Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Églises creusées dans le roc de Lalibela

Éthiopie
Facteurs affectant le bien en 1995*
  • Autres menaces :

    Nécessité de restaurer et réhabiliter les monuments

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1995
Demandes approuvées : 1 (de 1980-1980)
Montant total approuvé : 79 800 dollars E.U.
1980 Photogrammetry survey of the monuments of Lalibela and ... (Approuvé)   79 800 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1995**

1995: 2 missions d'experts financées par l'Union européenne

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1995

Dans le cadre de l'application de la résolution 27 C/20 adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO en 1993, et qui concerne l'appel en faveur d'une assistance à l'Ethiopie, un projet de "Restauration et préservation des églises de Lalibela" (539/ETH/70) qui se situe dans le cadre de la Campagne internationale pour la conservation et la préservation des monuments d'Ethiopie lancée en 1981, a été formulé. En 1994, sur financement de l'Union européenne, une mission de quatre consultants internationaux dont le mandat était d'examiner la situation du site après la longue période d'instabilité qu'a connue l'Ethiopie, a fait des propositions pour la restauration des églises. Ce rapport provisoire a été soumis aux autorités nationales afin qu'elles décident des activités à entreprendre pour la conservation et la préservation du site. Une seconde mission, également financée par l'Union européenne, a présenté et discuté le rapport avec les autorités locales, la CEE et des représentants du FINNIDA qui ont exprimé leur intérêt et souhaité s'associer financièrement et techniquement à la mise en oeuvre de ce grand projet.

Au préalable, l'UNESCO avait envoyé une mission de huit experts espagnols de l'Université Polytechnique de Valence, Espagne. Les experts avaient étudié les divers aspects de la sauvegarde et de la conservation du site en accordant une attention particulière aux monuments suivants : Biet-Maryam, Biet-Amanuel, Biet-Abba-Libanos, en vue de la constitution de projets de documents concernant leur restauration et leur mise en valeur, y compris une estimation budgétaire du coût des travaux et un calendrier de travail provisoire, qui ont été inclus dans le rapport global pour lequel un financement a été demandé à l'Union européenne.

Ainsi, le projet de "Restauration et préservation des églises de Lalibela" pour lequel l'Union européenne a réservé environ 2 millions d'Ecu, a pu faire l'objet d'un rapport technique accompagné de recommandations, d'un plan de travail et d'un budget détaillé pour la mise en œuvre des activités recommandées.

Parallèlement, l'UNESCO a instauré une coopération avec le ministère finlandais de l'Environnement, agissant pour le compte de FINNIDA, afin de mener à bien un projet de réhabilitation du site de Lalibela pour lequel 10 millions de marks finlandais (environ 2,2 millions de dollars EU) ont été réservés pendant une durée de quatre ans. Le projet qui se concentre plus particulièrement sur les questions d'environnement concernant le site de Lalibela présente néanmoins plusieurs points où une coopération étroite avec le projet de l'Union européenne et de l'UNESCO sera indispensable.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 1995

Le Bureau pourrait souhaiter recommander au Comité d'adopter le texte suivant :

"Le Comité félicite les autorités éthiopiennes des efforts entrepris qui ont permis de définir un projet de restauration et de conservation pour l'ensemble du site, en tenant compte de la dimension environnementale."

Décisions adoptées par le Comité en 1995
19 COM VII.C.2.36/38
SOC : Eglises de Lalibela (Ethiopie)

VII.38 Eglises de Lalibela (Ethiopie)

Le projet de "Restauration et de préservation des églises de Lalibela", préparé et mis au point dans le cadre de la Campagne internationale pour la conservation et la préservation des monuments d'Ethiopie, a été conçu par la Division du patrimoine physique. Il illustre la complémentarité et le dynamisme des activités menées en faveur du patrimoine par l'ensemble du Secrétariat de l'UNESCO. Ce projet, qui bénéficie de l'appui de l'Union européenne, et du Ministère finlandais de l'Environnement, établira sur la base de diagnostics extrêmement fins, un programme de conservation et d'entretien pour chacune des églises, et proposera un plan pour la réhabilitation et la préservation de l'ensemble du site. Ce projet définira également un programme d'action en faveur de la protection de l'environnement.

Le Comité a félicité les autorités éthiopiennes des efforts entrepris pour définir un projet de restauration et de conservation de l'ensemble du site qui tienne compte de la dimension environnementale.

Le Secrétariat recommande au Comité de prendre note des informations écrites fournies par le Secrétariat et d'adopter le texte suivant:

"Le Comité félicite les autorités éthiopiennes des efforts entrepris qui ont permis de définir un projet de restauration et de conservation pour l'ensemble du site, en tenant compte de la dimension environnementale".

Année du rapport : 1995
Éthiopie
Date d'inscription : 1978
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(ii)(iii)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top