Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Coro et son port

Venezuela (République bolivarienne du)
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Inondations
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    a) Grave détérioration des matériaux et des structures b) Détérioration de la cohérence architecturale et urbanistique et de l'intégrité du bien d) Absence d’information détaillée et technique concernant l’état de conservation du bien depuis 2007

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Grave détérioration des matériaux et des structures ;

b) Détérioration de la cohérence architecturale et urbanistique et de l'intégrité du bien ;

c) Absence de mécanismes adéquats de gestion, de planification et de conservation ;

d) Absence d’information détaillée et technique concernant l’état de conservation du bien depuis 2007

e) Inondation et dommages causés par l’eau.

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril
  • Altération considérable des matériaux et des structures résultant de l'absence générale de mesures de conservation et d'entretien, et de pluies torrentielles en 2004, 2005 et 2010 ;
  • Détérioration de la cohérence architecturale et urbanistique compromettant l'intégrité et l'authenticité du bien ;
  • Absence de dispositions institutionnelles et de mécanismes adaptés et efficaces de gestion, de planification et de conservation. 
Etat de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril
Mesures correctives pour le bien
Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2012

Montant total accordé au bien : 20 000 dollars EU (fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial) pour la planification, la mise en œuvre et les publications ultérieures des ateliers participatifs et des réunions avec les artisans et la société civile de Coro et La Vela. 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**

Décembre 2003 : table ronde en conservation et gestion ; Septembre 2006 : mission d’évaluation du Centre de patrimoine mondial sur l’état de conservation ; Juillet-août 2002, avril 2005, mai 2008 et février 2011 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie le 16 février 2012. Il contient des informations sur les mesures suivantes :

a) Finaliser le processus d'approbation pour la création du bureau de l'Engagement de gestion et fournir des ressources adéquates lui permettant de fonctionner pleinement

Le rapport indique que l’‘Engagement de gestion’ élaboré pour la planification et la conservation durable de la zone protégée est en attente de l’autorisation officielle du vice-président exécutif de la République. Cet instrument a déjà été signé par les conseils communautaires de Coro et La Vela, l’Institut du patrimoine culturel, le gouvernement local, le gouvernement de l’état de Falcon et les municipalités de Coro et La Vela. Il y est établi des stratégies pour la protection, la préservation et la revitalisation des zones patrimoniales déclarées en définissant des objectifs, des indicateurs de performance, un contexte organisationnel ainsi que des avantages et des obligations. De même, il y est défini le travail et les engagements de l’Institut de la Culture ainsi que la structure organisationnelle et financière de la mise en œuvre du plan de gestion. Aucune information complémentaire n’a été soumise sur la mise en œuvre des actions à cet égard.

b) Élaborer le plan de gestion du bien, y compris les programmes de conservation, utilisation publique et gestion des risques

L’unité de gestion créée par l’Engagement de gestion continue de mettre en œuvre des actions prioritaires qui ont techniquement été déterminées par le PLINCODE. Entre autres actions, il est question de réseaux de drainage et de service, d’interventions d’urgence, d’achat de maisons et monuments historiques et de projets et travaux de restauration de monuments. Il est rappelé que le PLINCODE, jugé inadéquat pour répondre aux exigences du bien, n’a pas officiellement été approuvé. Le lien exact entre le PLINCODE et l’Engagement de gestion nécessite donc des éclaircissements. Le rapport indique également que l’unité de gestion est en train de définir de nouvelles actions prioritaires et un nouveau cadre réglementaire pour la conservation des valeurs du bien, mais aucune information n’est donnée sur le statut du plan de gestion ni l’élaboration d’un programme de conservation détaillé.

c) Finaliser la délimitation du bien et de la zone tampon pour les éléments inscrits, assortie des mesures réglementaires correspondantes

Le rapport indique que de nouvelles zones et leurs zones tampons sont envisagées. Ces zones ne faisaient pas partie du dossier d’inscription original mais contribueront à la valeur universelle exceptionnelle du bien. L’État partie a indiqué que cette information sera soumise au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2013. Des informations graphiques ont été remises avec le rapport sur les propositions de zones limitrophes pour Coro.

d) Actualiser les mesures correctives mises en œuvre comme souligné dans les précédentes missions de suivi

