennes d'avoir interrompu les travaux qui portaient atteinte à l'authenticité du monument et a renouvelé l'invitation qui leur avait été faite par le Comité à sa 20ème session à s'entourer de tous les avis souhaitables d'experts nationaux et internationaux pour déterminer les suites qui pourraient être données à la situation.

b)   Tekiya Souleymaniah

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur la situation de la Tekiya Souleymaniah dans l'Ancienne ville de Damas, et de la lettre en date du 21 juin de la Direction des Antiquités et des Musées, le Bureau a remercié les autorités de la République arabe syrienne d'avoir suspendu les appels d'offre pour les travaux de fondation du monument et leur a demandé de tenir informé le Comité sur les résultats des études scientifique et technique complémentaires.

21 COM VII.C.55
Rapports sur l'état de conservation de biens culturels dont le Comité a pris note

VII.55 Le Comité a pris note des décisions de la 21e session extraordinaire du Bureau concernant les biens culturels qui suivent, tels qu'ils figurent dans le rapport de la session du Bureau (documents de travail WHC-97/CONF.208/4B Section III.C.c) :

Site archéologique de Joya de Ceren (El Salvador)

Vieille ville de Ségovie et son aqueduc (Espagne)

Le Canal du Midi (France)

Mont-Saint-Michel et sa baie (France)

Bâtiments traditionnels asante (Ghana)

Site maya de Copan (Honduras)

Fort d'Agra, Taj Mahal, Fatehpur Sikri (Inde)

Quseir Amra (Jordanie)

Ville de Luang Prabang (République populaire démocratique lao)

Cité préhispanique de Teotihuacan (Mexique)

Ile de Mozambique (Mozambique)

Itchan Kala, Centre historique de Boukhara (Ouzbékistan)

Mohenjo Daro (Pakistan)

Eglises baroques des Philippines (Philippines)

Sites culturels du patrimoine mondial au Sri Lanka

Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne)

Zones historiques d'Istanbul (Turquie)

Shibam et Zabid (Yémen)

Le Bureau pourrait souhaiter transmettre le rapport au Comité pour examen et recommander au Comité d'adopter le texte suivant :

"Après avoir pris note du rapport du Secrétariat concernant la situation du Tekiya Souleymaniah dans l'ancienne ville de Damas, le Comité remercie les autorités syriennes d'avoir coopéré avec les experts de l'UNESCO, et leur demande de préparer le prochain appel d'offres en coopération avec l'UNESCO, afin de donner suite au projet à la lumière des recommandations de ses experts et d'informer le Secrétariat avant le 31 mars 1998 de l'avancement réalisé."

Année du rapport : 1997
République arabe syrienne
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iii)(iv)(vi)
Liste en péril (dates) : 2013-présent
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top