Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Réserve de gibier de Selous

République-Unie de Tanzanie
Facteurs affectant le bien en 1986*
  • Activités illégales
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1986
Demandes approuvées : 1 (de 1984-1984)
Montant total approuvé : 10 480 dollars E.U.
1984 Purchase of a vehicle for Selous Game Reserve (Approuvé)   10 480 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 1986**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1986

Des rapports nous sont parvenus faisant état d'un taux élevé de braconnage dans les deux années écoulées, dans cette région dont la superficie est supérieure à celle de la Suisse.

La population d'éléphantsest passée de 85 000 à 60 000 et 5000 animaux ont été tués illégalement en 1985. Le déclin des rhinocéros noirs est encore plus marque: avec une diminution des effectifs de 90%, il ne reste plus que 300 individus.

Une visite de cette réserve a eu lieu en avril et des réunions ont été organisées avec le gardien Chef et les représentant du département de la faune. Avec l'assistance du WIF et de la Société zoologique de Francfort, on procède actuellement à un recensement et A une analyse de la gestion. Ces activités sont le point de départ d'un effort d'assistance concerte qui sera préparé dans quelques mois. Il est à voter qu'en 1985, le revenu des chasses organisées dans la réserve s'est élevé à 2 millions de dollars en devises.

Décisions adoptées par le Comité en 1986
10 COM IX.A.18-19
SOC : Réserves de Mana Pools, Sapi et Chewore (Zimbabwe) & Réserve de gibier de Selous (Tanzanie)

18. Lorsqu'il a appris la spectaculaire augmentation du braconnage rapportée par l'UICN dans les réserves de Mana Pools, Sapi et Chewore (Zimbabwe) et dans la réserve de gibier de Selous (Tanzanie), le Comité a reconnu qu'il fallait attaquer ce problème globalement en endiguant le trafic illicite d'animaux sauvages et en particulier des défenses d'éléphant et des cornes de rhinocéros. A ce sujet, le Comité a prié le Président de prendre contact avec le Secrétariat de la Convention sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), qui a été ratifiée par de nombreux États parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, afin de lui faire part des inquiétudes du Comité touchant les ravages occasionnés par le trafic illicite dans certains sites du patrimoine mondial et lui demander que des mesures soient prises au titre des deux conventions pour mettre fin au braconnage sur ces sites. Un membre du Comité a proposé également que certains pays industrialisés envisagent la possibilité de jumeler l'un de leurs biens naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial avec un site appartenant à un - 's en développement qui ne dispose pas des ressources nécessaires pour en assurer la protection et l'entretien. L'UICN a indiqué à ce sujet qu'elle travaillait à la mise au point d'un programme de "jumelage" de parcs qui pourrait avoir de nombreuses incidences du point de vue des sites du patrimoine mondial. Un autre membre du Comité a suggéré que les membres du Comité assistés par le Secrétariat, prennent contact avec les autorités nationales, de façon appropriée et en particulier à travers leur représentation à Paris, pour déterminer si l'assistance bilatérale contribuerait utilement à améliorer la protection et l'entretien des sites naturels du patrimoine mondial qui, selon les indications de l'UICN, étaient menacés. S'agissant de la réserve de gibier de Selous en particulier, le Comité s'est déclaré disposé à prélever sur le Fonds du patrimoine mondial une contribution pour financer l'amélioration de ce site.

19. A l'issue du débat, le Comité a décidé :

a) que le Président écrirait au Secrétariat de la CITES pour voir comment mettre en œuvre les deux conventions de manière à atténuer la gravité de la situation, dans le parc national de Selous (Tanzanie) et dans les réserves de Mana Pools, Sapi et Chewore (Zimbabwe) en particulier, et à combattre en général le braconnage sur les sites naturels du patrimoine mondial ;

b) que le Secrétariat devrait prendre contact avec les autorités de la Tanzanie et du Zimbabwe à Paris et dans les capitales de ces pays respectivement, afin de mettre au point, en coopération avec l'UICN (et autres organisations ou institutions compétentes), des projets de coopération technique susceptibles d'être financés par le Fonds du patrimoine mondial et, simultanément, d'étudier la possibilité d'inscrire le parc national de Selous et les réserves de Mana Pools, Sapi et Chewore sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

10 COM XI.37
Demandes d'assistance internationale

37. Eu égard à la gravité de la situation dans la réserve de gibier de Selous (République Unie de Tanzanie), laquelle a été exposée dans la section du présent rapport consacrée à l'état de conservation des sites naturels du patrimoine mondial, le Comité a prié le Secrétariat d'informer les autorités tanzaniennes qu'il était disposé à allouer, au titre du budget pour 1987, un soutien financier pour un projet visant à améliorer la protection de ce site.

Aucun projet de décision

Année du rapport : 1986
République-Unie de Tanzanie
Date d'inscription : 1982
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Liste en péril (dates) : 2014-présent
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 10COM (1986)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top