Le rapport de l’État partie fournit un compte rendu actualisé des actions mises en œuvre en réponse aux recommandations faites. Cela inclut la réouverture du bureau de gestion technique sous la direction du vice-président de l’ICOMOS-Venezuela, bureau dont la moitié des collaborateurs sont des techniciens chargés de concevoir et mettre en œuvre le plan de conservation et d’intervention pour le bien ; la création de la base de données patrimoniale sur le patrimoine matériel et immatériel devant être opérationnelle en 2012 ; un financement de l’Institut de la Culture (1 162 791 dollars EU) pour des travaux de restauration entrepris par les conseils communautaires sous la supervision du bureau de gestion technique ; la mise à disposition de fonds (1 046 512 dollars EU) pour la construction d’un centre d’entreposage des matériaux de construction traditionnels. Le gouvernement central a également apporté 20 465 116 dollars EU en faveur du sauvetage des centres historiques de Coro et La Vela en conséquence des conditions d’urgence engendrées par les pluies diluviennes. Le rapport signale également que le conseil technique se réunit tous les 15 jours pour évaluer l’avancement des travaux. La loi sur la politique du logement a été modifiée afin que les prêts pour la réhabilitation des maisons traditionnelles soient autorisés. Des procédures juridiques ont également été initiées à l’encontre de ceux qui enfreignaient la loi sur la protection et la défense du patrimoine culturel, les sanctions pécuniaires en découlant étant investies dans le patrimoine bâti. Des activités de diffusion et promotion de la protection du patrimoine culturel ont également été mises en œuvre.

Aucune information n’a été reçue concernant les recommandations portant sur l’école technique d’architecture en terre, les autres propositions pour le réseau de drainage de Coro, ou le projet de restriction de la circulation dans Coro, en particulier dans la rue Zamora. Il est également important de noter que, bien que des travaux de conservation aient été lancés sur le bien, un programme de conservation clairement défini qui met en avant les priorités à court, moyen et long termes, et qui envisage également un plan d’action adéquat pour les situations d’urgence doit être instauré.

e) Restaurations ou modifications éventuelles et/ou nouvelles constructions envisagées dans la zone protégée conformément au paragraphe 172 des Orientations

Le rapport précise qu’aucune nouvelle construction susceptible d’avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien n’a été programmée. Les projets de restauration se poursuivent pour les monuments nationaux, notamment la Casa de las Ventanas de Hierro, la Casa del Sol, la Casa del Tesero et l’ancien couvent San Francisco. Aucune documentation technique n’a été soumise à l’égard de ces projets de restauration.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent les progrès accomplis dans l’amélioration de l’état de conservation du bien et, en particulier, les diverses interventions mises en œuvre pour en garantir la continuité. Ils notent que la documentation technique relative aux projets susmentionnés aurait dû être soumise en vue d’une évaluation appropriée avant leur mise en œuvre. Ils se réjouissent de la nature participative de l’Engagement de gestion proposé mais souhaitent recommander au Comité du patrimoine mondial d’insister sur la finalisation, toujours en attente, du plan de gestion assorti d’un programme de conservation établi, d’un plan d’action et d’objectifs précis pour les situations d’urgence. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives aimeraient également que le Comité demande à l’État partie de clarifier le lien entre le PLINCODE et l’Engagement de gestion, dans la mesure où il est régulièrement fait référence à une mise en œuvre des projets conformément au PLINCODE, plan qui n’a pas officiellement été approuvé. L’État partie a accompli d’importants progrès dans la mise en œuvre des actions recommandées par la mission de suivi réactif de 2011 ; toutefois les mesures correctives en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril doivent encore être actualisées, tout comme le calendrier de leur mise en œuvre.

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7A.35
Coro et son port (République bolivarienne du Venezuela) (C 658)
Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7A.34, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Reconnaît les efforts faits par l’État partie pour la conservation du bien et l’encourage à poursuivre de tels efforts en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

4.   Encourage également l’État partie à poursuivre la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2011, pour garantir la protection du bien, et plus particulièrement :

a)  l’élaboration d’un programme de conservation avec des priorités à court, moyen et long termes, et un plan d’action pour les situations d’urgence,

b)  la finalisation d’une base de données incluant des informations historiques et archéologiques, des plans, des archives photographiques détaillées, une description et un état de conservation détaillés de tous les édifices, assortis des actions prioritaires pour chacun d’eux, et un inventaire lié aux précédents dossiers,

c)  un projet alternatif pour le réseau de drainage de Coro,

d)  la régulation de la circulation dans Coro, en particulier dans la rue Zamora ;

5.   Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives d’ici le 1er février 2013, une copie du plan de gestion pour le bien, et son approbation par l’Engagement de gestion ;

6.   Prie instamment l’État partie de finaliser la délimitation du bien et de sa zone tampon, afin d’inclure de nouveaux éléments qui contribueront à la valeur universelle exceptionnelle du bien, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives dans le cadre de l’inventaire rétrospectif d’ici le 1er février 2013 ;

7.   Réitère sa demande à l’État partie d’actualiser, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, l’État de conservation souhaité assorti de mesures correctives en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi qu’un calendrier révisé, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2013 pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

8.   Invite l’État partie à envisager de soumettre une demande d’Assistance internationale auprès du Fonds du patrimoine mondial pour un soutien technique ;

9.   Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

10. Décide de maintenir Coro et son port (République bolivarienne du Venezuela) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

36 COM 8C.2
Établissement de la Liste du patrimoine mondial en péril (biens maintenus)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-12/36.COM/7A et WHC-12/36.COM/7A.Add),

2.    Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :

    • Afghanistan, Minaret et vestiges archéologiques de Djam (décision 36 COM 7A.25)
    • Afghanistan, Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (décision 36 COM 7A.26)
    • Belize, Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize (décision 36 COM 7A.15)
    • Chili, Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (décision 36 COM 7A.33)
    • Colombie, Parc national de Los Katíos (décision 36 COM 7A.16)
    • Côte d'Ivoire, Parc national de la Comoé (décision 36 COM 7A.2)
    • Côte d'Ivoire / Guinée, Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (décision 36 COM 7A.3)
    • Égypte, Abou Mena (décision 36 COM 7A.20)
    • États-Unis d'Amérique, Parc national des Everglades (décision 36 COM 7A.14)
    • Éthiopie, Parc national du Simien (décision 36 COM 7A.9)
    • Géorgie, Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (décision 36 COM 7A.30)
    • Géorgie, Monuments historiques de Mtskheta (décision 36 COM 7A.31)
    • Honduras, Réserve de la Biosphère Río Plátano (décision 36 COM 7A.17)
    • Indonésie, Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (décision 36 COM 7A.13)
    • Iraq, Assour (Qal'at Cherqat) (décision 36 COM 7A.21)
    • Iraq, Ville archéologique de Samarra (décision 36 COM 7A.22)
    • Jérusalem, Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (décision 36 COM 7A.23.I)
    • Madagascar, Forêts humides de l’Atsinanana (décision 36 COM 7A.10)
    • Niger, Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (décision 36 COM 7A.11)
    • Ouganda, Tombes des rois du Buganda à Kasubi (décision 36 COM 7A.18)
    • Pérou, Zone archéologique de Chan Chan (décision 36 COM 7A.34)
    • République centrafricaine, Parc national du Manovo-Gounda St Floris (décision 36 COM 7A.1)
    • République démocratique du Congo, Parc national des Virunga (décision 36 COM 7A.4)
    • République démocratique du Congo, Parc national de Kahuzi-Biega (décision 36 COM 7A.5)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Garamba (décision 36 COM 7A.6)
    • République démocratique du Congo, Parc national de la Salonga (décision 36 COM 7A.7)
    • République démocratique du Congo, Réserve de faune à okapis (décision 36 COM 7A.8)
    • République islamique d'Iran, Bam et son paysage culturel (décision 36 COM 7A.27)
    • République-Unie de Tanzanie, Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (décision 36 COM 7A.19)
    • Sénégal, Parc national du Niokolo-Koba (décision 36 COM 7A.12)
    • Serbie, Monuments médiévaux au Kosovo (décision 36 COM 7A.32)
    • Venezuela, Coro et son port (décision 36 COM 7A.35)
    • Yémen, Ville historique de Zabid (décision 36 COM 7A.24)
Projet de décision : 36 COM 7A.35

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A,

2. Rappelant la décision 35 COM 7A.34, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Reconnaît les efforts faits par l’État partie pour la conservation du bien et l’encourage à poursuivre de tels efforts en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

4. Encourage également l’État partie à poursuivre la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2011, pour garantir la protection du bien, et plus particulièrement :

a) l’élaboration d’un programme de conservation avec des priorités à court, moyen et long termes, et un plan d’action pour les situations d’urgence,

b) la finalisation d’une base de données incluant des informations historiques et archéologiques, des plans, des archives photographiques détaillées, une description et un état de conservation détaillés de tous les édifices, assortis des actions prioritaires pour chacun d’eux, et un inventaire lié aux précédents dossiers,

c) un projet alternatif pour le réseau de drainage de Coro,

d) la régulation de la circulation dans Coro, en particulier dans la rue Zamora ;

5. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives d’ici le 1er février 2013, une copie du plan de gestion pour le bien, et son approbation par l’Engagement de gestion ;

6. Prie instamment l’État partie de finaliser la délimitation du bien et de sa zone tampon, afin d’inclure de nouveaux éléments qui contribueront à la valeur universelle exceptionnelle du bien, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives dans le cadre de l’inventaire rétrospectif d’ici le 1er février 2013 ;

7. Réitère sa demande à l’État partie d’actualiser, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, l’État de conservation souhaité assorti de mesures correctives en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, ainsi qu’un calendrier révisé, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2013 pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

8. Invite l’État partie à envisager de soumettre une demande d’Assistance internationale auprès du Fonds du patrimoine mondial pour un soutien technique ;

9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

10. Décide de maintenir Coro et son port (République bolivarienne du Venezuela) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2012
Venezuela (République bolivarienne du)
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(v)
Liste en péril (dates) : 2005-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top